Les origines idéologiques de la stratégie médiatique de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue. Court extrait (1/2) d’une intervention sur La propagande numérique de Daesh: fondement idéologique, mécanismes et objectifs à la Sorbonne dans le cadre d’une conférence sur le thème « Daesh, idéologie et causes locales » organisée par l’Association Maydan, 5 février 2016.

L’opuscule d’Abû Bakr Nâjî (pseudonyme d’un djihadiste probablement d’origine égyptienne) intitulé De l’administration de la sauvagerie : l’étape la plus critique que franchira la communauté des croyants (Idârat al-Tawahhush : akhtar marhala sa tamurru bihâ al-umma) rédigée entre 2002 et 2004, « pour la branche mésopotamienne d’Al-Qaîda qui allait devenir l’OEI » (Atran, 2016), constitue la principale référence pour l’OEI (Daood, 2015)[1]. L’ouvrage rédigé à l’origine en arabe et diffusé sur internet est depuis plusieurs années traduit dans de multiples langues. Malgré cela, si rares sont les responsables politiques ou leurs conseillers qui semble s’y intéresser (Atran, 2016).

Pour l’historien Nabil Mouline[2], « cet ouvrage devient incontournable pour deux raisons principales. D’une part, il constitue une synthèse claire des textes des principaux idéologues djihadistes -dont Abdallah Azzam et Abû Mus’ab al-Sûri-. D’autre part, la stratégie proposée et surtout la terminologie utilisée par l’auteur ont été adoptées par l’organisation Etat islamique et consorts pour légitimer leur action » (Mouline, 2016 : 254).

La stratégie médiatique est au cœur de la « stratégie glocale » (toujours selon Mouline, 2016 : 255) d’Abû Bakr Nâjî. Ce dernier insiste dans son ouvrage sur l’importance de cette stratégie qui doit selon lui cibler deux catégories de public. D’une part, la population civile, afin de « recruter le plus grand nombre de djihadistes… en particulier les jeunes … (car) les jeunes d’une nation sont plus proche de la nature innée (de l’homme) du fait de la rebellion qui est en eux et que les groupes musulmans inertes (ne cherchent qu’à réprimer) ». D’autre part, elle vise à semer la terreur parmi les rangs de l’ennemi en diversifiant et élargissant les frappes perturbatrices contre lui ce qui facilite son entraînement dans le bouclier de la guerre… afin de maximiser la peur dans la population et affaiblir leurs économies (21).

Cette stratégie selon l’auteur De l’administration de la sauvagerie doit se « focaliser sur une légitimation juridique (shar’iyyan) et rationnelle (‘akliyyan)  […] car les médias deviennent dans ce genre d’opération l’arme qui nous protège » (42). L’auteur rajoute : « il est indispensable de légitimer les opérations par le biais des médias écrits et audiovisuels pour les introduire avant même de les réaliser- sans précision- et après avec un fondement basé sur la sharia (shar’iyyan) et la raison (‘akliyyan) très bien construit. Cette légitimation doit prendre en considération le public cible et ces dispositifs médiatiques doivent atteindre tout le monde et pas seulement l’élite, pour diffuser nos objectifs… Nous combattons les ennemis de la ûmma (communauté) et leurs associés qui nous ont détruit et volé les ressources de nos pays et nous a transformé en esclaves » (47).

La dernière vidéo publiée par l’OEI (« Tuez-les où que vous les trouviez ») est fidèle à cette stratégie principalement à travers la mise en scène et l’héroïsation des auteurs des attentats du 13 novembre pour des raisons liées au recrutement. On y trouve aussi des menaces envers « tous les pays participants à la coalition ». La vidéo montre en effet le portrait du Premier ministre britannique David Cameron accompagné d’une phrase en anglais affirmant que « Quiconque se met du côté des mécréants sera la cible de nos épées ». La même logique se retrouve dans d’autres vidéos telles que « Paris s’est effondré » où l’on voit des menaces à l’égard de la France en montrant une photo d’un avion Air France accompagné de la phrase suivante : « Vous payerez le prix lorsque vous craindrez de voyager dans un autre pays, quel qu’il soit ». Cette stratégie a été publiquement approuvée dans le discours du porte parole de Daesh, Abu Muhammed Al-Adnani.

[1] Hosham Dawood, spécialiste de la société irakienne, insiste sur l’importance de cet ouvrage lors d’une séance du séminaire Violence et sortie de la violence sur le thème : « Radicalisation au Proche-Orient : à propos de la littérature fondatrice de Daesh » qui s’est tenue le 3 décembre à la Maison Suger. Le séminaire fermé rend compte des recherches développées au sein de la FMSH dans le cadre de la plateforme et de ses deux observatoires en cours d’installation : Observatoire des radicalisations et Observatoire international de la sortie de la violence.

[2] L’auteur propose une analyse détaillée de l’ensemble de l’ouvrage en question dans le chapitre XVIII et plus précisément dans les pages 253 et 257 de son dernier ouvrage Le Califat. Histoire politique de l’islam (Cf la bibliographie à la fin de l’article).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.