La stratégie médiatique de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue. Extrait (2/2) d’une intervention sur La propagande numérique de Daesh: fondement idéologique, mécanismes et objectifs à la Sorbonne dans le cadre d’une conférence sur le thème « Daesh, idéologie et causes locales » organisée par l’Association Maydan, 5 février 2016.

 

La stratégie médiatique daeshienne , à l’instar d’autres régimes totalitaires,  constitue « un moyen de justifier sa raison d’être, d’exercer un contrôle politique et d’assurer sa survie », tel que l’ont signalé les politologues Carl Friedrich et Zbigniew Brzezinski (1965, p. 22). Cette stratégie repose sur plusieurs éléments dans l’objectif d’accroître son attractivité:

Screen Shot 2016-03-11 at 7.13.47 PM

« Un noqta i’ilamiyya dans la ville d’Alep en Syrie », al-Naba’ (bulletin de nouvelles hebdomadaire arabophone), n°21, 8 mars 2016. Ces relais de propagande médiatique sont souvent de  de conteneurs ou des maisons mobiles équipés de projecteurs, d’imprimantes et de chaises. Ils peuvent être parfois mobiles. Certains d’entre eux constituent des maisons d’édition pour les productions médiatiques écrites (al-Naba’ ou al-Maysara, magazine électronique).

.Screen Shot 2016-03-11 at 7.14.05 PM

« Un djihadiste de l’équipe médiatique travaillant dans l’un des niqât (pluriel noqta) i’ilamiyya », al-Naba’, n°21, 8 mars 2016.Screen Shot 2016-03-11 at 7.14.36 PM

« un panneau accroché sur le bâtiment du point d’information avec un hadîth attribué au prophète sur l’importance de l’information », al-Naba’, n°21, 8 mars 2016.

 

  1. Le « professionnalisme » :

Le nombre et la qualité professionnelle des productions médiatiques de Daesh révèlent la présence d’une armée médiatique interne et externe rien que pour gérer les opérations médiatiques. Daesh se dote en effet de plusieurs équipes de travail dans les différents bureaux de presse (Makateb i’ilâmiyya) comme le montre bien le documentaire de Vice News sur l’OEI mis en ligne le 14 août 2014[1]. Le Washington Post parle pour sa part dans un article dédié aux responsables des médias de Daesh de plusieurs centaines de vidéastes, producteurs, et éditeurs dirigés par plusieurs équipes de responsables des médias[2]. Ce sont probablement des gens qui ont des compétences acquises parfois dans des chaines ou studios professionnels et qui maitrisent les dernières technologies de la communication et de l’information. Le Washington Post rajoute que les responsables des médias de Daesh sont traités comme des « émirs », au même rang que leurs équivalents militaires formant « une classe privilégiée et professionnelle, avec un statut, des salaires et des conditions de vie au-dessus des combattants ordinaires »[3]. Il s’agit d’un programme spécifique pour les opérations médiatiques qui s’avère hautement organisé et ‘professionnel’.

Le ‘professionnalisme médiatique’ de Daesh s’inspire largement des Arts et des nouvelles techniques des productions cinématographique et télévisuelle. Les vidéos de Daesh utilisent largement les effets spéciaux en image (parfois 3D) et en son (souvent des anasheed). Pour les images, il s’agit souvent d’une combinaison entre des images détournées diffusées par les géants des médias d’information (CNN, Euros News, BBC, Al-Jazeera, etc.) ou issues du Pop Culture et d’autres filmées en Iraq ou en Syrie par l’équipe médiatique de l’organisation. Une analyse quantitative des images utilisées dans les productions médiatiques de Daesh révèle que « plus de 15 % de celles-ci s’inspirent directement de la culture populaire, tels que les films Saw, The Matrix, American Sniper et V for Vendetta, ou de videogames tels que Call of Duty, Mortal Combat X et Gran Theft Auto » (Lesaca, 2015). En s’inspirant des images issues de la culture industrielle moderne, Daesh entend faire la promotion de son projet politique fondé sur une contre-culture (Lesaca, 2015) auprès de jeunes dont l’imaginaire est réceptif à ce genre de références.

Enfin, Daesh tend à afficher ce ‘professionnalisme’ à travers la mise en scène de certaines figures du journalisme occidental tels que John Cantlie, qui fait partie de son équipe médiatique. Le journaliste britannique présenté comme « ancien otage », apparaît dans une vidéo de propagande mise en ligne fin octobre 2014, ainsi que dans d’autres vidéos de propagande. En outre, il a signé plusieurs articles dans Dabiq dans son 6ème numéro notamment sur la monnaie que l’OEI frappe (« le dirham islamique ») ainsi que dans le 12ème où on le voit en train d’écrire, et de relire les épreuves du magazine.

2) Une offre variée et ultra-ciblée :

L’analyse de cette offre révèle, contrairement à ce que l’on peut imaginer, la présence de plusieurs registres discursifs selon les thématiques et le support médiatique. La propagande numérique de Daesh cible donc tout le monde : des adolescents et des adultes. Des vidéo-clips, avec ou sans anasheed et un discours idéologique léger qui insiste sur l’aspect ‘ludique’ de djihad ou « lol djihad », pour reprendre l’expression de David Thomson (2014 :79) à travers un registre discursif et visuel juvénile spécifique aux banlieues, visent principalement un public d’adolescents et de post-adolescents (18-24 ans). Ce genre de production reprend souvent les nouvelles techniques de l’imagerie, les codes et les personnages hollywoodiens en les associant à des images et discours familiers à la population cible, comme nous avons pu le signaler ci-dessus. On y voit deux jeunes français d’origine maghrébine se féliciter des attentats avec un langage châtié et un accent des banlieues assez caractéristiques. Nous pouvons ici donner, entre autres, l’exemple du vidéo-clip de l’OEI intitulé « Paris s’est effondré » (« Tahawat Baris ») diffusé en novembre 2015, peu après les derniers attentats de Paris. On y voit deux jeunes français d’origine maghrébine se féliciter des attentats avec un langage châtié et un accent des banlieues assez caractéristiques. Sont intercalés des images où l’on voit la tour Eiffel s’effondrer, inspirées du film Gie Joe : Rise of the Cobra (2009).

Les productions écrites s’adressent plus particulièrement à un public adulte. Pour ce faire, l’OEI fait usage d’une idéologie à connotation religieuse plus construite et variée, susceptible d’attirer un public plus cultivé. Ces productions médiatiques écrites de Daesh proposent une variété d’articles et de reportages sur des sujets tels que la géopolitique, l’éducation, la polygamie etc. reposants sur sa vision hégémonique du monde.

3) Le rejet de l’altérité, la festivité et les illusions 

La mythologie de l’image et le registre discursif de la propagande de Daesh s’appuient aussi sur le rejet d’autres modèles de gouvernance et de toute altérité, qui seront représentés d’une manière dévalorisante: « l’Etat croisé », « l’Etat du tâghût (non théocratique) », « l’Etat policier », « l’Etat apostat », « les idolâtres », « les mécréants », « les traitres ». Il est intéressant de noter qu’ils n’attribuent pas à proprement parler la qualité de « musulman » à ceux qui se trouvent hors de leur territoire mais lui préfère le terme de « muwwahîd » (celui qui croit en l’Unicité de Dieu) dans le meilleur des cas. C’est une représentation binaire du monde (« la terre d’islam » vs « la terre de mécréance »; la Syrie « terre de la paix » vs la France « terre de la guerre ») qui se dégage également de la lecture de ces lignes et regroupe dans un même panier des catégories d’individus hétérogènes : les « mécréants » et les « innovateurs, (réformistes) » vs les « gens de la vérité » et les « musulmans du califat ».

La propagande de Daesh met en avant un aspect « festif » de la guerre selon l’expression de Farhda Khosrokavar, pour se rendre plus attractive. Pour renforcer cet aspect, Daesh utilise des images « gaies » et « cool » de la vie sur le territoire putatif du califat telles que des grandes villas avec des piscines voire même des palais, des centres commerciaux et des complexes éducatifs, sportifs, médicaux et académiques offerts à l’usufruit des « lionceaux du califat » et de leurs aînés. Daesh repose aussi sur des dispositifs visuel et discursif très important autour des notions telles que le « martyr », la « victoire », le « Paradis », la « paix », la « vie paisible », etc.

4) Le « discours de la vérité » devient ‘religieux’

La propagande de Daesh reprend des sources classiques, principalement le Coran, le hadîth, des exemplifications tirées de la vie du Prophète ou de ses Compagnons ou des pieux prédécesseurs. Daesh reprend en outre des références religieuses classiques tells qu’Ibn Hanbal, Ibn Kathîr ou encore al-Tabarî et Ibn Taymiyah, ainsi que des codes religieux communs de l’islam dont l’imaginaire des grandes batailles (Dabiq notamment, lieu où est censé se dérouler la bataille finale entre musulmans et « armée croisée »), la lutte contre « les juifs » (les arbres « dénonçant » les juifs qui se cachent derrière eux), la mythologie topologique (le Châm comme refuge des croyants à la fin des temps) et apocalyptique (l’apparition de l’antéchrist, ou « dajjâl »). Ce contenu constitue entre 1/4 et 2/3 du contenu total des productions médiatiques de Daesh. On le retrouve dans le corps ainsi que comme titre des productions médiatiques : «Tuez-les où que vous les rencontriez », le titre de la vidéo récemment publiée n’est que la première partie du verset 190 de la Sourate Al-Baqara ; « Celui qui meurt sans bay’ah à son cou, meurt d’une mort de la Djâhiliyah » (Dar al-islam, n°1) ; « Tu les croirais unis, alors que leurs cœurs sont divisés» [al-Hachr : 14] (Dar al-islam, n°7). En effet, les versets coraniques, sont souvent présentés dans le texte en gras alors que les hadîths sont souvent délimités par des accolades. Les productions médiatiques de Daesh reprennent des images des pages du Coran ou encore des références religieuses tels al-Bukhâri et d’autres accompagnées d’une phrase rédigée en anglais « La connaissance doit être dans le cœur et reflétés dans les actes de l’un, non seulement sur les étagères ».

L’affichage des signes et des textes religieux prend une autre forme dans le discours oral des djihadistes qui s’expriment souvent dans les vidéos de propagande pour se qualifier parmi les pieux. L’analyse de discours des deux djihadistes français dans la vidéo « Paris s’est effondré » publié en novembre 2015 peu après les attentats de Paris confirme cette thèse. Les deux discours se caractérisent par une rhétorique répétitive à tort et à travers des formules eulogiques telles que : « Bismillâh » (« Avec le Nom de Dieu»), « Subhan’Allâh » (« gloire à Dieu »), « Alhamdulilah » (« Que Dieu soit loué »), « Allâh soubhanah wa ta’ala » (« Dieu est le Tout-Puissant »), « Allâh azawajal » (« Dieu majesté et adoré »), « Al-hamdulilah rabb el-alamin wal salat ala man la nabiya baadah » (« Louange à Dieu, Seigneur de l’univers, Prie sur le dernier des Prophètes »). La formule religieuse « Subhan Allâh », par exemple, exprime une admiration ou une félicité. Or, l’un des djihadiste l’utilise de manière totalement inappropriée, après avoir mentionné des exactions : « Quand vous venez dans les pays des musulmans, c’est vous qui violaient et c’est vous qui tuaient, subhan Allâh […] Tous les jours, subhan Allâh, ils nous envoient leurs avions et détruisent des familles musulmanes et rendent orphelins tous les jours des enfants ». En outre, le deuxième djihadiste se risque à une récitation (tajwîd) fort peu maîtrisée du verset 5 de la Sourate 9, sur lequel nous reviendrons plus tard à travers une analyse exégético-critique de son usage par les djihadiste (à travers le travail de l’islamologue Cyrille MORENO-Al Ajamî). Le tajwîd signifie en effet la correction de la récitation dans le but de la parfaire, en accordant à chaque lettre son point d’articulation correct (makharij al-harf) et ses caractéristiques (sifât al-harf), sans exagération et avec douceur quand ici les syllabes sont exagérément appuyées et châtiées.

Dans cette logique, le « discours de la vérité » devient de plus en plus sémantique. La ‘vérité’ se mobilise pour confirmer l’énoncé. Près d’un quart du texte du communiqué écrit de Daech sur les derniers attentats de Paris appartient à un champ sémantique ‘religieux’ : 2 versets coraniques, Allah (11 fois), le Prophète (2 fois), martyr (2 fois), l’islam (1 fois), les croyants, les musulmans et le califat. Ce champ sémantique ‘religieux’ s’accentue précisément dans les chants rituels, anasheed et qui souvent accompagne les productions audiovisuelles. C’est par exemple le cas du nasheed dans la dernière vidéo de Daesh sur les attentats du 13 novembre qui prône la violence au nom du Dieu :

Pour Allâh, celui que nous unifions

Pour Allâh, nous les sacrifions

Pour Allâh, oui nous vous terrifions

Pour Allâh seul, nous avons fait cette joie

Tuez avec des cœurs remplis de joie

Nous vous tuerons sans aucune pitié

Dans cette logique, le rituel définit la qualification et les signes qui doivent accompagner le discours (Foucault, 1971). Le choix des contenus religieux s’inscrit donc dans cette logique visant à entrer le sujet dans l’ordre du discours. Autrement dit, ce contenu devrait assurer un accès souple à un discours présenté comme étant « le discours de la vérité ».

Partie « exégético-critique », proposée par l’islamologue Cyrille Moreno-Al Ajamî (1er contributeur extérieur de ce blog)

5) Le collage informatif des codes et des textes islamiques (approche exégético-critique),

La méthode daeshienne consiste donc à poser la notion, puis fournir un texte à titre de confirmation de ce qui vient d’être énoncé. Ce n’est donc pas de l’exégèse, l’argument n’est pas tiré du texte, mais les textes islamiques fournis ne sont qu’un collage informatif censé confirmer ce qui vient d’être dit.

L’efficacité de cette méthode repose sur le phénomène herméneutique. Le lecteur ou l’auditeur est en un premier temps conditionné de par son empathie initiale à valider la thèse exposée. Cet accord de principe, ou préjugé herméneutique, sera favorisé par des connotateurs affectifs : répétition, rhétorique emphatique, évocation de la souffrance des musulmans et de la violence à laquelle font face, persécutions unilatérales, sublimation héroïque et anasheed rituels.

Vient ensuite la présentation de la preuve scripturaire à titre d’argument d’autorité. Le lecteur ou l’auditeur ne peut guère alors douter de la véracité de ce qui a été avancé puisque soit c’est Dieu qui confirme, un verset coranique, soit le Prophète, un hadîth, soit un pieux prédécesseur qualifié de grand et pur savant. C’est la méthode approuvée par Daesh précisément pour justifier son recours à la violence comme par exemple les attaques de Charlie Hebdo (Dar al-islam 2).

Pour approfondir:

Carl Friedrich et Zbigniew Brzezinski, Totalitarian Dictatorship Autocracy, Cambridge, Harvard University Press, 1965.

 

[1] https://www.youtube.com/watch?v=AUjHb4C7b94 (consulté le 21 janvier 2016).

[2] https://www.washingtonpost.com/world/national-security/inside-the-islamic-states-propaganda-machine/2015/11/20/051e997a-8ce6-11e5-acff-673ae92ddd2b_story.html consulté le 21 janvier 2016.

[3]https://www.washingtonpost.com/world/national-security/inside-the-islamic-states-propaganda-machine/2015/11/20/051e997a-8ce6-11e5-acff-673ae92ddd2b_story.html (consulté le 21 janvier 2016)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.