Tous les articles par HASNA HUSSEIN

L’insécurité au Mali : Formes et manifestations

Par Dr. Fodié Tandjigora, enseignant-chercheur à la Faculté des  Lettres et des Sciences Humaines à l’ Université de Bamako. Ses travaux de recherche portent sur les questions sécuritaires dans la région.
Le Mali, à l’instar de beaucoup de pays ouest-africains, est en proie à une série d’insécurité sur l’ensemble du territoire mais avec un accent particulier sur son septentrion. Si de 1960 à 1990 le Mali a connu une sécurité intérieure relativement maîtrisée, aujourd’hui, les nouvelles formes de menace remettent en cause cette sécurité. Depuis environ une vingtaine d’années, le Mali connaît une insécurité grandissante dont les rebellions successives constituent les formes prononcées. Aux mouvements indépendantistes s’ajoutent d’autres formes d’insécurité comme le banditisme résiduel, les affrontements inter et intracommunautaires, ou encore le terrorisme.
En se basant sur une approche sociologique, nous analyserons les différents types de menaces qui minent le champ sécuritaire malien contemporain. Aujourd’hui, le discours politique et/ou journalistique tend à tout unifier au point que l’on croirait à une menace uniforme. Cette vision holistique rend difficile la lecture du champ de l’insécurité qui, au demeurant, est en perpétuelle mutation.   Nous nous intéresserons dans cette contribution à trois formes d’insécurité qui menacent la stabilité du Mali actuel:1) L’insécurité liée au banditisme résiduel, 2) celle liée aux affrontements intercommunautaires comme dans le delta, 3) puis l’insécurité liée au terrorisme comme dans le septentrion malien.
Insécurité au Mali : conceptions, formes et manifestations
Généralement, il est de tradition que le domaine de la sécurité soit exclusivement réservé aux seules forces de défense et de sécurité. Mais les menaces actuelles auxquelles fait face le Mali ont fondamentalement changé la conception classique de la sécurité. Ainsi, une nouvelle approche sécuritaire s’impose et nécessite une nouvelle conception multidimensionnelle de la sécurité. Le « tout » sécuritaire n’est pas nécessairement efficace dans la mesure où certaines formes d’insécurité trouvent leur réponse dans la redistribution des richesses ou encore dans la participation des sociétés civiles et ONG à l’action de sécurisation. C’est dans cette optique que cette analyse sociologique s’inscrit et surtout à une période où la menace sécuritaire change permanemment de forme.
Depuis la fin de l’occupation du Nord-Mali par des mouvements armés[1] en 2012[2], la circulation des armes s’intensifia, augmentant ainsi le banditisme résiduel ainsi que les affrontements intercommunautaires. L’aggravation de la situation d’insécurité augmente la tension entre citoyens et services de sécurité se soldant par une crise profonde de confiance en la capacité de l’Etat à pouvoir sécuriser ses citoyens. Cette crise de confiance va engendrer l’émergence d’une conception « archaïque » de la sécurité, c’est-à-dire qu’elle relèverait exclusivement de la mission régalienne de l’Etat. L’expérience quotidienne au Mali montre que cette conception est désuète. En effet, elle fait suite au prototype sécuritaire colonial et qui fut renforcé par les différents régimes successifs au Mali. La réalité actuelle sur le plan sécuritaire laisse à penser que la sécurité est l’affaire de tous : ONG, sociétés civiles, Etat.
En outre, la crise sécuritaire de 2012 a montré bien de limites de la capacité de l’Etat à couvrir le territoire national et livrer des batailles dans des zones inhabituelles. Suite à cette occupation, les armes ont enregistré une plus grande circulation parmi les populations et par conséquent une augmentation exponentielle de l’insécurité même après la libération des régions occupées. La présence massive des armes dans le septentrion, la mise en débâcle des groupes extrémistes, la présence de frustrations multiséculaires dans certaines localités, le chômage massif des couches juvéniles ; contribueront à redessiner une nouvelle carte de l’insécurité malienne. Celle-ci prend des formes variées et se manifeste de différentes manières selon les problèmes résiduels dans différentes localités comme nous allons le voir tout au long de cette contribution
L’insécurité résiduelle
L’insécurité résiduelle est aujourd’hui la forme d’insécurité qui est la plus ressentie par les populations : les attaques à mains armées dans les domiciles ou sur les axes routiers, les braquages d’établissements bancaires, etc. Cette insécurité résiduelle s’est progressivement étalée aux zones rurales avec des vols de bétails devenus courants. La principale cause demeure la circulation des armes de pointes et de fabrication artisanale, l’importation clandestine des armes, les armes de guerres récupérées à l’armée. Il s’ensuit une conséquence logique qui est la grande criminalité dans les milieux urbains et ruraux.
Les affrontements intercommunautaires
Les affrontements intercommunautaires ont toujours fait partie du champ de l’insécurité. En effet, ces affrontements étaient soulevés par des litiges fonciers, des questions de succession et de chefferie (traditionnelle, religieuse ou dans le cadre de la décentralisation). L’absence de l’Etat dans certaines localités du centre du Mali (Diafarabé, téninku) a abouti à l’émergence d’acteurs nouveaux constitués de groupes armés, de rebelles, de milices d’autodéfense[4]. La particularité de ces groupes est qu’ils sont généralement l’émanation des populations locales et constitués d’individus issus du terroir. A l’Est du delta central, dans la zone de Douentza, Koro et Bankass ; des groupes armés du milieu pastoral ont eu des accointances avec certains groupes terroristes comme le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et le Front de Libération du Macina (FLM). La stratégie de ces groupes locaux consistait à instrumentaliser les conflits locaux préexistants dans le sens de leur idéologie. L’absence de l’appareil étatique et des élus, offre un terrain favorable à la propagation de ces mouvements d’autodéfense dans le delta. Les rapports de forces politiques entre pouvoir étatique et légitimité traditionnelle ont atteint leur paroxysme à travers des crimes commis contre des agents de l’Etat[5] ou contre des élus locaux[6]. En effet, pour que les groupes d’autodéfense puissent s’installer, il leur faut déstabiliser la gouvernance locale. Ils accentuent les clivages sociaux et, par la suite, se posant comme seule alternative possible en l’absence de l’Etat. En fragilisant les pauvres populations locales, celles-ci finissent par croire qu’il n’y a de recours que les milices armées qui sont encore présentes à leurs côtés. Ces conflits intercommunautaires sont surtout vivaces dans des localités ayant été occupées par les rebelles touareg comme ce fut le cas à Douentza. Or, traditionnellement, les pasteurs peul ont toujours eu mailles à partir avec les Touareg à cause des questions liées à l’exploitation des ressources pastorales et le vol de bétails dans cette localité. Cette mésintelligence entre peuls et Touareg a été exacerbée lors des razzias de Inadiatafane conduites par un certain Marouchal[7] (guerrier touareg) dont les fils étaient des représentants du MNLA lors de l’occupation. Pour éviter l’avènement d’une certaine hégémonie touareg à Mopti, les pasteurs peuls prêtèrent allégeance au MUJAO. Nous comprenons aisément qu’à l’origine, il s’agit plutôt d’une stratégie identitaire des peuls du Hayré et du Séeno qu’un mouvement terroriste particulier.
Les travaux de l’anthropologue Boukary Sangaré indiquent que l’absence de l’Etat et des chefferies traditionnelles dans certains cas, offre un terrain favorable à certains groupes dits « djihadistes » pour dicter leurs lois aux populations :
« Ainsi dans le Macina, des pasteurs transhumants, ne voulant plus se soumettre aux règles établies par leurs chefs traditionnels (dioros) cautionnées par l’administration pour l’exploitation des pâturages, se sont armés et ont décidé de ne plus payer de taxes pour avoir accès aux bourgous (plantes fourragères). » (Boukary Sangaré, 2016 : P1.)
L’on comprend aisément que le djihad dans le contexte malien n’est qu’une forme d’instrumentation pour l’atteinte d’un projet communautaire qui viserait à émanciper des populations du joug des chefferies traditionnelles considérées comme complices  de l’Etat. Il est difficile de passer sous silence la place primordiale qui est celle des clivages intercommunautaires ainsi que les frustrations des communautés nomades contre des élites locales et des agents de l’Etat. C’est pourquoi le retour de l’Etat est synonyme du retour des pratiques frustrantes comme la concussion de la part de certains fonctionnaires de l’Etat.
 
Les frustrations sociales comme source de tension
Les frustrations des paysans et des bergers dans certaines localités du Mali constituent un mal social récurrent. Dans certains cas, des agents de l’Etat ont pu se rendre responsables d’injustice à l’égard des populations (les juges, les agents des eaux et forêts, les militaires etc.). Ces injustices, considérées comme des dysfonctionnements classiques de nos sociétés, ont donné à certaines communautés une soif de justice et une volonté de prendre en charge leur propre destin. C’est ce sentiment d’injustice que le MUJAO a exploité à Douentza en promettant une justice équitable pour toutes les populations frustrées. Ce projet du MUJAO a trouvé un écho favorable auprès des communautés nomades peul qui vont se constituer en milices d’autodéfense. Après l’intervention de la France et les opérations de ratissage de l’armée malienne, les milices d’autodéfenses sont ipso facto ciblés par l’armée malienne à travers des exactions[8]. Les ONG des droits de l’Homme comme Human Rights Watch dénoncent des arrestations arbitraires et actes de torture perpétrés contre des communautés peul du delta et ce, au nom des opérations de sécurisation. Cependant, il est encore temps pour l’Etat malien de reprendre les choses en main en reconnaissant les légitimités locales. L’une des principales craintes aujourd’hui est de voir ces conflits communautaires légués aux futures générations. C’est le pire scénario à craindre car ce serait un enracinement intergénérationnel difficile à endiguer.
Quant aux mouvements terroristes, les récents accords ayant abouti à la mise en place du MOC (Mécanisme Opérationnel Cordonné) rend facile la lecture des différents mouvements. En effet, ceux ayant rejoint le MOC sont considérés comme pro Bamako tandis que les autres sont qualifiés de terroristes à abattre comme Ançardine.
Le terrorisme : de la géopolitique à l ‘idéologie
Par définition, le terrorisme est un recours illégitime à la violence afin de contraindre un Etat, une société, à accepter des revendications politiques, religieuses ou identitaires (Jakki, 2004). Dans ce sens, le terrorisme se distingue fondamentalement de la criminalité, organisée ou non, par le fait que son objectif premier n’est pas un gain financier mais une revendication idéologique. Pour parvenir à ses fins, le mouvement terroriste n’hésite pas à s’attaquer aux symboles nationaux comme l’attaque des mausolées de Tombouctou au Mali ou celle du World trade center aux Etats-Unis. De par son ampleur, le terrorisme apparaît aujourd’hui comme l’une des menaces les plus graves à la paix et à la sécurité internationales. Elle est une forme d’insécurité que nous pourrons qualifier de transfrontalière en ce sens qu’elle concerne plusieurs Etats et que le terrorisme se meut à travers les frontières nationales. Cette capacité « transnationalisante » fait du terrorisme une affaire internationale qui interpelle une synergie globale.
Le terrorisme est sans doute l’un des mots les plus fréquents dans le discours politique des cinq dernières années au Mali. C’est précisément à partir de 2012 que les mouvements terroristes vont s’installer dans le septentrion malien avec la complicité de certains groupes rebelles. Si les analyses s’accordent à dire que le terrorisme au nord du Mali fait suite à la chute du régime du colonel Kadhafi, en revanche il faut admettre que cette partie du Mali a toujours été instable depuis l’indépendance[9]. Les analyses de Salim Chena et Antonin Tisseron (2013) mettent en exergue l’impact de la guerre en Libye et de la chute de Kadhafi sur le Sahel. Cependant, la question Touareg, plus ancienne, est la résultante d’enjeux politiques et économiques. Certes, l’apparition de la crise actuelle dans le septentrion malien renvoie directement à la chute du régime du colonel Kadhafi. L’effondrement de l’Etat Libyen a fait l’effet d’un séisme sur beaucoup d’Etat sahéliens dont le Mali et le Niger principalement. La rébellion de 2012 naît alors sur les ruine de l’Etat libyen pour devenir un problème sécuritaire de premier plan au Mali sous le régime du président Amadou Toumani Touré. Au départ, ce sont les groupes rebelles indépendantistes qui occupaient le premier plan avant d’être chassés par des djihadistes et narcotrafiquants. Le leadership a progressivement basculé du côté des narcotrafiquants qui opèrent alors sous le couvert d’un islam rigoriste. Depuis quelques décennies l’islam tel qu’utilisé par les terroristes constitue une idéologie de guerre contre les Etats modernes. L’usage cultuel de l’islam tombe progressivement au profit d’un usage militantiste ou idéologique de plus en plus prononcé[10]. Dans cette idéologie, l’Occident est présenté comme la « cause du malheur de l’humanité » et par conséquent l’ « ennemi à abattre ». Avec les mouvements terroristes, on assiste à un glissement opérationnel du champ ontologique de l’islam vers un champ presque martial dont la violence devient une valeur symbolique.
Le couplage islam-terrorisme n’est donc ni plus ni moins qu’une arme idéologique aux mains de bandits. Les mouvements dits djihadistes ont opéré au nord du Mali sous le couvert de l’islam comme ce fut le cas dans toutes les localités occupées. Or, l’islam malien est connu pour sa forme tolérante et pacifique avec l’existence de plusieurs confréries comme la tijanya, les wahabit, les malikit etc. Les auteurs des crimes commis au nord du Mali ont épousé l’islam radical avec une interprétation textuel du coran.
En conséquence, l’insécurité au Mali constitue un phénomène beaucoup plus complexe contrairement à ce qu’il peut paraître. Ce qui nécessite une analyse plus pointillée qui prend en considération les formes, les contextes et les logiques qui sous tendent les différentes formes d’insécurité au Mali. Aujourd’hui, l’insécurité du centre malien n’est pas l’affaire des seules forces de sécurité. La seule présence des forces de défense et de sécurité n’est pas à même de mettre fin aux séries d’affrontement inter et intracommunautaires. Les acteurs locaux, notamment les associations comme Kawral ou Tapital Pulaku mettent l’accent sur la justice qui serait mal rendue dans le centre. Les affrontements communautaires sont la résultante plus ou moins directe des décennies de frustrations subies par des communautés rurales. Ce serait donc cette soif de justice que les djihadistes ont instrumentalisée pour avoir l’adhésion des populations locales.
Pour aller plus loin
BOTHA, A. (2003), Background : Terrorism in Africa, contribution présentée lors de l’ISS Terrorism Seminar, 18-19 septembre 2003, Colosseum Hotel, Pretoria.
BAYART, J-F., et all.(1999), The Criminalization of the State in Africa, Londres, James Currey (version française : La Criminalisation de l’Etat en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997).
HUMAN RIGTHS WATCH(2016). Mali : les abus s’étendent dans le sud du pays », Rapport de février 2016,
JAKKIE, C. (2004). « L’Afrique et le terrorisme » In Afrique contemporaine, n°209 Pp. 81-100
SANGARE Boukary. (2016). « Le Centre du Mali : épicentre du djihadisme ? » Note d’Analyse du GRIP, 20 mai 2016, Bruxelles.
TISSERON, A. « Mali : quels chantiers, quelles avancées ? », Note d’Analyse du GRIP, 22 décembre 2015.
Annexe : les principaux groupes radicaux au sahel
-Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), qui porte ce nom depuis 2007.
-Ançar Dine (aussi orthographié Ançar Eddine, Ansar Dine, Ansar Eddine, Ansar ed-Dine, Ansar al-Dine) est le mouvement fondé par Iyad Ag Ghali en 2012.
-Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) est un groupe émanant d’AQMI qui est devenu autonome entre 2008 et 2011.
– Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), créé en octobre 2011, est le mouvement rebelle touareg qui a lancé la conquête militaire du nord du Mali en janvier 2012.
Notes:
[1] Parmi les mouvements armés on peut citer : MNLA (Mouvement national de libération de l’AZAWAD), Ançardine (un mouvement islamiste dirigé par Iyad AG Aly), AQMI (Alqaïda au Maghreb islamique).
[2] Pour revenir à l’histoire de cette crise, voir les publications de l’ONG INSO sur leur site : www.inso@safety.org.
[3] Malgré le moratoire sur la fabrication et la circulation des armes légères, le problème demeure. Voir « exposé sur la pratique de sécurité au Mali », document officiel du ministère de la sécurité.
[4]  Comme l’Alliance nationale pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ANSIPRJ). Son fondateur et dirigeant est Oumar Aldjana. Le groupe de Hama Foune ou le front de libération du Macina de Hamadoun Kouffa .
[5] Cf. L’assassinat du chef de poste des eaux et forêts à Dialloubé ou encore l’exécution froide d’un agent des eaux et forêt à Sokolo à Niono le 11 février dernier.
[6] Assassinat du maire de Boni Hamadoun Dicko le 18 janvier 2017 ou celui du maire de Mondoro Suleymane Ongoiba le 28 janvier 2017.
[7] Un chef de tribu qui conduisit des expéditions armées durant contre des peuls.
[8] Pour les exactions voir les publications de l’association Kawral : www.association-kawralpoulaku.org.
[9] De l’indépendance en1960 à nos jours, le Mali a vécu cinq rébellions dans sa partie septentrionale. La première date de 1963, sous le régime du président socialiste Modibo Keïta. Elle fut matée par l’armée malienne. La deuxième, déclenchée en 1990, fut conduite par des jeunes Touaregs revenus de la Libye. Le 23 mai 2006, la troisième rébellion fut déclenchée par l’Alliance démocratique pour le changement. Le 4 juillet, un accord contesté par l’opposition fut signé en Algérie. Frustrée d’être exclue des accords d’Alger de 2006, l’Alliance Touareg Niger-Mali poursuit ses attaques contre les villes garnisons du nord en enlevant des soldats placés sous le commandement de Ibrahim Ag Bahanga. Enfin, la cinquième et dernière rébellion que le Mali ait connue est celle de 2012, que nous développons dans la présente note.
[10] Comme c’est le cas avec Boko-haram qui rejette toute civilisation occidentale considérée comme impie.

 

Hiérarchisation ethnique et extrémisme violent au centre du Mali Vers une nouvelle rébellion dans un contexte d’insécurité généralisée

Par Aly TOUNKARA, docteur en Sociologie de l’université Paris Descartes, la Sorbonne. Enseignant-chercheur à l’Université de Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (Mali) et membre du Laboratoire de Sciences Sociales (2L2S) de l’université de Lorraine,(France). Ses recherches portent sur l’extrémisme violent, l’islam politique et le genre,. Il est également consultant indépendant et a eu à conduire plusieurs études sur les questions de l’extrémisme violent pour des Organisations Non Gouvernementales Nationales et Internationales intervenant en Afrique.
Le présent article a pour point de référence les évènements de 2012, avec l’éclatement de la rébellion dans la région de Kidal, puis progressivement les autres régions nord du Mali, les printemps arabes( surtout avec la chute du régime libyen, les Touaregs libyens, d’origine malienne qui combattaient auprès des troupes régulières du colonel Kadhafi vont retourner au bercail avec armes et bagages à la suite de l’assassinat de ce dernier) et le coup d’Etat militaire, conduit par un groupe de jeunes officiers,[1] bouleversent le cadre habituel et les solutions traditionnelles apportées aux rébellions antérieures. Cette crise multidimensionnelle provoque la psychose chez les populations des localités concernées.

Continuer la lecture de Hiérarchisation ethnique et extrémisme violent au centre du Mali Vers une nouvelle rébellion dans un contexte d’insécurité généralisée

La délinquance serait-elle un passage obligatoire vers la radicalisation des jeunes ?

Entretien avec Séraphin ALAVA, professeur des universités en sciences de l’éducation de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, coordinateur du projet européen PRACTICIES sur la prévention de la radicalisation et membre de l’équipe scientifique « Radicalités et régulations » (MSH-Toulouse).
Propos recueillis par Hasna HUSSEIN, Mai 2017 (A paraître dans la revue Les Cahiers des Discriminations). 

Vous êtes spécialiste des phénomènes de radicalisation chez les jeunes et éducateurs, comment abordez vous la question de la radicalisation ?
Oui il est parfois étonnant de voir un professeur des sciences de l’éducation s’intéresser à ces questions. Elles sont souvent abordées sous l’angle des sciences politiques ou de la sociologie mais pour moi la radicalisation est un échec de l’éducation dans sa globalité. En effet la citoyenneté et les valeurs de la république sont mises à rude épreuve aujourd’hui face à ce phénomène double de cristallisation de la pensée et de rupture fondamentale du lien social. Lorsqu’un jeune considère que ses croyances, certitudes, analyses sont essentielles dans sa vie alors il s’ancre dans son existence et l’engagement moral ou politique est un marqueur de la personnalité. Mais quand ce jeune ne peut plus supporter d’autres pensées, d’autres croyances, d’autres engagements, alors il est en rupture avec le « vivre ensemble » et l’ensemble des éducateurs se sent en échec.

Continuer la lecture de La délinquance serait-elle un passage obligatoire vers la radicalisation des jeunes ?

Le djihadisme : mélange explosif entre narcissisme et vengeance

Par Silvia Pierantoni Giua, chercheuse en psychanalyse diplômée de l’Université de Paris Diderot VII- La Sorbonne en 2016 (Master sous la direction de Fethi Benslama). Silvia Pierantoni est aussi titulaire d’un Master en langue et culture arabe-islamique de l’Université La Statale de Milan (2015). Elle s’intéresse actuellement au sujet de la prévention de la radicalisation par la culture.

 

Plutôt qu’une conversion à la religion d’Allah, le djihadisme est un processus qui amène l’individu à l’accomplissement de ce que nous appelons « identité au négatif ». Avec cette définition, nous nous référons à une opération qui voit se croiser et s’imbriquer deux éléments : l’abdication de la pensée critique en faveur d’une adhésion totalisante à une idéologie. Continuer la lecture de Le djihadisme : mélange explosif entre narcissisme et vengeance

Prévention contre la radicalisation en Suède : Quand la religion devient une solution

Par Kamel SOUIG, doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication. Université Aix-Marseille et consultant en communication chez Founder Family.

Andréas Schönström, photo prise par Kamel SOUIG
Rencontré une première fois en marge du sommet «  Villes européennes contre la radicalisation » à Bordeaux en mai 2016, Andréas Schönström est la figure de proue en matière de prévention contre la radicalisation. Il nous reçoit chez lui à Malmö, une ville de 300 000 habitants, souvent citée comme ville pilote en matière de prévention contre la radicalisation. Selon son expérience et celle des responsables locaux, la lutte contre le phénomène de la radicalisation passe par l’intégration de la communauté musulmane et la lutte contre tous les mouvements extrémistes et sectaires.
Dans cet entretien Andréas Schönström élu à la mairie de Malmö nous livre son expérience d’élu et son regard de citoyen en matière de lutte et de prévention contre la radicalisation. Continuer la lecture de Prévention contre la radicalisation en Suède : Quand la religion devient une solution

Menace et persuasion dans le discours extrémiste

par Laura Ascone, étudiante en doctorat à l’Université de Cergy-Pontoise en Sciences du langage et spécialiste de l’expression des émotions, en particulier, dans la façon dont elles sont exprimées dans une conversation via un ordinateur. Elle concentre actuellement ses recherches doctorales sur l’étude des émotions dans la radicalisation islamiste sur Internet.
Suite à la réinstauration du soi-disant Califat, le 29 juin 2014, et aux attaques terroristes menés par Daesh dans les dernières années, une attention particulière a été portée sur le phénomène de la radicalisation islamiste et, plus particulièrement, sur ce qui amène des jeunes, qui très souvent n’ont grandi dans un milieu ni arabe ni musulman, à adhérer à l’idéologie djihadiste violente, voire à passer à l’acte au nom de cette idéologie. Continuer la lecture de Menace et persuasion dans le discours extrémiste

Les vierges (hûr ‘în), fantasme de Daesh

Le 16 novembre 2016, la société de production de Daesh, Al-Hayat Media Center, publiait un nouveau nasheed, chant rituel, intitulé « Les Éternelles ». Ce n’est pas la première fois que le groupe terroriste exalte cette forme de ‘récompense’ (au paradis) à ses fidèles, à travers des poésies chantées principalement en arabe. Il existe au moins plusieurs dizaines d’anasheed (pl. de nasheed) sur le thème des vierges, comme nous allons le voir dans cette contribution. L’analyse de ce corpus constitué d’un échantillon de deux nasheed en français et de trois nasheed en arabe révèle un usage récurrent de cette notion comme moyen de motivation des guerriers et perspective eschatologique d’un paradis orgiaque. En outre, cette analyse vient confirmer les résultats de plusieurs enquêtes qui ont décelé une écoute intensive des anasheed par les djihadistes. Le nombre de vues des vidéos de nasheed sur Youtube dépasse en effet les milliers, voire mêmes les dizaines de milliers pour certains. Continuer la lecture de Les vierges (hûr ‘în), fantasme de Daesh

L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

Par Hasna Hussien et Dr. Moreno al Ajamî
Les dimensions idéologiques de Daesh, assez souvent négligées dans l’étude de ce phénomène global, constituent des facteurs cruciaux pour comprendre cette nouvelle mouvance jihadiste violente qui fonde sa « légitimité » sur sa propre interprétation de l’islam. L’étude de la doctrine daeshienne et sa position sur la carte idéologique du salafisme et du fascisme permet de mieux saisir ses origines, ses fondements et ses stratégies qui constituent une base importante pour justifier son recours à la violence extrême.
Continuer la lecture de L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

« Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

Par Daniel Martin, directeur du Centre Régional de Verviers pour l’Intégration des personnes étrangères ou d’origines étrangères, CRVI
 crvi
Le défi de la lutte contre le radicalisme violent à caractère religieux consiste à condamner et sécuriser sans faiblesse, mais aussi construire, reconstruire sans cesse. Continuer la lecture de « Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

L’Islam : des sources aux usages contemporains ; genèse du jihad global

Par Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.
I. Les sources scripturaires de l’islam
Comme toute religion, l’Islam est un système de croyances et de valeurs d’où découlent des normes et des rites. L’islam repose sur trois sources scripturaires : le Coran, le Hadîth, le Consensus. D’un point de vue historico-critique, l’Islam est principalement bâti sur le Hadîth puis sur le Consensus des ulémas. Le Coran donné comme source principale est ainsi devenu dans les faits une source secondaire. Continuer la lecture de L’Islam : des sources aux usages contemporains ; genèse du jihad global

Appel à Contribution

 

(EXTENSION DU DÉLAI D’ENVOI DE CONTRIBUTIONS JUSQU’À LA FIN DU MOIS DE FÉVRIER 2017)

Dans le cadre du projet « Comprendre, sensibiliser et contrer la propagande djihadiste violente », soutenu par l’Association de Recherches et d’Etudes sur la Santé, la Ville et les Inégalités (ARESVI), le carnet de recherche  cdradical.hypotheses.org lance un appel à contribution afin d’approfondir, amplifier et multiplier les approches critiques et académiques de la propagande djihadiste violente. Il s’agira d’analyser ses mécanismes et réfuter les contenus (discursifs, visuels etc.) de cette propagande. Continuer la lecture de Appel à Contribution

La place et le rôle des muhâjirât de Daesh

Cette analyse repose sur les principaux résultats d’un nouvel article sur le thème « Comprendre la place et le rôle des muhâjirât de Daesh », à paraître en décembre 2016 dans une revue spécialisée.
La féminisation du radicalisme djihadiste violent est devenu un phénomène social. L’engagement des jeunes femmes dans les rangs de Daesh ne cesse de croître. Ces femmes migrantes (muhâjirât) représentent 40 % des départs en Syrie et en Iraq selon les dernières statistiques de l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT) [1]. Les profils sont très diversifiés : toutes les catégories sociales, toutes les régions sont touchées, territoires urbains comme villes moyennes. On dénombre par ailleurs 30 % de femmes parmi les 9300 personnes signalées pour radicalisation violente. Continuer la lecture de La place et le rôle des muhâjirât de Daesh

« Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

Entretien réalisé par l’auteure avec le fils de la victime Ahmad, trentenaire, Tripoli, juillet 2016
La famille occupe une place centrale dans la propagande de Daesh et son projet social. Son imaginaire idéalisé du « califat » repose en partie sur l’obligation de la « hijra familiale » pour « se retrouver avec la meilleure des familles » ou « préserver la famille musulmane » car celle-ci est la « plus chère » au musulman « après sa religion », comme ressassé dans leurs différents supports écrits de propagande. Continuer la lecture de « Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Article publié le 4 juillet dans la revue Esprit. http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=459
La propagande officielle de l’« Etat islamique » (connu sous l’acronyme arabe « Daesh ») diffusée sur Internet est plus complexe que ce que laissent entendre les médias mainstream[1] et les résultats de certaines recherches francophones. L’étude critique de cette propagande à l’aide des approches sémantique, sémiologique et de l’analyse de discours[2] permet de comprendre les mécanismes, les logiques et les modalités du processus de radicalisation violente. Nous nous intéresserons dans le cadre de cette contribution plus particulièrement aux techniques d’attraction déployées par cette propagande pour recruter de nouveaux sympathisant-e-s. Ainsi, le corpus exploité est constitué de toutes sortes de productions médiatiques disponibles sur internet en trois langues: arabe, français et anglais : magazines, bulletins de guerres, images et vidéos de propagande, chants rituels (anasheed), brochures. Continuer la lecture de La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

enfantDaesh
Capture d’écran d’une mise en scène des enfants-soldats, Dabiq, n°11, août 2015.
Le dernier rapport de l’Unicef publié le 14 mars 2016 sur le thème No place for children révèle que les recrues des groupes et forces armés sont de plus en plus jeunes, jusqu’à 7 ans. Ces enfants reçoivent un entraînement militaire et participent aux combats, endossent des rôles qui menacent leur vie sur les lignes de fronts comme celui de porter et assurer l’entretien des armes, tenir les postes de contrôle, soigner les blessés de guerre, ou encore participer dans certains cas à des services sexuels comme esclaves. L’Unicef estime aujourd’hui que dix mille enfants participent à pas moins de 15 conflits armés de par le monde. Certains sont recrutés de force ou enlevés, d’autres s’enrôlent pour fuir la pauvreté, la maltraitance et la discrimination, ou pour se venger des auteurs d’actes de violence commis à leur encontre ou contre leur famille. Continuer la lecture de Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Avec  Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.
Ce n’est pas la première fois que Daesh met au cœur de sa propagande la figure d’une personne âgée, un cheikh ou un hâdj. La boîte de production arabophone Al-Khayr (« Le bien ») vient de publier une nouvelle vidéo autour de cette figure et dont le titre renvoie au fragment de verset coranique « Khifâfân wa thikâlâ » (« Légers ou lourds », selon la traduction du Coran dit du Roi Fahd), S9, V41. C’est un septuagénaire surnommé Abou Do’âa al-Maghribî qui appelle au djihâd et à la hijra en darija, dialecte marocain, avec un sous-titrage en arabe littéraire pour une réceptivité plus large du public arabophone non maghrébin. En face de lui, un adolescent syrien de 15 ans se présentant comme futur-kamikaze (istishâdî) que l’on verra monter dans une voiture piégée à la fin de la vidéo. Continuer la lecture de Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Abou al-Hassan al-Falestini est le surnom d’un jihadiste, cheikh et juge (qâdî) qui occupe une place importante parmi les théoriciens et idéologues de Daesh (à ne pas confondre avec le jeune djihadiste d’origine palestinienne, émir de la wilâya de Qalamoun en Syrie décédé en août 2014 dans le combat d’Irssal contre l’armée libanaise). Les éditions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en 2013 un nouvel opuscule d’al-Falestini sous le titre Roudoud wa talmihât ‘ala monkiri al-‘amaliyyat al-istishhadiyya (« Réfutations de ceux qui dénoncent les opérations martyrs », traduction non littérale, tnl). Cet opuscule de près de 60 pages fait suite à la polémique déclenchée par sa fatwa (« avis juridique ») pour légitimer ce qu’il appelle « les opérations martyrs » contre l’ennemi (l’armée, la police et l’ensemble des régimes politiques, considérés comme « impies ») et sa mise en application par l’EI. Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
L’idéologie de Daesh commence à prendre forme peu de temps avant la création de son embryon iraquien sous le nom de l’«Etat islamique en Iraq » (« addawla al-islamiyya fi-l Irak »), le 12 juin 2006. Certains fondateurs de cette idéologie djihadiste takfiriste (« excommunicatrice ») sont moins connus que d’autres notamment en Occident, tels Abou Bakr Naji, Abou Anas al-Châmî, Abou al-Hassan al-Falastini ou encore Abou Hamza al-Mouhajer. En février 2016, les Editions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en arabe la deuxième édition d’un opuscule constitué de deux lettres (rasa’el) signé Abou Hamza al-Mouhajer. Elles ont été rédigées et mises en ligne sur le net initialement en septembre 2007 (pendant le mois de ramadan) sous le titre « Al-Wasiyyah al-thalathiniyya li ‘omara’ wa jounoud addawla al-islamiyya» (« Le trentième recommandation pour les émirs et les combattants de l’Etat islamique »). Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
En France, la polémique sur la porosité entre le salafisme et l’idéologie djihadiste de Daesh prend de l’ampleur. Nous envisagerons à travers cet article d’étudier le rapport entre ce courant politico-religieux (le salafisme) et cette idéologie terroriste. Pour ce faire, nous nous sommes intéressés à la place des références des savants de tradition salafiste (Mohammed Ibn ‘Abd al-Wahhâb et Ibn Taymiyya en particulier) notamment dans les productions médiatiques écrites publiés par Daesh. Les éditions de celui-ci connues sous le nom Al-Himma (« L’effort ») viennent très récemment de republier quatre ouvrages du shaykh Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhâb parmi ses célèbres Lettres personnelles (« al-rasâ’il al-shakhsiyya») : Mokhtasar sirat al-rasûl ; Kashf al-shubuhât  (février 2016) ; al-wajibât et al-oussoul al-thalâtha (mars 2016). Continuer la lecture de Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh