Le ‘djihad alternatif’ et le soft power des muhâjirât propagandistes de daesh

Par Hasna Hussein, sociologue des médias et du genre spécialiste de la propagande djihadiste.  

Ce chapitre a été publié dans un ouvrage collectif sur le thème Violences et radicalisés militantes dans l’espace public en France des années 1980 à nos jours, Béatrice Fleury et Jacques Walter (dir.), Editions Riveneuve, 2020, pp. 187-202. 

Capture d’écran n°1, extrait de l’article « Des femmes autour du prophète » d’Umm Summayyah al-Faransiya, Dar al-islam(n°10, août 2016)

Quoiqu’elle touche un groupe marginal, la féminisation du radicalisme djihadiste violent est devenue un phénomène social. L’engagement de jeunes femmes dans les rangs de l’organisation de l’‘Étatislamique’ (EI ou Daesh[1]) n’a cessé de croître. Les profils sont divers : toutes les catégories sociales, toutes les régions sont touchées, zones urbaines denses comme villes moyennes. En France, on dénombre autour de 30 % de femmes parmi les quelques 20 500 (UCLAT)[2]personnes signalées ces dernières années dans le Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)[3].

Le sujet occupe une place encore modeste dans les recherches francophones sur le djihadisme (Suc, 2016 ; Benslama et Khosrokavar, 2017) contrairement à la littérature anglo-saxonne (Lahoud, 2017 ; Winter, 2018 ; Hoyle & al., 2015). Les recherches françaises s’intéressent plutôt à la genèse historico-politique de l’idéologie djihadiste violente (Mouline, 2015 ; Luizard, 2015), les profils sociologiques et psychologiques (Khosrokavar, 2015 ; Benslamah, 2016 ; Bouzar, 2014 et 2016 ; Bonelli et Carrié, 2018) et parfois à sa propagande (Salazar, 2015 ; El Difraoui, 2016).

L’évolution de la recherche dans ce domaine a contribué à la remise en cause des perceptions essentialistes tendant à représenter les femmes comme des soutiens passifs ou des actrices nécessairement non-violentes des desseins de l’EI.L’introduction du paradigme du genre permet de dépasser l’idée selon laquelle l’engagement des femmes dans l’extrémisme djihadiste constitue une forme de déviance vis-à-vis des normes de féminité bien comprises.

Même si les femmes ont souvent des rôles de soutien aux moudjahidines(combattants) et qu’elles n’ont généralement accès à des rôles décisionnels que lorsqu’il s’agit de recrutement et de maintien de l’engagement d’autres femmes, il faut aussi tenir compte d’évolutions plus récentes. Ainsi des sphères féminines se sont formées au sein de la mouvance terroriste, principalement parmi les « migrantes » (muhâjirât). Certaines d’entre elles disposent d’uneforme d’autonomie par rapport à d’autres consoeurs. Les propagandistes, recruteuses, ou idéologues et dirigeantes de Daeshfont partie du groupe des privilégiées. L’analyse des trajectoires et des profils de ces femmes montre que leur ascension sociale ne dépend pas seulement de leur statut de muhâjirâtet de la place qu’occupent leurs maris (ou ex pour les veuves), mais aussi de leur position dans la hiérarchie etleurs rôles au sein du groupe (Lahoud, 2017).

Cette contribution s’intéresse plus particulièrement à l’étude de ces rôles notamment dans la promotion de nouvelles formes de djihad alternatifou de ‘soft’ power pour les femmes par le liais de l’engagement djihadiste [4].

Pour ce faire, nous nous intéresserons principalement à l’analyse de la littérature produite par ces femmes et publiée dans les revues numériques de ce groupe. Le corpus étudié est constitué de 11 contributions portant la signature des femmes ou s’adressant à un public féminin (pour les articles non signés) et publiés parmi les 10 numéros de la revue francophone, Dar-al-islam, parus entre décembre 2014 et août 2016 et les 15 numéros de la revue anglophone,Dabiq, parus entre juillet 2014-2016[5].

La contribution féminine dans la littérature djihadiste daeshienne paraît certes modeste si on la compare à la production masculine, mais elle se révèle d’une importance toute particulière. C’est une manne ethnographique encore peu exploitée en France[6]qui constitue un instrument privilégié pour comprendre les représentations des femmes, la place qu’elles occupent, les stratégies d’actions qu’elles adoptent ainsi que leurs rôles au sein de la mouvance djihadiste.

L’étude de la place de l’élite féminine de Daesh et de leurs rôles principalement à partir de la littérature qu’elles produisent, de l’élite féminine de Daesh,  permet de mieux appréhender cette transformation des rôles du genre au sein de la mouvance djihadiste. Elle montre comment cette catégorie des femmes, à travers un jihad alternatif au féminin, assurent de nouveaux rôles, en plus de la promotion de l’idéologie daeshienne et le recrutement, soient de nouvelles modalités d’être djihadiste femme.

Les muhâjirât, l’élite féminine de Daesh

L’appellation « muhâjirât »s’applique principalement aux femmes occidentales ou étrangères qui ont fait le choix de migrervers la terre du califat autoproclamé. Dans l’idéologie salafo-djihadiste, la hijra(exode) vers la demeure de l’islam est une « obligation » (fard ‘ayn) pour tous les musulmans. Ceux et celles qui l’accomplissent seront considéré.e.s comme « élu.e.s », faisant partie de la secte sauvée (al firqa an-najiya). Il s’agit d’une notion très investie par le fondateur du wahhabisme[7],Muhammad Ibn ‘Abd al Wahhâb(1703-1792), et reprise par Daesh comme argument de propagande pour susciter des vocations : « La hijraest le déplacement du pays de mécréance (al-shirk) au pays de l’islam, et c’est une obligation pour cette communauté (umma) ». Concomitamment, Daesh pratique le takfir, c’est-à-dire le fait de déclarer comme « mécréants » (kuffâr) les personnes ou l’ensemble d’un système qui n’adhère pas à sa conception de l’islam. De ce fait, l’appellation « muhâjirât » et «  muhâjirîn » (« migrants ») s’applique également aux individus venant des pays musulmans.

On estime à plusieurs milliers (dont entre 300 et 400 Françaises) le nombre des femmes occidentales « muhâjirât »qui se sont rendues en Syrie et en Iraq depuisentre l’auto-proclamation du « califat »en juin 2014. « Au total, 10 % des individus partis en Syrie depuis 2014 sont des femmes » (Khosrokhavar, 2018 : 132). Cette proportion est, selon le sociologue franco-iranien Farhad Khosrokhavar, l’une des plus élevées par rapport à l’engagement des femmes dans les mouvements extrémistes. Elle exprime une sorte de « fascination » (ibid. :133) des Occidentales, notamment les adolescentes, pour le djihadisme.

Les muhâjirâtoccupent une place privilégiée dans la hiérarchie sociale de Daesh, notamment par rapport aux Syriennes et Irakiennes. Ces femmes volontaires incarnent en effet une sorte de loyauté féminine recherchée par Daesh qui ne table pas sur celle des esclaves capturées dans son territoire (yézidies, chiites, kurdes, chrétiennes, etc.), et servant principalement de cantinières, de femme de ménage et de « machines reproductrices », ni sur celle des femmes issues des familles sunnites syriennes ou irakiennes forcées de se marier avec des combattants dans le cadre de chantages. Ainsi, selon l’anthropologue franco-américain Scott Atran (2016) Daesh peut demander à un père de famille ou à un cheikh local de donner des jeunes comme combattants (pour les garçons) ou fiancées (pour les filles) des mûdjahidînen échange de quoi ses troupes promettent de ne pas piller sa maison ou son village.  

Les muhâjirât et la propagande féminine

Daesh a recours à une stratégie communicationnelle spécifique qui cible principalement les jeunes femmes occidentales. Certaines muhâjirât, notamment les conseillères (wâ‘izât) et certains (ex)épouses des « martyrs », yparticipent activement. Leurs écrits se classent en plusieurs catégories: la chronique, l’interview ou le portrait (souvent pour présenter l’(ex)‘mari’) et sont publiées et traduits dans les deux langues française et anglaise[8].

Sur le plan esthétique, les écrits des muhâjirâtse distinguent de ceux de leurs homologues masculins par un graphisme spécifique arborant des bordures de page de différents styles et couleurs, ou encore avec des illustrations ou des images de nature (fleurs et feuilles de plantes). Ces illustrations respectent souvent les codes couleurs assignées à la gent féminine : rose, rouge, fuchsia et pastel (voir la capture d’écran n°1).

Les articles rédigés par ces femmes traitent  des thèmes spécifiques censés répondre aux besoins et aux attentes des femmes engagées dans cette idéologie, dontla migration des femmes (hijra an-nisâ’), la polygamie, le divorce (talâq), l’éducation islamique des enfants (at-tarbiya al-islâmiyya), ou encore la situation des veuves (Arâmel) dans le califat autoproclamé[9].

Les conseillères (‘izât) et idéologues. Un rôle stabilisateur et « instructif »

Il s’agit d’une catégorie de femmes instruites disposant d’un certain niveau de maîtrise des sciences religieuses. La chroniqueuse connue sous le pseudonyme d’Umm Summayyah al-Muhajirâh (La mère de Summayyah, la migrante, voir la capture d’écran n°2) fait partie de cette catégorie des femmes propagandistes de Daesh. Les écrits de cette migrante prennent la forme deconseils (nasâ’ih) et leçons (douroûs) et traitent de sujets variés tels que (le consentement de) la polygamie, les rapports conjugaux, le divorce, le djihad sans combat[10], etc. Umm Sumayyah al-Muhâjirah offre ainsi ses « consultations juridiques et canoniques » (Istichârât shar’iyya wa fiqhiyya) mais aussi ses fatwas(« avis juridiques ») au public féminin dudit « califat » mais aussi aux apprenties djihadistes sur des sujets polémiques tels que la tutelle : « […] a woman’s hijrah from darul-kufr is obligatory whether or not she has a mahram []» (« La migration des femmes de la terre de la mécréance est obligatoire avec ou sans mahram(tuteur) », « The twin halves of the muhâjirîn »,Dabiq, n°8, avril 2015 ; ou encore sur l’esclavage sexuel : « The right hand’s possession (mulk al-yamin) are the female captives who were separated from their husbands by enslavement. They became lawful for the one who ends up possessing them even without pronouncement of divorce by their harbî (soldier) husbands » (Le droit de possession (Mulk al-yamin) concerne les femmes esclaves. Elles deviennent légales pour celui qui les possèdent sans même qu’elles soient divorcées »), « Slave girls or prostitues ?, Dabiq, juin 2015.  Ce discours féminin tend aussi à calmer la population féminine dudit califat, au sein de laquelle semblent poindre des manifestations de mécontentement quant à sonstatut. Umm Sumayyah al-Muhâjirahévoque dans ses chroniques ces formes de mécontentements chez ses homologues –pour les désapprouver–, notamment à propos de la polygamie:

« J’ai même entendu une femme me dire : ‘Veux-tu de moi que je commette la mécréance et que j’apostasie ? Si je le vois avec une autre, je serai éprouvée dans ma religion et je sortirais de ma maison désemparée !’. Une autre demande à son amie : ‘Que préfères-tu ? Qu’Allah libère ton époux prisonnier depuis des années et qu’il épouse une seconde femme, ou qu’il reste prisonnier et qu’il ne remarie pas ?’. L’autre lui répond sans détours : Qu’il reste plutôt en prison, cela m’est moins pénible que de le voir se remarier !’ […]Combien sont les femmes qui, dans les pays des musulmans, affichent leur ‘dégoût » pour la polygamie ! J’ai pu discuter avec certaines d’entre elle et les conseiller[…] Ô ma chère sœur, où est donc ta soumission à l’ordre de ton Seigneur et à Son décret, toi qui, à la bas, n’a été appelé musulmane que pour ta soumission à Allah par le tawhîd(Unicité de Dieu) et ton obéissance envers Lui. C’est ce que je pense de toi et c’est à Allah que revient le compte de toute chose. Combien de sœurs muhâjirahet étudiantes en science religieuse que je considère parmi les meilleurs femmes, lorsque l’on évoque ce sujet (la polygamie) devant elles, tombent à la renverse et paraissent élever les préceptes de la laïcité. Il n’y a de force ni de puissance qu’en Allah ! » (« Deux, trois ou quatre »[11], Dar-al-islam,7, novembre 2015)

Pour ce faire, la ‘iza(singulier de ‘izât) de Daesh s’appuie sur un registre religieux afin de légitimer ses propos. Des versets coraniques, des actes et des paroles attribuées au Prophète (hadîth) et des références religieuses,notamment de l’islam hanbalo-wahhabite (Ibn Taymiyyaet Mohammed Ibn ‘Abdel-Wahhâb), structurent le canevas argumentatif de la conseillère :

            « Que toute musulmane sache également qu’il est de son droit d’être jalouse et triste si son mari épouse une autre femme. Nous ne sommes pas meilleures que la mère des croyants ‘Âichah(Aïcha), la pure, la véridique fille du véridique, dont la jalousie fut l’objet de nombreux récits, mais jamais elle ne s’opposa à ce qu’Allah a rendu licite ni n’empêcha son époux de se remarier. » (« Deux trois ou quatre », Dar-al-islam, 7)

Dans l’introduction de son article sur le thème « Slave-girls or prostitues », la conseillère de Daesh multiplie les citations coraniques et les arguments d’autorité religieuse (Allah, Prophète et ses compagnons, savants ou Oulémas) afin de justifier l’esclavage sexuel des fillettes issues principalement des minorités religieuses et ethniques :

« In the Name of Allah, the Strong, the Firm, He who strengthens the Muslmins with His aid, and humiliates the mushrikîn with His compulsion. And may peace and blessing be upon the exemplary Prophet and Messenger, and upon thoses who followed him and treaded his footsteps, and upon his family, companions, and those who supported him. As to what follows : Allah (ta’âlâ) said, […] He also said, […] He also said, describing His believing slaves […] He (subhânah) said, inciting His believing servants to marry female slaves […] Sa’îd Ibn Jubayr reported that Ibn ‘Abbâs (radiyallâhu ‘anhumâ said […] » (« Au nom de Dieu, le Grand, celui qui fortifie les musulmans avec son aide et humilie les mécréants avec sa contrainte. Que la paix et la bénédiction soient sur le prophète et messager, sur ceux qui l’ont suivie, sur sa famille, ses compagnons et ceux qui l’ont soutenu. Dieu a dit […] Il a également dit […] Il a également dit, décrivant ses serviteurs croyants […] Il dit incitant ses serviteurs croyants à épouser des esclaves […] Sa’îd Ibn Jubayra rapporté qu’Ibn ‘Abbâs (compagnon du prophète) a dit […] »).

Les écrits d’Umm Sumayyah al-Muhâjirah s’alignent sur la même méthode de détournement des textes religieux, mais aussi sur une rhétorique affective à connotation religieuse enressassant les champs lexiques du harâm(« illicite ») et du halal(« licite »),ainsi quela nécessité de l’« obéissance »,toujours dans l’objectif de convaincre sa lectrice potentielle : « It is harâm(péché) for the mourning widow to move from her home » (« C’est considéré comme péché pour une veuve de sortir de chez elle ») , « O my sister, equip yourself with obedience and worship » (Ô ma sœur, équipez-vous d’obéissance et d’adoration (pour Allah)» (« The twin halves of the muhajirin », Dabiq)

Le discours de la conseillère s’appuie en outre sur une vision binaire du monde rejetant non seulement la « culture et les politiques étrangères de l’Occident » (Hoyle & al., 2015 : 12), mais aussi toutes formes d’altérité afin d’emporter l’adhésion et la mobilisation des nouvelles recrues. Le mot kufr(« mécréance ») devient quasiment une formule eulogique au même titre que les formules rituelles qui accompagnent le nom de Dieu ou du prophète Muhammad :

« As for dârul-kufr there is the place ruled by kuffâr, where the laws of kufr are executed, where authority is for the kuffâr » ( « En ce qui concerne dar al kufr(terre de la mécréance), il existe un lieu géré par les lois du kufr(mécréance) et où l’autorité appartient au kuffâr(mécréants) ».    

Les écrits de la conseillère visent également à procurer aux lectrices un sentiment de supériorité et d’appartenance à une caste privilégiée à travers un modèle féminin « idéalisé » susceptible de renforcer l’adhésion et finalement la mobilisation féminine des aspirantes djihadistes :

« J’espère que, de la lecture de cet article, émanera une motivation chez mes sœurs pour suivre le modèle de nos mères. Sachez mes sœurs que vous faisons partie de la meilleure communauté, celle de Muhammad  » (« Des femmes autour du prophète », Dar-al-islam, 10, août 2016).    

Femmes de « martyrs » et le modèle féminin « idéalisé »

 Ce discours se retrouve dans les écrits de certaines épouses des « martyrs » qui participent également à la propagande féminine de Daesh. Celles-ci représentent un modèle « idéalisé » de la femme « endurante » (« Sabira »). C’est par exemple le cas de la Française Umm ‘Umar al-Firansiyah (« Mères d’Omar, la française »),qui a signé un article dans le numéro 8 de Dar-al-islam, après les attentats du 13 novembre 2015, dans lequel elle fait l’éloge de son mari, présenté comme martyr :

« Mes sœurs, tout d’abord je voudrais vous dire que je vous aime en Allah et que vous êtes les meilleures des femmes de ce bas monde […] Avant tout, qu’Allah vous récompense pour chaque jour que vous passez auprès de vos maris, pour la patience de celles qui attendent leur retour, celles qui les ont suivis et celles qui se sont mariées ici. On se doit de les aider à raffermir leur haine envers les mécréants, on se doit de leur rappeler qu’ils sont venus combattre et non se replonger dans les plaisirs de ce bas monde, qu’ils ne doivent pas fléchir ni se montrer faible face aux peurs qui les assaillent de temps à autres. Rappelez-leur : {Ne faiblissez pas dans la poursuite du peuple [ennemi]. Si vous souffrez, lui aussi souffre comme vous souffrez, tandis que vous espérez d’Allah ce qu’il n’espère pas. Allah est Omniscient et Sage.}[an-Nisâ’ :104] » (« Hommage de notre sœur Umm ‘Umarà son mari Abû ‘Umar al-Firansî, tombé au combat »). 

La veuve de l’ancien « émir d’une partie des tireurs d’élite dans la wilâyah(province) d’alkhayr (Syrie) » inclue dans son article des détails sur la « conversion » de son mari à l’idéologie djihadiste, son émigration au Châm (Levant), son parcours de combattant au Mali et en Syrie mettant en avant son comportement « exemplaire » avec « les frères et son épouse ».

Hayat Boumediene, la veuve d’Amédy Coulibaly, l’assaillant de l’Hyper Cacher de Paris en janvier 2015, fait également partie de cette catégorie des femmes propagandistes qui à travers leurs écrits font la promotion d’un modèle féminin calqué sur les compagnes et mères des prophètes :

« Prenez comme exemple Mariam (que la paix soit sur elle) sa chasteté, sa pudeur, son obéissance à Allah et sa véridicité faisait partir de ses principales qualités, Allah l’a choisie et l’a élevée au-dessus des autres femmes et les louanges reviennent à Allah le Majestueux. Et il y a beaucoup d’autres exemples de femmes pieuses dans l’histoire donc puisez vos sources dans ces femmes-là »(« Interview de l’épouse de notre frère Aboû Basîr Abdoullâh al-Ifriqî ‘qu’Allâh l’accepte », n°2, février 2015).

La propagandiste recruteuse de Daesh revient dans son interview sur sa hijra(exode) en terre du « califat » :

« Salem aleykoum, Louange à Allah qui m’a facilité la route, je n’ai rencontré aucune difficulté, c’est une bonne chose de vivre sur une terre qui est régie par les lois d’Allah. Je ressens un soulagement d’avoir accompli cette obligation al-Hamdoulillah. Qu’Allah nous raffermisse […] Mes frères et sœurs je vous appelle à vous enquérir de l’Etat de la Oummahà travers le monde et d’agir en conséquence en vous référant au Coran et à la Sounnah ».  

A l’époque, la hijraconstituait encore l’argument phare dans la stratégie de recrutement de Daesh et occupait ainsi une place centrale dans sa propagande. Aujourd’hui, Daesh propose une nouvelle conception de la hijrasymbolique et directe vers Dieu par le biais d’un djihad sur place. Ainsi, le passage par une terre « califale » ne constitue plus une condition pour accomplir le djihad.

Les veuves propagandistes de Daeshs’appuient sur un registre religieux constitué principalement de citations coraniques et de formules eulogiques (« par la volonté d’Allah » ; « louange à Allah » ; « qu’Allah soit glorifié » ; « qu’Allah leur pardonne » ; « qu’Allah soit loué » ; « pour Allah » ; « al-Hamdoulillah » ; « wa lillahi-l-hamd » (« Dieu merci »)  afin de légitimer leurs propos et d’influencer leur lectrice.  

      En faisant l’éloge de leur (ex)maris ou encore en passant pour les « meilleures » ou les plus « pieuses » des musulmanes, ces femmes participent très directement au processus d’héroïsation et d’idéalisation de l’image de moudjâhid (combattant) du « califat », vivant ou mort, et de sa femme ou veuve moudjâhida(qui mène un combat symbolique).

Ce modèle féminin « idéalisé » et « sacralisé » (Benslamah & Khosrokavar, 2017 : 85) contribue à la promotion d’un pouvoir d’action réel des femmes djihadistes[12]. Contrairement au discours qui les présente comme des victimes ou des agentes passives, nous postulons que ce discours est au contraire le premier facteur d’attraction des femmes européennes et occidentales, qui se voient conférer une place et un rôle sans commune mesure avec ceux qui étaient les leurs dans leurs pays d’origine.

Le djihad alternatif ou le ‘soft’ power

Les écrits des muhajirât se caractérisent par une stratégie spécifique visant à « légitimer » la (sous)condition des femmes dans le califat autoproclamé. Ce discours propose en effet de nouvelles formes de djihad alternatif conçu spécifiquement pour les femmes notamment un jihad « matrimonial », un jihad « sans combat » pour reprendre les termes d’Umm Sumayyah al-Muhâjirah :

« Still the absence of an obligation of jihâd and war upon the Muslim woman-except in defense against someone attacking her does not overturn her role in building the Ummah, producing men, and sending them out to the fierceness of battle »(« En l’absence d’une obligation du djihad de combat pour la femme musulmane, à l’exception du cas de légitime défense, son rôle demeure dans l’édification de la communauté par la procréation des futurs combattants »  (« A djihad without fighting », Dabiq,11, août 2015).

Dans la même logique Umm ‘Umar al-Firansiyahinsiste sur l’importance du djihad éducatifdes mères dans la production des futurs-combattants et de leurs futurs-épouses :

« Nous devons faire de nos enfants les combattants de demain, leur donner une bonne éducation, leur apprendre à obéir […]Et pour nos filles, en faire des épouses et des mères des mujâhidînsi Allah le veut, pieuses, droites, gardiennes de leur maison, de leur chasteté mais surtout de tout ce qu’il se passera dans leur demeure. » (Dar-al-islam, 8, février 2016).

Le discours des muhajirâtfait aussi la promotion du « djihad contre soi-même » (jihâd annafs) auprès des femmes. Celui-ci est surtout mobilisé pour leur faire accepter les conditions extrêmes et les difficultés auxquelles elles doivent faire face dans le cadre de l’engagement djihadiste:

« Quant à toi, chère soeur dont le mari est polygame, voici mon conseil pour toi : je sais avec certitude qu’il n’y a de djihâd plus difficile que celui contre sa propre âme […] » (Dar-al-islam,6, septembre 2015).

Cette logique est au centre de la conception des femmes dans la doctrine daeshienne : « La musulmane est la reine de chez elle ». Ce slogan que l’on voit dans la capture d’écran ci-dessus est écrit en arabe en lettres dorées sur fauteuil royal en velours rouge, supposé être sa place.  Le tout est accompagné d’un fragment du célèbre verset de la Sourate 33 adressé aux femmes du prophète : « Restez avec dignité dans vos foyers », d’un Coran et probablement d’un ouvrage sur la Sunna[1]disposés sur une étagère installée au dessous d’une fenêtre ouverte où l’on voit l’horizon.

Malgré ses défaites sur le terrain, Daesh maintien sa représentation traditionnelle de la femme de djihadiste. Dans son bulletin de guerre hebdomadaire arabophone, Annaba’(La nouvelle) publié en mars 2018, Daesh a publié une infographie sur le « djihad des femmes » (jihâd annisa’a). Dans cette rubrique, le groupe insiste sur l’implication des femmes dans le « jihad sans combat ». Daesh yavance six arguments basés principalement sur des hadîthpour illustrer ses propos : « le jihad sans combat » ; « le jihad avec l’argent » ; « le soutien aux djihadistes » ; « la légitime défense » ; « la récompense des excusé.e.s » ou encore « la défense en cas d’attaque ».  

Conclusion

Bien que certaines muhajîrâtde Daesh contribuent à travers leurs discours à la promotion d’un système ultra-patriarcal dans lequel la femme joue un rôle secondaire au service de la gloire et du repos du guerrier, celles-ci incarnent à travers leur engagement dans sa propagande une nouvelle image de la femme djihadiste et de ses rôles au sein de la mouvance djihadiste.

Il est donc nécessaire de mieux appréhender l’engagement des femmes dans les rangs des groupes extrémistes djihadistes et leurs rôles ainsi que leurs motivations, en cumulant au maximum les données de premières main, ce qui devrait s’avérer de plus en plus possible à mesure de leurs retours dans leurs pays d’origine, dont la France. Ces données pourraient constituer en outre une base précieuse pour élaborer un corpus de contre-discours à destination de leur cible de recrutement, ou pour modéliser la prise en charge de ce public.

_____________

[1]L’ensemble des actes, des paroles et mêmes des approbations du prophète Mohammed. Elle est considérée comme une source de règles et d’enseignements de première importance notamment dans la doctrine salafiste. 

[1]En référence à l’acronyme arabe de l’organisation de l’Etat islamique, Daesh, qui signifie en arabe : L’État islamique en Iraq et au Levant (Châm). 

[2]Selon les chiffres de l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste.Telles que restituées dans le discours de présentation du « Plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme », Lundi 9 mai 2016 par le premier ministre français à l’hôtel de Matignon.

[3]Le Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste. Ce fichier recense donc exclusivement les individus signalés comme étant radicalisés dans le cadre de la mouvance djihadiste violente. Alors que les fiches S recensent d’autres profils de radicalisés susceptibles de menacer la sûreté de l’Etat comme par exemple, certains militants d’extrême gauche, de l’extrême droite ou encore des hooligans.

[4]La contribution ne s’intéresse pas à l’étude de l’implication des femmes de Daesh dans les combats ou les attentats terroristes. Voir à ce sujet les travaux de Nelly Lahoud et Charlie Winter.  

[5]Les revues numériques en langues étrangères sont éditées par la société de production de Daesh « Al-Hayat(la vie) Media Production ».

[6]La Fondation britannique Quilliama récemment publié deux rapports à partir d’une analyse de la propagande féminine de Daesh. Le premier porte sur la brigade al-Khansa’(la police morale féminine de Daesh) : in the Islamic State : Manifesto and Case Study. Le deuxième rapport a été publié par l’Institute for Strategic Dialoguesur le thème Becoming Mulan ? Female Western Migrants to ISIS). Pour les références complètes, voir la bibliographie.

[7]Le wahhabisme est un mouvement politico-religieux né au XVIIesiècle en Arabie saoudite qui prône un retour aux sources de l’islam (Coran et Hadith). Voir à ce sujet Hamadi Redissi, « Une histoire du wahhanisme, Seuil, 2016.

[8]L’article sur le thème « Interview de l’épouse de notre frère Aboû Basîr ‘Abdoullâh al-ifriqî(Qu’Allâh l’accepte) » a par exemple été publié en français dans Dar-al-islam(n°2) et en anglais dans Dabiq(n°7). 

[9]Voici quelques titres : « Femmes de martyr, conseils et règles » ; « Advice on Ihdâd » (« Conseil sur l’Ihdad(le délai de viduité ») ; « The Fitrah of Mankind and the Near-Extinction of the western woman » (« La tendance de l’humanité et la quasi-extinction de la femme occidentale »).

[10]Voici les articles qui portent la signature d’Umm Sumayyah al-Muhâjirahpublié dans les numéros des revues ciblés : « They are not lawful spouses for one another » (« Ils ne sont pas légitimes l’un pour l’autre ») ; « A jihâd without fighting » (« Un jihad sans combat ») ; « The twin halves of the muhâjirîn » (« L’autre moitié des migrants ») ; « Slave-girls or prostitues ? » (« Esclaves ou prostituées ? ») ; « Two, three or four » (« Deux, trois ou quatre ».  

[11]Article republié en décembre 2015 dans le 12ème  numéro de Dabiq.

[12]« L’esclavage des femmes par Daesh », rapport en arabe de l’Observatoire des fatwas takfiriste et de pensée extrémiste, Dar al-iftâ’a, Le Caire, décembre 2014.

____________

Références

BENSLAMA F. (2016), Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman, Seuil.

BONELLI L. & CARRIE F. (2018), La fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français, Seuil.

BOUZAR D. (2016), La vie après Daesh,Paris, Les Éditions de l’Atelier.

BOUZAR D. (2014), Ils cherchent le paradis ils ont trouvé l’enfer,Paris, Les Éditions de l’Atelier.

EL DIFRAOUI A. (2016), Le djihadisme, PUF.

HARAS R. & NIKITA M. (2015), « Caliphettes : Women and the Appeal of Islamic State », Quilliam Foundation, https://www.quilliamfoundation.org/wp/wp-content/uploads/publications/free/caliphettes-women-and-the-appeal-of-is.pdf

HUSSEIN H. & MORENO AL-AJAMÎ C. (2016), « Le djihad fantasmé de Daesh », cdradical.hypotheses.org, https://cdradical.hypotheses.org/15

HOYLE C., BRADFORT A. & FRENETT R. (2015), « Becoming Mulan ? Female Western Migrants to ISIS », Institute for Strategic Dialogue.

KHOSROKAVAR F. (2014), Radicalisation, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

KHOSROKAVAR F. & BENSLAMA F. (2017), Le jihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daesh ?, Seuil.

LAHOUD N. (2017), « Can women be soldiers of the islamic state ? », Survival, 59 :1, 61-78.

LUIZARD P.J. (2015), Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’histoire,Paris, La Découverte.

MOULINE N. (2016), Le califat. Une histoire politique de l’islam,Paris, Flammarion.

WINTER C. (2015), « Women of the Islamic State. A manifesto on women by the Al-Khanssaa Brigade », Quilliam Foundation.

SALAZAR P.J. (2015), Paroles armées. Comprendre et combattre la propagande terroriste, Paris, Éditions Lemieux.

SUC M. (2016), Femmes de djihadistes. Au cœur du terrorisme français,Fayard.

« L’esclavage des femmes par Daesh », rapport en arabe de l’Observatoire des fatwas takfiriste et de pensée extrémiste, Dar al-iftâ’a, Le Caire, décembre 2014.

 


2 réflexions sur « Le ‘djihad alternatif’ et le soft power des muhâjirât propagandistes de daesh »

  1. Comment pouvons-nous être sûr que Umm Sumayyah al-Muhâjirah est réellement une femme et non un homme sous couvert d’un pseudonyme féminin? Merci d’avance

    1. C’est principalement par rapport aux informations qu’elle livre dans ses écris et auxquelles elle avait accès au sein des espaces féminins (témoignages et récits).

Répondre à HASNA HUSSEIN Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.