Le recrutement numérique des adolescent.e.s par Daesh : Les chants « anasheed » djihadistes

Par Hasna HUSSEIN Article paru dans la revue MEDIADOC, N° 18, Juin 2017, [publication de l’Association des Professeurs Documentalistes de l’Éducation Nationale, A.P.D.E.N]. Une version réduite de l’Article est disponible ici

Les groupes djihadistes violents s’adaptent de plus en plus aux évolutions du web, qu’ils utilisent comme « une véritable plateforme opérationnelle »[1]. Daesh, par exemple, utilise Internet, et particulièrement les réseaux sociaux, pour diffuser sa propagande officielle[2], mais aussi pour recruter parmi une population jeune. L’arsenal propagandiste de Daesh constitue en effet un pilier essentiel de sa stratégie globale[3]. Cet arsenal médiatique joue un rôle important dans le processus de recrutement – même si Internet à lui seul ne mène pas à la radicalisation – car il favorise l’adhésion de l’individu au groupe. Quels sont donc les canaux numériques les plus utilisés par Daesh ? Quelles sont donc les canaux numériques les plus utilisés par Daesh ? Quelles sont les principales techniques numériques spécifiques déployées par ce groupe terrorisye ? Les réseaux sociaux deviennent-ils un espace à risque pour les jeunes ? Et comment faire face à cela ?

La machine médiatique de la terreur

Les vidéos de propagande constituent un outil essentiel dans la stratégie de recrutement de Daesh destinée principalement aux jeunes. Le groupe terroriste utilise les réseaux sociaux, particulièrement Youtube, Facebook et Twitter pour diffuser ces vidéos de propagande qui se caractérisent par un « professionnalisme » plus ou moins important. Ces vidéos diffusent des images d’assassinats, de sermons appelant au djihad violent contre toute forme d’altérité qui ne partage pas l’idéologie daeshienne, mais aussi des vidéos de promotion dudit califat et de sacralisation de ses composantes (gouvernance « islamique », soldats, valeurs…). Le groupe utilise principalement Youtube pour diffuser ses dernières productions audiovisuelles disponibles en une trentaine de langues[4], ainsi que d’autres réseaux tels que Vimeo ou Sendvid. Daesh mobilise un nombre important de ses adhérents, notamment parmi les femmes, qui participent activement à cette forme de jihad virtuel, pour télécharger ces productions sur les différents sites. Les sympathisants du groupe terroriste contribuent activement – à la diffusion de ces genres médiatiques en les relayant sur les différents sites. Daesh télécharge en moyenne entre 2 et 3 vidéos de propagande par jour. On estime le nombre des vidéos produites par les sociétés médiatiques de Daesh à plus de deux mille. Face à ce flux continu, les politiques de contrôle élaborées par les géants d’Internet semblent peu efficaces. Youtube par exemple supprime seulement les vidéos contenant des images violentes et laisse les vidéos de propagande que le groupe terroriste utilise pour diffuser son idéologie meurtrière et recruter. Il est, en outre, nécessaire de signaler que la suppression d’une vidéo violente nécessite plusieurs heures, voire même plusieurs jours. Face à cela, Daesh a développé une stratégie spécifique de téléchargement mise en oeuvre par ses membres. Le téléchargement d’une vidéo de propagande se fait plusieurs fois par plusieurs personnes depuis plusieurs endroits. Les autres réseaux tels que Vimeo ou Sendvid sont plus tolérants par rapport aux productions djihadistes violentes. Daesh utilise en outre des sites de téléchargement internationaux tels que 4shared ou encore Adfly principalement pour ses productions audiovisuelles.

Les membres de Daesh et ses sympathisants sont aussi très actifs sur d’autres réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, ayant une grande notoriété auprès des jeunes et adolescent.e.s. Cette branche de l’armée numérique de Daesh est multifonctionnelle : télécharger les vidéos et images de propagande, informer, communiquer, créer des identités numériques multiples, bâtir des réseaux diversifiés et globalisés, liker, partager, communiquer, repérer des cibles potentielles, séduire et recruter. Même si Facebook et Twitter suppriment les comptes et les contenus violents qui font la promotion de l’idéologie de Daesh dès leur signalement par d’autres usagers, il demeure difficile de contrôler les usages déviants.

Le groupe terroriste investit beaucoup le blogging. Ce service permet à Daesh une meilleure accessibilité aux contenus via les moteurs de recherche (Google et Yahoo) ainsi qu’une flexibilité en matière d’organisation et d’esthétique. Les principales plateformes utilisées sont blogger.com, WordPress, Nasher.me ou encore Justpaste. Les contenus disponibles sur ces sites sont aussi accessibles depuis les réseaux sociaux via des icônes de social-media afin de leur offrir une meilleure visibilité. Les professionnels des médias de Daesh prêtent une attention particulière à la capacité qu’auront les lecteurs à pouvoir partager leurs productions sur la toile en un minimum de temps. L’objectif principal est d’accentuer grandement la visibilité et donc le nombre d’usagers. Ainsi, ils utilisent assez souvent des boutons Retweet et Facebook share afin d’offrir une grande capacité de partage. Mais quels sont les principaux produits médiatiques destinés aux jeunes et aodolescant.e.s qui circulent sur les réseaux sociaux et les sites djihadistes ? Et quels discours véhiculent-ils ?

Les anasheed, un outil d’apprentissage et d’adhésion

La propagande officielle de Daesh est ultra-ciblée. Elle s’adresse aux jeunes et adolescents, avec des produits ayant une capacité de séduction assez élevée auprès de ces catégories d’âges. Le produit phare demeure les anasheed (chants rituels) djihadistes. Ce genre « musical » constitue en effet un alternatif à la musique prohibée dans l’idéologie salafiste. Il s’agit des « chants polyphoniques, hétérogènes sur le niveau de sophistication des plans sonores, systématiquement travaillés avec des logiciels audio rajoutant des effets divers (réverbération, écho, delay, filtres) »[5]. Les anasheed djihadistes sont des « poésies récitées » dont l’objectif principal est l’appel au djihad violent. Il existe aujourd’hui plusieurs centaines d’anasheed djihadistes diffusés en différentes langues : arabe, français, anglais, allemand, bengali, afghan, turc, chinois, russe, indonésien, uyghur, sorani, etc. Daesh possède plusieurs sociétés de production spécialisées en ce genre médiatique, dont la plus célèbre est Ajnad. Pour les jeunes, les anasheed constituent un outil d’initiation et de préparation au djihad, mais aussi d’apprentissage et d’adhésion au groupe. « Il y a les combattants qui chantent des poésies incitant à la bataille. Il y a aussi le chant de ceux qui se préparent au combat chantant des poèmes pour se vanter au moment de la rencontre »[6]. Ces fragments d’anasheed en français et en arabe irakien confirment ces propos :

« Avance, avance, avance, avance,

Sans jamais reculer, jamais capituler,

Avance, avance, avance, avance,

Guerrier invaincu, l’épée à la main tue-les ! » (« Avance »)

Ou encore :

« Avancez mes frères

Chacun selon son intuition

Sur le chemin du djihad

Au paradis, il y a des vierges (refrain)

Le djihad est aujourd’hui une obligation

Pas besoin d’attendre des années

Oh musulman ! Soulève-toi

Au paradis, il y a des vierges » (« Oh musulman ! Soulève toi »)

Les anasheed de batailles « Battle hymns »[7] sont disponibles avec plusieurs sous-titrages, comme le nasheed en langue arabe intitulé Ghorabâ (« Étrangers ») et sous-titré en français et en turc. Ces anaheed contribuent à la construction d’une image idéalisée et sacralisée du « soldat d’Allah », un mythe mobilisateur pour les jeunes de deux genres (les filles sont séduites par cette image et les critères de virilité masculine qu’elle véhicule) :

« Étrangers, Étrangers, Étrangers, Étrangers,

Étrangers, on incline les fronts que pour Allah

Étrangers, on a choisi ceci comme devise de la vie

Si vous demandez des nouvelles de nous,

Alors nous ne nous inquiétons pas des tyrans

Nous sommes les soldats d’Allah

Nous ne nous inquiétons des chaînes,

Et nous continuerons éternellement

Laissez-nous donc faire le jihad

La bataille et le combat à nouveau

Étrangers, ainsi sont les libres dans le monde asservi

Laissez-nous donc faire le jihad,

La bataille et le combat à nouveau

Étrangers, ainsi sont les libres » (« Étrangers »)

Plusieurs enquêtes réalisées auprès des djihadistes rentrés de Syrie ou d’Irak montrent en effet un usage intensif des anasheed, principalement pendant la phase d’endoctrinement et d’embrigadement. Dans la première phase, celle de l’endoctrinement, l’individu est soumis à l’acceptation et à l’apprentissage de la doctrine djihadiste violente. Alors que la deuxième, celle de l’embrigadement, marque l’intégration de l’individu-cible dans le groupe ou la communauté, dont il s’approprie les gestes, les codes et les comportements[8]. Les anasheed constituent ainsi un outil important d’apprentissage et d’adhésion aux valeurs et croyances qui sont inculquées aux cibles de la propagande. Jihed Haj Salem, un sociologue tunisien, a publié une étude (en langue arabe) en 2014[9] dans laquelle il traite de l’usage des anasheed par les djihadistes, et de leur rôle dans le processus de radicalisation. Le sociologue tunisien raconte l’anecdote suivante : « lors d’un entretien avec un jeune djihadiste, celui-ci nous montre une vidéo prise sur son portable lors d’une cérémonie de mariage d’un ami à lui. On y voit un groupe de jeunes djihadistes interpréter un nasheed avec beaucoup d’enthousiasme » (notre traduction). Le chercheur insiste sur ce rite, notamment pendant ce genre de cérémonie, qui précède le sermon sur le mariage en islam. Le rite des anasheed djihadistes est souvent accompagné d’autres pratiques, dont le fait de soulever les drapeaux de l’État islamique, de prononcer le takbîr (crier « Allah ouakbar ! ») et lancer des feux d’artifices, tout ceci dans un contexte d’interaction et d’effervescence sociale caractéristique de l’aspect festif et fraternel que les mouvements djihadistes mettent en avant pour recruter. Pour les membres novices, ces rites facilitent, selon le chercheur, l’adhésion au groupe et participent à la formation d’une « identité collective » :

« Dans le sentier d’Allah

Nous marcherons vers les portes

Du paradis

Où nos vierges (Hoûr) nous attendent

Nous sommes des hommes qui aimons la mort

Comme vous aimez votre vie

Nous sommes des soldats qui combattons

De jour comme de nuit » (« Dans le sentier d’Allah », nasheed français)

Ou encore une vidéo d’un nasheed (singulier anasheed) en langue arabe sous-titrée en français intitulé « Ma caravane de la sagesse » paru en 2013, qui s’adresse directement à la jeunesse et les « générations futures » avec un discours de supériorité. Cette vidéo a été vue plus d’un million de fois :

« Elle a soufflé comme le vent fort

Elle a jailli comme une flamme lumineuse

Elle a soufflé comme le vent fort

Elle a jailli comme une flamme lumineuse

Elle est devenue comme la jeunesse déterminée

Elle s’est envolée comme le faucon fier

Elle est devenue comme la jeunesse déterminée

Elle s’est envolée comme le faucon fier

Ô génération future, allons-y

Donnons-nous du mal et travaillons dur

Visons toujours le sommet

Et n’acceptons jamais moins que le meilleur

L’objectif principal est de responsabiliser cette jeunesse aux sujets de la « gloire de l’islam » et de la « restauration du califat » afin de les motiver à rejoindre la « cause sacrée » :

Ô mes frères, le jihad est le chemin

Du retour à l’honneur et à nos jours de Gloire

La promesse d’Allâh restera pour toujours

Le combat pour sa cause

est le plus grand bénéfice

Le temps est venu

De gagner les batailles

Nos langues prononcent la chahâda (« devenir martyr »)

Alors que nos cœurs battent ensemble

La sounna (« loi islamique ») vit et le califat se lève

Et nous voyons la bannière du Tawhîd (« unicité ») briller » (« Dans le sentier d’Allah », nasheed français)

Des anasheed pour renforcer la colère et ritualiser la violence

Les anasheed constituent une forme de soutien au djihad, mais aussi un moyen pour renforcer la colère des jeunes. La rhétorique victimaire et apocatyptique de certains anasheed favorise l’activation de « sentiments primaires (racisme, xénophobie, superstitions) et de représentations sociales fortes à l’aide de mots et de symboles appelés leviers »[10]. Franck Bilingue, spécialiste des questions de radicalisation sur Internet, décortique les techniques de manipulation des groupes djihadistes. Selon ce chercheur, il existe quatre leviers utilisés par ces groupes en vue de bloquer le sens critique chez le spectateur : « leviers de vertu » par le biais de l’appel aux valeurs de l’islam, de la liberté, de la justice, de l’indépendance, de la fraternité, de la pureté…, « leviers poisons » à travers l’association de mots à valence négative tels que l’Occident/Satan, Chrétiens et Juifs/infidèles, mécréants…, « leviers d’autorité » en faisant référence aux autorités religieuses ou morales intouchables (Allah, prophète, compagnons…) et « leviers de conformisme » à travers l’appel à la solidarité et à la pression émotionnelle et collective (Oumma).

Le nasheed « Tends ta main pour l’allégeance » en langue française confirme le diagnostic de Franck Bilingue :

« Tends ta main pour l’allégeance

Et émigre vers ta terre

Crie de tout ton cœur en chance

Car tu ne peux plus te taire

Il faut briser le silence

Avec quoi militante

Le martyr par excellence

Pour la victoire éclatante

Nous perdons notre dignité

En vivant comme des lâches 

Nous renforçons notre unité

En combattant sans relâche »

Il s’agit d’un discours identitaire et victimaire capable de susciter la colère des jeunes en quête de sens et assoiffés de vengeance envers la société, le système et ses représentants (la police, l’armée et les institutions, notamment l’école). De ce fait, la stratégie d’attraction de Daesh, comme celle du nazisme, réside dans la nature de l’offre : « la lutte, le danger et la mort »[11]. Les hymnes et anasheed jouant sur la fibre identitaire et le sentiment national occupent une place importante pour les deux idéologies fascistes. Ces chants rituels reposent comme nous avons pu le montrer sur un vocabulaire « idéaliste » du « caractère » et de la « détermination » qui appartient à l’éthique du surhomme (surmusulman, pour Daesh). Ils reposent sur une forme d’exaltation d’un héroïsme militaire et viril exaltant la guerre éclair à travers des métaphores guerrières (nous, des hommes qui aimons la mort ; qui combattons de jour comme de nuit ; soldats d’Allah…).

Les anasheed djihadistes participent en outre au processus d’initiation à la violence chez les usagers. Le discours de haine qu’ils véhiculent vise non seulement à terroriser l’ennemi mais aussi à ritualiser la violence.

Le nasheed « Avance », dont nous avons cité un passage plus haut, confirme cette idée :

« Tue les traîtres, attaque-les par surprise

            Égorge-les, fais leur payer leur traîtrise

            Identifie l’hypocrite au cœur mort qui bat

            Qui ne bat que pour les intérêts d’ici-bas

                      
            Il pense qu’Allah ne va pas le dévoiler

            Quel vrai imbécile, inconscient au cœur voilé

            Achève-le d’une balle dans la tête

            Tel est le sort du criminel qui s’entête ! »

Ou encore, le nasheed plus récent en langue française intitulé « Pour Allah » :

« Pour Allah, celui que nous unifions (sic)

 Pour Allah, nous les sacrifions

Pour Allah, oui nous vous terrifions

Pour Allah seul, nous avons fait cette joie

Tuez avec des cœurs remplis de joie

Nous vous tuerons sans aucune pitié »

D’autre anasheed véhiculent néanmois un discours plus ludique et festif du djihad. Il s’agit des chants qui vénèrent ledit califat et ses composantes : « calife », gouvernance, lois, pratiques sociales, et systèmes de valeurs réputées conformes à la charia (« loi islamique »)  tels que : « Oh notre État, progresse » ; « Ils ont prêté allégeance pour Al-Baghdadi » ; « Ma communauté n’accepte pas le marasme » ; « Ma chère maman » ; « La maison de l’islam dans le pays des deux fleuves » ou encore « Notre charia est une lumière » dont les poésies sont écrites par Ahlam al-Nasr, la célèbre poétesse de Daesh[12].

Plusieurs poésies d’al-Nasr ont été mises en anasheed et interprétées par les munchidûn (déclamateurs) les plus populaires de Daesh. Mais qui sont ces « stars » ? Et quel rôle jouent-ils dans le recrutement des jeunes ?

Les munchidûn stars de Daesh Voice

Daesh possède ses propres stars populaires parmi les sympathisants et grands consommateurs d’anasheed djihadistes. L’analyse d’un nombre important de ces anasheed, principalement en arabe et en français produits sur plusieurs années, révèle une évolution de l’exigence du groupe terroriste en matière de compétences et de qualité de voix. Les munchidûn (pluriel munchid) ou interprètes – pour éviter de dire « chanteurs », activité désignée haram – recrutés par Daesh doivent désormais répondre aux exigences du groupe terroriste. Ils possèdent de plus en plus des voix douces et mélodieuses, ce qui semble de prime abord paradoxal avec la doctrine salafiste virilo-machiste du groupe. Dans l’idéologie salafiste, les voix féminines, de la même manière que les voix masculines mélodieuses, font partie de la ‘awra, zones du corps qui doivent être cachées, couvertes par pudeur et « respect de la religion ». Elles sont ainsi prohibées, car elles peuvent susciter la tentation (fitna) et éveiller dangereusement les pulsions de deux genres. Les anciennes générations de munchidûn tels Abû al-Layth al-Iraqî ou d’autres possèdent plutôt une voix plus rude, dans un dialecte irakien assez sec et parfois peu compréhensible dans le reste du monde arabe, quand les munchidûn actuels ont des voix plutôt suaves et chantent dans un arabe le plus littéraire possible.

En haut, capture d’écran d’une image de propagande de la célèbre interprète, munchid, Maher Mach’al. En bas, une photo de lui sur la chaîne saoudienne religieuse al-Bidâya (Google image)

Maher Mach’al était par exemple un des interprètes, munchidûn les plus célèbres de Daesh et du public saoudien. Surnommé Abû az-Zoubayr al-Jazraoui, le jeune saoudien avait une expérience de cinq ans dans le domaine de chants islamiques sur les chaînes satellitaires religieuses. Le munchid va devenir une star au royaume suite à sa participation à un programme de chants islamiques diffusé sur la chaîne saoudienne al-bidâya (Le début). Maher Mach’al avait également travaillé comme présentateur et participé à plusieurs programmes de télé-réalité diffusés sur les chaînes du golfe. En 2011, il va interpréter un nasheed sur le thème de l’allégeance (baya’nah) à l’occasion des lancement des reformes sociétales par le roi Abdallah. Mais en 2013, il va prêter allégeance à al-Baghdadi et rejoindre les rangs des combattants de Daesh.

La star de Daesh participait activement à la propagande numérique du groupe terroriste. On le voyait dans plusieurs vidéos de propagande inciter les enfants à rejoindre Daesh (cf photo ci-dessous). Le jeune munchid va réussir à convaincre d’autres collègues, dont Abû Thamer al-Mtirî ou encore Raed Fahd, à rejoindre ledit califat. Ce dernier va se repentir après cinq mois et rentrer en Arabie saoudite. Maher Mach’al décède en juillet 2015 à Deir al-Zour à l’est de la Syrie dans une frappe de drone de la coalition.

Image de propagande montrant le munchid saoudien en plein exercice de propagande auprès des enfants et des jeunes (Google image)

La nouvelle génération des munchidûn de Daesh déclame principalement des poèmes écrits en arabe littéraire (et dans plusieurs autres langues) afin d’assurer une large diffusion auprès des publics arabophones mais pas uniquement[1].

Quelle politique de prévention et de ‘contre-discours’ ?

Les jeunes et adolescent.e.s constituent la cible principale de la propagande de Daesh. Selon les derniers chiffres de l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT), 20 % des personnes signalées « radicalisées » en 2016 (11,175 personnes au total) sont des mineurs avec une majorité des filles. Les autorités françaises estiment à environ 400 le nombre des mineurs actuellement présents dans les zones de conflits tenues par Daesh. « Les deux tiers sont partis avec leurs parents, le tiers est composé d’enfants nés sur place et qui ont donc moins de quatre ans », a précisé récemment, lors d’une audition à l’Assemblée nationale le directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar. La stratégie d’attraction déployée par cette propagande fonctionne toujours et comme prévue. Comment faire alors pour s’attaquer à ce radicalisme violent et immuniser nos jeunes contre cette idéologie meurtrière et néo-fasciste ? L’État français a adopté, depuis quelques années, une approche combinant le sécuritaire au militaire pour combattre ce radicalisme. Les dimensions idéologiques et religieuses dans ce processus ne sont toujours pas prises au sérieux par les autorités françaises. De plus, la contre-propagande étatique s’avère inefficace face aux flux continus de propagande djihadiste violente qui inondent le Web, particulièrement les réseaux sociaux.

Dans cette situation, une nouvelle réflexion autour des politiques de prévention et de contre-discours devient une urgence. L’objectif principal est d’éviter qu’un maximum de jeunes et d’adolescent.e.s basculent dans une radicalisation qui mène à la violence. A cet effet, il devient nécessaire, dans le cadre d’une prévention pratique, de développer deux aspects auprès des jeunes : l’éducation aux médias et à l’information et le développement d’un sens critique. Cela nécessite un travail de formation au préalable auprès de l’équipe pédagogique afin de les orienter vers des activités pratiques et efficaces. Les jeunes sont aussi des acteurs importants dans ce travail pédagogique. C’est pour cela qu’il faut les impliquer dans la réflexion et l’élaboration dans ce cadre : des groupes de parole, des ateliers de travail, ou encore des projections-débats autour des films, des documentaires ou des mallettes pédagogiques. Elles permettent de sensibiliser les jeunes sur les dangers du radicalisme violent à travers l’information et l’argument en vue d’instaurer un état de vigilance à l’égard d’un phénomène menaçant. Des capsules vidéo sur le modèle de Storytelling sur la base des témoignages de personnes repenties, par exemple, peuvent éveiller les jeunes aux techniques de manipulation utilisées par les groupes terroristes. De tels outils pédagogiques permettent d’activer ou débloquer le sens critique chez le public-cible à travers un discours argumenté par introduction de la vraie information ou de données crédibles. Quant aux groupes de parole, ils favorisent l’interaction physique, facilitant ainsi l’exercice d’un pouvoir d’influence et d’une capacité d’agir par l’échange. L’objectif de ces groupes consiste à motiver l’individu à dialoguer dans cette forme de proxémie où il se sent en sécurité. Ils favorisent également la connaissance sur le radicalisme violent et le développement d’un sens critique chez l’individu-cible.

Ce travail complexe nécessite alors l’implication de plusieurs acteurs à la fois : l’école, les enseignants, les éducateurs, les associations, les lieux de cultes, les familles, les politiques et les chercheurs. Car il y a urgence à prendre en charge la jeunesse et les mineurs en danger, et pour certains en souffrance. C’est le plus beau cadeau que l’on peut léguer aux générations futures.

[1] Pierre Conesa rapporte dans son ouvrage Guide du petit djihadiste que des salafistes indonésiens qui ne parlent pas un mot d’arabe ont cru diffuser des chants religieux à la sortie de la prière du vendredi à Jakarta, alors qu’il s’agissait de chansons d’amour libanaises. Guide du petit djihadiste. À l’usage des adolescents, des parents, des enseignants et des gouvernants, Fayard, 2016.

[1] Marc Hecker, « Web social et djihadisme: Du diagnostic aux remèdes », Centre des études de sécurité (IFRI), Focus stratégique, n° 57, juin 2015.

[2] Charlie Winter, « The Virtual ‘Caliphate’: Understanding Islamic State’s propaganda strategy », et « Documenting the Virtual ‘Caliphate’ » Quilliam Foundation, juillet et octobre 2015.

[3] Hasna Hussein, « La propagande de Daesh », Esprit, n° 428, Octobre 2016. En ligne depuis le 4 juillet 2016, http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=459

[4] La société de production médiatique en langues étrangères de Daesh Al-Hayat Media Center produisent des vidéos en français, anglais, turque, allemand, russe, afghan, bengali, indonésien, uyghur, chinois, sorani, italien…

[5] Luis Velasco-Pufleau, « Après les attaques terroristes de l’État islamique à Paris. Enquête sur les rapports entre musique, propagande et violence armée », Transposition. Musique et sciences sociales, 5/2015. https://transposition.revues.org/1327#bodyftn29 [consulté le 19/02/2017]

[6] Nasir al-din al-Albani, « La musique en islam. Chants soufis, anashid islamiques et les instruments de musique », Bruxelles, Al-Hadith, 2013, p. 80 [cité dans Luis Velasco-Pufleau, Ibid]

[7] Said Behnam propose quatre catégories d’anasheed djihadistes: « chants de bataille » (« battle hymns »), « chants de martyr » (« martyr hymns »), « chants de deuil » (« mourning hymns ») et « chants de louange » (« praising hymns »). « Hymns (Nasheeds) : A contribution to the Study of the Jihadist Culture », Studies in Conflict and Terrorisme, vol. 35, n0 12, 2012.

[8] Franck Buling, « Radicalisation sur Internet : méthodes et techniques de manipulation », in Les cahiers de la sécurité et de la justice, n° 30, 4 ème trimestre 2014.

[9] Le chercheur a réalisé 8 entretiens auprès des jeunes djihadistes entre 19 et 28 ans et interrogé des individus de leur entourage social. Jihed Haj Salem, « La jeunesse djihadiste à Douar-Hicher. Étude de cas ethnographique », in Le salafisme Djihadiste en Tunisie : États des lieux et perspectives, Institut tunisien des études stratégiques, Tunis, 2014.

[10] Franck Bilingue, « Radicalisation sur Internet : méthodes et techniques de manipulation », in Les cahiers de la sécurité et de la justice, n° 30, 4 ème trimestre 2014.

[11] Scott Atran, « L’État islamique est une révolution », L’OBS, 02/02/2016. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160129.OBS3681/l-etat-islamique-est-une-revolution-par-scott-atran.html [consulté le 19/02/2017]

[12] Voir à ce sujet Robyn Creswell et Bernard Haykel, “Want to understand the jihadis? Read their poetry”, The New Yorker, 8 juin 2015. http://www.newyorker.com/magazine/2015/06/08/battle-lines-jihad-creswell-and-haykel [consulté le 19/02/2017].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *