Mon enfant se radicalise, des familles de djihadistes et des jeunes témoignent

Review de l’ouvrage de Vincent DE GAULEJAC et Isabelle SERRET, Mon enfant se radicalise, des familles de djihadistes et des jeunes témoignent, Paris, Odile Jacob, 2018, 270 pages.
Par Sébastien BOUSSOIS, Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles) et de l’OMAN (UQAM Montréal)

 

« Etre radical c’est prendre les choses à la racine, et que la racine c’est l’homme », disait Karl Marx. C’est par l’une de ces citations que démarre le livre de Vincent de Gaulejac, professeur émérite à l’Université Paris VII et président du réseau international de sociologie clinique, et Isabelle Serret, journaliste et sociologue clinicienne, « Mon enfant se radicalise, des familles de djihadistes et des jeunes témoignent ». En effet, dans sa préface, le psychanalyste Roland Gori, appelle à s’en remettre à l’homme et à revenir à la racine pour comprendre comment ces jeunes partis en Syrie sont partis en réalité reconquérir les leurs.
Un livre qui se focalise sur le terrain local et une expérience locale
Dans le contexte sécuritaire tendu en France, la question de la prévention de la radicalisation revient au cœur de tous les débats. La notion même de « déradicalisation » et plus récemment de « désengagement » interroge les politiques comme les chercheurs et les praticiens. Souvent contraints par l’urgence de la réponse à apporter, les politiques cèdent aux pressions de l’opinion qui désire avant tout être rassuré et voir des renforts sécuritaires bien visibles sitôt un attentat survenu. Cela n’est pas un mal, mais cela n’est pas suffisant pour prévenir en amont ces violences qui tournent souvent à la tragédie. Dans cette simple réaction, nous sommes condamnés à voir les choses se reproduire. Il faut pouvoir tirer les leçons des 5 premières années de « tâtonnement » de ces politiques et profiter au plus près des témoignages de ceux qui ont connu, ont basculé, et/ou en sont sortis.
Le travail salutaire de Vincent de Gaulejac et d’Isabelle Serret tombe à point nommé. Dans la foulée de leur campagne très réussie et qui eut un grand impact en Belgique, RAFRAP (Rien à faire Rien à perdre), ayant abouti sur la production de dizaines de capsules vidéos mettant en scène des jeunes et des familles témoignant de leur drame vécu, les auteurs ont voulu aller plus loin dans ces « récits de vie » comme on les appelle pour qu’ils puissent servir d’outils aux familles et jeunes qui risqueraient d’être concernés à un moment où à un autre par la radicalisation islamiste. C’est le but premier et l’objectif réussi de ce livre : « à partir de la collecte de récits de vie de jeunes engagés en Syrie, le projet vise aussi à permettre aux professionnels en lien avec des jeunes (enseignants, éducateurs, animateurs de quartier, travailleurs sociaux, etc), et à leurs proches (familles, fratries, pairs) de devenir des acteurs réflexifs , d’oser quitter le silence et de (re)trouver une place mobilisatrice tant éducationnelle que sociale au sein de notre société ».
Des jeunes déchirés entre perte de repères et quête de sens
Loin des terreaux de réflexion de la géopolitique mondiale expliquant une grande partie du développement inédit de l’idéologie salafiste et wahabite, les deux auteurs se concentrent sur la dimension micro et le terrain local. Ils ont pu avoir accès par leur confiance, leur discrétion, leur professionnalisme les témoignages de nombreux « revenants », ceux qui ont été directement au contact de Daech mais également des « repentis », ceux qui ne sont pas tous partis sur la terre du Califat mais se sont radicalisés aussi sur le sol européen et en sont a priori sortis.
Serret et Gaulejac ont toujours travaillé avec la jeunesse et ont toujours cherché à comprendre l’évolution et l’origine des comportements, les sources d’instabilité, la quête de sens, le désir d’exister, les mécanismes d’influence, l’idéologisation des adolescents, situés à la période charnière de leur vie. Ils cherchent surtout comme ils le disaient lors d’une conférence de présentation de leur ouvrage le 27 mars 2018 à Schaeerbeek à Bruxelles, à rappeler avant tout que c’est un travail collégial qui permettra de sortir de cette problématique complexe, d’aider au mieux familles et jeunes, en commençant avant tout par ne pas opposer les uns et les autres : nous d’un côté, et les radicalisés de l’autre. C’est une question de responsabilité multiples : des jeunes dérivent, des familles n’ont pas toutes les responsabilités, et à un moment la société faillit aussi à sa mission comme la République dont la transmission des valeurs ne se fait pas correctement. C’est là pour Gaulejac toute la difficulté de franges entières de la population qui se sentent discriminées et mises à l’écart. Ce qu’il appelle l’échec de la lutte des places ; l’égalité est une des grandes devises du pays comme la fraternité et la liberté, mais nous ne sommes bien sûr pas tous égaux.
Choix et non choix du djihadisme : « retrouver le sens de l’histoire » ou penser la prévention
Tous les radicalisés ne sont pas forcément discriminés, issus de l’immigration, en rupture scolaire ou familiale, dans un engrenage sans fin de déviance dont la drogue. Mais beaucoup de ceux qui ont basculé dans la violence extrême contre eux et contre les autres, dans les attentats, étaient de ceux-là. Malheureusement, pour tous les professionnels de la prévention, il n’y a pas de loi scientifique, car selon Isabelle Serret, il n’y a pas deux profils qui se ressemblent. Sans rentrer dans le détail de tous les profils étudiés par les auteurs dans l’ouvrage, il est intéressant de noter que ce qui revient le plus souvent c’est cette recherche dans le basculement vers la radicalisation de la « quête de sens » face à des doutes existentiels et le sentiment d’impasse. Pour l’un des jeunes, Mansour, arrêté à temps avant son départ en Syrie en 2015, l’idéologie djihadiste lui redonnait de la fierté et le sentiment d’exister. C’est là tout l’enjeu et le succès de l’idéologie daechiste notamment qui parvient à inscrire toutes ces jeunes proies dans un autre monde imaginaire, dans une place en apparence meilleure que celle qu’ils ont au moment où ils se font recruter. Et les outils de propagande détaillés par les auteurs du livre ne manquent pas. Il faut développer l’éducation aux médias dans un monde de surcommunication, et dans lequel il est souvent difficile pour un jeune de discerner la réalité de la manipulation des faits. Cela veut dire aussi qu’« il faut développer l’esprit critique » soutiennent les auteurs, et la prévention primaire passe aussi bien par les écoles que dans les familles.
Il y a comme le disent les deux auteurs un besoin « de transcendance et d’absolu », une nécessité vitale de croire et cela passe par une forme de radicalisme, d’autant plus que cette nouvelle croyance cherche souvent à effacer un sentiment profondément enraciné de honte. Honte d’être soi, honte de n’être que soi. Défaut de transmission à l’école et en famille également des valeurs humanistes notamment. Mais également une angoisse existentielle pour tous ces jeunes. Et le politique, le religieux, le social se mélangent alors dans un cocktail explosif pour un jeune en pleine construction : car comme le souligne l’intellectuel Marcel Gauchet, nous sommes tous confrontés à l’angoisse face à un monde sans Dieu. Il faut donc en réinventer ou en invoquer de nouveaux. Et parfois ce sont des démons, les siens, mais également ceux des autres qui agissent comme un virus et contaminent rapidement une communauté. Non sans émotion, ce livre revient sur le parcours de ces jeunes, de « nos jeunes », la détresse de leurs familles, la souffrance de ceux qui restent, le combat de ces mères courage comme Saliha Ben Ali, présidente de SAVE BELGIUM dont le fils Sabri est parti en Syrie en 2013 et n’en est jamais revenu. Depuis, elle mène un travail de prévention fondamental dans les écoles et auprès des familles pour espérer sauver au moins les enfants des autres. Car Isabelle Serret et Vincent de Gaulejac croient en le contact humain avant tout et à la prévention par le témoignage et par la transmission.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.