La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Article publié le 4 juillet dans la revue Esprit. http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=459
La propagande officielle de l’« Etat islamique » (connu sous l’acronyme arabe « Daesh ») diffusée sur Internet est plus complexe que ce que laissent entendre les médias mainstream[1] et les résultats de certaines recherches francophones. L’étude critique de cette propagande à l’aide des approches sémantique, sémiologique et de l’analyse de discours[2] permet de comprendre les mécanismes, les logiques et les modalités du processus de radicalisation violente. Nous nous intéresserons dans le cadre de cette contribution plus particulièrement aux techniques d’attraction déployées par cette propagande pour recruter de nouveaux sympathisant-e-s. Ainsi, le corpus exploité est constitué de toutes sortes de productions médiatiques disponibles sur internet en trois langues: arabe, français et anglais : magazines, bulletins de guerres, images et vidéos de propagande, chants rituels (anasheed), brochures. Continuer la lecture de La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

enfantDaesh
Capture d’écran d’une mise en scène des enfants-soldats, Dabiq, n°11, août 2015.
Le dernier rapport de l’Unicef publié le 14 mars 2016 sur le thème No place for children révèle que les recrues des groupes et forces armés sont de plus en plus jeunes, jusqu’à 7 ans. Ces enfants reçoivent un entraînement militaire et participent aux combats, endossent des rôles qui menacent leur vie sur les lignes de fronts comme celui de porter et assurer l’entretien des armes, tenir les postes de contrôle, soigner les blessés de guerre, ou encore participer dans certains cas à des services sexuels comme esclaves. L’Unicef estime aujourd’hui que dix mille enfants participent à pas moins de 15 conflits armés de par le monde. Certains sont recrutés de force ou enlevés, d’autres s’enrôlent pour fuir la pauvreté, la maltraitance et la discrimination, ou pour se venger des auteurs d’actes de violence commis à leur encontre ou contre leur famille. Continuer la lecture de Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Avec  Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.
Ce n’est pas la première fois que Daesh met au cœur de sa propagande la figure d’une personne âgée, un cheikh ou un hâdj. La boîte de production arabophone Al-Khayr (« Le bien ») vient de publier une nouvelle vidéo autour de cette figure et dont le titre renvoie au fragment de verset coranique « Khifâfân wa thikâlâ » (« Légers ou lourds », selon la traduction du Coran dit du Roi Fahd), S9, V41. C’est un septuagénaire surnommé Abou Do’âa al-Maghribî qui appelle au djihâd et à la hijra en darija, dialecte marocain, avec un sous-titrage en arabe littéraire pour une réceptivité plus large du public arabophone non maghrébin. En face de lui, un adolescent syrien de 15 ans se présentant comme futur-kamikaze (istishâdî) que l’on verra monter dans une voiture piégée à la fin de la vidéo. Continuer la lecture de Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Abou al-Hassan al-Falestini est le surnom d’un jihadiste, cheikh et juge (qâdî) qui occupe une place importante parmi les théoriciens et idéologues de Daesh (à ne pas confondre avec le jeune djihadiste d’origine palestinienne, émir de la wilâya de Qalamoun en Syrie décédé en août 2014 dans le combat d’Irssal contre l’armée libanaise). Les éditions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en 2013 un nouvel opuscule d’al-Falestini sous le titre Roudoud wa talmihât ‘ala monkiri al-‘amaliyyat al-istishhadiyya (« Réfutations de ceux qui dénoncent les opérations martyrs », traduction non littérale, tnl). Cet opuscule de près de 60 pages fait suite à la polémique déclenchée par sa fatwa (« avis juridique ») pour légitimer ce qu’il appelle « les opérations martyrs » contre l’ennemi (l’armée, la police et l’ensemble des régimes politiques, considérés comme « impies ») et sa mise en application par l’EI. Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
L’idéologie de Daesh commence à prendre forme peu de temps avant la création de son embryon iraquien sous le nom de l’«Etat islamique en Iraq » (« addawla al-islamiyya fi-l Irak »), le 12 juin 2006. Certains fondateurs de cette idéologie djihadiste takfiriste (« excommunicatrice ») sont moins connus que d’autres notamment en Occident, tels Abou Bakr Naji, Abou Anas al-Châmî, Abou al-Hassan al-Falastini ou encore Abou Hamza al-Mouhajer. En février 2016, les Editions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en arabe la deuxième édition d’un opuscule constitué de deux lettres (rasa’el) signé Abou Hamza al-Mouhajer. Elles ont été rédigées et mises en ligne sur le net initialement en septembre 2007 (pendant le mois de ramadan) sous le titre « Al-Wasiyyah al-thalathiniyya li ‘omara’ wa jounoud addawla al-islamiyya» (« Le trentième recommandation pour les émirs et les combattants de l’Etat islamique »). Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
En France, la polémique sur la porosité entre le salafisme et l’idéologie djihadiste de Daesh prend de l’ampleur. Nous envisagerons à travers cet article d’étudier le rapport entre ce courant politico-religieux (le salafisme) et cette idéologie terroriste. Pour ce faire, nous nous sommes intéressés à la place des références des savants de tradition salafiste (Mohammed Ibn ‘Abd al-Wahhâb et Ibn Taymiyya en particulier) notamment dans les productions médiatiques écrites publiés par Daesh. Les éditions de celui-ci connues sous le nom Al-Himma (« L’effort ») viennent très récemment de republier quatre ouvrages du shaykh Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhâb parmi ses célèbres Lettres personnelles (« al-rasâ’il al-shakhsiyya») : Mokhtasar sirat al-rasûl ; Kashf al-shubuhât  (février 2016) ; al-wajibât et al-oussoul al-thalâtha (mars 2016). Continuer la lecture de Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh

2006, date de la restauration du « califat » par l’«Etat islamique »

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
Contrairement à ce que l’on peut lire dans la plupart des travaux de chercheurs francophones sur ledit « califat islamique », la restauration de cette instance politico-religieuse remonte au mois de novembre 2006 et non pas en juin 2014. L’analyse d’un ensemble de documents officiels de l’« Etat islamique en Iraq » (embryon de ce qui deviendra Daesh)  disponibles en arabe sur des sites djihadistes nous le confirme. Le présent article repose notamment sur l’analyse des conférences de l’ancien « Emir al-Mu’minîn » (« Commandeur des croyants ») et dirigeant Abou ‘Omar al-Baghdadi (à ne pas confondre avec son successeur, Abou Bakr al-Baghdadi) et celles de son bras droit Abou Hamzah al-Mouhajer qui va jouer un rôle important entre autres dans la mise en place dudit califat (sujet de notre prochain article, qui portera sur sa trajectoire, son rôle et son influence dans l’idéologie djihadiste). L’étude de ces documents nous permet de dire que la cérémonie du 29 juin 2014 s’inscrit plutôt dans un contexte de médiatisation internationale voulue par Daesh afin d’accroître sa stratégie d’attraction mais ne constitue pas la cérémonie inaugurale de restauration dudit califat. Continuer la lecture de 2006, date de la restauration du « califat » par l’«Etat islamique »

Daesh, langue du quatrième IVe Reich ?

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
Dans un article pour la revue américaine en ligne Aeon, l’anthropologue spécialiste du terrorisme Scott Atran, établit le lien entre le nazisme et l’« État islamique ». L’attractivité de ces deux doctrines populistes résident, selon lui, dans la nature de leur offre : « la lutte, le danger et la mort ». Ceci explique la détermination et le désir de combat et de sacrifice de leurs soldats. Nous tenterons ici de tester ce parallèle, notamment sur le plan de l’analyse des registres discursifs spécifiques qui les caractérisent. Continuer la lecture de Daesh, langue du quatrième IVe Reich ?

Quand les ménagères de DAESH se rebellent

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

L’engagement des femmes dans les rangs de Daesh constitue un véritable phénomène social. Les françaises représentent par exemple 35 % de la totalité des départs des nationaux en Syrie. En outre, le projet politique du califat autoproclamé par cette organisation terroriste repose en partie sur le rôle joué par les femmes dans sa promotion ainsi que le recrutement de nouvelles sympathisantes. Mais le rôle principal des femmes au sein de Daesh reste principalement celui de la procréation des futurs-moudjahidin ainsi que le maintien d’une certaine stabilité de sa structure sociale très hiérarchisée. Continuer la lecture de Quand les ménagères de DAESH se rebellent

La vengeance, mythe mobilisateur de Daesh

Hasna HUSSEIN, sociologue, avec Par Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.

Les derniers attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre 2015 ont suscité une avalanche d’explications par les experts du djihadisme qui ont tenté de sonder les motivations des auteurs et leur engagement pour une cause qu’ils présentent comme « sacrée ». Nous tenterons ici à travers une double approche critique, sémio-sociologique et enfin exégétique, autour de la notion de la vengeance, d’apporter un nouvel éclairage sur les techniques de manipulation de Daesh. Continuer la lecture de La vengeance, mythe mobilisateur de Daesh

La stratégie médiatique de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue. Extrait (2/2) d’une intervention sur La propagande numérique de Daesh: fondement idéologique, mécanismes et objectifs à la Sorbonne dans le cadre d’une conférence sur le thème « Daesh, idéologie et causes locales » organisée par l’Association Maydan, 5 février 2016.

 

La stratégie médiatique daeshienne , à l’instar d’autres régimes totalitaires,  constitue « un moyen de justifier sa raison d’être, d’exercer un contrôle politique et d’assurer sa survie », tel que l’ont signalé les politologues Carl Friedrich et Zbigniew Brzezinski (1965, p. 22). Cette stratégie repose sur plusieurs éléments dans l’objectif d’accroître son attractivité: Continuer la lecture de La stratégie médiatique de Daesh

Les origines idéologiques de la stratégie médiatique de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue. Court extrait (1/2) d’une intervention sur La propagande numérique de Daesh: fondement idéologique, mécanismes et objectifs à la Sorbonne dans le cadre d’une conférence sur le thème « Daesh, idéologie et causes locales » organisée par l’Association Maydan, 5 février 2016.

L’opuscule d’Abû Bakr Nâjî (pseudonyme d’un djihadiste probablement d’origine égyptienne) intitulé De l’administration de la sauvagerie : l’étape la plus critique que franchira la communauté des croyants (Idârat al-Tawahhush : akhtar marhala sa tamurru bihâ al-umma) rédigée entre 2002 et 2004, « pour la branche mésopotamienne d’Al-Qaîda qui allait devenir l’OEI » (Atran, 2016), constitue la principale référence pour l’OEI (Daood, 2015)[1]. L’ouvrage rédigé à l’origine en arabe et diffusé sur internet est depuis plusieurs années traduit dans de multiples langues. Malgré cela, si rares sont les responsables politiques ou leurs conseillers qui semble s’y intéresser (Atran, 2016). Continuer la lecture de Les origines idéologiques de la stratégie médiatique de Daesh

Daesh, de quel prophète parle-t-on ?

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

La propagande de Daesh veut à tout prix donner l’impression que son califat autoproclamé s’inspire de la « voie prophétique ». La promotion de ce projet politique repose principalement sur un registre discursif appuyé sur des actions et paroles attribuées au prophète c’est-à-dire les hadîth. Le recours à ce genre de contenu permet à Daesh de « légitimer », rendre « licite » les crimes qu’ils perpètrent. Nous tenterons ici, à partir d’une analyse de ce contenu, de déconstruire le discours de Daesh en démontrant ses profondes contradictions internes. Sans même nous positionner sur le terrain exégétique (contrairement à l’article précédent co-écrit avec l’islamologue C.MORENO-« Al Ajamî »), nous entendons montrer la fragilité logique de ce discours superficiel et belliqueux, par une simple approche inductive critique. Continuer la lecture de Daesh, de quel prophète parle-t-on ?

Le djihad fantasmé de Daesh

(Article publié sur le site Iqbal  le 4 février 2016)

Hasna HUSSEIN, sociologue, avec Par Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.

 

La notion de djihad se situe au cœur de la propagande numérique de Daesh et de sa doctrine. Le djihad est aussi un outil pour inciter à la migration (hijra), deuxième pilier du projet global de Daesh : « Dâr al-islam n’est qu’un outil d’incitation à la Hidjrah et au Djihâd […] » (Dar al-islam, n° 2). En effet, le nombre de djihadistes morts sous les bombardements de la coalition ou dans les combats contre le régime Syrien, son allié le Hezbollah, l’armée irakienne ou encore les soldats des peshmergas kurdes augmentent chaque jour. Daesh se doit donc de renforcer sa propagande en direction de l’extérieur afin d’attirer d’éventuels sympathisants à rejoindre sa cause. Continuer la lecture de Le djihad fantasmé de Daesh

Les illusions de la propagande numérique de L’“Etat islamique”

(Article publié sur zaman.fr  le 1 février 2016)

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

L’Organisation de l’« Etat islamique » (OEI) vient de publier une nouvelle vidéo de propagande (« Et tuez-les où que vous les rencontriez ! »), dans laquelle les auteurs des attentats de Paris sont mis en scène. La propagande numérique de cette organisation (Daesh selon l’acronyme arabe) ne cesse de prendre de l’ampleur. Cette propagande globale se fonde sur une stratégie médiatique « ultrasophistiquée » qui repose sur un ensemble de mythes fabriqués et illustrés pour répondre à l’objectif central de recruter des sympathisants du monde entier. Nous souhaiterions dans ce court article proposer quelques éléments d’analyse de contenu (discours et images) des productions médiatiques de l’OEI (magazines et vidéos), afin de tenter de saisir le mode opératoire de cette propagande numérique et les registres qu’elle emprunte. Continuer la lecture de Les illusions de la propagande numérique de L’“Etat islamique”

Comment l’« Etat islamique » détourne des textes et des codes islamiques pour se rendre plus attractif

(Article publié sur Les cahiers de l’Islam le 16 janvier 2016. Légèrement corrigé dans la version ci-dessous)

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

Nota Bene: les hyperlink des documents sources (supports vidéos, audios et pdf de propagande djihadiste en français, anglais et arabe) ne sont pas indiqués à dessein. Ils peuvent néanmoins être retrouvés aisément à l’aide d’un moteur de recherche (et d’un clavier arabe pour les ressources dans cette langue).

La propagande numérique de l’Organisation de l’Etat Islamique (OEI) en direction de l’Occident ne cesse de prendre de l’ampleur. Cette propagande vise essentiellement à diffuser l’idéologie du groupe afin de recruter parmi de potentiels sympathisants, par le biais d’un nouveau discours alternatif sur les plans historico-religieux, social, et politique, qui reprend et détourne des codes communs de l’islam sunnite. Continuer la lecture de Comment l’« Etat islamique » détourne des textes et des codes islamiques pour se rendre plus attractif

Analyse de la littérature djihadiste