L’insécurité au Mali : Formes et manifestations

Par Dr. Fodié Tandjigora, enseignant-chercheur à la Faculté des  Lettres et des Sciences Humaines à l’ Université de Bamako. Ses travaux de recherche portent sur les questions sécuritaires dans la région.
Le Mali, à l’instar de beaucoup de pays ouest-africains, est en proie à une série d’insécurité sur l’ensemble du territoire mais avec un accent particulier sur son septentrion. Si de 1960 à 1990 le Mali a connu une sécurité intérieure relativement maîtrisée, aujourd’hui, les nouvelles formes de menace remettent en cause cette sécurité. Depuis environ une vingtaine d’années, le Mali connaît une insécurité grandissante dont les rebellions successives constituent les formes prononcées. Aux mouvements indépendantistes s’ajoutent d’autres formes d’insécurité comme le banditisme résiduel, les affrontements inter et intracommunautaires, ou encore le terrorisme.

En se basant sur une approche sociologique, nous analyserons les différents types de menaces qui minent le champ sécuritaire malien contemporain. Aujourd’hui, le discours politique et/ou journalistique tend à tout unifier au point que l’on croirait à une menace uniforme. Cette vision holistique rend difficile la lecture du champ de l’insécurité qui, au demeurant, est en perpétuelle mutation.   Nous nous intéresserons dans cette contribution à trois formes d’insécurité qui menacent la stabilité du Mali actuel:1) L’insécurité liée au banditisme résiduel, 2) celle liée aux affrontements intercommunautaires comme dans le delta, 3) puis l’insécurité liée au terrorisme comme dans le septentrion malien.
Insécurité au Mali : conceptions, formes et manifestations
Généralement, il est de tradition que le domaine de la sécurité soit exclusivement réservé aux seules forces de défense et de sécurité. Mais les menaces actuelles auxquelles fait face le Mali ont fondamentalement changé la conception classique de la sécurité. Ainsi, une nouvelle approche sécuritaire s’impose et nécessite une nouvelle conception multidimensionnelle de la sécurité. Le « tout » sécuritaire n’est pas nécessairement efficace dans la mesure où certaines formes d’insécurité trouvent leur réponse dans la redistribution des richesses ou encore dans la participation des sociétés civiles et ONG à l’action de sécurisation. C’est dans cette optique que cette analyse sociologique s’inscrit et surtout à une période où la menace sécuritaire change permanemment de forme.
Depuis la fin de l’occupation du Nord-Mali par des mouvements armés[1] en 2012[2], la circulation des armes s’intensifia, augmentant ainsi le banditisme résiduel ainsi que les affrontements intercommunautaires. L’aggravation de la situation d’insécurité augmente la tension entre citoyens et services de sécurité se soldant par une crise profonde de confiance en la capacité de l’Etat à pouvoir sécuriser ses citoyens. Cette crise de confiance va engendrer l’émergence d’une conception « archaïque » de la sécurité, c’est-à-dire qu’elle relèverait exclusivement de la mission régalienne de l’Etat. L’expérience quotidienne au Mali montre que cette conception est désuète. En effet, elle fait suite au prototype sécuritaire colonial et qui fut renforcé par les différents régimes successifs au Mali. La réalité actuelle sur le plan sécuritaire laisse à penser que la sécurité est l’affaire de tous : ONG, sociétés civiles, Etat.
En outre, la crise sécuritaire de 2012 a montré bien de limites de la capacité de l’Etat à couvrir le territoire national et livrer des batailles dans des zones inhabituelles. Suite à cette occupation, les armes ont enregistré une plus grande circulation parmi les populations et par conséquent une augmentation exponentielle de l’insécurité même après la libération des régions occupées. La présence massive des armes dans le septentrion, la mise en débâcle des groupes extrémistes, la présence de frustrations multiséculaires dans certaines localités, le chômage massif des couches juvéniles ; contribueront à redessiner une nouvelle carte de l’insécurité malienne. Celle-ci prend des formes variées et se manifeste de différentes manières selon les problèmes résiduels dans différentes localités comme nous allons le voir tout au long de cette contribution
L’insécurité résiduelle
L’insécurité résiduelle est aujourd’hui la forme d’insécurité qui est la plus ressentie par les populations : les attaques à mains armées dans les domiciles ou sur les axes routiers, les braquages d’établissements bancaires, etc. Cette insécurité résiduelle s’est progressivement étalée aux zones rurales avec des vols de bétails devenus courants. La principale cause demeure la circulation des armes de pointes et de fabrication artisanale, l’importation clandestine des armes, les armes de guerres récupérées à l’armée. Il s’ensuit une conséquence logique qui est la grande criminalité dans les milieux urbains et ruraux.
Les affrontements intercommunautaires
Les affrontements intercommunautaires ont toujours fait partie du champ de l’insécurité. En effet, ces affrontements étaient soulevés par des litiges fonciers, des questions de succession et de chefferie (traditionnelle, religieuse ou dans le cadre de la décentralisation). L’absence de l’Etat dans certaines localités du centre du Mali (Diafarabé, téninku) a abouti à l’émergence d’acteurs nouveaux constitués de groupes armés, de rebelles, de milices d’autodéfense[4]. La particularité de ces groupes est qu’ils sont généralement l’émanation des populations locales et constitués d’individus issus du terroir. A l’Est du delta central, dans la zone de Douentza, Koro et Bankass ; des groupes armés du milieu pastoral ont eu des accointances avec certains groupes terroristes comme le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et le Front de Libération du Macina (FLM). La stratégie de ces groupes locaux consistait à instrumentaliser les conflits locaux préexistants dans le sens de leur idéologie. L’absence de l’appareil étatique et des élus, offre un terrain favorable à la propagation de ces mouvements d’autodéfense dans le delta. Les rapports de forces politiques entre pouvoir étatique et légitimité traditionnelle ont atteint leur paroxysme à travers des crimes commis contre des agents de l’Etat[5] ou contre des élus locaux[6]. En effet, pour que les groupes d’autodéfense puissent s’installer, il leur faut déstabiliser la gouvernance locale. Ils accentuent les clivages sociaux et, par la suite, se posant comme seule alternative possible en l’absence de l’Etat. En fragilisant les pauvres populations locales, celles-ci finissent par croire qu’il n’y a de recours que les milices armées qui sont encore présentes à leurs côtés. Ces conflits intercommunautaires sont surtout vivaces dans des localités ayant été occupées par les rebelles touareg comme ce fut le cas à Douentza. Or, traditionnellement, les pasteurs peul ont toujours eu mailles à partir avec les Touareg à cause des questions liées à l’exploitation des ressources pastorales et le vol de bétails dans cette localité. Cette mésintelligence entre peuls et Touareg a été exacerbée lors des razzias de Inadiatafane conduites par un certain Marouchal[7] (guerrier touareg) dont les fils étaient des représentants du MNLA lors de l’occupation. Pour éviter l’avènement d’une certaine hégémonie touareg à Mopti, les pasteurs peuls prêtèrent allégeance au MUJAO. Nous comprenons aisément qu’à l’origine, il s’agit plutôt d’une stratégie identitaire des peuls du Hayré et du Séeno qu’un mouvement terroriste particulier.
Les travaux de l’anthropologue Boukary Sangaré indiquent que l’absence de l’Etat et des chefferies traditionnelles dans certains cas, offre un terrain favorable à certains groupes dits « djihadistes » pour dicter leurs lois aux populations :
« Ainsi dans le Macina, des pasteurs transhumants, ne voulant plus se soumettre aux règles établies par leurs chefs traditionnels (dioros) cautionnées par l’administration pour l’exploitation des pâturages, se sont armés et ont décidé de ne plus payer de taxes pour avoir accès aux bourgous (plantes fourragères). » (Boukary Sangaré, 2016 : P1.)
L’on comprend aisément que le djihad dans le contexte malien n’est qu’une forme d’instrumentation pour l’atteinte d’un projet communautaire qui viserait à émanciper des populations du joug des chefferies traditionnelles considérées comme complices  de l’Etat. Il est difficile de passer sous silence la place primordiale qui est celle des clivages intercommunautaires ainsi que les frustrations des communautés nomades contre des élites locales et des agents de l’Etat. C’est pourquoi le retour de l’Etat est synonyme du retour des pratiques frustrantes comme la concussion de la part de certains fonctionnaires de l’Etat.
 
Les frustrations sociales comme source de tension
Les frustrations des paysans et des bergers dans certaines localités du Mali constituent un mal social récurrent. Dans certains cas, des agents de l’Etat ont pu se rendre responsables d’injustice à l’égard des populations (les juges, les agents des eaux et forêts, les militaires etc.). Ces injustices, considérées comme des dysfonctionnements classiques de nos sociétés, ont donné à certaines communautés une soif de justice et une volonté de prendre en charge leur propre destin. C’est ce sentiment d’injustice que le MUJAO a exploité à Douentza en promettant une justice équitable pour toutes les populations frustrées. Ce projet du MUJAO a trouvé un écho favorable auprès des communautés nomades peul qui vont se constituer en milices d’autodéfense. Après l’intervention de la France et les opérations de ratissage de l’armée malienne, les milices d’autodéfenses sont ipso facto ciblés par l’armée malienne à travers des exactions[8]. Les ONG des droits de l’Homme comme Human Rights Watch dénoncent des arrestations arbitraires et actes de torture perpétrés contre des communautés peul du delta et ce, au nom des opérations de sécurisation. Cependant, il est encore temps pour l’Etat malien de reprendre les choses en main en reconnaissant les légitimités locales. L’une des principales craintes aujourd’hui est de voir ces conflits communautaires légués aux futures générations. C’est le pire scénario à craindre car ce serait un enracinement intergénérationnel difficile à endiguer.
Quant aux mouvements terroristes, les récents accords ayant abouti à la mise en place du MOC (Mécanisme Opérationnel Cordonné) rend facile la lecture des différents mouvements. En effet, ceux ayant rejoint le MOC sont considérés comme pro Bamako tandis que les autres sont qualifiés de terroristes à abattre comme Ançardine.
Le terrorisme : de la géopolitique à l ‘idéologie
Par définition, le terrorisme est un recours illégitime à la violence afin de contraindre un Etat, une société, à accepter des revendications politiques, religieuses ou identitaires (Jakki, 2004). Dans ce sens, le terrorisme se distingue fondamentalement de la criminalité, organisée ou non, par le fait que son objectif premier n’est pas un gain financier mais une revendication idéologique. Pour parvenir à ses fins, le mouvement terroriste n’hésite pas à s’attaquer aux symboles nationaux comme l’attaque des mausolées de Tombouctou au Mali ou celle du World trade center aux Etats-Unis. De par son ampleur, le terrorisme apparaît aujourd’hui comme l’une des menaces les plus graves à la paix et à la sécurité internationales. Elle est une forme d’insécurité que nous pourrons qualifier de transfrontalière en ce sens qu’elle concerne plusieurs Etats et que le terrorisme se meut à travers les frontières nationales. Cette capacité « transnationalisante » fait du terrorisme une affaire internationale qui interpelle une synergie globale.
Le terrorisme est sans doute l’un des mots les plus fréquents dans le discours politique des cinq dernières années au Mali. C’est précisément à partir de 2012 que les mouvements terroristes vont s’installer dans le septentrion malien avec la complicité de certains groupes rebelles. Si les analyses s’accordent à dire que le terrorisme au nord du Mali fait suite à la chute du régime du colonel Kadhafi, en revanche il faut admettre que cette partie du Mali a toujours été instable depuis l’indépendance[9]. Les analyses de Salim Chena et Antonin Tisseron (2013) mettent en exergue l’impact de la guerre en Libye et de la chute de Kadhafi sur le Sahel. Cependant, la question Touareg, plus ancienne, est la résultante d’enjeux politiques et économiques. Certes, l’apparition de la crise actuelle dans le septentrion malien renvoie directement à la chute du régime du colonel Kadhafi. L’effondrement de l’Etat Libyen a fait l’effet d’un séisme sur beaucoup d’Etat sahéliens dont le Mali et le Niger principalement. La rébellion de 2012 naît alors sur les ruine de l’Etat libyen pour devenir un problème sécuritaire de premier plan au Mali sous le régime du président Amadou Toumani Touré. Au départ, ce sont les groupes rebelles indépendantistes qui occupaient le premier plan avant d’être chassés par des djihadistes et narcotrafiquants. Le leadership a progressivement basculé du côté des narcotrafiquants qui opèrent alors sous le couvert d’un islam rigoriste. Depuis quelques décennies l’islam tel qu’utilisé par les terroristes constitue une idéologie de guerre contre les Etats modernes. L’usage cultuel de l’islam tombe progressivement au profit d’un usage militantiste ou idéologique de plus en plus prononcé[10]. Dans cette idéologie, l’Occident est présenté comme la « cause du malheur de l’humanité » et par conséquent l’ « ennemi à abattre ». Avec les mouvements terroristes, on assiste à un glissement opérationnel du champ ontologique de l’islam vers un champ presque martial dont la violence devient une valeur symbolique.
Le couplage islam-terrorisme n’est donc ni plus ni moins qu’une arme idéologique aux mains de bandits. Les mouvements dits djihadistes ont opéré au nord du Mali sous le couvert de l’islam comme ce fut le cas dans toutes les localités occupées. Or, l’islam malien est connu pour sa forme tolérante et pacifique avec l’existence de plusieurs confréries comme la tijanya, les wahabit, les malikit etc. Les auteurs des crimes commis au nord du Mali ont épousé l’islam radical avec une interprétation textuel du coran.
En conséquence, l’insécurité au Mali constitue un phénomène beaucoup plus complexe contrairement à ce qu’il peut paraître. Ce qui nécessite une analyse plus pointillée qui prend en considération les formes, les contextes et les logiques qui sous tendent les différentes formes d’insécurité au Mali. Aujourd’hui, l’insécurité du centre malien n’est pas l’affaire des seules forces de sécurité. La seule présence des forces de défense et de sécurité n’est pas à même de mettre fin aux séries d’affrontement inter et intracommunautaires. Les acteurs locaux, notamment les associations comme Kawral ou Tapital Pulaku mettent l’accent sur la justice qui serait mal rendue dans le centre. Les affrontements communautaires sont la résultante plus ou moins directe des décennies de frustrations subies par des communautés rurales. Ce serait donc cette soif de justice que les djihadistes ont instrumentalisée pour avoir l’adhésion des populations locales.
Pour aller plus loin
BOTHA, A. (2003), Background : Terrorism in Africa, contribution présentée lors de l’ISS Terrorism Seminar, 18-19 septembre 2003, Colosseum Hotel, Pretoria.
BAYART, J-F., et all.(1999), The Criminalization of the State in Africa, Londres, James Currey (version française : La Criminalisation de l’Etat en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997).
HUMAN RIGTHS WATCH(2016). Mali : les abus s’étendent dans le sud du pays », Rapport de février 2016,
JAKKIE, C. (2004). « L’Afrique et le terrorisme » In Afrique contemporaine, n°209 Pp. 81-100
SANGARE Boukary. (2016). « Le Centre du Mali : épicentre du djihadisme ? » Note d’Analyse du GRIP, 20 mai 2016, Bruxelles.
TISSERON, A. « Mali : quels chantiers, quelles avancées ? », Note d’Analyse du GRIP, 22 décembre 2015.
Annexe : les principaux groupes radicaux au sahel
-Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), qui porte ce nom depuis 2007.
-Ançar Dine (aussi orthographié Ançar Eddine, Ansar Dine, Ansar Eddine, Ansar ed-Dine, Ansar al-Dine) est le mouvement fondé par Iyad Ag Ghali en 2012.
-Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) est un groupe émanant d’AQMI qui est devenu autonome entre 2008 et 2011.
– Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), créé en octobre 2011, est le mouvement rebelle touareg qui a lancé la conquête militaire du nord du Mali en janvier 2012.
Notes:
[1] Parmi les mouvements armés on peut citer : MNLA (Mouvement national de libération de l’AZAWAD), Ançardine (un mouvement islamiste dirigé par Iyad AG Aly), AQMI (Alqaïda au Maghreb islamique).
[2] Pour revenir à l’histoire de cette crise, voir les publications de l’ONG INSO sur leur site : www.inso@safety.org.
[3] Malgré le moratoire sur la fabrication et la circulation des armes légères, le problème demeure. Voir « exposé sur la pratique de sécurité au Mali », document officiel du ministère de la sécurité.
[4]  Comme l’Alliance nationale pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ANSIPRJ). Son fondateur et dirigeant est Oumar Aldjana. Le groupe de Hama Foune ou le front de libération du Macina de Hamadoun Kouffa .
[5] Cf. L’assassinat du chef de poste des eaux et forêts à Dialloubé ou encore l’exécution froide d’un agent des eaux et forêt à Sokolo à Niono le 11 février dernier.
[6] Assassinat du maire de Boni Hamadoun Dicko le 18 janvier 2017 ou celui du maire de Mondoro Suleymane Ongoiba le 28 janvier 2017.
[7] Un chef de tribu qui conduisit des expéditions armées durant contre des peuls.
[8] Pour les exactions voir les publications de l’association Kawral : www.association-kawralpoulaku.org.
[9] De l’indépendance en1960 à nos jours, le Mali a vécu cinq rébellions dans sa partie septentrionale. La première date de 1963, sous le régime du président socialiste Modibo Keïta. Elle fut matée par l’armée malienne. La deuxième, déclenchée en 1990, fut conduite par des jeunes Touaregs revenus de la Libye. Le 23 mai 2006, la troisième rébellion fut déclenchée par l’Alliance démocratique pour le changement. Le 4 juillet, un accord contesté par l’opposition fut signé en Algérie. Frustrée d’être exclue des accords d’Alger de 2006, l’Alliance Touareg Niger-Mali poursuit ses attaques contre les villes garnisons du nord en enlevant des soldats placés sous le commandement de Ibrahim Ag Bahanga. Enfin, la cinquième et dernière rébellion que le Mali ait connue est celle de 2012, que nous développons dans la présente note.
[10] Comme c’est le cas avec Boko-haram qui rejette toute civilisation occidentale considérée comme impie.

« Les opinions exprimées dans cet article engagent la seule responsabilité de l’auteur« 

 


Une réflexion sur « L’insécurité au Mali : Formes et manifestations »

  1. un excellent travail d’analyse sur l’état de l’insécurité au Mali avec une typologie bien élaborée. Courage
    Dr Aly TOUNKARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.