Prévention contre la radicalisation en Suède : Quand la religion devient une solution

Par Kamel SOUIG, doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication. Université Aix-Marseille et consultant en communication chez Founder Family.

Andréas Schönström, photo prise par Kamel SOUIG
Rencontré une première fois en marge du sommet «  Villes européennes contre la radicalisation » à Bordeaux en mai 2016, Andréas Schönström est la figure de proue en matière de prévention contre la radicalisation. Il nous reçoit chez lui à Malmö, une ville de 300 000 habitants, souvent citée comme ville pilote en matière de prévention contre la radicalisation. Selon son expérience et celle des responsables locaux, la lutte contre le phénomène de la radicalisation passe par l’intégration de la communauté musulmane et la lutte contre tous les mouvements extrémistes et sectaires.
Dans cet entretien Andréas Schönström élu à la mairie de Malmö nous livre son expérience d’élu et son regard de citoyen en matière de lutte et de prévention contre la radicalisation.
 K.S : que-ce qu’elle a de si particulier l’expérience de Malmö contre la radicalisation des individus ?
A.S : Tout d’abord, laissez-moi vous dire que nous travaillons sur les questions relatives à la prévention contre la radicalisation depuis 2010 ; ce n’est donc pas un phénomène nouveau pour nous. Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’escalade de la violence de ces dernières années et aussi le nombre de personnes séduites par l’idée de départ en Syrie pour rejoindre DAECH. La sympathie avec ce groupe a grandi et nous sommes très concernés surtout par les sympathisants des groupes comme DAECH. Ce qui nous préoccupe c’est de savoir également à quelle étape de radicalisation ils sont ?. Je ne sais pas si c’est une particularité, mais disons que nous nous intéressons aux causes.
En suède nous distinguons trois formes d’extrémismes, l’extrême gauche, l’extrême droite et l’islamisme. Ils ont tous les trois plusieurs points communs
K.S Quelles sont ces points communs ?
Je dirais, comme premier point commun, le sentiment d’exclusion, dans certains cas il s’agit de personnes issues de familles aisées, des parents bien instruits, mais qui sont quand même touchés par le phénomène de l’extrémisme. Nous avons vécu cela dans les années 1990 avec la progression de l’extrême droite. Avec l’apparition du phénomène de l’Islamisme nous étions mieux préparés pour y faire face.
K.S Plusieurs chercheurs en sciences humaines et sociales évoquent plusieurs étapes de la radicalisation. Qu’en pensez-vous ?
Oui, oui absolument, mais le problème c’est qu’on continue à traiter tout le monde de la même façon : d’un côté les hommes politiques veulent montrer de « l’action » et avoir des résultats rapidement. Avec cette approche, je pense qu’ils contribuent à radicaliser davantage de personnes, car les discours simplistes qui ne prennent pas compte de toute la complexité de la situation ne font qu’alimenter l’extrémisme.
La solution selon moi passe par le fait de montrer à tout le monde à quel point ce phénomène est complexe : c’est loin d’être noir ou blanc, sans tomber dans l’angélisme bien sûr : «  nous devons tracer la ligne rouge, et préparer les réponses et actions adéquates quand elle est franchie.
« La religion peut être soit le problème soit la solution, chez nous à Malmö elle est une solution… »
 K.S Quelle est votre méthode en matière de prévention contre la Radicalisation ?
AS : selon certaines études réalisées en suède et au Danemark , et d’après notre expérience sur le terrain, nous considérons les communautés religieuses et les familles comme les deux mallions forts de la prévention contre la radicalisation. Nous privilégions un dialogue avec les familles à travers les associations de proximités, et les acteurs religieux, ceci dit il est primordial de savoir bien choisir ces intermédiaires.
Dans ce sens nous entretenons une très forte relation avec la communauté musulmane depuis les années 1980, nous les avons aidé à trouver un terrain pour construire un centre islamique «  Islamique Center » (photo ci-dessous). Nous avons assumé notre responsabilité, car si nous ne l’avions pas fait, ils seraient probablement tourné vers la cherche de financements de l’étranger : «  Arabie Saoudite, Qatar ou d’autres pays»
Je pense que c’est très important, car la religion peut être soit le problème soit la solution. Chez nous à Malmö elle est une solution : la preuve des membres de la communauté musulmane dénoncent les dérives verbales, comme récemment avec l’arrivée de certains réfugiés syriens qui tenaient des propos sur Israël, et les juifs en général, le problème a été réglé immédiatement. Nous avons par la suite ouvert des cafés de langue qui sont gérés par les responsables de la communauté musulmane : ils apprennent aux réfugiés notre langue et nos valeurs : c’est un geste symbolique qui contribue à construire une confiance durable.
« Notre vie, un projet citoyen de prévention contre la radicalisation »
K .S Qu’est-ce qui vous fait dire que votre modèle est efficace ?
A Malmö nous menons un projet appelé «  notre vie » mené en collaboration avec les communautés religieuses et les représentants de la société civile dans le but de repérer les premiers signes de radicalisation chez les jeunes, au niveau macro ; c’est-à-dire au niveau des groupes. Nous travaillons également avec les services de police.
Je donnerais un exemple : celui du groupe «  Hizb Ut- tahrir » qui a activé à Copenhague pendant 25 ans, à quelques kilomètres seulement de Malmö. A votre avis pourquoi ce groupe n’a jamais réussi à s’implanter en suède ?
K.S Pourquoi ?
Grace à la communauté musulmane de Malmö qui a été le premier rempart contre ce groupe extrémiste
K.S : Pensez-vous que le modèle suédois est exportable dans des pays comme la France ?
Je pense que oui, vous savez nous travaillons avec les chercheurs de l’université de Malmö, de Copenhague afin de trouver les solutions adéquates à la prévention contre la radicalisation.
Nous nous inspirons également de plusieurs recherches et modèles notamment explorés aux Etats-Unis. Notre stratégie est inspirée de plusieurs expériences et de plusieurs pays, de la même manière la France peut tout à fait s’inspirer de notre expérience, à condition de traiter le problème à la racine.
J’ai beaucoup entendu l’argument qui consiste à dire qu’en France ou dans d’autres pays la culture n’est pas la même qu’en Suède et que par conséquent on ne peut appliquer les mêmes méthodes ou la même politique, mais je pense que la question ne se pose pas de cette façon, car la vraie question qui se pose : c’est comment avoir une vision programmatique, s’éloigner des solutions d’urgence et admettre que les hommes politiques n’ont pas de solutions magiques : les solutions viennent de la société civile, du monde universitaire, et cela prend du temps.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *