Interview avec Saliha BEN ALI, présidente de SAVE BELGIUM

Propos recueillis par Sébastien BOUSSOIS, Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles) et de l’OMAN (UQAM Montréal)
Après 5 ans d’expérience et de formation à la prévention de la radicalisation, peut-on arriver à établir des parallèles suffisants dans les profils rencontrés pour pouvoir « prévenir » un passage à l’acte violent?
Les parallèles sont souvent les mêmes : mal être, quelle est ma place ici, qui suis-je, je me sens inutile, l’envie d’agir pour changer le monde, l’altruisme, frustrations, dévalorisation de soi, décrochage scolaire,  colère face aux autres, racisme, discrimination de tous genre, manque de projet de vie, le besoin de reconnaissance… Le départ ou le passage à l’acte violent dépendra surtout d’un déclencheur difficile à prévoir, une fenêtre d’opportunité sur un terreau favorable, et qui pousse le jeune à aller jusqu’au bout : divorce ou décès d’un proche, rupture, perte d’emploi, évènement inattendu qui vient perturber le quotidien… A cela, s’ajoute pour la majorité des cas, une influence négative très forte de l ‘extérieur (groupe extrémiste) ou via les réseaux sociaux.
Comment se passent les ateliers que vous menez auprès des Mamans, et des familles? Quel rapport et quelle réaction ou ouverture ont les mamans concernées dans la logique de prévention? Quel doit être le rôle des Mères et des pères?
Les ateliers de mamans se passent bien car çà leur permet de se remettre en question pour apprendre à se connaitre soi-même afin de mieux comprendre son enfant et de communiquer avec lui d’une manière plus sereine et sans trop de stress. On se focalise plus sur l’enfant que sur le problème. Les mamans concernées sont un plus dans la prévention car elles sont légitimes de par leur histoire malheureusement vécue et les jeunes sont très sensibles à cela et donc se sentent concernés et sont très attentifs lors des animations. Le rôle des parents doit être plus axé sur les changements de comportement et de discours de l’enfant. Ils restent les premiers « détecteurs » de changement mais pour cela ils doivent être sensibilisés par des séances d’infos au minimum. Ils sont en quelque sorte des boucliers.
Les écoles sont le cœur de votre action. Comment réagit ce jeune public? Se sent-il concerné? Prend-il le danger avec sérieux? Sentez-vous qu’il y’a une difficulté pour l’école à avoir prise si l’influence radicale provient du cadre privé? 
Le public jeune réagit très positivement aux animations et leurs permet d’aller plus loin dans la compréhension du phénomène et d’éviter les amalgames et les préjugés. Ils comprennent que cela peut arriver à tout le monde et que le processus d’embrigadement et plus compliqué et vicieux et que les jeunes se font vite happer par les réseaux virtuels ou réels. Ils prennent la mesure du danger après les témoignages des personnes concernées et sont étonnés des profils qui partent. L’école a du mal à avoir prise quand le jeune est radicalisé dans un cadre privé ou non. C’est pour cela que les parents sont convoqués pour une discussion voir même un suivi. Le jeune sera suivi par un centre psycho médicosocial. Mais cela dépend du degré de radicalisation du jeune. Parfois ce dernier préfère arrêter l’école pour éviter une pression supplémentaire. Là on le perd complètement.
Comment jugez-vous la réponse publique en France et en Belgique en terme de prévention?
La réponse est insuffisante par rapport aux efforts sécuritaires mis en place. C’est plus de l’ordre du bricolage et nous sommes obligés de faire avec le peu de moyens dont on dispose. Les associations sont souvent en difficulté alors que de l’argent, il y en a. Manque d’effectifs pour les animations, manque de budget, manque de soutien ou de supervision…Heureusement que nous avons la foi.
Sentez-vous l’influence claire et nette d’internet et de la propagande encore aujourd’hui? Ou des mosquées? Ou des deux? 
Il est clair que depuis que les recruteurs ont été démasqués et condamnés à des peines de prison fermes, l’influence est plutôt virtuelle mais bien réelle sur internet et plus insaisissable. On doit mener ce combat sur la toile et proposer un contre discours qui séduise les jeunes. Les mosquées officielles ne sont pas vraiment impliquées dans des discours haineux ou de violence car sont surveillées. C ‘est plutôt dans les salles de prières clandestines et dans les prisons que cette approche directe reste possible. On a encore du retard mais on avance. Je me rends souvent en prison et dans les IPPJ pour cela.
Saliha BEN ALI est une mère qui a perdu son fils, Sabri  parti à l’âge de 19 ans en Syrie pour rejoindre Daesh. Depuis, Saliha BEN ALI consacre tout son temps et son énergie pour le combat de sa vie pour sensibiliser et accompagner des familles touchées par la radicalisation.  Ainsi, elle fond l’association SAVE BELGIUM où elle participe activement à la mise en place et l’animation des actions de préventions en Belgique et dans le monde entier.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.