Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Avec  Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.
Ce n’est pas la première fois que Daesh met au cœur de sa propagande la figure d’une personne âgée, un cheikh ou un hâdj. La boîte de production arabophone Al-Khayr (« Le bien ») vient de publier une nouvelle vidéo autour de cette figure et dont le titre renvoie au fragment de verset coranique « Khifâfân wa thikâlâ » (« Légers ou lourds », selon la traduction du Coran dit du Roi Fahd), S9, V41. C’est un septuagénaire surnommé Abou Do’âa al-Maghribî qui appelle au djihâd et à la hijra en darija, dialecte marocain, avec un sous-titrage en arabe littéraire pour une réceptivité plus large du public arabophone non maghrébin. En face de lui, un adolescent syrien de 15 ans se présentant comme futur-kamikaze (istishâdî) que l’on verra monter dans une voiture piégée à la fin de la vidéo.Screen Shot 2016-05-11 at 11.29.19 AM
Capture d’écran de la vidéo de propagande de Daesh, diffusée le 25 avril 2016.
Une mise en scène de l’image du vieux sage
La vidéo de propagande de Daesh de plus de 8 minutes met en scène l’image du hâdj Abou Do’âa al-Maghribî de 74 ans, afin d’investir la symbolique de l’image archétypale du « vieux sage » dans le monde musulman. La vidéo présente l’image d’un vieil homme censé incarner le savoir, la réflexion, la vision intérieure, la sagesse, l’intelligence et les qualités morales éprouvées au fil des années. Le but est donc de s’adresser à la conscience morale des récepteurs et réceptrices afin de réaliser une prise de conscience nécessaire chez eux, en montrant que le djihâd n’est pas seulement l’affaire d’une jeunesse déshéritée et illuminée à la recherche d’aventure. Le hâdj apparaît ainsi comme modèle, dont on met en avant la « bonne conduite » pour son engagement dans le djihâd qui n’a pas été émoussé par le nombre d’années. En plus de l’insistance sur sa classe d’âge, apparaissent tous les « stigmates » de l’authentique combattant ayant accompli sa hijra : apparence (tenue, barbe), langage (registre djihadiste, en l’occurrence) ou encore apparat militaire. Le hâdj arbore une tenue de moujâhid califal avec une djillâba et un ‘imama noir à l’instar des combattants de l’époque des califes abbassides, bien connus du grand public musulman grâce aux émissions religieuses et aux séries historiques très largement diffusées par les chaînes satellitaires arabes, notamment au mois sacré du ramadan. La propagande de Daesh joue donc sur des codes et un imaginaire plus largement partagés que les seuls codes djihadistes. On voit dans la même vidéo de propagande défiler plusieurs images de vieux combattants barbus avec des kalachnikovs et en tenues historiques ou militaires.
Screen Shot 2016-05-11 at 2.40.36 PM
Capture d’écran de la même vidéo de propagande.
De langages affectifs
Abou Do’aa al-Maghribî prononce un discours jouant sur le registre de l’émotion à l’attention des jeunes en mobilisant un certain nombre d’expressions politico-religieuses, de codes et de slogans largement investies et détournés par Daesh par ailleurs tels la culpabilisation de :

« Ceux qui renoncent au djihâd et qui prétendent être musulmans engagés et respectueux de la sharia d’Allah. Au moins, mobilise toi mon frère, ajoute-t-il, et accomplis ta hijra pour Allah le puissant et le vénéré (azza wa jal). Malgré mon âge avancé, j’ai émigré et toi jeune en parfaite santé, tu renonces au djihâd ! Et tu prétends être engagé ! Quel engagement ?! Mes enfants qui n’ont pas voulu émigrer, ne font plus partie de ma famille […] Je suis prêt pour mourir à la gloire d’Allah (fi sabîl allah) ».

Les tournures rhétoriques sont renforcées par le langage corporel du hâdj pour montrer de manière ostensible son enthousiasme. Abou Do’âa mobilise un ensemble d’éléments du langage non verbal tels que l’attitude, les postures, le regard, les mimiques et la gestuelle, notamment avec ses mains, au moment clés de son argumentation en espérant susciter l’adhésion. Daesh aspire à exercer un pouvoir ou une domination sur les consciences par une série de manipulations. L’image d’appel de la vidéo réunissant deux générations, celle du hâdj et de l’adolescent syrien (15 ans) symbolise ce rapport de domination entre le maître et le disciple (analysé en son temps par l’anthropologue marocain, justement, Abdallah Hammoudi, 2001), le guide et le guidé, ou encore le modèle et son désirant.
Abou Do’âa représente ainsi un modèle ultime d’engagement dans l’idéologie djihadiste de Daesh et contribue ainsi à sa propagation notamment auprès des jeunes. La vidéo de propagande véhicule un message clair, comme l’indique la voix off :

« Oh les jeunes de la communauté (umma), quelles sont vos excuses pour renoncer au djihâd alors que des jeunes (achbâl) et des vieux (chioukh) s’y engagent ! Avez-vous entendu les cris des prisonnières (asîrât) de guerre dans les prisons des dictatures (tawâghît) ! Restez-vous indifférents de la souffrance des persécutés et des opprimés ! […] Qui est au secours des orphelins (yatâmâ), des veuves (arâmel), des mères dont les enfants sont morts (thakâlâ) ! Des marginalisés, des blessés et des prisonniers de guerre ! […] ».

En outre, la vidéo utilise un nouveau chant rituel (nasheed) sur le djihâd jusque-là inédit dans les précédentes vidéos. On y entend des voix douces d’un groupe de jeunes mounshidîn récitant des vers d’un poème (qasîda) en arabe littéraire avec une intonation mélodieuse. Le rythme est impulsé par le caractère court et percutant des paroles et l’intensité équilibrée de l’énergie vocale manifestant une forme d’autorité et de confiance du groupe :

« Sois avec Allah pur et sans souci

Tout est destiné à s’évanouir […]

Le lien (habl) avec Allah est fort

Bien éprouvé et c’est le plus fort des liens

Si tu l’établis, Il est très connecté (wasôul) avec ce qui s’y soumet (‘abd)

Profites en et réjouis-toi de cette connexion (wisâl) […]

Si vous voulez de la fierté, vous devriez vous engager dans le combat

Le djihâd est l’ultime bien, choisissez-le

Gagnant est celui qui a répondu à cet appel et sacrifié le plus cher […] »

La vidéo de propagande daeshienne mobilise en outre un nombre important de versets coraniques et de hadîth prophétique afin de légitimer ses propos. En outre, Daesh propose une interprétation spécifique, erronée et incomplète s’inspirant de certaines références classiques du verset coranique censé légitimer son propos de départ, celui de l' »obligation » du djihâd pour les jeunes et les vieux.
L' »exégèse » coranique façon Daesh
La traduction proposée par Daesh de ce verset pourrait effectivement paraître curieuse puisque khifâf n’a jamais voulu dire autre chose que « légers » et thiqâl signifie sans ambiguïté « lourds » et que les rendre respectivement par « jeunes », soit en arabe shabâb, et « âgés », soit en arabe shuyûkh, est manifestement intrigant.
Cependant, l’on ne peut réellement le leur reprocher puisque ceci n’est pas de leur fait. Effectivement, le grand exégète de la fin du IIIe siècle de l’hégire, Tabari, et bien d’autres après lui, rapporte cette pirouette exégétique. Néanmoins il cite aussi d’autres avis selon lesquels khifâf signifie « riches » et thiqâl « pauvres » ou « bon gré » et « mal gré » ou « montés » et « à pied ». L’objectif de ces exégètes est clair : recruter les combattants tous azimuts au service de la puissance impérialiste califale de cette époque. Le choix de Daesh est tout aussi évident…
Pour en revenir à la référence scripturaire, Daesh oublie sans doute de mentionner la conclusion personnelle de Tabari pour qui en fonction du contexte de ce verset il faut entendre par khifâf « tout ce qui pour une personne donnée est facile à mettre en œuvre au service de la cause » et par thiqâl le contraire.  Daesh omet de même de souligner que ces propos/khabar n’ont aucune valeur technique.
En résumé, affirmer que khifâf signifie « jeunes » et thiqâl « âgés » est manifestement une surinterprétation opérée au détriment du texte coranique.
Ceci étant, si l’on revient littéralement à ce verset, l’on constate que l’ensemble du paragraphe en lequel il s’insère est un appel général à secourir le Prophète contre ses ennemis. En ce passage il est critiqué ceux qui en la matière traînent les pieds, V.38 et V.42.  L’on note aussi que d’un point de vue rhétorique thiqâl reprend le « seriez-vous appesantis/a-thâqaltum sur cette terre » du V.38. De plus, ceux dont il s’agit sont ceux qui combattaient d’ordinaire avec le Prophète et, si l’on croit la Sunna, le Prophète ne voulait pas que les jeunes gens/shabâb participent à ces combats. En cette vibrante exhortation coranique, l’hypocrisie de ceux qui ne veulent pas assister le Prophète dans sa lutte est stigmatisée et il est demandé aux croyants de faire tout leur possible pour participer à ce combat. Ainsi ce verset se comprend littéralement comme suit : « Élancez-vous, et que ce soit facile/khifâfan ou difficile/thiqâlan, faites un effort avec vos biens et personnes, pour la cause de Dieu. Ceci est bien meilleur pour vous si vous saviez ! », S9. V41.
Les Marocains, important contingent de Daesh
Les djihadistes marocains jouent un rôle de plus en plus important au sein de Daesh à la fois dans sa structure et sa communication. Ces djihadistes y sont au nombre de 2000, selon les chercheurs Scott Atran et Nafees Hamid respectivement des universités d’Oxford et du Michigan. Les auteurs américains estiment à neuf mille le nombre des sympathisants qui ont été arrêtés par les autorités marocaines[i]. En outre les services européens découvrent que beaucoup des personnes impliquées dans les filières françaises et belges sont d’origine marocaine. Certains combattants occupent des positions importantes dans la structure (dawâwîn) de l’organisation terroriste : al-hisbâ (« La police islamique »), al-mahkama al-islâmiyya (« le tribunal islamique »), markaz al-da’wa wal masâjid (« Centre de prédication et des mosquées ») ou encore markaz al-zakât (« Centre d’impôts islamique »). On compte quatre émirs parmi ces combattants dont Abou Tasnim, figure emblématique des médias daeshiens.
Ce jeune de 28 ans est originaire de Fnideq, ville située dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima au nord du royaume (qui fournit de nombreux djihadistes, originaires des quartiers pauvres…), près de la frontière espagnole. Mohammed Hamdouch, le vrai nom d’Abou Tasnim, apparaît dans plusieurs vidéos de propagande de Daesh menaçant de frapper le royaume et sa capitale Rabat. Il adore flatter son ego sur les réseaux sociaux, en exposant fièrement ses crimes en Syrie. Le jeune marocain se targue d’être l’un des bras droits d’Abou Bakr al-Baghdadi. Ce terroriste concentre ses messages principalement contre le Maroc, selon le rapport réalisé par le Global Security Institute.
Aboutasnim
On oublie trop souvent que le Maghreb constitue avec la France l’une des cibles les plus importantes de Daesh. L’organisation terroriste entend bien profiter des terrains sensibles sur les plans politique, social, religieux et sécuritaire afin d’attirer de nouveaux sympathisants.  Sa stratégie de communication repose de plus en plus sur des témoignages des vieux combattants et habitants d’origine syrienne ou irakienne afin d’élargir son influence auprès des publics.
Pour approfondir
Hammoudi Abdellah, Le maître et le disciple. Genèse et fondements des pouvoirs autoritaires dans les pays arabes, Maisonneuve & Larose, 2001.
[i] « Comment devient-on djihadiste ? (1/2) », publié par Télérame.fr le 07/04/2016, http://www.telerama.fr/monde/comment-devient-on-djihadiste-1-2-par-scott-atran-anthropologue,140496.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *