Tous les articles par HASNA HUSSEIN

Les « lionceaux du califat »: une analyse de la propagande djihadiste

Par HASNA HUSSEIN, Sociologue des médias et du genre
Article Publié par les Cahiers dynamiques, Revue professionnelle de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, N° 72, 2017/2.
Le dernier rapport du centre Soufan[1], publié en octobre 2017 et intitulé Beyond the caliphate[2] révèle que 2000 enfants de 9 à 15 ans ont été recrutés et formés par le groupe « Etat islamique » ou Daesh dans la zone irako-syrienne. Le document estime le nombre de ressortissants français parmi ces chiffres à 460, ce qui place la France à la tête du classement des pays d’où proviennent le plus d’enfants-soldats avant la Russie (350), la Belgique (118) et les pays bas (90). Selon les autorités françaises : « Les deux tiers sont partis avec leurs parents, le tiers est composé d’enfants nés sur place et qui ont donc moins de quatre ans »[3].
Les enfants et les adolescents constituent la première cible de la stratégie de recrutement de Daesh mais aussi un pilier capital de son projet politico-religieux. Ces derniers sont en effet surreprésentés dans la propagande médiatique du groupe terroriste où l’on voit garçons et filles, de tous âges confondus, particulièrement présents dans ses magazines et vidéos.
Nous nous sommes ainsi intéressés à l’étude de la place des enfants de Daesh dans cette propagande par le biais d’une approche socio-sémiotique afin de comprendre leur condition de vie et leurs rôles dans le dit califat. Ce qui nous poussera enfin à réfléchir aux modalités d’accueil et d’accompagnement adaptés à ces profils de jeunes dont une partie est, ou se trouve sur le chemin du retour dans leurs pays d’origines.
L’enfant et la symbolique de la régénération
La propagande de Daesh investit l’image de l’enfant comme la symbolique du renouveau et de l’âge d’or du nouveau monde. En effet, celui-ci est souvent utilisé pour annoncer l’arrivée d’une période historique nouvelle, placée sous le signe de la régénération, du bonheur et de la justice.

Capture d’écran, Dar-al-islam,
 Capture d’écran, Dabiq, n° 15, juillet 2016, n° 7, décembre 2015
En outre, l’image de l’enfant est souvent associée à d’autres représentant le printemps, symbole d’une fertilité, de vie exubérante et d’élan débordant. On les voit souriant, jouant dans des parcs et jardins, sur les bancs de l’école, ou encore dans des soirées animées. Cette image sert aussi à renforcer l’aspect « festif » de la guerre, selon l’expression de Farhad Khosrokavar[4]. Ainsi, cette dernière vient donc s’ajouter à d’autres plus « gaies » et « cool » de la vie sur le territoire putatif du califat telles que des grandes villas avec des piscines voire même des palais, des centres commerciaux et des complexes éducatifs, sportifs, médicaux et académiques offerts à la jouissance des « lionceaux du califat » et de leurs aînés. Ce projet de vie (et de mort) alternatif doit répondre aux exigences des adultes qui cherchent un nouveau départ pour eux et leurs familles.
Les « lionceaux du califat » et la stratégie de la terreur
La propagande de Daesh mobilise une rhétorique politique, militariste et générationnelle où la jeunesse reprend le flambeau d’une « cause sacrée », ainsi qu’un imaginaire historique notamment centré autour de la notion du califat pour désigner les enfants-soldats : « les enfants des ‘martyrs’ » (abnâ’ al-chohadâ’), « les lionceaux du califat » (achbâl al-khilâfa), « les générations du califat » ‘ajiyâl al-khilâfa), « les générations de Damas et de Jérusalem » (ajyâl al-ghoûta wal qods), « les générations de Dabiq, Constantine et Rome » (ajiyâl dâbiq, al-qostantiniyya wa româ), ou encore « la génération des odyssées et des victoires » (jîl al-malâhim wal botoûlât)[5].
Parmi ces images, celle du « lionceau du califat »[6] est tout particulièrement surreprésentée dans les différents supports médiatiques de Daesh, à savoir : vidéo, textes et images. Nous avons recensé, par exemple, plusieurs centaines de vidéos de propagande produites entre 2012 et 2017 autour des « lionceaux du califat ». Ils sont français, tunisiens, tchéchènes, belges, kurdes, américains, etc. tous âges confondus qui sont de manière très manifeste manipulés pour servir la propagande du groupe terroriste.
Capture d’écran d’une vidéo de propagande « Une nation fertile » publiée en septembre 2017
En septembre dernier, peu avant la reprise de son fief, le bureau médiatique du « Wilâyat al-Raqqah » publie une nouvelle vidéo intitulée Une nation fertile. Celle-ci met en scène l’instrumentalisation de deux enfants, Youssef, 10 ans d’origine américaine, et Abdallah, 7 ans, un irakien de Sinjar. La vidéo met en avant un ensemble d’éléments affectifs à partir notamment d’un flot d’images de destruction des quartiers et des mosquées de la ville de Raqqa, en Syrie, illustrées d’un bilan de la guerre contre cette ville : «Les bombardement s’accentuent d’une nuit à l’autre. Les mécréants (kouffâr) nous bombardent avec toutes sortes de bombes y compris les bombes phosphoriques », affirme le gamin américain[7]. La charge émotionnelle atteint son apogée lorsque de sa voix enfantine il déclare, alors qu’il joue au manège avec son copain : « Nous n’avons pas peur de vos avions »[8]. Daesh utilise les sentiments de colère, de pitié et de compassion avec cette enfance bafouée afin d’inciter d’autres sympathisants à s’engager dans cette idéologie. La vidéo s’achève sur une scène montrant les deux gamins maniant des armes de guerre.
Une initiation précoce à la sauvagerie
Les enfants-soldats de Daesh sont très précocement initiés aux codes et langages djihadiste parmi les plus belliqueux : « tuer les mécréants (kuffâr) », « venger le sang des musulmans », « faire une opération martyr », etc. Ce qui montre qu’ils ont reçu une (re)socialisation djihadiste dès leur plus jeune âge. L’idéologie djihadiste accorde une importance particulière à l’éducation des enfants afin de les initier au combat. Ils sont ainsi obligés de suivre un double cursus.
D’une part, il rejoignent les « écoles islamiques » de Daesh où on leur inculque les préceptes religieux dans leur conception la plus extrémiste[9] : « J’ai 7 ans et je reçoit une éducation qui s’aligne sur le tawhîd (« unicité de Dieu », notion-clé dans le langage djihadiste) et les ‘ibadât (pratiques religieuses) » affirme l’enfant irakien[10].
D’autre part, les enfants subissent une sorte d’« endurcissement physique », à l’instar de l’éducation nazie. Ce dernier repose à la fois sur une formation physique (dawra badaniyya), d’initiation aux règles de combat (founoûn qitâliyya) et militaire (‘askariyya) afin de pouvoir manier une arme blanche ou à feu mais aussi participer à des opérations militaires depuis les lignes de front. Ce genre de formation s’effectue principalement dans des camps d’entraînement dédiés aux enfants et jeunes garçons en Syrie ou en Iraq. Il s’agit d’un programme rigide comprenant un ensemble de pratiques telles l’isolement, la récitation des chants rituels (anasheed), l’interdiction de regarder la télévision ou d’écouter de la musique entraînant une forme de désocialisation radicale chez ces enfants. Ce qu’ils subissent s’apparente à un lavage de cerveau accompagné de manipulations mentales et comportementales afin de les reconditionner à une vision apocalyptique et décadente du monde du dehors.
Une prise en charge urgente
L’endoctrinement des enfants et adolescents au sein des groupes djihadistes violents, tels Daesh ou d’autres, constitue une transgression des droits de l’enfant mais aussi une vraie menace pour l’avenir de ces jeunes notamment ceux qui ont reçu et subi pendant longtemps une socialisation djihadiste au sein des familles radicalisées ou dans des camps d’entraînements de Daesh. En 2015, l’Observatoire Syrien (Al Marsad as-Sûri) a recensé plus de 1200 enfants qui ont rejoint le groupe terroriste en Syrie et 900 en Iraq[11]. Un reportage publié récemment par The Gardien pointe cette menace[12] mais alerte aussi sur la condition des enfants qui ont fui la ville de Mossoul en Iraq après sa reprise par l’armée irakienne. Le reportage rapporte que des milliers d’enfants des familles des djihadistes, qui ont perdu leurs parents dans la guerre, sont menacés de mort par représailles et répartis dans des camps de refugiés à quelques kilomètres de la ville de Mossoul. Selon Watheq Al-Hashimi, directeur de Iraq Group for Strategic Studies, la situation de ces enfants et adolescents est très précaire : « Les autorités irakiennes ne possèdent pas les moyens matériels et humains pour assurer l’accompagnement nécessaire de ces jeunes dont la majorité souffrent de traumatismes consécutifs à des situations de guerre »[13]. Le chercheur irakien rajoute : « La plupart sont des enfants en bas âges des combattants étrangers dont nous avons du mal à identifier les origines. Nous sommes aussi confrontés à d’autres obstacles. Même quant on arrive avec l’aide de la population à identifier les origines géographiques des familles des enfants. Certains pays refusent de prendre leurs responsabilités et de prendre en charge ces enfants »[14].
En France, les autorités estiment le nombre d’enfants rentrés de Syrie et d’Irak à une cinquantaine de mineurs dont la plupart ont de moins de 12 ans et parlent d’un « fort potentiel de dangerosité à terme »[15]. Aujourd’hui, il devient urgent de mobiliser des équipes spécialisées et pluridisciplinaires pour la mise en place des politiques et des pratiques de prise en charge adaptées à la situation de ces enfants.
[1] Le centre Soufan est une organisation à but non-lucratif qui s’intéresse particulièrement aux questions sécuritaires à l’échelle internationale. http://thesoufancenter.org
[2] Le rapport est disponible en ligne : http://thesoufancenter.org/wp-content/uploads/2017/10/Beyond-the-Caliphate-Foreign-Fighters-and-the-Threat-of-Returnees-TSC-Report-October-2017.pdf [consulté le 11/11/2017].
[3] Selon le directeur général de la sécurité intérieure (DGSI) Patrick Calvar lors d’une audition à l’Assemblée nationale en juin 2016.
[4] Farhad Khosrokavar, Radicalisation, Paris, FMSH, 2014.
[5] Voir notre papier sur le thème « Les ‘enfants-soldats’ de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance », https://cdradical.hypotheses.org/203#more-203 [consulté le 14/11/2017].
[6] Noman Benotman & Nikita Malik, « The Children of Islamic State », Quilliam Foundation, Mars 2016. https://www.quilliamfoundation.org/wp/wp-content/uploads/publications/free/the-children-of-islamic-state.pdf [consulté le 14/11/2017].
[7] Traduction par l’auteure depuis l’anglais.
[8] Traduction par l’auteure depuis l’anglais.
[9] Cette pédagogie primaire repose sur l’enseignement des notions fondamentales dans la doctrine salafiste en général telles Masâ’il al Jâhilîyya (« Les sujets de l’ignorance ») ou Al-wala’a wal-bara’a fi islâm (« L’alliance et la rupture en islam ». Voir à ce propos la référence précédente.
[10] Traduction par l’auteure depuis l’arabe.
[11] Voir http://www.syriahr.com/2017/10/18/أطفال-داعش-قنبلة-المستقبل-الموقوتة/ [source en arabe consulté le 14/11/2017]
[12] Le reportage rapporte l’histoire de Mohammed, fils d’un émir de Daesh qui veut devenir un sniper comme son père. Voir « Children of Isis fighters face threat of Mosul revenge attacks », https://www.theguardian.com/world/2017/jul/26/orphans-of-isis-dangers-children-mosul-recaptured [consulté le 14/11/2017].
[13] Entretien réalisé par l’auteure à Tunis le 15 octobre 2017.
[14] Ibid.
[15] La déclaration de la sénatrice Nathalie Goulet du 26 octobre. Voir à ce sujet https://francais.rt.com/france/45112-famille-djihadistes-francais-demande-etre-jugee-en-france [consulté le 12/11/2017]

Du changement de paradigme comme prérequis aux contre-discours : la question de l’épistémologie du croire

Par Hicham ABDEL GAWAD, doctorant en Sciences des Religions à l’UCL et titulaire d’un Master dans cette même discipline. Il est formateur au dialogue islamo-chrétien en milieu scolaire belge et est également l’auteur de « Musulmans et Chrétiens, pistes pour un dialogue sans angélisme ni pessimisme », La Boîte à Pandore (2018), « Les questions que se posent les jeunes sur l’islam », La Boîte à Pandore (2016) et « Comment réagir face à une personne radicalisée? », co-écrit avec Laura Passoni, La Boîte à Pandore (2017). Son domaine actuel de recherche est la pédagogie du croire chez les jeunes et l’apport des sciences humaines dans l’approche actuelle de l’islam en société.
Comment rendre compte du fait que, parmi des jeunes musulmans issus d’un même milieu socio-culturel, certains vont refermer un livre salafiste en se disant « ces discours sont des sottises » alors que d’autres diront « c’est l’islam authentique » ?
Cette question, simple dans son énoncé, présuppose néanmoins la prise en compte d’un phénomène particulièrement complexe : celui de la réception des discours à signature islamique dans un marché de la croyance (ou encore un « champ religieux » pour reprendre Pierre Bourdieu) toujours plus diversifié. Les sources de discours religieux ne se limitent plus en effet aux conceptions intrafamiliales et aux sermons des mosquées : ces sources sont mises en compétition avec des discours sous forme de vidéo en ligne, d’ouvrages disponibles dans des librairies présentées comme islamiques, de cours dispensés dans des instituts privés, sans oublier bien évidemment l’influence des réseaux sociaux et des évènements de type « conférence » ou « grand rassemblement ». Il existe ainsi un éclatement des sources possibles d’information et, par voie de conséquence, un éclatement des sources de légitimité.
Autorité, légitimité et contre-discours
Cet éclatement est d’autant plus déterminent pour la question de l’élaboration de contre-discours radicaux que les éclairages apportés par des chercheurs comme Musa Furber[1] nous font état de mécanismes qui permettent à une source de s’élever au dessus des autres. Dit autrement, malgré l’éclatement des sources de légitimité, certaines arrivent à se crédibiliser par rapport à leurs concurrentes selon des mécanismes identifiables et donc déterminants dans l’optique de l’élaboration de stratégies de contre-discours.
Concrètement, la question que s’est posée Furber est celle de savoir quels sont les éléments qui rendent une fatwa crédible aux yeux des croyants. Les résultats de son étude sont sans appel : 94,4% des répondants à l’étude placent la réputation du Mufti[2]comme prioritaire. Viennent ensuite le référencement aux sources (Coran & Sunna) avec 85,7% des répondants et les développements explicatifs du choix desdites sources avec 82,2%. Le référencement à des travaux juridiques plus anciens ou encore l’apposition d’un tampon ou d’une signature arrivent ensuite loin derrière en quatrième et cinquième position avec respectivement un score de 66,7% et 51% des répondants (Furber, 2013: 14).
Ces chiffres indiquent un élément important : la confiance accordée à une fatwa est fortement corrélée au producteur de la fatwa. Dit autrement, c’est la personne à l’origine du propos qui fait autorité et non le propos pour sa valeur intrinsèque. Il s’agit ici d’un indice fort qui pointe vers un processus de légitimation qui tient de l’argument d’autorité. Toutefois, il serait erroné d’en déduire qu’il suffirait qu’une figure d’autorité propose un discours musulman ouvert pour offrir un contre-discours radical solide. C’est là un point névralgique qui n’a, à ma connaissance, pas été assez pris en compte dans les stratégies d’élaboration de contre-discours.
Pour illustrer mon propos, je souhaiterait rappeler l’incident qui a concerné Muhammad Abduh (m. 1905), un théologien égyptien du début du 20ème siècle parmi les plus respectés de son temps, qui avait émis une fatwa autorisant les Musulmans à consommer la viande des pays culturellement juifs ou chrétiens en invoquant, entre autres, le verset 5 de la sourate 5[3]. Malgré sa haute réputation, la fatwa du cheikh Abduh provoqua un tollé et son avis fut purement et simplement rejeté. Ceci indique une seconde pièce d’un puzzle qui s’annonce plus ardu qu’aux premiers abords : certes, les croyants se fient à la réputation d’un producteur de fatwa comme le montre sans détour l’étude de Furber, mais l’incident de la fatwa d’Abduh est là pour nous rappeler que ladite réputation est finalement extrêmement tributaire du regard des croyants. Dit autrement, en allant à contrecourant des attentes des croyants, un mufti peut perdre sa crédibilité et donc le capital-réputation nécessaire à la réception de ses fatwas. Le même cas de figure s’était posé au début des années 2000 lorsque Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, alla saisir un avis du cheikh Tantawi, alors recteur de la grande université sunnite d’Al Azhar en Egypte, et qui s’était prononcé en faveur de l’abandon du port du voile pour les Musulmanes allant à l’école en France. Bien que recteur de la plus grande université du monde sunnite, l’avis de Tantawi fut tout simplement rejeté, car non-conforme aux attentes des croyants concernés en France.
Une inversion du rapport à l’autorité
En ce sens, il ne serait pas faux de dire que, jusqu’à aujourd’hui, il existe au moins partiellement une forme d’inversion du rapport à l’autorité : ce n’est plus tant le mufti qui impose son avis aux croyants mais en fait l’inverse[4]. Pour continuer à être crédible, ou au moins audible, un mufti se doit de proposer des avis qui répondent aux attentes des croyants. Ceci conduit, dans le meilleur des cas, à un exercice très ardu d’équilibriste au cours duquel le mufti devra user de rhétorique pour désamorcer les affects et les réactions épidermiques. Au pire des cas, on peut aboutir à une capitulation de la conviction intime du mufti face aux exigences de son auditoire. Cette inversion est par ailleurs facilitée aujourd’hui par un accès plus simple et plus rapide aux sources islamiques : aussi bien le Coran que les recueils de hadiths comme le Sahih Boukhari sont disponibles en ligne, en plusieurs langues et, souvent, avec des moteurs de recherche. Il est donc possible, en quelques clics, de comparer la fatwa d’un mufti avec des éléments de sources scripturaires faisant autorité, en tout cas dans le cadre d’un discours théologique. Pourvu qu’une fatwa d’un mufti contredise la lettre d’un texte faisant autorité, ladite fatwa a de fortes chances d’être condamnée au rejet, et son auteur avec.
Pour en revenir plus directement aux stratégies d’élaboration de contre-discours susmentionnés, si ces dernières ne prennent pas en compte cette double dépendance, passablement paradoxale, à l’argument d’autorité et aux attentes des croyants, elles prennent le risque d’être soit inaudible pour le public visé soit inefficacement complaisante[5]. On touche ici au cœur du problème : le paradigme en vigueur sur le terrain est tel que les marges de manœuvre sont extrêmement minces pour quiconque souhaite une forme de renouveau dans le rapport au religieux chez les croyants musulmans. C’est d’autant plus vrai que, comme signalé en début d’article, il existe un marché de la croyance déjà bien fourni : le choix d’une opposition frontale de type discours/contre-discours aboutira à une situation où le charisme et la rhétorique feront la loi et, tel un vent dont on ne sait jamais trop prévoir dans quel sens il soufflera, la situation pourra basculer rapidement en faveur ou en défaveur d’un islam ouvert.
Un changement de paradigme s’impose
Il semble donc que toute stratégie de déploiement de contre-discours au radicalisme doit accompagner, voire même viser, un changement de paradigme. Pour le dire de façon plus triviale : puisque les règles du jeu actuel sont défavorables aux contre-discours, la solution peut consister à changer les règles elles-mêmes. Se pose alors inexorablement la question du nouveau paradigme que l’on souhaite instaurer. On entre ici dans un domaine que l’on pourrait qualifier « d’épistémologie du croire » : à quelle condition considère-t-on un discours théologique comme producteur de sens moteur en lieu et place d’un sens aliénant ?
Mes propres expériences de terrain, relatées dans mon premier bouquin (Abdel Gawad, 2016), montrent que les questions des jeunes sont un bon étalonnage des pistes possibles pour l’élaboration de l’épistémologie du croire susmentionnée. Il est en effet des questions qui dévoilent une troisième pièce du puzzle : celle de l’intelligibilité de la théologie islamique classique dans l’univers de sens des jeunes qui est un univers rigoureusement du 21ème siècle. Or, me semble-t-il, c’est à ce niveau que se trouve la clef d’un nouveau paradigme prometteur : plutôt que de construire des contre-discours sur des représentations qui sont souvent, tacitement, celles de la scolastique islamique médiévale à signature sunnite, il faut remodeler un paradigme de représentation qui déplace les critères d’acceptation des déclarations dogmatiques. Dit autrement, il faut rendre le questionnement critique plus désirable que l’argument d’autorité tout en prenant en compte les inévitables affects qui ponctuent la question religieuse, souvent liée à l’identitaire. Les questions que j’ai identifiées et livrées dans mon ouvrage tendent à montrer qu’un tel déplacement est possible.
Les sciences des religions au service du nouveau paradigme
Ces questions font en effet appel à des domaines bien spécifiques : intelligibilité du miracle en tant que suspension des lois naturelles, rapports de genre (notamment les inégalités homme-femme), la question de la preuve de l’existence de Dieu, contradictions entre science et religion (par exemple sur la théorie de l’évolution)… Ces domaines font bel et bien l’objet de questionnements dans les classes de religion en Belgique[6] et renvoient aux trois domaines de la science moderne, de l’anthropologie, de l’épistémologie sans oublier la discipline historico-critique lorsque des hadiths[7] douteux se mêlent à ces questions ou que des passages du Coran sont remis en question. Or, la théologie islamique classique n’assume pas encore pleinement les implications de ces disciplines si bien qu’elle part d’un discours croyant pour aboutir à un discours croyant sans faire « d’escale » dans les disciplines du monde moderne. C’est cette circularité, pour ne pas dire autoréférence, de la théologie islamique qui doit être renversée au profit d’un croire qui dépende du savoir et non l’inverse. En mariant les sciences des religions (sciences humaines et philosophie appliquées aux religions) au discours théologique, cette priorité du savoir sur la croyance donne une chance à un nouveau paradigme d’émerger et qui favoriserait l’esprit critique des jeunes : fixer d’abord ce que l’on sait, avant de discourir sur ce que l’on croit.
Conclusion
Au final, j’espère avoir avec cet article mis en lumière trois pièces d’un puzzle passablement complexe et qui doivent être prises en compte si l’on espère mettre en place des contre-discours efficaces : la dépendance à l’argument d’autorité, l’inversion du rapport d’autorité lorsque les discours ne conviennent pas aux croyants et, enfin, la nécessité de précisément dépasser ce paradigme de l’argument d’autorité en déplaçant le système de représentations, souvent scolastique et médiéval, vers un nouveau système de représentations, plus critique, avec en première ligne de mire les représentations des jeunes. Les pistes pour réaliser ce déplacement sont sûrement multiples et sont donc ouvertes au débat, je me permettrais cependant d’insister sur le fait que ledit déplacement est et restera indispensable pour toute stratégie de contre-discours efficace et à long terme et que les sciences des religions seront la condition de réussite de cette stratégie.
Pour approfondir:
  • Hicham Abdel Gawad, Les questions que se posent les jeunes sur l’islam, Paris, éd. La Boîte à Pandore, 2016.
  • Gérald Bronner, La pensée extrême, Paris, PUF, 2016.
  • Musa Furber, Elements of a fatwa & their contribution to confidence in its validity, dans Tabah analytic brief 14 (2013).
  • Farhad Khosrokhavar, Radicalisation, Liège, éd. Maison des Sciences de l’Homme, 2014.
  • Charles Taylor, L’Âge séculier, Paris, Seuil, 2011.
  • Sylvie Taussig (dir.), Charles Taylor religion et sécularisation, Paris, CNRS Editions, 2014.
[1]Musa Furber est diplômé de l’institut Dār al-Iftā’ al-Miṣriyya en Egypte. Il est aussi détenteur d’un Bachelor en linguistique appliquée de l’Université de Portland ainsi que d’un MPA (Master of Public Administration) de l’Ecole de Gouvernement de Dubaï. Il dirige depuis 2008 le centre de recherche Tabah Foundation.
[2]Le Mufti est le titre donné à une personne habilitée à rendre des fatwas, c’est-à-dire des avis juridico-religieux basés sur une lecture méthodologiquement contrôlée des sources islamique en vue de répondre à une question religieuse, souvent liée à la permission ou l’interdiction.
[3]« Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. […] »
Les « gens du Livre » désignent les Juifs et les Chrétiens.
[4]Pour un développement plus philosophique des rapports entre autorité religieuse, sécularisation et réseaux sociaux, consulter Charles Taylor, notamment L’âge séculier, Seuil 2011 ainsi que Charles Taylor, religion et sécularisation sous la direction de Sylvie Taussig, CNRS editions, 2014.
[5]On peut rappeler ici l’affaire du fameux « moratoire sur la lapidation» du professeur Ramadan.
[6] Pour rappel, la constitution belge garantit l’organisation de cours de religion dans les écoles publiques. Chaque année, les élèves choisissent un cours parmi les cultes reconnus par l’Etat (Catholicisme, Protestantisme, Orthodoxie, Judaïsme, Islam) ou un cours de morale non-confessionnelle. Jusqu’à récemment, la plage horaire accordée était de 2h/semaine. Elle est désormais de 1h/semaine, sauf dans les écoles privées (majoritairement catholiques).
[7] Parole, fait, geste ou silence attribué à Muhammad sur une question précise. Les hadiths sont une littérature indépendante du corpus coranique et font l’objet de compilations propres. Leur historicité ou leur caractère apocryphe font l’objet de lourds débats en islamologie.

Interview avec Saliha BEN ALI, présidente de SAVE BELGIUM

Propos recueillis par Sébastien BOUSSOIS, Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles) et de l’OMAN (UQAM Montréal)
Après 5 ans d’expérience et de formation à la prévention de la radicalisation, peut-on arriver à établir des parallèles suffisants dans les profils rencontrés pour pouvoir « prévenir » un passage à l’acte violent?
Les parallèles sont souvent les mêmes : mal être, quelle est ma place ici, qui suis-je, je me sens inutile, l’envie d’agir pour changer le monde, l’altruisme, frustrations, dévalorisation de soi, décrochage scolaire,  colère face aux autres, racisme, discrimination de tous genre, manque de projet de vie, le besoin de reconnaissance… Le départ ou le passage à l’acte violent dépendra surtout d’un déclencheur difficile à prévoir, une fenêtre d’opportunité sur un terreau favorable, et qui pousse le jeune à aller jusqu’au bout : divorce ou décès d’un proche, rupture, perte d’emploi, évènement inattendu qui vient perturber le quotidien… A cela, s’ajoute pour la majorité des cas, une influence négative très forte de l ‘extérieur (groupe extrémiste) ou via les réseaux sociaux.
Comment se passent les ateliers que vous menez auprès des Mamans, et des familles? Quel rapport et quelle réaction ou ouverture ont les mamans concernées dans la logique de prévention? Quel doit être le rôle des Mères et des pères?
Les ateliers de mamans se passent bien car çà leur permet de se remettre en question pour apprendre à se connaitre soi-même afin de mieux comprendre son enfant et de communiquer avec lui d’une manière plus sereine et sans trop de stress. On se focalise plus sur l’enfant que sur le problème. Les mamans concernées sont un plus dans la prévention car elles sont légitimes de par leur histoire malheureusement vécue et les jeunes sont très sensibles à cela et donc se sentent concernés et sont très attentifs lors des animations. Le rôle des parents doit être plus axé sur les changements de comportement et de discours de l’enfant. Ils restent les premiers « détecteurs » de changement mais pour cela ils doivent être sensibilisés par des séances d’infos au minimum. Ils sont en quelque sorte des boucliers.
Les écoles sont le cœur de votre action. Comment réagit ce jeune public? Se sent-il concerné? Prend-il le danger avec sérieux? Sentez-vous qu’il y’a une difficulté pour l’école à avoir prise si l’influence radicale provient du cadre privé? 
Le public jeune réagit très positivement aux animations et leurs permet d’aller plus loin dans la compréhension du phénomène et d’éviter les amalgames et les préjugés. Ils comprennent que cela peut arriver à tout le monde et que le processus d’embrigadement et plus compliqué et vicieux et que les jeunes se font vite happer par les réseaux virtuels ou réels. Ils prennent la mesure du danger après les témoignages des personnes concernées et sont étonnés des profils qui partent. L’école a du mal à avoir prise quand le jeune est radicalisé dans un cadre privé ou non. C’est pour cela que les parents sont convoqués pour une discussion voir même un suivi. Le jeune sera suivi par un centre psycho médicosocial. Mais cela dépend du degré de radicalisation du jeune. Parfois ce dernier préfère arrêter l’école pour éviter une pression supplémentaire. Là on le perd complètement.
Comment jugez-vous la réponse publique en France et en Belgique en terme de prévention?
La réponse est insuffisante par rapport aux efforts sécuritaires mis en place. C’est plus de l’ordre du bricolage et nous sommes obligés de faire avec le peu de moyens dont on dispose. Les associations sont souvent en difficulté alors que de l’argent, il y en a. Manque d’effectifs pour les animations, manque de budget, manque de soutien ou de supervision…Heureusement que nous avons la foi.
Sentez-vous l’influence claire et nette d’internet et de la propagande encore aujourd’hui? Ou des mosquées? Ou des deux? 
Il est clair que depuis que les recruteurs ont été démasqués et condamnés à des peines de prison fermes, l’influence est plutôt virtuelle mais bien réelle sur internet et plus insaisissable. On doit mener ce combat sur la toile et proposer un contre discours qui séduise les jeunes. Les mosquées officielles ne sont pas vraiment impliquées dans des discours haineux ou de violence car sont surveillées. C ‘est plutôt dans les salles de prières clandestines et dans les prisons que cette approche directe reste possible. On a encore du retard mais on avance. Je me rends souvent en prison et dans les IPPJ pour cela.
Saliha BEN ALI est une mère qui a perdu son fils, Sabri  parti à l’âge de 19 ans en Syrie pour rejoindre Daesh. Depuis, Saliha BEN ALI consacre tout son temps et son énergie pour le combat de sa vie pour sensibiliser et accompagner des familles touchées par la radicalisation.  Ainsi, elle fond l’association SAVE BELGIUM où elle participe activement à la mise en place et l’animation des actions de préventions en Belgique et dans le monde entier.

 

Mon enfant se radicalise, des familles de djihadistes et des jeunes témoignent

Review de l’ouvrage de Vincent DE GAULEJAC et Isabelle SERRET, Mon enfant se radicalise, des familles de djihadistes et des jeunes témoignent, Paris, Odile Jacob, 2018, 270 pages.
Par Sébastien BOUSSOIS, Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles) et de l’OMAN (UQAM Montréal)

 

« Etre radical c’est prendre les choses à la racine, et que la racine c’est l’homme », disait Karl Marx. C’est par l’une de ces citations que démarre le livre de Vincent de Gaulejac, professeur émérite à l’Université Paris VII et président du réseau international de sociologie clinique, et Isabelle Serret, journaliste et sociologue clinicienne, « Mon enfant se radicalise, des familles de djihadistes et des jeunes témoignent ». En effet, dans sa préface, le psychanalyste Roland Gori, appelle à s’en remettre à l’homme et à revenir à la racine pour comprendre comment ces jeunes partis en Syrie sont partis en réalité reconquérir les leurs.
Un livre qui se focalise sur le terrain local et une expérience locale
Dans le contexte sécuritaire tendu en France, la question de la prévention de la radicalisation revient au cœur de tous les débats. La notion même de « déradicalisation » et plus récemment de « désengagement » interroge les politiques comme les chercheurs et les praticiens. Souvent contraints par l’urgence de la réponse à apporter, les politiques cèdent aux pressions de l’opinion qui désire avant tout être rassuré et voir des renforts sécuritaires bien visibles sitôt un attentat survenu. Cela n’est pas un mal, mais cela n’est pas suffisant pour prévenir en amont ces violences qui tournent souvent à la tragédie. Dans cette simple réaction, nous sommes condamnés à voir les choses se reproduire. Il faut pouvoir tirer les leçons des 5 premières années de « tâtonnement » de ces politiques et profiter au plus près des témoignages de ceux qui ont connu, ont basculé, et/ou en sont sortis.
Le travail salutaire de Vincent de Gaulejac et d’Isabelle Serret tombe à point nommé. Dans la foulée de leur campagne très réussie et qui eut un grand impact en Belgique, RAFRAP (Rien à faire Rien à perdre), ayant abouti sur la production de dizaines de capsules vidéos mettant en scène des jeunes et des familles témoignant de leur drame vécu, les auteurs ont voulu aller plus loin dans ces « récits de vie » comme on les appelle pour qu’ils puissent servir d’outils aux familles et jeunes qui risqueraient d’être concernés à un moment où à un autre par la radicalisation islamiste. C’est le but premier et l’objectif réussi de ce livre : « à partir de la collecte de récits de vie de jeunes engagés en Syrie, le projet vise aussi à permettre aux professionnels en lien avec des jeunes (enseignants, éducateurs, animateurs de quartier, travailleurs sociaux, etc), et à leurs proches (familles, fratries, pairs) de devenir des acteurs réflexifs , d’oser quitter le silence et de (re)trouver une place mobilisatrice tant éducationnelle que sociale au sein de notre société ».
Des jeunes déchirés entre perte de repères et quête de sens
Loin des terreaux de réflexion de la géopolitique mondiale expliquant une grande partie du développement inédit de l’idéologie salafiste et wahabite, les deux auteurs se concentrent sur la dimension micro et le terrain local. Ils ont pu avoir accès par leur confiance, leur discrétion, leur professionnalisme les témoignages de nombreux « revenants », ceux qui ont été directement au contact de Daech mais également des « repentis », ceux qui ne sont pas tous partis sur la terre du Califat mais se sont radicalisés aussi sur le sol européen et en sont a priori sortis.
Serret et Gaulejac ont toujours travaillé avec la jeunesse et ont toujours cherché à comprendre l’évolution et l’origine des comportements, les sources d’instabilité, la quête de sens, le désir d’exister, les mécanismes d’influence, l’idéologisation des adolescents, situés à la période charnière de leur vie. Ils cherchent surtout comme ils le disaient lors d’une conférence de présentation de leur ouvrage le 27 mars 2018 à Schaeerbeek à Bruxelles, à rappeler avant tout que c’est un travail collégial qui permettra de sortir de cette problématique complexe, d’aider au mieux familles et jeunes, en commençant avant tout par ne pas opposer les uns et les autres : nous d’un côté, et les radicalisés de l’autre. C’est une question de responsabilité multiples : des jeunes dérivent, des familles n’ont pas toutes les responsabilités, et à un moment la société faillit aussi à sa mission comme la République dont la transmission des valeurs ne se fait pas correctement. C’est là pour Gaulejac toute la difficulté de franges entières de la population qui se sentent discriminées et mises à l’écart. Ce qu’il appelle l’échec de la lutte des places ; l’égalité est une des grandes devises du pays comme la fraternité et la liberté, mais nous ne sommes bien sûr pas tous égaux.
Choix et non choix du djihadisme : « retrouver le sens de l’histoire » ou penser la prévention
Tous les radicalisés ne sont pas forcément discriminés, issus de l’immigration, en rupture scolaire ou familiale, dans un engrenage sans fin de déviance dont la drogue. Mais beaucoup de ceux qui ont basculé dans la violence extrême contre eux et contre les autres, dans les attentats, étaient de ceux-là. Malheureusement, pour tous les professionnels de la prévention, il n’y a pas de loi scientifique, car selon Isabelle Serret, il n’y a pas deux profils qui se ressemblent. Sans rentrer dans le détail de tous les profils étudiés par les auteurs dans l’ouvrage, il est intéressant de noter que ce qui revient le plus souvent c’est cette recherche dans le basculement vers la radicalisation de la « quête de sens » face à des doutes existentiels et le sentiment d’impasse. Pour l’un des jeunes, Mansour, arrêté à temps avant son départ en Syrie en 2015, l’idéologie djihadiste lui redonnait de la fierté et le sentiment d’exister. C’est là tout l’enjeu et le succès de l’idéologie daechiste notamment qui parvient à inscrire toutes ces jeunes proies dans un autre monde imaginaire, dans une place en apparence meilleure que celle qu’ils ont au moment où ils se font recruter. Et les outils de propagande détaillés par les auteurs du livre ne manquent pas. Il faut développer l’éducation aux médias dans un monde de surcommunication, et dans lequel il est souvent difficile pour un jeune de discerner la réalité de la manipulation des faits. Cela veut dire aussi qu’« il faut développer l’esprit critique » soutiennent les auteurs, et la prévention primaire passe aussi bien par les écoles que dans les familles.
Il y a comme le disent les deux auteurs un besoin « de transcendance et d’absolu », une nécessité vitale de croire et cela passe par une forme de radicalisme, d’autant plus que cette nouvelle croyance cherche souvent à effacer un sentiment profondément enraciné de honte. Honte d’être soi, honte de n’être que soi. Défaut de transmission à l’école et en famille également des valeurs humanistes notamment. Mais également une angoisse existentielle pour tous ces jeunes. Et le politique, le religieux, le social se mélangent alors dans un cocktail explosif pour un jeune en pleine construction : car comme le souligne l’intellectuel Marcel Gauchet, nous sommes tous confrontés à l’angoisse face à un monde sans Dieu. Il faut donc en réinventer ou en invoquer de nouveaux. Et parfois ce sont des démons, les siens, mais également ceux des autres qui agissent comme un virus et contaminent rapidement une communauté. Non sans émotion, ce livre revient sur le parcours de ces jeunes, de « nos jeunes », la détresse de leurs familles, la souffrance de ceux qui restent, le combat de ces mères courage comme Saliha Ben Ali, présidente de SAVE BELGIUM dont le fils Sabri est parti en Syrie en 2013 et n’en est jamais revenu. Depuis, elle mène un travail de prévention fondamental dans les écoles et auprès des familles pour espérer sauver au moins les enfants des autres. Car Isabelle Serret et Vincent de Gaulejac croient en le contact humain avant tout et à la prévention par le témoignage et par la transmission.

 

 

 

 

 

Dispersion du daechisme et big bang idéologique : le début d’une longue histoire

Par Sébastien BOUSSOIS, Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles) et de l’OMAN (UQAM Montréal)
Il est toujours étonnant à chaque nouvel attentat tragique survenu en Europe d’entendre certains expliquer que nous avons passé le plus gros du danger depuis la chute de l’Etat islamique en 2017 et que les retours de combattants occidentaux sur le vieux continent n’ont pas été si catastrophiques. Le danger avait été annoncé clairement depuis plusieurs mois des risques d’attentats perpétrés en Europe par les FTF[1] de retour de Syrie et d’Irak. Nous avons déjà largement sous-estimé ceux qui n’y sont jamais partis et qui s’apparentent à des soldats d’un genre nouveau, non préparés de manière paramilitaire comme ce fut le cas dans le cadre des filières terroristes de Paris et de Bruxelles, avec des combattants aguerris et passés par la case Moyen Orient, comme un rite de passage mais également d’apprentissage du djihad. Nos recherches ont montré que si beaucoup sont en effet fichés S en France sans même être passés par la région ni même par la case prison, une grande majorité ne passe pas à l’acte et heureusement. Les fiches S recensent les spécificités de chacun et notamment les indicateurs de basculement longtemps véhiculés par le Ministère de l’Intérieur. Aujourd’hui, c’est un faisceau complexe d’indicateurs, comme le montre l’anthropologue Dounia Bouzar, qui permet d’appréhender le risque potentiel chez un jeune. Son étude à paraître en juin 2018 confirme l’idée suivante : les facteurs d’engagements sont plus importants que les caractéristiques personnelles. Alors que la réponse publique tente de cerner les jeunes qui se mettent à prier, ces jeunes radicalisés plutôt caméléon développent sur un terreau favorable des paramètres nouveaux dissimulés qui s’activent dans le cadre d’une fenêtre d’opportunités largement porteuse. Daech disparaissant pour le moment dans la clandestinité ou se développant sur d’autres terrains de djihad, c’est actuellement la période de ressourcement qui nous dira vers quoi évoluent ces jeunes pour se radicaliser et passer à l’action.
Alors comment appréhender voire prévoir le passage à l’acte d’un jeune, et de plusieurs, même suivis pour des faits de délinquance et de radicalisation tant qu’ils n’ont pas commis l’irréparable ? D’autant, qu’il y a fort à parier malheureusement, que de nouveaux profils encore plus indécelables apparaîtront sur notre territoire, pendant que ceux détectés voire connus préféreront continuer à se battre à l’étranger sur d’autres terres emblématiques plutôt que de finir en prison en France. Voilà pour le terrain local.
De l’attraction du Califat à la dispersion mondiale : de nouvelles vocations en germination
Mais chaque attentat survenu en France ou en Occident nous renvoie inévitablement en réalité à nous interroger sur la géopolitique mondiale de l’islamisme et à la puissance de captation d’une idéologie matérialisée sur un territoire disparu mais qui n’en serait en réalité devenue que plus puissante et universelle. Quelque chose comme « Daech est mort, vive Daech ». Aujourd’hui, l’internationale islamiste est une hydre nourrie par un véritable « big bang idéologique », une force naturelle difficile à éradiquer : car après l’heure de l’attraction de milliers d’individus vers son centre gravitationnel jusqu’en 2015, c’est l’heure désormais, non pas de sa disparition, mais bien de la dispersion dans le monde entier de l’idéologie de mort et ce pour plusieurs années.
Ce n’est donc plus une question uniquement de danger représenté par des combattants aguerris de retour de Syrie ou d’Irak, mais bien d’une armée de l’ombre de jeunes dont la vocation pourrait se déclencher pour au moins deux raisons : déception de la courte durée du projet daechiste, et conviction qu’un complot, un de plus, est à l’origine de l’effondrement de leur « rêve » de résurrection de l’homme musulman nouveau sur une terre nouvelle.
Sur une armée de près de 80 000 soldats, Daech a attiré en cinq ans entre 20 et 30 000 combattants étrangers venus du monde entier, soit en réalité près de 80 pays. En août 2017, on estimait à 1200 à 3000 de ces combattants le nombre sur le point de rentrer uniquement en Europe[2]. Cela signifie que l’idéologie de Daech a non seulement suffisamment infusé pour représenter un corpus idéologique crédible et légitime aux yeux de milliers de jeunes prêts à rejoindre ses rangs. Mais cela signifie aussi, qu’au-delà de ceux qui ont passé le cap, un grand nombre dont on ignore encore le nombre, et pour cause, est en train de se radicaliser progressivement dans une montée des tensions mondiales autour de l’Islam. Les causes qui ont entraîné nombre de jeunes à adhérer n’ont à ce jour trouvé aucune solution et ce terreau en veille peut être sollicité à la prochaine fenêtre d’opportunité : répondre à leur mal être et leur donner un sentiment d’existence. Depuis trois ans, tout est investi dans le sécuritaire, mais si peu dans la prévention de la radicalisation en amont, et ce alors que ce devrait être fait dès l’école, dans le secteur social, associatif et culturel[3]. Après plusieurs mois de retard, le président français Emmanuel Macron annonçait un nouveau plan de prévention de la radicalisation en France mais qui apparaissait bien tardif, et qui condamnait des processus lentement installés auparavant et dont les fruits attendus n’ont pas été assez rapides. Or, la prévention demande du temps. Mais a-t-on seulement le temps lorsqu’on nouvel attentat survient de nulle part en France, plus de six mois après le dernier, au point que l’opinion se sentait de nouveau rassurée ?
Un big bang idéologique et une phase de ressourcement : et si le pire était à craindre ?
La chute de Daech allait elle signifier la fin d’une ère ? Oui mais surtout le début d’une nouvelle. Mais laquelle ? Celle de la paix ? Celle du retour au calme ? Bien au contraire : il y a fort à craindre que ce ne soit qu’un retour provisoire avant la tempête. L’idéologie fermente mondialement et les graines sont en train de germer. L’attentat de Trèbes le 23 mars 2018, revendiqué probablement de manière opportuniste quelques heures après, l’a été rapidement par une « antenne » cachée de Daech via son agence de presse. Peu importe car ce qui compte, c’est bien de continuer à terroriser, le temps de la restructuration et de la dissémination des djihadistes sur de nouveaux terrains de combat et d’agitation. Mieux : c’est l’occasion après une première expérience de Califat réussie, puisque matérialisée alors que personne n’y avait cru, de tenter désormais l’expérience ailleurs et de développer ou renforcer des territoires acquis à la cause depuis l’Asie, comme les Philippines ou l’Indonésie, l’Afrique centrale et de l’Ouest ( comme au Nigeria avec le califat de Sokoto), ou les Balkans (où la Bosnie Herzégovine est un territoire sensible où a eu lieu le plus grand génocide de musulmans de l’histoire récente en 1992 à Srebrenica, et qu’il suffirait d’invoquer pour le venger et en faire une cause nouvelle de combat cette fois ci au cœur même des frontières terrestres de l’Europe).
Après le premier Daech, quelles suites ?
La cause djihadiste regarde vers l’avenir mais n’oublie pas le passé. Il ne faut pas oublier les terres d’origine du Djihad qui n’ont jamais été expurgées définitivement du mal: les FTF (Foreign Terrorist Fighters) sont suffisamment endoctrinés, galvanisés, et prêts à aller jusqu’au bout pour ne pas rentrer chez eux pour finir en prison, mais bien au contraire plutôt prêts à se rendre sur des lieux de « ressourcement ». Car le premier Daech fini, le retour aux origines permettra probablement de reprendre de la force idéologique et physique : Afghanistan et Sahel sont de parfaites poches de repli le temps de se refaire. Le premier Daech serait-il en réalité un premier signe lancé ? Voire un signe divin ? C’est une possibilité : Damas et Bagdad, capitales historiques de vrais grands Empires civilisationnels, purifiés de leurs mécréants, n’ont jamais été aussi près de ressusciter. Avec internet, ce n’est plus un petit territoire régional et localisé qui peut exister temporairement : c’est un gigantesque territoire virtuel mondial qui peut se développer éternellement. Internet est un vrai cimetière vivant. Autre point de ressourcement qui concourt à maintenir vivant et flou la réalité de l’idéologie daechiste : se redéployer pour le moment selon un modèle plus proche d’Al Qaida, c’est-à-dire mondial, universaliste, et extraterritorial.
L’objet de notre propos n’est pas d’inquiéter outre mesure l’opinion. Elle est de penser différemment l’évolution d’un mouvement politique et religieux extrémiste qui n’a rien à voir avec les mouvements d’extrême gauche ou d’extrême droite qui à un moment ou à un autre ont fini par s’effondrer. Définitivement ? Jamais. C’est reculer pour mieux sauter. Il en reste toujours quelque chose, malgré les horreurs. Il faut voir désormais plus loin : pour la prévention de la radicalisation qui prend du temps à faire ses preuves, un temps nécessaire, comme pour la prospective autour des enjeux de la géopolitique mondiale dans les 20 prochaines années. Les analyses courtermistes et rassurantes dans l’instant pour satisfaire l’opinion nous ont déjà coûté assez cher en Occident et ailleurs. Trêbes n’est pas qu’un petit village de l’Aude, dans le sud de la France, au cœur du vieux continent. Il est une poussière d’atome au beau milieu de la galaxie globale mais qui a son importance.
 
[1] Foreign Terrorist Fighters
[2] https://www.tdg.ch/monde/milliers-djihadistes-portes-europe/story/19087233
[3] L’auteur ayant donné de nombreuses formations entre 2016 et 2017 dans l’Isère, dans les Alpes Maritimes et en Belgique, il a pu constater la détresse du secteur social dont les financements ont chuté depuis des années et ne permettent pas un suivi adapté et personnalisé des jeunes. Pire, beaucoup d’éducateurs se sentent encore totalement démunis face aux problématiques liées à la radicalisation car il y a une forte demande et une offre trop limitée.

Glossaire Djihadiste

© Hasna Hussein. « Ce glossaire est la propriété intellectuelle de Hasna HUSSEIN. Toute reproduction totale ou partielle sans mention de la source et de l’auteur s’expose aux peines exposées dans les articles L335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle ».

 

Ce glossaire a été réalisé par la sociologue Hasna HUSSEIN et repose sur ses travaux de recherche sur la propagande djihadiste de Daesh. Le glossaire s’appuie sur une approche spécifique qui analyse la terminologie de ce groupe à la fois par rapport à l’usage et l’association entres plusieurs notions. Les notions sont présentées par ordre  alphabétique et non pas par ordre d’importance ou de fréquence.  Il s’agit d’une liste non exhaustive des principales notions djihadistes mobilisées par le groupe Daesh principalement dans sa propagande francophone et anglophone. Ce travail est toujours en cours et sera complété au fur et à mesure que nous avançons dans nos recherches.

Les notions de base dans la propagande de Daesh

  1. Ach-Choûrâ : L’assemblée

Usages : « Majlîs Ach-Chûrâ (conseil consultatif) » ;

2. Addawlah al-islâmiyah : L’Etat islamique

Usages : « Une nouvelle aube s’est levée dans la fierté majestueuse de l’établissement du état pour les musulmans ».

3. Ad-dîn : La religion musulmane (voir aussi Dîn Ibrâhîm)

Usages: «  La religion de tout les prophètes » ; « la seule religion de vérité : l’Islâm » ; « Les musulmans partout dans le monde se doivent de compléter leur religion en lui (le Calife) obéissant ainsi ils se rapprocheront de leur Seigneur exalté soit-Il » ; « secourir la religion par la langue, le cœur, les membres, la plume et le sabre »

 

4. Al-Âmân : Pacte de sécurité

Usages : « Ce qui rend sacré le sang et qui interdit de le verser est soit l’Islâm soit Al-Âmân (pacte de sécurité) et il est rendu licite par la mécréance (Aboû Mouhammad Al-‘adnânî, ancien porte-parole de Daesh » ;

 

5. Al-Charî’ah al-islâmiyah : La charia désigne la loi islamique

Usages : « La Charî’ah a été instaurée »

6. Al-Khalq : La création

Usages : « L’honneur pour la création »

 

7. Al-Qiyâma : Le jour du dernier jugement

Usages : « À la fin des temps seront préservés des troubles ceux qui prennent l’épée pour combattre les ennemis d’Allâh et ceux qui font allégeance au Calife des musulmans » ;

8. Ahlus-Sounnah wal Djamâ’ah : Les gens de la Sunna (tradition du prophète) et du groupe

Usages : « Ibn ‘Abbâs (qu’Allâh soit satisfait de lui) a dit : ‘Seront illuminés les visages des gens de la sounnah et de la Djamâ’ah (le group) et seront noircis les visages des gens de l’innovation et de la division’ [Tafsîr Ibn Kathîr 2/179]

9. Al-Umma alislâmiyya : la « communauté islamique » signifiant plus exactement la communauté des Vertueux ou le « secte sauvé » (voir al-firqâ annajiyâ)

Usages : « La oummah » ; « La communauté de Mouhammad ».

10. Al-Firdaws al-a’lâ : Le paradis le plus haut

Usages : « Notre rendez-vous est au paradis, al-firdaws al-a’lâ »

11. Al-Firqâ an-najiya : La secte sauvée

Usages:

12. Annasr : Victoire

Usages : « la victoire de notre religion » . Le terme « Annasr » est souvent associé à celui de « Addîn » (la religion).

13. Arrâya as-sawdâ’a lil tawhîd : La bannière noire de l’Unification (voir Tawhîd).

Usages : 

14. Ard al-kufr ou Dar al-kufr: Terre ( Ard) ou Maison (Dar)  de mécréance pour désigner en principe les territoires non gouvernés par la loi islamique (charia). Or dans le langage djihadiste cette qualification s’étend aussi aux territoires gouvernés par la loi islamique comme par exemple l’Arabie Saoudite.

Usages : « Dar al-kufr », « Djâhiliyah (l’ignorance) » (voir après)

15. Ar-rîdda : Apostasie.

Usages : les personnes « qui se sont solidarisés avec les ennemis d’Allâh ».

16. Bâqiyâ wa tatamaddad : le slogan de l’« Etat islamique »  signifiant «  il restera et s’étendra ».

Usages : « L’annonce du Prophète (paix et bénédictions sur lui) que le royaume de sa communauté s’étendra sur la terre entière »

17. Bay’ah : Pacte d’allégeance ou serment d’allégeance au souverain.

Usages : « Celui qui meurt sans bay’ah (pacte d’allégeance) à son cou, meurt d’une mort de la djâhiliyah (pré-islamique) [Rapporté par Mouslim n° 1851] » (Dar-al-islam, n°1, décembre 2014) ; « L’obligation du bay’ah et le jugement de celui qui le délaisse. » (Dar-al-islam, n°1, décembre 2014) ; « Ibn Hazm dit : ‘Il est interdit au Musulman de passer deux nuits sans avoir à son cou le bay’ah à un imâm’ [Al-Mouhallâ 8/420] » (Dar-al-islam, n°1, décembre 2014) ; « Les serments d’allégeance » ;

18. Châm : Le Levant est un territoire qui correspond à ce qu’on appelait au XIXe la « Grande Syrie ». Le Shâm occupe une importance particulière dans l’imaginaire musulman car il renvoie à la bataille de la fin des temps entre les Musulmans et les Croisés.

Usages : « Le lieu de descente du Messie Îsâ (paix sur lui) et la terre des mâlâhim (batailles) » ; « Une armée au Shâm […] Rejoins le châm […] Allâh s’est porté Garant pour moi du Shâm et de sa population » [Sahîh, rapporté par Aboû Dâwoud] ;  « La bastion des croyants, la meilleur terre d’Allâh et où il y a les meilleurs de ses soldats  ».

19. Chirk : Associannisme signifiant le péché consistant à associer d’autres dieux ou d’autres êtres à Dieu.

Usages : « Délaisser le chirk » ; « les gens du chirk » ; « le chirk dans le cœur » ; « le mouchrik » (le mécréant) ; « la loi des mécréance » ; « Etats mécréants ».

20. Chiqâq : Division

Usages : « Les hadîths sont nombreux sur l’interdiction de la division »

21. Croisés, Crusaders, Assâlibiyyîn : Croisés

Usages : « An official from among the Crusaders commented on the matter of theur targeting the soldiers of the Islamic State » ; « Les croisés qui adorent la croix et attribuent un enfant au Seigneur des cieux et de la terre sont des idolâtres ».

Le terme Croisés est souvent associé aux « soldat de l’Etat islamique », «  dans la vision binaire du monde caractéristique du rhétorique djihadiste.

22. Dar-al-islâm : Maison d’islam signifiant aussi Terre d’islam

Usages : « Un lieu de refuge », « Vivre sous la loi d’Allâh, au milieu des croyants », « Allah’s land »

Ce terme est souvent associé à celui de Dar-al-kufr (maison de la mécréance)

23. Diwân, Dawâwîn (en pluriel) : L’équivalent de ministère

Usages : « Le diwân bayt oul-mal (trésor public ») »

24. Djamâ’ah; Djama’ât (en pluriel) : Groupe

Usages : « (Allâh) a ordonné le groupe (Djamâ’ah) et leur a interdit la division » ; « L’ordre de se regrouper et de s’unir » ; « L’union de la Djamâ’ah » ; « Groupe de moudjâhidîn » ; « Le groupe de croyants » ;

25. Fi sabîl Allâh : Dans le sentier d’Allah

Usages : « (Les musulmans) émigrez et combattez dans le sentier d’Allâh »

26. Fitnah, Fitan (en pluriel) : Trouble. Cette notion est assez souvent associée à l’idée de la « fin des temps » dans la rhétorique djihadiste.

Usages : « Parmi ses enseignants (le prophète) il y a ceux relatifs aux périodes de troubles (fitan) à l’approche de la fin des temps que nous vivons aujourd’hui ».

Néanmoins, cette notion peut aussi désigner des actes de la vie contemporaine : « Il (Coulibaly) a ainsi par l’épée et l’allégeance été préservé des troubles de la vie en France, l’amour de ce bas-monde, le fait de vivre au milieu des mécréants et finalement l’apostasie (cf., Ar-rîdda) en masse pour ceux qui se sont solidarisés avec les ennemis d’Allâh »

27. Ghazwa, Ghazawât (en pluriel) : Conquête (voir aussi Malhama).

Usages : « Croisade » ; « Les victoires et les conquêtes se sont succédées »

28. ‘Îqâb : Le châtiment

Usages : « Le châtiment d’Allâh »

29. Imâra : La gouvernance sous la loi islamique (charia)

« L’Emirat de Aboû Bakr, ‘Omar et ‘Othmân »

30. Jahiliyyah : Ignorance

Usages : « The oppressive rule of the darknekk of Jahiliyyah », « the rule of Jahiliyyah »,

Le terme Jahiliyyah est souvent associé aux lois modernes («  et aux institutions (école, en particulier) des régimes et des « mécréants » (« Kuffar ») et en contradiction avec les « lois d’Allah ».

31. Jihâd, djihâd: le terme signifie « l’acte de combattre dans le sentier d’Allah » dans la rhétorique djihadiste.

Usages : « Le djihâd dans le sentier d’Allâh » ; « La levée de l’étendard du Djihâd dans le pays des deux lieux saints » ; « Le bienfait du Califat et l’extension de l’État Islamique qui par la permission d’Allâh libérera Rome et donnera la bannière à Îsâ Ibn Mariam »

32. Jizyah : capitation l’équivalent d’impôt.

Usages : « (le mécréant de France) ne verse pas la jizyah après s’être humilié et n’est pas soumis aux lois de l’Islam » ;

33. Harbî : le terme est utilisé pour désigner un « mécréant » vivant « sur la terre de mécréance » et dont le sang et les biens ne sont pas préservés. Contrairement au « muhâdan » qui « jouit d’une convention conclue afin de suspendre temporairement les hostilités ».

34. Hijrah, Hidjra : Le terme « Emigration » renvoie dans l’imaginaire musulman à l’exile du prophète Mohamed de la Mecque à Médine en 622 de l’hégire. Voir aussi Muhâjirîn.

Usages : « (Les musulmans) Émigrez dans le sentier d’Allâh », « La Hidjra  (prophète) vers Médine » ; « N’abandonnez jamais le jihâd et la hijrah car c’est dans ces deux choses que réside le salut »

Le terme hijrah est souvent associé à ceux de djihad, de salut et de martyr dans le langage djihadiste.

35. Hokm, hukm : jugement

Usages : « Le jugement d’Allâh » ; « Le jugement de celui qui le (l’ordre de faire serment d’allégeance) délaisse » ; « Le jugement de celui qui veut diviser la communauté » ; « Les peines ont été appliquées » ; « His (Allah) names, and hukm is from His attributes and actions » ;

36. Kafir : mécréant

Usages : « Kafir state »

37. Katâib : Phalangistes

Usages : « Parmi ceux qui ont répondu à cet appel (d’Allâh) les bataillons (katâib) et les troupes »

38. Khilâfa, Khilafah : le califat est un système théocrate qui correspond à la vice-régence de l’Homme sur terre. Il s’agit d’un système dans lequel Dieu a confié à l’homme la gestion du monde.

Usages : « Rétablir le Califat » ; « Les preuves du Califat » ; « La révification du Califat » ; « Une nouvelle ère », « L’obligation de se rassembler » ; « L’obligation d’établir le Califat » ; « L’aube du Califat s’est levée » ; « Vivre sous un territoire d’Islâm », « the Khilafah follows the Book of Allah and the guidance of our prophet, Muhammad »

Le terme khilâfa est souvent associé dans le langage djihadiste à un ou plusieurs territoires précis tenus par les djihadistes : Châm (Syrie), Sinaï (Egypte), Marawi (Philippines),

39. Khalî(i)fah, Imâm ou Emir al-Mu’minîn : le calife, en tant que chef du pouvoir est le vicaire de Dieu, le guide et le chef des croyants.

Usages : «  S’il y a un Calife d’Allâh sur la terre et qu’il frappe ton dos et prend tes biens obéis-lui » [Rapporté par Aboû Dâwoûd n° 4244] » ; « Serment d’allégeance au Calife Ibrâhîm (Qu’Allâh le préserve) » ; « L’imâm » ; « L’Emir » ; « Un seul Calife » ; « Le petit-fils de la meilleure des créatures (le prophète) » ; « Les quatre Califes bien-guidés » ; « Le Djihâd n’est permis qu’avec la permission de l’imâm (Ibn Qoudâmah) » ; « gouverneurs légitimes (Imâm) » ; « émir des croyants » ; « From among the responsabilities of the one who has been given authority over the affairs of the Muslims (the Khalifah, may Allah honor him) is to spread the authority of the Islamic State across the entire land, for the land is Allah’s land, and a kafir has no right to it ».

Le terme khalîfa est souvent associé au calife autoproclamé Abou Bakr al-Baghdadi dans le langage djihadiste alors qu’il renvoie à une légende mythique d’un retour d’un calife (mahdi attendu) dans l’imaginaire salafiste non djihadiste.

40. Mahkamah islâmiya :Tribunal islamique

Usages :

41. Malhama, Malâhim (en pluriel) : batailles

Usages : « (Damas) la terre des malâhim »

42. Muchrik, Muchrikoûn ou Muchrikîn (en pluriel) : Idolâtres

Usages : « Les démocrates [ …] sont des idolâtres » ; « la terre des idolâtres ».

Le terme Muchrik est associé à la démocratie et par conséquent à l’Occident.

43. Muhâjirîn, mouhâjirîn, muhâjirât (au féminin) : les migrant.e.s

Usages :

44. Mujâhidîn, mou (d)jâhidîn : djihadistes

Usages : « soldats du califat », « cavaliers du djihâd » ; « Djound Al-Khilâfa » ; « nos frères Moudjâhidîn » ; « Les soldats du Châm, de l’Irak et du Yémen » ; « Les serviteurs croyants » ;

45. Murtadd, Murtaddîn (en pluriel) : Apostats

Champs sémantique et usages : « Les Tawâghît apostats »

46. Minhaj annabawi : Voie prophétique

Usages : « Attentats sur la voie prophétique »

47. Tawhîd : Unification signifiant littéralement le fait « d’unifier Dieu ». Cette notion occupe une place centrale dans le langage djihadiste car il s’agit du seul véritable dogme.

Usages : « Le tawhîd est la première condition de la victoire » ; « les armées du Tawhîd » ; « Le drapeau du Tawhîd s’est levé » ; « L’Unicité d’Allâh », « Adorer Allâh seul sans associé et ne rien associer à Allâh, c’est-à-dire délaisser le chirk, s’en désavouer, détester et rendre mécréant les gens du chirk » ; « le bienfait du Tawhîd », «  the tawhid of Allah »,

Le terme tawhîd est souvent associé au terme chirk (associanisme) dans le langage djihadiste.

48. Qu(o)r’ân : Coran

Usages : « Les preuves du Qour’ân »

49. Râfidhah : ce terme est utilisé par la rhétorique djihadiste pour désigner le plus souvent les chiites d’Irak, mais également les autres communautés chiites au Liban et en Iran. Les chiites constituent les premiers ennemis des groupes djihadistes qui les placent aussi parmi les « mécréants ».

Usages : « Les Râfidhah qui invoquent ‘Alî et les douze Imâms en dehors d’Allâh sont des idolâtres » ; « Cheikh Mouhammad ibn ‘Abd-il-Wahhâb a dit :’l’auteur d’al-Iqnâ’(livre de fiqh hanbalî) dit que le cheikh Taqiyu-dîn a dit : celui qui invoque ‘Alî ibn Abî Tâlib est un mécréant et celui qui doute de sa mécréance est un mécréant » [‘Aqîdatou-l-mouwahidîn p.72-73] » ;

50. Ribâ : Intérêt

Usages : « L’économie mondiale usuraire (riba) satanique » ;

51. Rushd : le droit chemin

Usages : «  the khilafah upon the prophetic methodolgy is that which achieves the description of rushd (right guidance), which is the description given to the Khilafah of the leading group of the companions of Allah’s Messenger », « Rushd […] is the grace and guidance of Allah ».

Le terme Rushd est souvent associé aux termes de Khilafah (califat) et la guidance d’Allah et de son prophète.

52. Sounnah : Sunna

Usages : « Les preuves de la Sounnah » ; « Les rangs des moudjâhidîn qui défendent les gens de la Sounnah en Irak et au Châm » ;

53. Taghoût, Tawâghît (en pluriel): Tyran, impies.

« Les gouverneurs Tawâghît (tyrannique) » ; « Les partisans du Taghoût (policiers, militaires, savants et mouftis) » ; « les soldats et les partisans des tawâghîts, leurs armées, leurs polices, leurs services de renseignements et leurs collaborateurs » ; « (les gouverneurs) sont des tawâghît qui se sont mis à l’égal d’Allah en s’octroyant le droit de légiférer des lois opposées à la législation islamique »

54. Salut : Le fait de se sauver de l’enfer et gagner le paradis dans l’au-delà. La notion de salut est souvent associée dans le langage djihadiste à la violence comme ultime et unique moyen pour atteindre cette finalité.

Usages : « Le Salut par l’allégeance et l’épée » ;

55. Shahîd : Martyr

Usages :

56. Shahâda : Mourir en martyr (voir aussi Fi sabîl Allâh)

Usages :

57. Wilâyah : Provinces

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le recrutement numérique des adolescent.e.s par Daesh : Les chants « anasheed » djihadistes

Par Hasna HUSSEIN Article paru dans la revue MEDIADOC, N° 18, Juin 2017, [publication de l’Association des Professeurs Documentalistes de l’Éducation Nationale, A.P.D.E.N]. Une version réduite de l’Article est disponible ici

Les groupes djihadistes violents s’adaptent de plus en plus aux évolutions du web, qu’ils utilisent comme « une véritable plateforme opérationnelle »[1]. Daesh, par exemple, utilise Internet, et particulièrement les réseaux sociaux, pour diffuser sa propagande officielle[2], mais aussi pour recruter parmi une population jeune. L’arsenal propagandiste de Daesh constitue en effet un pilier essentiel de sa stratégie globale[3]. Cet arsenal médiatique joue un rôle important dans le processus de recrutement – même si Internet à lui seul ne mène pas à la radicalisation – car il favorise l’adhésion de l’individu au groupe. Quels sont donc les canaux numériques les plus utilisés par Daesh ? Quelles sont donc les canaux numériques les plus utilisés par Daesh ? Quelles sont les principales techniques numériques spécifiques déployées par ce groupe terrorisye ? Les réseaux sociaux deviennent-ils un espace à risque pour les jeunes ? Et comment faire face à cela ?

La machine médiatique de la terreur

Les vidéos de propagande constituent un outil essentiel dans la stratégie de recrutement de Daesh destinée principalement aux jeunes. Le groupe terroriste utilise les réseaux sociaux, particulièrement Youtube, Facebook et Twitter pour diffuser ces vidéos de propagande qui se caractérisent par un « professionnalisme » plus ou moins important. Ces vidéos diffusent des images d’assassinats, de sermons appelant au djihad violent contre toute forme d’altérité qui ne partage pas l’idéologie daeshienne, mais aussi des vidéos de promotion dudit califat et de sacralisation de ses composantes (gouvernance « islamique », soldats, valeurs…). Le groupe utilise principalement Youtube pour diffuser ses dernières productions audiovisuelles disponibles en une trentaine de langues[4], ainsi que d’autres réseaux tels que Vimeo ou Sendvid. Daesh mobilise un nombre important de ses adhérents, notamment parmi les femmes, qui participent activement à cette forme de jihad virtuel, pour télécharger ces productions sur les différents sites. Les sympathisants du groupe terroriste contribuent activement – à la diffusion de ces genres médiatiques en les relayant sur les différents sites. Daesh télécharge en moyenne entre 2 et 3 vidéos de propagande par jour. On estime le nombre des vidéos produites par les sociétés médiatiques de Daesh à plus de deux mille. Face à ce flux continu, les politiques de contrôle élaborées par les géants d’Internet semblent peu efficaces. Youtube par exemple supprime seulement les vidéos contenant des images violentes et laisse les vidéos de propagande que le groupe terroriste utilise pour diffuser son idéologie meurtrière et recruter. Il est, en outre, nécessaire de signaler que la suppression d’une vidéo violente nécessite plusieurs heures, voire même plusieurs jours. Face à cela, Daesh a développé une stratégie spécifique de téléchargement mise en oeuvre par ses membres. Le téléchargement d’une vidéo de propagande se fait plusieurs fois par plusieurs personnes depuis plusieurs endroits. Les autres réseaux tels que Vimeo ou Sendvid sont plus tolérants par rapport aux productions djihadistes violentes. Daesh utilise en outre des sites de téléchargement internationaux tels que 4shared ou encore Adfly principalement pour ses productions audiovisuelles.

Les membres de Daesh et ses sympathisants sont aussi très actifs sur d’autres réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, ayant une grande notoriété auprès des jeunes et adolescent.e.s. Cette branche de l’armée numérique de Daesh est multifonctionnelle : télécharger les vidéos et images de propagande, informer, communiquer, créer des identités numériques multiples, bâtir des réseaux diversifiés et globalisés, liker, partager, communiquer, repérer des cibles potentielles, séduire et recruter. Même si Facebook et Twitter suppriment les comptes et les contenus violents qui font la promotion de l’idéologie de Daesh dès leur signalement par d’autres usagers, il demeure difficile de contrôler les usages déviants.

Le groupe terroriste investit beaucoup le blogging. Ce service permet à Daesh une meilleure accessibilité aux contenus via les moteurs de recherche (Google et Yahoo) ainsi qu’une flexibilité en matière d’organisation et d’esthétique. Les principales plateformes utilisées sont blogger.com, WordPress, Nasher.me ou encore Justpaste. Les contenus disponibles sur ces sites sont aussi accessibles depuis les réseaux sociaux via des icônes de social-media afin de leur offrir une meilleure visibilité. Les professionnels des médias de Daesh prêtent une attention particulière à la capacité qu’auront les lecteurs à pouvoir partager leurs productions sur la toile en un minimum de temps. L’objectif principal est d’accentuer grandement la visibilité et donc le nombre d’usagers. Ainsi, ils utilisent assez souvent des boutons Retweet et Facebook share afin d’offrir une grande capacité de partage. Mais quels sont les principaux produits médiatiques destinés aux jeunes et aodolescant.e.s qui circulent sur les réseaux sociaux et les sites djihadistes ? Et quels discours véhiculent-ils ?

Les anasheed, un outil d’apprentissage et d’adhésion

La propagande officielle de Daesh est ultra-ciblée. Elle s’adresse aux jeunes et adolescents, avec des produits ayant une capacité de séduction assez élevée auprès de ces catégories d’âges. Le produit phare demeure les anasheed (chants rituels) djihadistes. Ce genre « musical » constitue en effet un alternatif à la musique prohibée dans l’idéologie salafiste. Il s’agit des « chants polyphoniques, hétérogènes sur le niveau de sophistication des plans sonores, systématiquement travaillés avec des logiciels audio rajoutant des effets divers (réverbération, écho, delay, filtres) »[5]. Les anasheed djihadistes sont des « poésies récitées » dont l’objectif principal est l’appel au djihad violent. Il existe aujourd’hui plusieurs centaines d’anasheed djihadistes diffusés en différentes langues : arabe, français, anglais, allemand, bengali, afghan, turc, chinois, russe, indonésien, uyghur, sorani, etc. Daesh possède plusieurs sociétés de production spécialisées en ce genre médiatique, dont la plus célèbre est Ajnad. Pour les jeunes, les anasheed constituent un outil d’initiation et de préparation au djihad, mais aussi d’apprentissage et d’adhésion au groupe. « Il y a les combattants qui chantent des poésies incitant à la bataille. Il y a aussi le chant de ceux qui se préparent au combat chantant des poèmes pour se vanter au moment de la rencontre »[6]. Ces fragments d’anasheed en français et en arabe irakien confirment ces propos :

« Avance, avance, avance, avance,

Sans jamais reculer, jamais capituler,

Avance, avance, avance, avance,

Guerrier invaincu, l’épée à la main tue-les ! » (« Avance »)

Ou encore :

« Avancez mes frères

Chacun selon son intuition

Sur le chemin du djihad

Au paradis, il y a des vierges (refrain)

Le djihad est aujourd’hui une obligation

Pas besoin d’attendre des années

Oh musulman ! Soulève-toi

Au paradis, il y a des vierges » (« Oh musulman ! Soulève toi »)

Les anasheed de batailles « Battle hymns »[7] sont disponibles avec plusieurs sous-titrages, comme le nasheed en langue arabe intitulé Ghorabâ (« Étrangers ») et sous-titré en français et en turc. Ces anaheed contribuent à la construction d’une image idéalisée et sacralisée du « soldat d’Allah », un mythe mobilisateur pour les jeunes de deux genres (les filles sont séduites par cette image et les critères de virilité masculine qu’elle véhicule) :

« Étrangers, Étrangers, Étrangers, Étrangers,

Étrangers, on incline les fronts que pour Allah

Étrangers, on a choisi ceci comme devise de la vie

Si vous demandez des nouvelles de nous,

Alors nous ne nous inquiétons pas des tyrans

Nous sommes les soldats d’Allah

Nous ne nous inquiétons des chaînes,

Et nous continuerons éternellement

Laissez-nous donc faire le jihad

La bataille et le combat à nouveau

Étrangers, ainsi sont les libres dans le monde asservi

Laissez-nous donc faire le jihad,

La bataille et le combat à nouveau

Étrangers, ainsi sont les libres » (« Étrangers »)

Plusieurs enquêtes réalisées auprès des djihadistes rentrés de Syrie ou d’Irak montrent en effet un usage intensif des anasheed, principalement pendant la phase d’endoctrinement et d’embrigadement. Dans la première phase, celle de l’endoctrinement, l’individu est soumis à l’acceptation et à l’apprentissage de la doctrine djihadiste violente. Alors que la deuxième, celle de l’embrigadement, marque l’intégration de l’individu-cible dans le groupe ou la communauté, dont il s’approprie les gestes, les codes et les comportements[8]. Les anasheed constituent ainsi un outil important d’apprentissage et d’adhésion aux valeurs et croyances qui sont inculquées aux cibles de la propagande. Jihed Haj Salem, un sociologue tunisien, a publié une étude (en langue arabe) en 2014[9] dans laquelle il traite de l’usage des anasheed par les djihadistes, et de leur rôle dans le processus de radicalisation. Le sociologue tunisien raconte l’anecdote suivante : « lors d’un entretien avec un jeune djihadiste, celui-ci nous montre une vidéo prise sur son portable lors d’une cérémonie de mariage d’un ami à lui. On y voit un groupe de jeunes djihadistes interpréter un nasheed avec beaucoup d’enthousiasme » (notre traduction). Le chercheur insiste sur ce rite, notamment pendant ce genre de cérémonie, qui précède le sermon sur le mariage en islam. Le rite des anasheed djihadistes est souvent accompagné d’autres pratiques, dont le fait de soulever les drapeaux de l’État islamique, de prononcer le takbîr (crier « Allah ouakbar ! ») et lancer des feux d’artifices, tout ceci dans un contexte d’interaction et d’effervescence sociale caractéristique de l’aspect festif et fraternel que les mouvements djihadistes mettent en avant pour recruter. Pour les membres novices, ces rites facilitent, selon le chercheur, l’adhésion au groupe et participent à la formation d’une « identité collective » :

« Dans le sentier d’Allah

Nous marcherons vers les portes

Du paradis

Où nos vierges (Hoûr) nous attendent

Nous sommes des hommes qui aimons la mort

Comme vous aimez votre vie

Nous sommes des soldats qui combattons

De jour comme de nuit » (« Dans le sentier d’Allah », nasheed français)

Ou encore une vidéo d’un nasheed (singulier anasheed) en langue arabe sous-titrée en français intitulé « Ma caravane de la sagesse » paru en 2013, qui s’adresse directement à la jeunesse et les « générations futures » avec un discours de supériorité. Cette vidéo a été vue plus d’un million de fois :

« Elle a soufflé comme le vent fort

Elle a jailli comme une flamme lumineuse

Elle a soufflé comme le vent fort

Elle a jailli comme une flamme lumineuse

Elle est devenue comme la jeunesse déterminée

Elle s’est envolée comme le faucon fier

Elle est devenue comme la jeunesse déterminée

Elle s’est envolée comme le faucon fier

Ô génération future, allons-y

Donnons-nous du mal et travaillons dur

Visons toujours le sommet

Et n’acceptons jamais moins que le meilleur

L’objectif principal est de responsabiliser cette jeunesse aux sujets de la « gloire de l’islam » et de la « restauration du califat » afin de les motiver à rejoindre la « cause sacrée » :

Ô mes frères, le jihad est le chemin

Du retour à l’honneur et à nos jours de Gloire

La promesse d’Allâh restera pour toujours

Le combat pour sa cause

est le plus grand bénéfice

Le temps est venu

De gagner les batailles

Nos langues prononcent la chahâda (« devenir martyr »)

Alors que nos cœurs battent ensemble

La sounna (« loi islamique ») vit et le califat se lève

Et nous voyons la bannière du Tawhîd (« unicité ») briller » (« Dans le sentier d’Allah », nasheed français)

Des anasheed pour renforcer la colère et ritualiser la violence

Les anasheed constituent une forme de soutien au djihad, mais aussi un moyen pour renforcer la colère des jeunes. La rhétorique victimaire et apocatyptique de certains anasheed favorise l’activation de « sentiments primaires (racisme, xénophobie, superstitions) et de représentations sociales fortes à l’aide de mots et de symboles appelés leviers »[10]. Franck Bilingue, spécialiste des questions de radicalisation sur Internet, décortique les techniques de manipulation des groupes djihadistes. Selon ce chercheur, il existe quatre leviers utilisés par ces groupes en vue de bloquer le sens critique chez le spectateur : « leviers de vertu » par le biais de l’appel aux valeurs de l’islam, de la liberté, de la justice, de l’indépendance, de la fraternité, de la pureté…, « leviers poisons » à travers l’association de mots à valence négative tels que l’Occident/Satan, Chrétiens et Juifs/infidèles, mécréants…, « leviers d’autorité » en faisant référence aux autorités religieuses ou morales intouchables (Allah, prophète, compagnons…) et « leviers de conformisme » à travers l’appel à la solidarité et à la pression émotionnelle et collective (Oumma).

Le nasheed « Tends ta main pour l’allégeance » en langue française confirme le diagnostic de Franck Bilingue :

« Tends ta main pour l’allégeance

Et émigre vers ta terre

Crie de tout ton cœur en chance

Car tu ne peux plus te taire

Il faut briser le silence

Avec quoi militante

Le martyr par excellence

Pour la victoire éclatante

Nous perdons notre dignité

En vivant comme des lâches 

Nous renforçons notre unité

En combattant sans relâche »

Il s’agit d’un discours identitaire et victimaire capable de susciter la colère des jeunes en quête de sens et assoiffés de vengeance envers la société, le système et ses représentants (la police, l’armée et les institutions, notamment l’école). De ce fait, la stratégie d’attraction de Daesh, comme celle du nazisme, réside dans la nature de l’offre : « la lutte, le danger et la mort »[11]. Les hymnes et anasheed jouant sur la fibre identitaire et le sentiment national occupent une place importante pour les deux idéologies fascistes. Ces chants rituels reposent comme nous avons pu le montrer sur un vocabulaire « idéaliste » du « caractère » et de la « détermination » qui appartient à l’éthique du surhomme (surmusulman, pour Daesh). Ils reposent sur une forme d’exaltation d’un héroïsme militaire et viril exaltant la guerre éclair à travers des métaphores guerrières (nous, des hommes qui aimons la mort ; qui combattons de jour comme de nuit ; soldats d’Allah…).

Les anasheed djihadistes participent en outre au processus d’initiation à la violence chez les usagers. Le discours de haine qu’ils véhiculent vise non seulement à terroriser l’ennemi mais aussi à ritualiser la violence.

Le nasheed « Avance », dont nous avons cité un passage plus haut, confirme cette idée :

« Tue les traîtres, attaque-les par surprise

            Égorge-les, fais leur payer leur traîtrise

            Identifie l’hypocrite au cœur mort qui bat

            Qui ne bat que pour les intérêts d’ici-bas

                      
            Il pense qu’Allah ne va pas le dévoiler

            Quel vrai imbécile, inconscient au cœur voilé

            Achève-le d’une balle dans la tête

            Tel est le sort du criminel qui s’entête ! »

Ou encore, le nasheed plus récent en langue française intitulé « Pour Allah » :

« Pour Allah, celui que nous unifions (sic)

 Pour Allah, nous les sacrifions

Pour Allah, oui nous vous terrifions

Pour Allah seul, nous avons fait cette joie

Tuez avec des cœurs remplis de joie

Nous vous tuerons sans aucune pitié »

D’autre anasheed véhiculent néanmois un discours plus ludique et festif du djihad. Il s’agit des chants qui vénèrent ledit califat et ses composantes : « calife », gouvernance, lois, pratiques sociales, et systèmes de valeurs réputées conformes à la charia (« loi islamique »)  tels que : « Oh notre État, progresse » ; « Ils ont prêté allégeance pour Al-Baghdadi » ; « Ma communauté n’accepte pas le marasme » ; « Ma chère maman » ; « La maison de l’islam dans le pays des deux fleuves » ou encore « Notre charia est une lumière » dont les poésies sont écrites par Ahlam al-Nasr, la célèbre poétesse de Daesh[12].

Plusieurs poésies d’al-Nasr ont été mises en anasheed et interprétées par les munchidûn (déclamateurs) les plus populaires de Daesh. Mais qui sont ces « stars » ? Et quel rôle jouent-ils dans le recrutement des jeunes ?

Les munchidûn stars de Daesh Voice

Daesh possède ses propres stars populaires parmi les sympathisants et grands consommateurs d’anasheed djihadistes. L’analyse d’un nombre important de ces anasheed, principalement en arabe et en français produits sur plusieurs années, révèle une évolution de l’exigence du groupe terroriste en matière de compétences et de qualité de voix. Les munchidûn (pluriel munchid) ou interprètes – pour éviter de dire « chanteurs », activité désignée haram – recrutés par Daesh doivent désormais répondre aux exigences du groupe terroriste. Ils possèdent de plus en plus des voix douces et mélodieuses, ce qui semble de prime abord paradoxal avec la doctrine salafiste virilo-machiste du groupe. Dans l’idéologie salafiste, les voix féminines, de la même manière que les voix masculines mélodieuses, font partie de la ‘awra, zones du corps qui doivent être cachées, couvertes par pudeur et « respect de la religion ». Elles sont ainsi prohibées, car elles peuvent susciter la tentation (fitna) et éveiller dangereusement les pulsions de deux genres. Les anciennes générations de munchidûn tels Abû al-Layth al-Iraqî ou d’autres possèdent plutôt une voix plus rude, dans un dialecte irakien assez sec et parfois peu compréhensible dans le reste du monde arabe, quand les munchidûn actuels ont des voix plutôt suaves et chantent dans un arabe le plus littéraire possible.

En haut, capture d’écran d’une image de propagande de la célèbre interprète, munchid, Maher Mach’al. En bas, une photo de lui sur la chaîne saoudienne religieuse al-Bidâya (Google image)

Maher Mach’al était par exemple un des interprètes, munchidûn les plus célèbres de Daesh et du public saoudien. Surnommé Abû az-Zoubayr al-Jazraoui, le jeune saoudien avait une expérience de cinq ans dans le domaine de chants islamiques sur les chaînes satellitaires religieuses. Le munchid va devenir une star au royaume suite à sa participation à un programme de chants islamiques diffusé sur la chaîne saoudienne al-bidâya (Le début). Maher Mach’al avait également travaillé comme présentateur et participé à plusieurs programmes de télé-réalité diffusés sur les chaînes du golfe. En 2011, il va interpréter un nasheed sur le thème de l’allégeance (baya’nah) à l’occasion des lancement des reformes sociétales par le roi Abdallah. Mais en 2013, il va prêter allégeance à al-Baghdadi et rejoindre les rangs des combattants de Daesh.

La star de Daesh participait activement à la propagande numérique du groupe terroriste. On le voyait dans plusieurs vidéos de propagande inciter les enfants à rejoindre Daesh (cf photo ci-dessous). Le jeune munchid va réussir à convaincre d’autres collègues, dont Abû Thamer al-Mtirî ou encore Raed Fahd, à rejoindre ledit califat. Ce dernier va se repentir après cinq mois et rentrer en Arabie saoudite. Maher Mach’al décède en juillet 2015 à Deir al-Zour à l’est de la Syrie dans une frappe de drone de la coalition.

Image de propagande montrant le munchid saoudien en plein exercice de propagande auprès des enfants et des jeunes (Google image)

La nouvelle génération des munchidûn de Daesh déclame principalement des poèmes écrits en arabe littéraire (et dans plusieurs autres langues) afin d’assurer une large diffusion auprès des publics arabophones mais pas uniquement[1].

Quelle politique de prévention et de ‘contre-discours’ ?

Les jeunes et adolescent.e.s constituent la cible principale de la propagande de Daesh. Selon les derniers chiffres de l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT), 20 % des personnes signalées « radicalisées » en 2016 (11,175 personnes au total) sont des mineurs avec une majorité des filles. Les autorités françaises estiment à environ 400 le nombre des mineurs actuellement présents dans les zones de conflits tenues par Daesh. « Les deux tiers sont partis avec leurs parents, le tiers est composé d’enfants nés sur place et qui ont donc moins de quatre ans », a précisé récemment, lors d’une audition à l’Assemblée nationale le directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar. La stratégie d’attraction déployée par cette propagande fonctionne toujours et comme prévue. Comment faire alors pour s’attaquer à ce radicalisme violent et immuniser nos jeunes contre cette idéologie meurtrière et néo-fasciste ? L’État français a adopté, depuis quelques années, une approche combinant le sécuritaire au militaire pour combattre ce radicalisme. Les dimensions idéologiques et religieuses dans ce processus ne sont toujours pas prises au sérieux par les autorités françaises. De plus, la contre-propagande étatique s’avère inefficace face aux flux continus de propagande djihadiste violente qui inondent le Web, particulièrement les réseaux sociaux.

Dans cette situation, une nouvelle réflexion autour des politiques de prévention et de contre-discours devient une urgence. L’objectif principal est d’éviter qu’un maximum de jeunes et d’adolescent.e.s basculent dans une radicalisation qui mène à la violence. A cet effet, il devient nécessaire, dans le cadre d’une prévention pratique, de développer deux aspects auprès des jeunes : l’éducation aux médias et à l’information et le développement d’un sens critique. Cela nécessite un travail de formation au préalable auprès de l’équipe pédagogique afin de les orienter vers des activités pratiques et efficaces. Les jeunes sont aussi des acteurs importants dans ce travail pédagogique. C’est pour cela qu’il faut les impliquer dans la réflexion et l’élaboration dans ce cadre : des groupes de parole, des ateliers de travail, ou encore des projections-débats autour des films, des documentaires ou des mallettes pédagogiques. Elles permettent de sensibiliser les jeunes sur les dangers du radicalisme violent à travers l’information et l’argument en vue d’instaurer un état de vigilance à l’égard d’un phénomène menaçant. Des capsules vidéo sur le modèle de Storytelling sur la base des témoignages de personnes repenties, par exemple, peuvent éveiller les jeunes aux techniques de manipulation utilisées par les groupes terroristes. De tels outils pédagogiques permettent d’activer ou débloquer le sens critique chez le public-cible à travers un discours argumenté par introduction de la vraie information ou de données crédibles. Quant aux groupes de parole, ils favorisent l’interaction physique, facilitant ainsi l’exercice d’un pouvoir d’influence et d’une capacité d’agir par l’échange. L’objectif de ces groupes consiste à motiver l’individu à dialoguer dans cette forme de proxémie où il se sent en sécurité. Ils favorisent également la connaissance sur le radicalisme violent et le développement d’un sens critique chez l’individu-cible.

Ce travail complexe nécessite alors l’implication de plusieurs acteurs à la fois : l’école, les enseignants, les éducateurs, les associations, les lieux de cultes, les familles, les politiques et les chercheurs. Car il y a urgence à prendre en charge la jeunesse et les mineurs en danger, et pour certains en souffrance. C’est le plus beau cadeau que l’on peut léguer aux générations futures.

[1] Pierre Conesa rapporte dans son ouvrage Guide du petit djihadiste que des salafistes indonésiens qui ne parlent pas un mot d’arabe ont cru diffuser des chants religieux à la sortie de la prière du vendredi à Jakarta, alors qu’il s’agissait de chansons d’amour libanaises. Guide du petit djihadiste. À l’usage des adolescents, des parents, des enseignants et des gouvernants, Fayard, 2016.

[1] Marc Hecker, « Web social et djihadisme: Du diagnostic aux remèdes », Centre des études de sécurité (IFRI), Focus stratégique, n° 57, juin 2015.

[2] Charlie Winter, « The Virtual ‘Caliphate’: Understanding Islamic State’s propaganda strategy », et « Documenting the Virtual ‘Caliphate’ » Quilliam Foundation, juillet et octobre 2015.

[3] Hasna Hussein, « La propagande de Daesh », Esprit, n° 428, Octobre 2016. En ligne depuis le 4 juillet 2016, http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=459

[4] La société de production médiatique en langues étrangères de Daesh Al-Hayat Media Center produisent des vidéos en français, anglais, turque, allemand, russe, afghan, bengali, indonésien, uyghur, chinois, sorani, italien…

[5] Luis Velasco-Pufleau, « Après les attaques terroristes de l’État islamique à Paris. Enquête sur les rapports entre musique, propagande et violence armée », Transposition. Musique et sciences sociales, 5/2015. https://transposition.revues.org/1327#bodyftn29 [consulté le 19/02/2017]

[6] Nasir al-din al-Albani, « La musique en islam. Chants soufis, anashid islamiques et les instruments de musique », Bruxelles, Al-Hadith, 2013, p. 80 [cité dans Luis Velasco-Pufleau, Ibid]

[7] Said Behnam propose quatre catégories d’anasheed djihadistes: « chants de bataille » (« battle hymns »), « chants de martyr » (« martyr hymns »), « chants de deuil » (« mourning hymns ») et « chants de louange » (« praising hymns »). « Hymns (Nasheeds) : A contribution to the Study of the Jihadist Culture », Studies in Conflict and Terrorisme, vol. 35, n0 12, 2012.

[8] Franck Buling, « Radicalisation sur Internet : méthodes et techniques de manipulation », in Les cahiers de la sécurité et de la justice, n° 30, 4 ème trimestre 2014.

[9] Le chercheur a réalisé 8 entretiens auprès des jeunes djihadistes entre 19 et 28 ans et interrogé des individus de leur entourage social. Jihed Haj Salem, « La jeunesse djihadiste à Douar-Hicher. Étude de cas ethnographique », in Le salafisme Djihadiste en Tunisie : États des lieux et perspectives, Institut tunisien des études stratégiques, Tunis, 2014.

[10] Franck Bilingue, « Radicalisation sur Internet : méthodes et techniques de manipulation », in Les cahiers de la sécurité et de la justice, n° 30, 4 ème trimestre 2014.

[11] Scott Atran, « L’État islamique est une révolution », L’OBS, 02/02/2016. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160129.OBS3681/l-etat-islamique-est-une-revolution-par-scott-atran.html [consulté le 19/02/2017]

[12] Voir à ce sujet Robyn Creswell et Bernard Haykel, “Want to understand the jihadis? Read their poetry”, The New Yorker, 8 juin 2015. http://www.newyorker.com/magazine/2015/06/08/battle-lines-jihad-creswell-and-haykel [consulté le 19/02/2017].

L’insécurité au Mali : Formes et manifestations

Par Dr. Fodié Tandjigora, enseignant-chercheur à la Faculté des  Lettres et des Sciences Humaines à l’ Université de Bamako. Ses travaux de recherche portent sur les questions sécuritaires dans la région.
Le Mali, à l’instar de beaucoup de pays ouest-africains, est en proie à une série d’insécurité sur l’ensemble du territoire mais avec un accent particulier sur son septentrion. Si de 1960 à 1990 le Mali a connu une sécurité intérieure relativement maîtrisée, aujourd’hui, les nouvelles formes de menace remettent en cause cette sécurité. Depuis environ une vingtaine d’années, le Mali connaît une insécurité grandissante dont les rebellions successives constituent les formes prononcées. Aux mouvements indépendantistes s’ajoutent d’autres formes d’insécurité comme le banditisme résiduel, les affrontements inter et intracommunautaires, ou encore le terrorisme.

Continuer la lecture de L’insécurité au Mali : Formes et manifestations

Hiérarchisation ethnique et extrémisme violent au centre du Mali Vers une nouvelle rébellion dans un contexte d’insécurité généralisée

Par Aly TOUNKARA, docteur en Sociologie de l’université Paris Descartes, la Sorbonne. Enseignant-chercheur à l’Université de Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (Mali) et membre du Laboratoire de Sciences Sociales (2L2S) de l’université de Lorraine,(France). Ses recherches portent sur l’extrémisme violent, l’islam politique et le genre,. Il est également consultant indépendant et a eu à conduire plusieurs études sur les questions de l’extrémisme violent pour des Organisations Non Gouvernementales Nationales et Internationales intervenant en Afrique.
Le présent article a pour point de référence les évènements de 2012, avec l’éclatement de la rébellion dans la région de Kidal, puis progressivement les autres régions nord du Mali, les printemps arabes( surtout avec la chute du régime libyen, les Touaregs libyens, d’origine malienne qui combattaient auprès des troupes régulières du colonel Kadhafi vont retourner au bercail avec armes et bagages à la suite de l’assassinat de ce dernier) et le coup d’Etat militaire, conduit par un groupe de jeunes officiers,[1] bouleversent le cadre habituel et les solutions traditionnelles apportées aux rébellions antérieures. Cette crise multidimensionnelle provoque la psychose chez les populations des localités concernées.

Continuer la lecture de Hiérarchisation ethnique et extrémisme violent au centre du Mali Vers une nouvelle rébellion dans un contexte d’insécurité généralisée

La délinquance serait-elle un passage obligatoire vers la radicalisation des jeunes ?

Entretien avec Séraphin ALAVA, professeur des universités en sciences de l’éducation de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, coordinateur du projet européen PRACTICIES sur la prévention de la radicalisation et membre de l’équipe scientifique « Radicalités et régulations » (MSH-Toulouse).
Propos recueillis par Hasna HUSSEIN, Mai 2017 (A paraître dans la revue Les Cahiers des Discriminations). 

Vous êtes spécialiste des phénomènes de radicalisation chez les jeunes et éducateurs, comment abordez vous la question de la radicalisation ?
Oui il est parfois étonnant de voir un professeur des sciences de l’éducation s’intéresser à ces questions. Elles sont souvent abordées sous l’angle des sciences politiques ou de la sociologie mais pour moi la radicalisation est un échec de l’éducation dans sa globalité. En effet la citoyenneté et les valeurs de la république sont mises à rude épreuve aujourd’hui face à ce phénomène double de cristallisation de la pensée et de rupture fondamentale du lien social. Lorsqu’un jeune considère que ses croyances, certitudes, analyses sont essentielles dans sa vie alors il s’ancre dans son existence et l’engagement moral ou politique est un marqueur de la personnalité. Mais quand ce jeune ne peut plus supporter d’autres pensées, d’autres croyances, d’autres engagements, alors il est en rupture avec le « vivre ensemble » et l’ensemble des éducateurs se sent en échec.

Continuer la lecture de La délinquance serait-elle un passage obligatoire vers la radicalisation des jeunes ?

Le djihadisme : mélange explosif entre narcissisme et vengeance

Par Silvia Pierantoni Giua, chercheuse en psychanalyse diplômée de l’Université de Paris Diderot VII- La Sorbonne en 2016 (Master sous la direction de Fethi Benslama). Silvia Pierantoni est aussi titulaire d’un Master en langue et culture arabe-islamique de l’Université La Statale de Milan (2015). Elle s’intéresse actuellement au sujet de la prévention de la radicalisation par la culture.

 

Plutôt qu’une conversion à la religion d’Allah, le djihadisme est un processus qui amène l’individu à l’accomplissement de ce que nous appelons « identité au négatif ». Avec cette définition, nous nous référons à une opération qui voit se croiser et s’imbriquer deux éléments : l’abdication de la pensée critique en faveur d’une adhésion totalisante à une idéologie. Continuer la lecture de Le djihadisme : mélange explosif entre narcissisme et vengeance

Prévention contre la radicalisation en Suède : Quand la religion devient une solution

Par Kamel SOUIG, doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication. Université Aix-Marseille et consultant en communication chez Founder Family.

Andréas Schönström, photo prise par Kamel SOUIG
Rencontré une première fois en marge du sommet «  Villes européennes contre la radicalisation » à Bordeaux en mai 2016, Andréas Schönström est la figure de proue en matière de prévention contre la radicalisation. Il nous reçoit chez lui à Malmö, une ville de 300 000 habitants, souvent citée comme ville pilote en matière de prévention contre la radicalisation. Selon son expérience et celle des responsables locaux, la lutte contre le phénomène de la radicalisation passe par l’intégration de la communauté musulmane et la lutte contre tous les mouvements extrémistes et sectaires.
Dans cet entretien Andréas Schönström élu à la mairie de Malmö nous livre son expérience d’élu et son regard de citoyen en matière de lutte et de prévention contre la radicalisation. Continuer la lecture de Prévention contre la radicalisation en Suède : Quand la religion devient une solution

Menace et persuasion dans le discours extrémiste

par Laura Ascone, étudiante en doctorat à l’Université de Cergy-Pontoise en Sciences du langage et spécialiste de l’expression des émotions, en particulier, dans la façon dont elles sont exprimées dans une conversation via un ordinateur. Elle concentre actuellement ses recherches doctorales sur l’étude des émotions dans la radicalisation islamiste sur Internet.
Suite à la réinstauration du soi-disant Califat, le 29 juin 2014, et aux attaques terroristes menés par Daesh dans les dernières années, une attention particulière a été portée sur le phénomène de la radicalisation islamiste et, plus particulièrement, sur ce qui amène des jeunes, qui très souvent n’ont grandi dans un milieu ni arabe ni musulman, à adhérer à l’idéologie djihadiste violente, voire à passer à l’acte au nom de cette idéologie. Continuer la lecture de Menace et persuasion dans le discours extrémiste

Les vierges (hûr ‘în), fantasme de Daesh

Le 16 novembre 2016, la société de production de Daesh, Al-Hayat Media Center, publiait un nouveau nasheed, chant rituel, intitulé « Les Éternelles ». Ce n’est pas la première fois que le groupe terroriste exalte cette forme de ‘récompense’ (au paradis) à ses fidèles, à travers des poésies chantées principalement en arabe. Il existe au moins plusieurs dizaines d’anasheed (pl. de nasheed) sur le thème des vierges, comme nous allons le voir dans cette contribution. L’analyse de ce corpus constitué d’un échantillon de deux nasheed en français et de trois nasheed en arabe révèle un usage récurrent de cette notion comme moyen de motivation des guerriers et perspective eschatologique d’un paradis orgiaque. En outre, cette analyse vient confirmer les résultats de plusieurs enquêtes qui ont décelé une écoute intensive des anasheed par les djihadistes. Le nombre de vues des vidéos de nasheed sur Youtube dépasse en effet les milliers, voire mêmes les dizaines de milliers pour certains. Continuer la lecture de Les vierges (hûr ‘în), fantasme de Daesh

L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

Par Hasna Hussien et Dr. Moreno al Ajamî
Les dimensions idéologiques de Daesh, assez souvent négligées dans l’étude de ce phénomène global, constituent des facteurs cruciaux pour comprendre cette nouvelle mouvance jihadiste violente qui fonde sa « légitimité » sur sa propre interprétation de l’islam. L’étude de la doctrine daeshienne et sa position sur la carte idéologique du salafisme et du fascisme permet de mieux saisir ses origines, ses fondements et ses stratégies qui constituent une base importante pour justifier son recours à la violence extrême.
Continuer la lecture de L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

« Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

Par Daniel Martin, directeur du Centre Régional de Verviers pour l’Intégration des personnes étrangères ou d’origines étrangères, CRVI
 crvi
Le défi de la lutte contre le radicalisme violent à caractère religieux consiste à condamner et sécuriser sans faiblesse, mais aussi construire, reconstruire sans cesse. Continuer la lecture de « Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

L’Islam : des sources aux usages contemporains ; genèse du jihad global

Par Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.
I. Les sources scripturaires de l’islam
Comme toute religion, l’Islam est un système de croyances et de valeurs d’où découlent des normes et des rites. L’islam repose sur trois sources scripturaires : le Coran, le Hadîth, le Consensus. D’un point de vue historico-critique, l’Islam est principalement bâti sur le Hadîth puis sur le Consensus des ulémas. Le Coran donné comme source principale est ainsi devenu dans les faits une source secondaire. Continuer la lecture de L’Islam : des sources aux usages contemporains ; genèse du jihad global

Appel à Contribution

 

(EXTENSION DU DÉLAI D’ENVOI DE CONTRIBUTIONS EN 2018)

Dans le cadre du projet « Comprendre, sensibiliser et contrer la propagande djihadiste violente », soutenu par l’Association de Recherches et d’Etudes sur la Santé, la Ville et les Inégalités (ARESVI), le carnet de recherche  cdradical.hypotheses.org lance un appel à contribution afin d’approfondir, amplifier et multiplier les approches critiques et académiques de la propagande djihadiste violente. Il s’agira d’analyser ses mécanismes et réfuter les contenus (discursifs, visuels etc.) de cette propagande. Continuer la lecture de Appel à Contribution

« Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

Entretien réalisé par l’auteure avec le fils de la victime Ahmad, trentenaire, Tripoli, juillet 2016
La famille occupe une place centrale dans la propagande de Daesh et son projet social. Son imaginaire idéalisé du « califat » repose en partie sur l’obligation de la « hijra familiale » pour « se retrouver avec la meilleure des familles » ou « préserver la famille musulmane » car celle-ci est la « plus chère » au musulman « après sa religion », comme ressassé dans leurs différents supports écrits de propagande. Continuer la lecture de « Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).