L’émergence de groupes d’autodéfense au Centre du Mali : violence et déficit de l’Etat

Par Aly TOUNKARA, docteur en Sociologie de l’université Paris Descartes, la Sorbonne. Enseignant-chercheur à l’Université de Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (Mali) et membre du Laboratoire de Sciences Sociales (2L2S) de l’université de Lorraine,(France). Ses recherches portent sur l’extrémisme violent, l’islam politique et le genre,. Il est également consultant indépendant et a eu à conduire plusieurs études sur les questions de l’extrémisme violent pour des Organisations Non Gouvernementales Nationales et Internationales intervenant en Afrique.

Dans cet article, nous proposons de comprendre l’émergence et les dynamiques des groupes d’autodéfense violents à référent communautaire ou ethnique au Centre du Mali, considéré comme l’épicentre de l’insécurité dans le pays depuis 2015. Face aux multiplications des attaques, des viols, des vols d’animaux et d’autres formes de violences et d’exactions perpétrées çà et là contre les populations ou entre elles-mêmes dans le contexte d’une gouvernance en pleine déliquescence, les communautés éprouvées se sont organisées en des groupes d’autodéfense (Dogon Amassagou [1], ASS[2]) pour se protéger et sécuriser leurs biens contre les agressions d’autres communautés ou l’État central. L’hypothèse d’ingouvernabilité de ces localités par l’État peut être considérée comme valide au regard de la complexité de la situation sécuritaire[3]. En effet, les discours sur la sécurité étatique paraissent antinomiques avec l’existence de milices d’autodéfense communautaires. La sécurité étatique est l’accumulation de moyens de coercition entre les mains du pouvoir central et de régulation de la vie d’une collectivité. Tandis que celle des communautés est définie à partir des choix opérés par ces dernières, lesquels choix sont susceptibles de se protéger contre l’Etat lui-même ou l’empêcher dans l’accomplissement de ses fonctions régaliennes. Les groupes d’autodéfense d’obédience communautaire au centre du Mali, estiment que le pouvoir central n’arrive pas à garantir la quiétude et la tranquillité dont les communautés ont besoin et qu’il peine à distribuer la justice de façon équitable et égalitaire entre les justiciables. L’Etat est donc perçu comme défaillant, voire faible.

 Le Mali, à l’instar des autres pays sahéliens, est confronté à des problèmes sécuritaires sans précédent. Le besoin de sécurité s’y pose avec acuité, tant dans ses centres urbains que dans ses milieux ruraux au regard des différentes attaques commises çà et là.  Keïta (2017 : 252) souligne que « la situation est d’autant plus complexe que les pouvoirs publics sont confrontés à de grandes difficultés pour satisfaire les besoins (accès à l’hydraulique, à la santé, à l’éducation et à une justice équitable) de la population en matière de sécurité publique ou encore de sécurité de proximité ». Ceci explique la présence des forces étrangères depuis le début de la crise en 2012, l’émergence et la multiplication de sociétés privées de sécurité et de protection, de plus en plus visibles dans les espaces urbains comme ruraux.

 Le Centre du Mali, longtemps considéré comme un havre de paix où vivaient les différentes communautés ethniques de façon harmonieuse, constitue de nos jours la localité la plus agitée et la plus éprouvée du Mali à cause de l’insécurité qui va grandissante. La présence des groupes extrémistes violents et de bandits armés dans cette localité a gangréné les dispositifs sécuritaires et mis à mal la cohésion intercommunautaire. Elle a progressivement plongé le Centre dans une situation d’instabilité et d’insécurité, laquelle situation a considérablement affaibli les rapports qui régissent les échanges socio-économiques existants entre les différentes catégories socio-professionnelles.

 Devant ce chaos sécuritaire qui s’insinue en profondeur dans le tissu social malien, la capacité de résilience communautaire, longtemps surestimée par les autorités du Mali, semble largement entamée. Il a, au fil du temps, engendré des crispations à caractère identitaire où chacun se replie sur son ethnie ou sur la communauté au nom de laquelle, il se bat.

     Nonobstant la présence des forces nationales, régionales voire internationales, le besoin en matière de sécurité demeure pressant et constitue le principal défi à relever au regard des attaques régulières dont font l’objet les populations du centre.

Cet article pose les questions  suivantes :

Peut-on établir un lien entre la faiblesse de l’Etat et l’émergence des milices communautaires violents au centre du Mali ?

Quels sont les facteurs explicatifs de la création de ces milices ?

Par quels préjugés et clichés préjudiciables sont traversés les différentes communautés du centre du Mali ?

 Pour répondre à ces questions, un travail sur le terrain a été réalisé avec des entretiens approfondis auprès des groupes d’autodéfense (15), des personnes ressources rassemblant (06) ainsi une large diversité d’acteurs dans le district de Bamako, la région de Mopti (20) et la collecte d’un volume important de données originales. Nous en proposons ici une synthèse.

Se protéger sans l’État ou contre l’État

 Les stratégies mises en œuvre par les forces militaires en vue de rétablir l’ordre sécuritaire s’avèrent incomplètes, voire inadaptées selon plusieurs analystes (Sangaré, 2016 et Thiam 2017). Le reproche qui leur est généralement fait,repose essentiellement sur ce que l’on pourrait appeler le « tout militaire », qui vise à résoudre les conflits de quelque nature qu’ils soient et leurs causes sous-jacentes par les seuls moyens militaires, reléguant au second plan les leviers socio-culturels, la médiation ou la prévention primaire.

Face à cette situation ô combien complexe, des mesures alternatives ont été entreprises par les communautés elles-mêmes pour se prémunir des attaques tous azimuts. Par mesures sécuritaires, nous faisons allusion aux milices (groupes) d’autodéfense créées principalement par les communautés peulhs, bambaras et dogons. Ces mesures sont plurielles et sont fonction des inquiétudes exprimées par les communautés, de leurs sensibilités, de leurs intérêts propres et aussi des logiques qui les animent.

 S’appuyant sur nos données du terrain à l’issue de différentes missions de recherche de 2014 à 2018[4], nous nous proposons d’interroger, d’une part, les conditions et les logiques sous-jacentes d’ordre sociologique, politique et économique qui sous-tendent l’émergence de ces groupes d’autodéfense. D’autre part, nous nous intéressons aux dynamismes sécuritaires impulsés par ces groupes d’autodéfense et leur impact sur la vie des communautés du Centre. 

Le sentiment d’insécurité qui règne au Centre du Mali s’est développé parallèlement au retrait marqué de l’État, notamment à travers ses forces de sécurité et de défense. Par conséquent, certains villages, communautés ou catégories professionnelles ont été et sont toujours tentés de s’organiser en vue de défendre leur espace. (Thiam, 2017,).

 En effet, les entretiens réalisés,font état de la coexistence de plusieurs facteurs permettant de saisir les dynamiques sécuritaires au Centre. Elles sont traversées par des logiques ethniques ou communautaires. Au vide sécuritaire dû à l’enlisement de plus en plus visible de l’Etat et de la prolifération des armes de guerre, s’ajoute, l’affaiblissement de l’appareil sécuritaire et la circulation des matériels de guerre, perçues comme une occasion inédite pour les populations de s’armer et de se rendre justice eux-mêmes par des actes de vengeance et de règlement des comptes.

« Il est clair que dans le contexte malien, l’existence et la multiplication de ces groupes dans le centre est un témoignage de la faillite de l’Etat et de son incapacité à satisfaire certains besoins pressants des populations. Lorsqu’il (l’Etat) éprouve des difficultés à assurer cette sécurité, ne soyez pas étonnés de voir des groupes d’individus s’organiser pour prendre en main leur propre sécurité »[5].

D’autres enquêtés, mettent quant à eux plutôt l’accent sur la question de la justice et de la rareté des ressources naturelles dont leur distribution ou redistribution (inéquitable) devient de moins en moins facile et s’avère de plus en plus conflictuelle. L’accès aux ressources naturelles, stricto sensu, constitue l’un des principaux motifs des rapports conflictuels entre les différents groupes d’autodéfense violents en lice.

« L’existence des groupes d’autodéfense au Centre est le résultat d’une longue trahison des administrateurs à l’égard des administrés. Et, cette trahison est cautionnée par les élus. Les fonctionnaires font n’importe quoi en tablant sur l’ignorance de la loi par la population. C’est pour cela, toutes les terres au Centre sont vendues à des étrangers qui ne sont mêmes pas de la localité. C’est là le fond des problèmes que beaucoup de personnes ne savent pas. Des Bamakois partent acheter des milliers d’hectares de terre et interdisent les populations locales de faire paître leurs animaux alors qu’ils (les animaux) meurent de faim. Mais on n’accepte cela que lorsque l’on n’a pas les moyens ; c’est la terre de leurs ancêtres avant tout »[6].

Nos interlocuteurs ont beaucoup insisté sur les conséquences de cette répartition disproportionnée des ressources locales, notamment foncières dans les conflits intercommunautaires et dans l’émergence des groupes d’autodéfense violents qui ont conduit le Centre dans une nouvelle spirale de violences avec tous les soubresauts qu’elles peuvent comporter.

« L’insécurité économique est la source des conflits au centre. C’est la rareté des ressources qui pose problème. Les fonctionnaires qui travaillent au centre ont des centaines de têtes [de bétail] et ont pris possession des terres. Ce qui a fait que ni l’agriculteur, ni l’éleveur n’a plus accès libre aux ressources naturelles. Donc déjà, ils sont privés de leurs moyens de subsistance. Et ceux qui garantissent ces fonctionnaires-là, ce sont les préfets, les maires, les chefs coutumiers parfois, et les députés. Les maires redistribuent des terres et les préfets les garantissent. Donc pour la population victime, la première chose à faire, c’est de lutter contre les pratiques corruptives de certains maires et préfets, car nul n’a le droit d’être privé de ses moyens de subsistance. Les gens prennent des armes, parce qu’ils ont été dépossédés de leurs moyens de subsistance. »[7]

 Ce problème, principalement de nature économique, est aussi de nature juridique, autour de la juste application des textes législatifs devant régir les activités des différents systèmes de production (en particulier les arbitrages entre l’agriculture et l’élevage, Thiam, 2017). Les litiges fonciers sont devenus des moyens pour les autorités, en particulier les juges, de gagner  de l’argent ou d’avoir d’autres biens matériels. Les populations victimes de ces situations d’injustice décident alors de se rendre justice elles-mêmes en s’organisant au sein des groupes.

« Les juges ne sont pas clairs entre les personnes en conflit. Ils donnent raison à celui qui est prêt à donner soit de l’argent, soit des animaux. Ils donnent souvent raison aux peulhs pour leurs moyens financiers, sinon ils ne les aiment pas »[8].

Lors des différents entretiens, beaucoup d’acteurs ont évoqué le dysfonctionnement de   l’appareil judiciaire et les comportements non-orthodoxes de certains agents de l’Etat dans l’exercice de leur fonction.

« […] Les conflits ont pris de nouvelles formes ces derniers temps à cause de la distribution d’une justice à deux vitesses. Ce n’est pas pour jeter de l’opprobre sur ces juridictions, mais certaines ne sont pas correctes dans leur travail ».[9]

      Par ailleurs, au Centre du Mali, d’autres facteurs non moins importants peuvent entrer en ligne de compte dans la création des groupes d’autodéfense, notamment ceux des communautés peulhs. Il s’agit de l’exclusion, stricto sensu, dont elles font l’objet dans certains domaines, notamment foncier. A ce titre, Dakouo (2016: 6-7) souligne que « la faible prise en compte des communautés peulhs dans le processus de paix, avec la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation  issu du processus d’Alger, entraîne de plus en plus l’émergence des groupes d’autodéfense d’audience ethnique. Il montre que si certains mouvements armés ont été réintégrés dans les processus de réconciliation (cas du Mouvement Ganda Izo) lors des pourparlers, les autres, ceux du Centre en particulier, sont nés à la suite de la signature de cet Accord. On peut citer entre autres le Mouvement pour la défense de la patrie du Delta central, du Seno et du Hairé (la région de Mopti) et l’Alliance Nationale pour la Sauvegarde de l’Identité Peulh et la Restauration de la Justice.  

 Dans ce sillage, Thiam (2017 :22) renchérit en affirmant que les populations du Centre n’ont jamais été partie prenante des processus de paix, dénonçant régulièrement le fait que les « dividendes de la paix » soient réservés à ceux qui prennent les armes. Ces dividendes concernent la négociation de positions d’influence politique, l’octroi de projets de développement ou encore la réinsertion des hommes dans les différents corps de défense et de sécurité. Rappelons que le discours « identitaire » encouragerait les Peulhs à revendiquer militairement ces avantages.  En effet, les analyses faites par ces deux experts susmentionnés sont corroborées par beaucoup de nos interlocuteurs.

« On ne sait plus quoi faire. On a plus d’endroits de pâturage. Les bambaras nous montrent que toutes les terres les appartiennent. Les agents de sécurité nous traitent tous des extrémistes violents, des terroristes ou de voleurs de vache. […]. Aujourd’hui à Macina, même dire que je suis un peulh, ce n’est pas facile, car on a peur d’être stigmatisé ».[10]

   A la lumière de ces premiers éclairages, l’on comprend que les facteurs explicatifs de l’émergence des groupes d’autodéfense comme l’Alliance pour le Salut du Sahel et Dogon Amassagou dans le Centre du Mali sont nombreux. En général, ce sont les besoins d’ordre sécuritaire, économique et social qui expliquent en grande partie leur création. Cette incapacité de l’élite au pouvoir à apporter des réponses durables aux demandes sociales légitimes des populations expliquerait le pourquoi de cette prolifération des groupes d’autodéfense d’obédience communautaire.

Raisons inédites de l’émergence des milices communautaires

Il apparaît clairement que le centre du Mali (notamment la région de Mopti) est plus agité aujourd’hui qu’il ne l’était il y a cinq ans. Il ne suffit pas de s’attaquer uniquement aux conséquences de l’insécurité sans s’attarder sur leurs causes profondes. Pour le cas précis du centre, quelques facteurs tabous expliquent davantage l’émergence des milices : 

  • le sentiment de marginalisation d’une communauté (exemple de la communauté peulh qui s’estime lésée, vis-à-vis de la communauté dogon, en dépit de sa supériorité numérique dans la région) ;
  • le sentiment de supériorité d’une communauté sur une autre (les dogons ont le sentiment que les peulhs se sentent supérieurs à eux) ;
  • l’esprit de vengeance des groupes chasseurs sur la communauté peulh, considérée comme les auteurs des attaques terroristes et extrémistes violentes dans la zone[11] ;
  • le taux élevé d’analphabétisme et la précarité des conditions de vie. C’est souvent par l’ignorance et la recherche du gain facile que certains acteurs se font recruter par les groupes au nom de la communauté ou de sauver l’honneur de cette dernière.
  • Enfin, le sentiment d’être persécuté par l’Etat central,

A ce titre, un entretien avec Oumar Aldiana[12] illustre la rancœur de certaines communautés contre le pouvoir central. Oumar Aldiana est le président du mouvement armé (ANSIPRJ). Il est joint au téléphone par le studio Tamani (une radio très écoutée dans les zones à conflit) disait ceci :

« (il y a  un amalgame/une stigmatisation , voire un génocide commis contre les peulhs par le Mali. La milice qui a voulu exterminer ces peulhs a admis officiellement, devant la délégation venue de Bamako sur les lieux, qu’elle a été armée par le gouvernement (il s’agit du groupe dogon Amassagou) . On a souhaité d’être sollicités sur cette question et qu’il y ait une enquête ouverte à l’étranger ; le Mali n’a jamais voulu répondre. Ils ne font que multiplier les rencontres intercommunautaires qui ne règlent pas les problèmes. Finalement notre jeunesse s’est engagée, et a décidé de prendre la relève. Et nous ne sommes pas en guerre seulement contre cette milice, nous sommes en guerre contre toute personne qui tourne son canon contre un peulh. C’est le défaut de compétence de l’association « Dental Pulaku » que notre jeunesse s’est engagée avec les autres jeunes de différentes organisations peulhs pour défendre la cause peulh et nous avons décidé de créer un mouvement politico-militaire pour défendre la cause peulh ».

Pour certains analystes (Serge Daniel, Boubar Bocoum et ceux de Human Right Watch), les autorités devraient prendre la création de ce mouvement au sérieux. Ces observateurs estiment aussi que l’armée malienne qui est menacée par ce groupe armé devrait prendre des mesures pour faire face à la situation, notamment en renforçant la vigilance sur le terrain et redoublant d’efforts en vue  d’enrayer les violences. Pour cela, il faut commencer par traduire les auteurs des exactions devant des juridictions compétentes.

Les groupes d’autodéfense : quelle offre sécuritaire ?

  Certaines milices radicales d’autodéfense  se seraient également formées à l’initiative d’élus ou de chefs traditionnels. C’est ainsi que certaines autorités, qu’elles soient municipales, traditionnelles, administratives ou religieuses, tissent des relations plus ou moins alambiquées avec certains de ces groupes d’autodéfense. Au début, ils ont été perçus comme des acteurs susceptibles d’aider les Forces armées maliennes loyales dans leur lutte jusqu’au-boutiste contre les groupes extrémistes violents qui sévissent dans le centre du pays, mais ils ont fini par se substituer à elles.

  Selon leurs initiateurs, ces groupes ne visent qu’à pallier tant bien que mal le déficit sécuritaire dont ils sont les premières victimes. S’ils ont permis de résoudre certains problèmes sécuritaires à court terme, il n’en demeure pas moins évident qu’ils ont été le plus souvent sources d’insécurité, allongeant finalement la liste des groupes violents et radicaux qui sévissent dans la région. Certains d’entre eux s’inscrivent dans une logique de règlement de compte, de vengeance ou de pillages en tous genres. Dans la commune de Kareri par exemple, des affrontement violents ont eu lieu en juillet 2018 entre peulhs et dogons et ont fait plus 24 morts, selon le communique du préfet du cercle de Ténenkou.

Au regard de ce que l’on a pu observer jusque-là, notamment sur les terrains d’enquête du centre Mali que nous avons parcouru, nous retenons le caractère ambivalent de ces groupes sécuritaires parallèles. S’ils sont considérés comme acteurs (circonstanciels) dans l’offre sécuritaire auprès de leurs communautés respectives, force est de constater qu’ils ont participé à l’amplification de l’insécurité. Ayant des logiques et des intérêts opposés, ces groupes d’autodéfense, en plus des mouvements extrémistes djihadistes, ont profondément affecté le centre du Mali en termes de sécurité qui y devient quasi absente. Il est devenu l’épicentre de l’insécurité pour paraphraser Sangaré (2016) et de violences multiformes, comme l’illustre cet extrait d’un autre entretien :

«  Un État qui s’assume, l’existence des groupes d’autodéfense ne peut être accepté, car   entre les communautés, il y a toujours des conflits dormants. Donc si l’occasion se présente, les gens vont réagir. Certaines personnes, se croyant victimes des situations d’injustice, se sont procurées des armes pour régler leur compte. C’est pour cela, vous assistez dans le Centre à des assassinats ciblés, des tueries et des enlèvements ».[13]

Certains interlocuteurs préconisent leur suppression pure et simple, car dans le centre du Mali, des groupes d’autodéfense et d’autres acteurs s’identifient moins à l’Etat qu’à leur communauté ou ethnie d’appartenance, et rendent par ricochet le retour des forces loyales pratiquement impossible dans certaines zones touchées par l’insécurité.

  Ce tropisme identitaire conduit, à court, à moyen probablement à long terme, à une mise à mal du principe même d’Etat-nation, qui pourrait pourtant s’avérer un facteur important pour la cohésion nationale. Dans le même ordre d’idées, Thiam (ibid :52) souligne que l’État doit absolument éviter de recourir à des milices d’autodéfense ou de les légitimer, eu égard aux tensions intercommunautaires particulièrement vives dans le Centre.

 « Il faut éviter les milices à caractère ethnique ou communautaire : les chasseurs, les peulhs, les songhoy. La seule arme de guerre doit être tenue par les soldats de l’armée nationale qui doit être forte ».[14]

      D’autres, sans s’opposer à leur suppression, pensent qu’il faut, au préalable, chercher à connaître les causes profondes de leur création et les différentes logiques afférentes pour traiter le problème. Il serait donc difficile de les disloquer quand les raisons sous-jacentes des conflits (notamment fonciers, comme nous l’avons vu) ne sont pas maîtrisées.

Conclusion

  Cette crise, dont les stratégies d’accommodement s’avèrent difficiles à l’état actuel des choses, interroge plus que jamais le mode de gouvernance. La nature ayant horreur du vide, avec l’insuffisance ou absence de l’État dans certaines cases de l’échiquier sécuritaire malien, nous assistons au centre du Mali à l’émergence d’une myriade de groupes d’autodéfense violents, constitués sur des bases ethniques et communautaires. Ces groupes d’autodéfense, comme l’on a vu, ont apportés des solutions immédiates mais précaires à la carence sécuritaire constatée dans la vie des communautés. Ils ont surtout contribué à aggraver l’état d’insécurité dans certaines localités, en concurrençant les forces loyales et même en les combattant dans une certaine mesure.

 Face à cette situation, il serait judicieux de prôner une refondation progressive du système de gouvernance qui a révélé son obsolescence, notamment en matière d’offre sécuritaire. Celle-ci doit aboutir à la mise en place d’un nouvel Etat à même de répondre aux besoins ressentis par les populations locales et de mettre fin à ces milices d’autodéfense qui affectent considérablement le vivre-ensemble dans le Centre du Mali. Il est aussi urgent au terme de cette analyse, de clarifier les stratégies d’intervention des agents de l’Etat (notamment les forces de sécurité et l’administration judiciaire) afin que celles-ci se fassent dans le respect des règles  d’éthique et des équilibres locaux. 

Quelques références bibliographiques

CONESA, P. (2003),Groupes armés non étatiques : violences privées, sécurités privées ». Armand Colin/ Revue internationale et stratégique, n°49, PP 157-164. En ligne.

DAKOUO, A. (2016), Les communautés peules au Mali. En ligne.

KEÏTA, N. (2017), La gouvernance de la sécurité au Mali : entre libéralisation et/ou privatisation des offres de sécurité et quête de sécurité humaine en question ». Afrique et développement, Volume XLII, No. 3, 2017, pp. 249-268. En ligne.

SANGARE, B. (2016), Le Centre du Mali : épicentre du djihadisme ? . Note d’Analyse du GRIP, Bruxelles. En ligne.

THIAM, A. (2017), Centre du Mali : enjeux et dangers d’une crise négligée », Centre pour le Dialogue Humanitaire/Institut Macina.

Rapport IMPRAP & Interpeace, (2017), Analyse locale des dynamiques de conflit et de résilience dans la zone de Koro Bankass , Région de Mopti, Mali.


[1] Dogon Amassagou est, comme son nom l’indique, la milice d’autodéfense des Dogons

[2] Alliance pour le Salut du Sahel, un groupe d’auto-défense peulh.

[3] Le Centre du Mali comprend les régions de Ségou et de Mopti. Pour cet article, le centre est employé uniquement pour désigner la région de Mopti, la 5e région administrative du Mali.

[4] .  Plusieurs missions de recherche menées au compte du réseau Alliance pour Refonder la Gouvernance en Afrique (ARGA) et Institut d’d’Études de Sécurité(ISS).

[5]  Entretien avec IFS, rédacteur en chef d’un organe de presse de la place.

[6] Entretien DK, membre de la confrérie des chasseurs, Secrétaire Général et Administratif de l’association ‘’kontron ni sanè’’ et coordinateur du réseau de citoyenneté pour la défense des droits civiques, économiques, sociaux et culturels.

[7] Entretien avec AN, agroéconomiste, directeur exécutif du centre Sènè d’études stratégiques, membre du directoire du réseau de coordination nationale de veille citoyenne, membre fondateur du réseau d’associations pour la défense des droits civiques, économiques et culturels selon les valeurs de « djoko ni maya » 26/07/2018.

[8] Entretien avec MD, autorité coutumière à Macina.

[9] Entretien avec BSD, préfecture de  de Macina.

[10] Entretien avec AK, de la commission du syndicat des éleveurs de Macina.

[11] Le mouvement Dan Na Amba Samoko, constitué majoritairement de Dogons, Dafins, Samoko et Bwa, pense qu’il doit continuer à remplir sa fonction initiale qui est de protéger les populations et leurs biens avec ou sans le secours l’Etat.

[12] Président du mouvement dénommé, Alliance Nationale pour la Sauvegarde de l’Identité Peulh et la Restauration de la Justice (ANSIPRJ).

[13] Entretien avec IFS, ibid.

[14] Entretien AG, enseignant-chercheur.


Une réflexion sur « L’émergence de groupes d’autodéfense au Centre du Mali : violence et déficit de l’Etat »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.