Menace et persuasion dans le discours extrémiste

par Laura Ascone, étudiante en doctorat à l’Université de Cergy-Pontoise en Sciences du langage et spécialiste de l’expression des émotions, en particulier, dans la façon dont elles sont exprimées dans une conversation via un ordinateur. Elle concentre actuellement ses recherches doctorales sur l’étude des émotions dans la radicalisation islamiste sur Internet.
Suite à la réinstauration du soi-disant Califat, le 29 juin 2014, et aux attaques terroristes menés par Daesh dans les dernières années, une attention particulière a été portée sur le phénomène de la radicalisation islamiste et, plus particulièrement, sur ce qui amène des jeunes, qui très souvent n’ont grandi dans un milieu ni arabe ni musulman, à adhérer à l’idéologie djihadiste violente, voire à passer à l’acte au nom de cette idéologie. Parmi les facteurs déterminant le basculement dans une interprétation radicale du monde, on retrouve la propagande et internet, ce qui a mené chercheurs et experts à examiner les stratégies adoptées par Daesh pour diffuser leurs messages sur la toile, notamment à travers les réseaux sociaux, les forums, les vidéos. Toutefois, il est important d’étudier, non seulement la manière dont les messages de propagande sont diffusés, mais aussi les stratégies rhétoriques qui rendent le discours djihadiste séduisant aux yeux de beaucoup de jeunes. Notre objectif est donc d’analyser le langage employé par Daesh dans ses deux revues officielles, Dabiq, rédigée en anglais, et Dar al-Islam, rédigée en français, afin d’identifier les éléments qui rendent le message islamiste à la fois persuasif et menaçant.
L’objectif principal du groupe terroriste est de terroriser et de faire en sorte que le monde entier en parle (MAGGIONI ET MAGRI, 2015 ; SALAZAR, 2016). « Le terrorisme est propagande » (MINNITI, 2014 : 1) et, par conséquent, son activité se base principalement sur la communication et la diffusion d’un message particulier, celui de la terreur. Ainsi nous nous sommes intéressés à l’analyse des discours véhiculés par cette propagande. L’étude a été menée sur la première dizaine des numéros du magazine Dabiq, publié à partir du 5 juillet 2014, et de Dar al-Islam, paru pour la première fois le 23 décembre 2014. Le logiciel Tropes, qui permet d’analyser le corpus d’un point de vue sémantique, a été employé afin d’étudier la récurrence des notions-clés que nous avons identifiées et la manière dont ils sont liées l’un à l’autre[1]. Ensuite, le concordancier Antconc a permis d’en examiner la distribution dans le corpus[2]. Les notions-clés que nous avons identifiées sont les suivantes: la « persuation », la « menace », l’« obligation », l’ « interdiction », et la « récompense ». Les Figure 1 et Figure 2 montrent la distribution de ces cinq notions-clés dans les deux revues officielles de Daesh.
Figure 1 : distribution normalisée des cinq catégories exprimant l’intimidation dans la revue Dabiq
Figure 2 : distribution normalisée des cinq catégories exprimant l’intimidation dans la revue Dar al-Islam
Menace persuasive et persuasion menaçante
Le discours de propagande que l’on retrouve dans Dabiq et Dar al-Islam s’adresse à un lecteur qui a déjà adhéré à l’idéologie djihadiste. L’objectif principal est donc de renforcer cette adhésion et de pousser le lecteur à passer à l’acte. Les contenus expliquant comment construire une bombe ou comment sécuriser sa propre activité sur Internet en est l’exemple.
La propagande de Daesh vise à la fois à persuader le lecteur et à menacer l’ennemi afin de susciter des émotions positives ou négatives selon son destinataire. L’objectif est donc d’examiner la manière dont la « persuasion » et la « menace » sont mises en discours. Il a tout de suite été possible de remarquer que la « menace » et la « persuasion » sont souvent liées à des obligations : « il faut faire le jihad pour obtenir le pardon d’Allah »,  ou à des interdictions : « tu ne dois pas suivre ses passions sinon tu n’auras pas accès au paradis». En outre, une récompense est offerte à ceux qui respectent ces obligations : dans la phrase « il faut faire le jihad pour obtenir le pardon d’Allah », le pardon d’Allah représente la récompense offerte, qui sert à pousser l’individu a faire le jihad.
Bien que la distribution de la catégorie menace diffère dans les deux revues, elle est la plus fréquente dans les deux langues.
  1. « Cette opération nous a réjoui et a guéri nos cœurs. Nous espérons que les frères vont suivre cet exemple, placer leur confiance en Allâh et massacrer les ennemis d’Allâh. Par ces opérations la terreur entre dans les cœurs des ennemis. » (Dar-al-Islam, n°3)
Cet exemple, extrait du troisième numéro de Dar al-Islam, exprime la menace contre l’ennemi de la communauté dont l’auteur fait partie suite aux attentats du musée du Bardo en Tunisie, le 18 mars 2015. Ici, on a deux expressions de menace : « massacrer les ennemis d’Allah » et « la terreur entre dans le cœurs des ennemis ». Plus particulièrement, la deuxième menace est précédée par sa cause (« par ces opérations »). Cette séquence cause-menace est plus fréquente dans la revue anglaise (47 occurrences contre 39 occurrences en français). En revanche, la séquence menace-cause est employée plus en français (53 occurrences sur 116) qu’en anglais (37 occurrences sur 109). En outre, l’opposition entre « frères » et « ennemis » marque la vision dichotomique de Daesh. Souvent, le fait de présenter les musulmans comme victimes de l’Occident sert à justifier toute menace et tout acte violent mené contre cet ennemi. Cet exemple montre également que la menace contre l’ennemi a des conséquences positives pour l’acteur de la menace (« Cette opération nous a réjoui et a guéri nos cœurs »).
Ce qui est intéressant, c’est que la menace peut être exprimée non seulement contre l’ennemi mais aussi contre les musulmans-mêmes, comme le montre l’exemple suivant.
  1. « Ce qui attend celui qui ne fait pas la hidjrah.» (Dar al-Islam, n°3)
Ce titre d’un article publié dans le troisième numéro de Dar al-Islam montre le lien entre la menace et le non respect d’une obligation, dans ce cas l’obligation de faire la hijra. Le verbe attendre laisse entendre que les conséquences pour ceux qui ne font pas la hijra seront des conséquences négatives.
Si le non respect d’obligations et d’interdictions implique la menace, leur respect produit des conséquences positives et, donc, persuasives.
  1. « Combattez-les. Allâh, par vos mains, les châti­era, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d’un peuple croyant. » (Dar al-Islam, n° 4)
Dans l’exemple 3, extrait de la Sourate 8, un lexique négatif est associé à l’ennemi de la communauté musulmane (« les châtiera, les couvrira d’ignominie » tandis que la communauté musulmane est caractérisée par un lexique à valence positive, notamment « victoire » et « guérira ». Plus particulièrement, le fait de recevoir la « victoire sur eux » montre que le caractère persuasif vient de la position haute attribuée au « peuple croyant » par rapport à l’« autre ». C’est donc le fait d’être présenté comme plus puissant et, par conséquence, de pouvoir gagner cette bataille, l’un des facteurs qui persuade les jeunes à adhérer à la cause islamiste.
La manipulation du lecteur à travers obligations et interdictions
Dans les deux langues, l’obligation peut être dirigée à trois entités différentes : contre les ennemis (par exemple, « rends leur vie impossible »), envers Allah (« place ta confiance en Allah »), ou elle est adressée au lecteur et, de manière plus générale, à la communauté musulmane (« combattez vos passions »). Dans Dar al-Islam, la majorité des obligations est dirigée contre les ennemis de la communauté musulmane, tandis que dans Dabiq, les obligations sont adressées principalement aux musulmans. En d’autres termes, si la revue française vise à valoriser la communauté musulmane en dénigrant l’« autre », la revue anglaise vise à la valoriser à travers la bonne pratique de l’islam et la bonne conduite des musulmans, comme l’exemple 4 le montre.
  1. “Many readers are probably asking about their obligations towards the Khilafah right now.” (Dabiq, n° 3)
(« Beaucoup de lecteurs sont probablement en train de se demander quelles sont leurs obligations envers le Califat »)
Cette obligation est adressée à la communauté musulmane et, plus particulièrement, au lecteur ; dans le discours de propagande comme dans le discours publicitaire, bien qu’il s’agisse d’une communication de masse, le récepteur du message aura l’impression que le discours s’adresse à lui-même et à ses propres besoins. Dans cet exemple, le lecteur se sentira directement concerné et, par conséquent, poussé à suivre cette obligation. Dans la propagande islamiste, le sentiment de culpabilité est souvent suscité afin d’amener l’individu à respecter une obligation pour compenser cette culpabilisation.
Parallèlement à l’obligation, mais moins employée, l’expression de l’interdiction sert à menacer, de manière plus ou moins indirecte, tout comportement déviant. D’un point de vue lexical, contrairement à l’anglais, où l’interdiction est principalement exprimée avec la négation des verbes à l’impératif (par exemple, do not do, « ne fais pas »), le français tend à utiliser le champs lexical de l’interdiction (« il est interdit », « interdiction », etc).
  1. « A partir de là, il n’est pas permis à la femme qui croit en Allah et au jour dernier de polémiquer sur la loi d’Allah en acceptant ce qui lui plaît et en rejetant ce qui va à l’encontre de ses passions.» (Dar al-Islam, n°7)
Dans le corpus anglais la personne à qui est adressée l’interdiction n’est jamais explicite ; en revanche, en français, elle n’est explicite que lorsqu’il s’agit de femmes, comme dans l’exemple 5, et d’hypocrites. Comme pour l’obligation, le non respect de l’interdiction implique des conséquence négatives et, par conséquent, une menace.
La fin justifie les moyens
On a vu comment une obligation ou une interdiction peuvent générer des conséquences positives ; souvent, ces conséquences positives sont présentées comme une récompense, ce qui constitue un moteur mobilisateur pour les djihadistes.
  1. « Il avait fini par saisir que le seul moyen de réaliser cet Islam était de sacrifier son corps et son âme au service de sa religion afin d’obtenir la meilleure des récompenses. » (Dar al-Islam, n° 8)
L’exemple 6 montre explicitement, qu’une certaine action est faite afin d’obtenir une récompense. Dans les deux revues, la récompense est souvent accordée par Allah : il donne le pardon et la grâce, il ouvre l’accès au Paradis, etc. Récompense et persuasion sont donc très liées entre elles et ont pour objectif d’amener les gens à adhérer à l’idéologie islamiste ainsi qu’à agir en son nom.
Nous avons vu comment, dans le discours de propagande de Daesh, l’obligation, l’interdiction, la récompense, la menace et la persuasion sont strictement liées l’une à l’autre. Le non respect d’une obligation ou d’une interdiction, alimenté par un sentiment de culpabilité, implique une menace contre la communauté musulmane ; en revanche, en les respectant on obtient une récompense et, donc, quelque chose de persuasif. En outre, le sentiment de victimisation sert à justifier la menace contre l’ennemi, présentée souvent comme une obligation. Les résultats issus de cette analyse montrent la complexité de la rhétorique de Daesh, qui se sert des différentes caractéristiques psycho-sociologiques de ses sympathisants pour les amener à adhérer à l’idéologie islamiste et à agir en son nom.
[1] Une analyse plus approfondie a été menée sur les extraits du corpus étudié par le logiciel Tropes autour de la notion « sentiment » (« feeling » pour le corpus anglais) et son champ sémantique.
[2] Afin de tenir compte de la taille des différents numéros des deux revues, et de rendre donc les résultats comparables, une normalisation a été appliquée : les résultats présentés ici représentent le nombre d’occurrences que l’on obtiendrait si tous les numéros comptaient 100.000 mots.
Pour approfondir:
MAGGIONI, Monica; MAGRI, Paolo. Twitter e Jihad: la comunicazione dell’ISIS. 2015.
MINNITI, Fabrizio. Il jihad è anche online: al Qaida e internet. Limes. 2014.
SALAZAR, Philippe-Joseph. Paroles Armées : comment combattre la propagande islamiste. Paris : Lemieux Éditeur. 2016.

 


3 réflexions au sujet de « Menace et persuasion dans le discours extrémiste »

  1. Je trouve vos articles assez pertinents, cependant je me demande pourquoi vous analysez seulement Dabiq et Dar al Islam alors que Rumiyah est également une revue officielle de Daech. Et 7 numéros de ce dernier magazine sont déjà sortis… Si vous avez une réponse, je vous en remercie!

    1. Réponse de Laura Ascone:
      « Quand j’ai commencé ma thèse en 2015, la revue Rumiyah n’était pas encore sortie, c’est pour cette raison que je me suis concentrée seulement sur Dabiq et Dar al-Islam. En outre, comme ma thèse a pour objectif de voir comment l’idéologie djihadiste est reprise et exprimée sur les réseaux sociaux, j’utilise ces deux revues comme corpus de référence. Si mon étude avait porté uniquement sur les revues officielles, j’aurais sans aucun doute inclus les versions anglaise et française de Rumiyah pour voir s’il y avait une évolution dans le discours de Daesh. Savez-vous d’ailleurs si la version française est une traduction de la version anglaise ? »

      1. Les versions françaises et anglaises ne sont pas totalement identiques. Certains articles sont effectivement traduits, mais il existe des articles qui ne figurent pas dans l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *