Archives de catégorie : radicalisation

Les vierges (hûr ‘în), fantasme de Daesh

Le 16 novembre 2016, la société de production de Daesh, Al-Hayat Media Center, publiait un nouveau nasheed, chant rituel, intitulé « Les Éternelles ». Ce n’est pas la première fois que le groupe terroriste exalte cette forme de ‘récompense’ (au paradis) à ses fidèles, à travers des poésies chantées principalement en arabe. Il existe au moins plusieurs dizaines d’anasheed (pl. de nasheed) sur le thème des vierges, comme nous allons le voir dans cette contribution. L’analyse de ce corpus constitué d’un échantillon de deux nasheed en français et de trois nasheed en arabe révèle un usage récurrent de cette notion comme moyen de motivation des guerriers et perspective eschatologique d’un paradis orgiaque. En outre, cette analyse vient confirmer les résultats de plusieurs enquêtes qui ont décelé une écoute intensive des anasheed par les djihadistes. Le nombre de vues des vidéos de nasheed sur Youtube dépasse en effet les milliers, voire mêmes les dizaines de milliers pour certains.

Les anasheed, outil d’apprentissage et d’adhésion à l’idéologie djihadiste

Plusieurs enquêtes réalisées auprès des djihadistes rentrés de Syrie ou d’Iraq montrent en effet un usage intensif des anasheed, principalement pendant la phase d’endoctrinement et d’embrigadement. Dans la première phase, l’individu est soumis à l’acceptation et à l’apprentissage de la doctrine djihadiste violente, alors que la deuxième, celle de l’embrigadement, marque l’intégration de l’individu dans le groupe ou la communauté, dont il s’approprie les gestes, les codes et les comportements[1]. Les anasheed constituent ainsi un outil important d’apprentissage et d’adhésion aux valeurs et croyances qui sont inculquées aux cibles de la propagande. Jihed Haj Salem, un sociologue tunisien, a publié une étude (en langue arabe) en 2014[2] dans laquelle il traite de l’usage des anasheed par les djihadistes, et de leurs rôles dans le processus de radicalisation. Le sociologue tunisien raconte l’anecdote suivante : « Lors d’un entretien avec un jeune djihadiste, celui-ci nous montre une vidéo prise sur son portable lors d’une cérémonie de mariage d’un ami à lui. On y voit un groupe de jeune djihadistes interpréter un nasheed avec beaucoup d’enthousiasme » (notre traduction). Le chercheur insiste sur ce rite notamment pendant ce genre de cérémonie qui précède le sermon sur le mariage en islam. Le rite des anasheed djihadistes est souvent accompagné d’autres pratiques dont le fait de soulever les drapeaux de l’Etat islamique, de prononcer le takbîr (crier « Allah ouakbar ! ») et lancer des feux d’artifices, tout ceci dans un contexte d’interaction et d’effervescence sociale caractéristique de l’aspect festif et fraternel que les mouvements djihadistes mettent en avant pour recruter. Pour les membres novices, ces rites facilitent, selon le chercheur, l’adhésion au groupe et participent à la formation d’une identité collective.

 

Une prime à la houri[3] : mythe mobilisateur pour le djihad

Dans la logique de Daesh, les vierges constituent un mythe mobilisateur pour le djihad. C’est peut-être même la motivation principale pour convaincre les jeunes à s’engager dans le djihad violent. Les apprentis martyrs fantasment déjà par anticipation  :

« Si moi je lutte sur des terres calcinées

C’est que je suis fin prêt à être assassiné

Car oui Allah m’a tant promis mes dulcinées

Ces beautés devant qui je suis trop fasciné

Eh bien si l’haineux rit en me torturant

Mes biens aimées patientes tout en murmurant

Que si dorénavant je suis des endurants

Ce sera la clé de maints plaisirs perdurant » (Les Éternelles)

Ou encore

« Dans le sentier d’Allah

Nous marcherons vers les portes

Du paradis où nos vierges nous attendent » (Dans le sentier d’Allah)

Dans cette logique, les anasheed célébrant les hûr ‘în entraînent une forme d’excitation sensorielle au sein des groupes, notamment parmi les jeunes, susceptibles de compenser par anticipation les souffrances qu’ils endureront sur la ligne de front, en évoquant une horizon eschatologique de jouissance « perpétuelle ». On remarque également dans ces deux passages que les vierges fantasmées sont immuablement en situation passive ; elles « patientent » ou « attendent » le guerrier.

Nous avons également consulté plusieurs vidéos sur Youtube montrant des jeunes combattants de Daesh chanter des anasheed focalisés sur les vierges, depuis la ligne de front, telles que celle-là :

« Oh musulman ! Lève toi

Au paradis, il y a des vierges (refrain)

Mes salutations pour les courageux

Mes salutations pour les compagnons

Une sunna après le Coran

Au paradis, il y a des vierges (refrain)

Notre victoire vient d’Allah

Allah nous protège

Le prophète est notre modèle

Au paradis, il y a des vierges (refrain)

Avancez mes frères

Chacun selon son intuition

Sur le chemin du djihad

Au paradis, il y a des vierges (refrain)

Le djihad est aujourd’hui une obligation

Pas besoin d’attendre des années

Oh musulman ! Lève toi

Au paradis, il y a des vierges » (Oh musulman ! Lève toi, en dialecte irakien)

C’est ici le ressassement qui semble vouloir produire un effet (capiteux) dans l’esprit des jeunes candidats au djihad : la présence de vierges au Paradis est mentionnée dans 5 vers sur les 17 et fait office de refrain.

Les vierges, hûr ‘în, de Daesh font aussi partie d’un package de biens proposés aux futurs « martyrs »:

« Quelle récompense pour le martyr

Les péchées disparaissent avec le sang qui coule

[…] Et ils auront au paradis de la compagnie

Et beaucoup des biens

Et des jolies hoûr pour les satisfaire

Et des intercessions (chafâ’a) pour leurs familles » (Quelle récompense pour le martyr!, nasheed en arabe)

La manipulation de Daesh repose sur deux idées centrales autour de la « chafâ’a » (« l’intercession »). Selon la première, ledit martyr pourra se voir pardonner ses péchés à la première coulée de son sang. Ainsi, Dieu purifierait le « martyr » de ses fautes et lui pardonnerait ses péchés tels que la consommation d’alcool, l’abandon de la prière ou du jeûne. Une tentation non négligeable pour une catégorie qui ont ou ont eu une jeunesse délinquante et dissolue, loin de l’orthodoxie et de l’orthopraxie islamiques. Nous pouvons ainsi mieux comprendre les nouvelles formes de « religiosités » des néo-djihadistes daeshiens. Ces jeunes, assez souvent peu pratiquants et peu patients, sont à la recherche d’un fast-djihad. Ils se voient offrir une opportunité de racheter leurs fautes ad nutum. Il faut ici rappeler que l’agrément du djihad par Dieu est classiquement conditionné à une entière gratuité de l’intention envers Lui, ainsi que par une purification du cœur de tout motif matériel comme la quête de la renommée, ou encore dépourvu d’orgueil héroïque, pourtant très recherché et mis en scène par ces néo-djihadistes. Ceux-ci se filment ou se font filmer, s’exposent dans des vidéos qui exaltent leurs actes violents ou des images comme des gravures de modes dans la propagande de Daesh.

La deuxième idée centrale, la deuxième promesse qu’offrent les idéologues du djihad à tout candidat, c’est le fait de pouvoir pour le « martyr » intercéder en faveur de 70 membres de sa famille le Jour du Jugement Dernier. Il s’agit ici d’un argument phare pour attirer de nouveaux sympathisants, notamment des convertis. Plusieurs études qui ont été réalisées sur des personnes radicalisées relèvent la place de cet argument dans le basculement vers la radicalisation (Bouzar, 2014; Thomson, 2015).

Enfin, plusieurs hadîth attribués au prophète confirment le fait qu’un « martyr » sera expié de ses fautes dès son premier jet de sang et qu’il disposera de cette possibilité d’intercéder envers 70 membres de sa famille pour qu’ils les rejoignent au Paradis. Des savants, parmi les plus célèbres dans le monde musulman, notamment Yûsuf al-Qaradâwî, figure emblématique des réseaux sociaux et chaînes satellitaires, se sont fait les relais de cette idée.

 

Une vision fantasmée, sexiste et narcissique

Les anasheed sur les vierges véhiculent en outre une vision fantasmée et sexiste du paradis et de ses hûr ‘în, caractéristique d’un certain imaginaire musulman qui, s’il n’est pas partagé par tous,  déborde le seul cas des djihadistes. Daesh ne fait en effet que sur-interpréter une construction du paradis qui existe depuis des siècles. Le Dr. Moreno al Ajamî, spécialiste de l’exégèse du Coran, s’est penché sur la question. Il décortique cette construction purement masculine où le paradis devient « un lieu d’une jouissance sexuelle assouvie complaisamment » dans lequel « des créatures célestes (qui) ne seraient que la supra-image d’une femme parfaitement soumise aux fantasmes des hommes, un objet crée pour leur unique plaisir ? »[4]

Le nasheed Les Éternelles, dont nous avons cité un passage plus haut confirme le diagnostique du Dr. Moreno :

« Je ne fais que chercher des trésors bien gardés

Qui se situent sur un grand chemin bombardé

Le chemin où mes belles vont me regarder

Elles m’attendent, je dois y aller sans tarder

Ces trésors cachés beaucoup l’ (sic) ont tant ignorés

Des vierges dans des immenses palais dorés

Qu’aucun homme ni djinns n’a jamais défloré

Oh mon Seigneur tu m’as tellement honoré

Pour elles j’éprouve les meilleurs sentiments

Pour moi, elles sont habillées si joliment

De leur part je n’attends (sic) que de beaux compliments

Oh Allah je te remercie infiniment » (Les Éternelles)

 Selon l’islamologue et exégète du Coran que nous évoquons, le mot hûr connote préférentiellement la notion de pureté. Il propose ainsi une nouvelle traduction de l’expression hûr ‘în : « des êtres pur aux yeux d’une grande beauté »[5]. Le Coran n’indique pas, selon lui la nature et la fonction de ces êtres probablement féminins. Le discours sur les hûr ‘în véhiculé par les anasheed de Daesh fait la promotion des femmes conformes au canon de la beauté contemporaine jouant ainsi sur la frustration sexuelle des jeunes. De jeunes beautés vierges célestes éternelles jamais flétries capables de susciter de « troubles appétits ». On y ajoute ainsi toute une série d’arguments à travers des hadîth da’îf (faibles)[6] attribués au prophète qui indiqueraient notamment qu’ « à chaque relation charnelle la houri est toujours vierge et ne se plaint pas de ces rapports. L’homme quant à lui demeure en érection permanente et ne connaît pas d’éjaculation… » ou encore « L’homme (martyr) aura au Paradis la puissance sexuelle de cent hommes ». Ce n’est plus surprenant de savoir que des kamikazes talibans prennent le soin de mettre des protections métalliques autour du sexe avant de se faire sauter…

Un autre nasheed (en dialecte arabe irakien, notre traduction) met cela en évidence :

« Ala ya la li ya la li, elle (la vierge) occupe mon esprit

Ne me demande pas si je vais bien

Oh mon cœur, ne sois pas triste et ne cesse pas de l’aimer

Car elle occupe mon esprit

Sois courageux pour pouvoir la rencontrer

 

Je ne parle pas d’une fille qui danse comme un serpent

Qui abandonne la foi et trompe son aimé

Je parle de celle (singulier générique, ndlr) qui se trouve dans l’éternel paradis

Oh mes proches, trouvez moi une solution

Oh Hûr ‘în, que Dieu m’en procure

Et m’aidez à préserver ma foi et la retrouver au paradis

 

« Elle marche comme une coquine, elle tourne et s’incline pour moi

[…] Elle a un sourire différent de celui des femmes de plaisirs

Peu importe si le monde d’ici bas brûle pour être prêt d’elle

[…] Sa salive sucrée fait disparaître la saleté de la mer

Ses vêtements ne s’usent jamais

Elle est si belle comme une pierre précieuse

Elle ne se fatigue jamais des étreintes » (Ala ya la li ya la li)

 

La rhétorique autour des vierges est aussi un facteur important dans ce que la psychanalyse appelle le « contrat narcissique groupal » (Benslama, 2016) et favorise l’adhésion à ce même groupe. Ce genre de rhétorique répond en effet au sentiment narcissique de certains jeunes : « mes belles vont me regarder », « elles m’attendent », « pour moi, elles sont habillées joliment », « de leurs parts je n’attend que de beaux compliments », « elle tourne et s’incline pour moi ».

 

Une légitimation via des métaphores et construction coraniques

Les paroles des anasheed sur les vierges reprennent certains codes et rhétoriques du langage coranique afin de légitimer la thèse initiale : « Allah », « beauté », « endurant », « plaisir perdurant », « Des vierges dans des immenses palais dorés », « Qu’aucun homme ni djinns n’a jamais défloré » (S 55. V74), « souveraine »,  « la plus jolie », « la plus sublime des beautés », « accoudée sur un haut divan » (S52.V20).

La stratégie de légitimation de Daesh repose sur une « construction ou surinterprétation » du paradis et de ses composantes, déjà présente dans l’islam classique, comme le montre bien Al Ajamî dans son travail sur l’occurrence du mot hûr dans le Coran (qu’il traduit par « être pur », rappelons-le). En outre, Daesh surinterprète pour ainsi dire cette surinterprétation pour faciliter le recours à la violence extrême contre soi-même et l’autre. Dans cette logique, le djihad serait l’ultime et le seul moyen pour accéder au paradis.

Ce fragment de nasheed  Ala ya la li ya la li mentionné ci-dessus confirme cette logique:

« Dépêche toi envers elle (la vierge)

Soulève ton épée contre les ennemis

Pour l’avoir et l’approcher

[…] Je ne raconte pas des histoires

J’ai bien décidé de sacrifier mon âme pour l’avoir » (Ala ya la li ya la li)

Dans Les Éternelles, Daesh reprend une autre conception classique autour de la vie en couple dans l’au-delà. Selon celle-ci, les couples pieux se retrouveront au paradis. Un bon argument pour convaincre des jeunes femmes pour se marier avec un djihadiste et « futur-martyr ». Le discours de la supériorité du djihadiste destiné aux femmes trouve parfaitement sa place dans ce genre d’anasheed. On y propose aux femmes le statut de hûr dans l’au-delà en échange d’un mariage avec un djihadiste. Le discours affectif de Daesh se focalise sur le moyen privilégié, pour ne pas dire unique pour accéder à ce statut très privilégié ; le djihad. Nous ne sommes pas à un paradoxe près : tout en étant ‘concurrencée’ par des dizaines de vierges au service de son époux dans l’au-delà,  la femme de djihadiste est valorisée : 

« Ma femme de ce monde sera la reine

De toutes elle régnera en souveraine

Jeune et radieuse éternelle et tellement sereine

Celle pour qui mon cœur mon âme s’éprennent

 

Allah m’a permis dans sa grande royauté

De retrouver la plus jolie à mes côtés

Oui elle n’a pas manqué à sa loyauté

De toutes c’est la plus sublime des beautés

Il n’y aura pas de trophée plus motivant

Que de la voir accoudée sur un haut divan

Parée de bijoux, tellement enjolivant

Non je ne suis pas mort, mais bel et bien vivant » (Les Éternelles)

___________________

[1] Franck Buling, « Radicalisation sur Internet : méthodes et techniques de manipulation », in Les cahiers de la sécurité et de la justice, n° 30, 4 ème trimestre 2014.

[2] Le chercheur a réalisé 8 entretiens auprès des jeunes djihadistes entre 19 et 28 ans et interrogé des individus de leur entourage social. Jihed Haj Salem, « La jeunesse djihadiste à Douar-Hicher. Étude de cas ethnographique », in Le salafisme Djihadiste en Tunisie : États des lieux et perspectives, Institut tunisien des études stratégiques, Tunis, 2014.

[3] La définition générique des dictionnaires est la suivante : « vierge céleste d’une grande beauté promise par le Coran aux fidèles dans le Paradis d’Allah ».

[4] http://www.lescahiersdelislam.fr/Des-Houris-des-hommes-2-2_a334.html

[5] http://www.lescahiersdelislam.fr/Des-Houris-des-hommes-1-2_a326.html

[6] Sans aucune possibilité d’identification croisée réelle.

Pour approfondir:

Behnam Saïd, « Hymns (Nasheeds: A contribution to the study of the jihadist culture », Studies in Conflict & Terrorism, 35:12, 863-879, 10.1080/1057610X.2012.720242 To link to this article: http://dx.doi.org/10.1080/1057610X.2012.720242

Benslama Fethi, Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman, Seuil, 2016.

Bouzar Dounia, Désamorcer l’islam radical, Les éditions de l’Atelier, 2014.

Thomson David, Les français jihadistes, Les Arènes, 2014.

Velasco-Pufleau Luis, « Après les attaques terroristes de l’État islamique à Paris. Enquête sur les rapports entre musique, propagande et violence armée », Transposition, n5/2015. https://transposition.revues.org/1327

L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

Par Hasna Hussien et Dr. Moreno al Ajamî

Les dimensions idéologiques de Daesh, assez souvent négligées dans l’étude de ce phénomène global, constituent des facteurs cruciaux pour comprendre cette nouvelle mouvance jihadiste violente qui fonde sa « légitimité » sur sa propre interprétation de l’islam. L’étude de la doctrine daeshienne et sa position sur la carte idéologique du salafisme et du fascisme permet de mieux saisir ses origines, ses fondements et ses stratégies qui constituent une base importante pour justifier son recours à la violence extrême.

Le Takfir et l’héritage wahhabite

Les références des savants de tradition salafiste, principalement Mohammed Ibn ‘Abd al-Wahhãb, Ibn Taymiyya et Ibn al-Qayyim occupent une place prépondérante dans la propagande et l’idéologie de Daesh. Les principaux écrits du premier viennent très récemment d’être republiés par les éditions de Daesh, connues sous le nom L’effort (al-Himma), notamment quatre ouvrages parmi son célèbre ouvrage Les lettres personnelles (ar-rasã’il as-shakhsiyya) : Mokhtasar sirat al-rasül Kashf ash-shubuhãt  (février 2016) ; al-wãjibãt et al-ossül aalãtha  (mars 2016).

L’analyse d’un ensemble de productions médiatiques écrites par Daesh en arabe, français (Dar al-islam) et anglais (Dabiq) révèle la place importante de l’idéologie et de la doctrine de Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhãb ainsi que d’autres idéologues du salafisme dont Ibn Taymiyya et Ibn al-Qayyim. Ces productions sont abondamment émaillées de citations de l’imam de Najd sous la forme : « Cheikh Mouhammad ibn ‘Abd-il-Wahhãb a dit… ». Le dernier numéro de Dar al-islam, par exemple, le cite 13 fois. Par ailleurs, les auteurs de Dabiq citent de manière récurrente le « Shaykhul-islãm Ibn Taymiyyah (rahimahullah) » notamment sur sa conception de « l’alliance et le désaveu (walã’a wal-barã’a) ».

Daesh renvoie aussi ce concept crucial dans son idéologie et qui constitue son « code légal » (Hassan, 2016) au wahhabisme. Ce concept fournit, selon Mohamed Bin Ali (2016), les bases sur lesquelles construire une position de rejet absolu de tout ce qui est différent. Cela permet à Daesh de pratiquer le Takfir, c’est-à-dire de déclarer comme « mécréants » (kuffãr) les non-musulmans (chrétiens, juifs, yézidis, etc.), ou « apostats » (murtaddin) ou « hérétiques » (mubdi’in) ou « polythésites » (mushrikin) pour les musulmans (sunnites, chiites, alaouites, etc.) qui n’adhèrent pas à sa conception de l’Islam. En s’appuyant sur le concept d’al-Walã’ wal-Barã’, Daesh distingue ceux qu’ils considèrent comme des « vrais croyants » (Hafez, 2011) de ceux qui ne le sont pas afin de « légitimer » leur extermination.

Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhãb exige du musulman qu’il nomme muwahhid/unitariste, car il refuse d’utiliser la notion de la croyance, itiqãd, qu’il considère comme une sorte d’innovation blâmable (bida) de respecter à la lettre son interprétation de l’Islam sans quoi il devrait « craindre pour sa vie et ses biens (halãl ad-dam wal mãl/sont sang et ses biens sont licites, c’est-à-dire que l’on est en droit de s’en emparer) », extrait, traduit de l’arabe par l’auteure, tiré de Kashf ash-shubuhãt, ouvrage lui aussi republié récemment par les éditions de Daesh.

L’idéologue najdi, comme Daesh, pensait que chaque musulman est tenu à faire serment d’allégeance à un chef unique (un calife) ». L’historien Nabil Mouline écrit à ce propos qu’« Ibn ‘Abd al-Wahhãb affirme que seule la religion qu’il professe est le véritable islam […] Dans ce cas, l’exclusion est la règle d’or et l’interaction avec les autres groupes n’est envisageable que dans le cadre de la conversion ou de l’affrontement » (2011 : 79). La liste des apostats (murtaddin) selon le shaykh du Najd s’étend ainsi aux chrétiens, juifs et soufis (Redissi, 2015), ou encore aux chiites.

L’héritage takfiriste wahhabite dans la pensée de Daesh se traduit également par l’usage d’autres notions fondamentales, dont le tawhid, la hijra et le jihad. Dans la conception de Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhãb, reprise par Daesh : « La hijra est le déplacement du pays de mécréance (al-shirk) au pays de l’Islam, et c’est une obligation pour cette communauté (umma) […] et le restera jusqu’à la fin des temps », extrait tiré de l’ouvrage al-usûl ath-thalãtha republié récemment par Daesh et traduit de l’arabe par l’auteure.

Daesh tient non seulement à montrer son alignement à la doctrine wahhabite et salafiste originelle mais aussi à sa mise en application réelle dans les différents domaines de la vie.

La violence et le langage néofasciste

Le langage totalitaire (Faye ; 1972) de Daesh dépasse même en occurrence celle du nazisme en termes de violence d’anathémisation de l’altérité: « les croisés mécréants », « les mécréants juifs », « les apostats », « les idolãtres », « the drunkards », « the druggies », « les juifs blasphémateurs et assassins des prophètes » sont constamment ciblés par les publications belliqueuses de Daesh. Il s’agit non pas uniquement de viser cette altérité à travers un discours de haine et déshumanisation, mais aussi d’une incitation à son extermination. En outre, Daesh tente dans ses productions médiatiques de « légitimer » l’exécution de ceux qu’il désigne comme « impurs » en construisant des arguments « coranique » ou « prophétique » sur l’obligation de combattre les « mécréants » (kuffãr) et les « apostats » (murtaddin) : « Les mécréants apostats doivent être combattus avant les mécréants de base » (Dar-al-islam, n° 4). L’on s’appuie par exemple sur le fait que selon Al-Boukhãri, hadith n° 6802, que le Prophète aurait ordonné à ses combattants de « couper les mains et les pieds » des membres de la tribu ‘Okl accusés d’apostasie, et de leur « crever leurs yeux et de ne pas les cautériser jusqu’à ce qu’ils meurent ». Ce faisant, l’image du Prophète véhiculée par la propagande de Daesh est bâtie sur des attributs antinomiques et paradoxaux : « Nous témoignons que Muhammad est le serviteur d’Allâh (sur lui la prière et la paix) celui qui rit en tuant (nous soulignons), celui que son Seigneur a envoyé avant l’heure avec l’épée jusqu’à ce qu’Il soit adoré Seul sans associés […] » (Dar al-islam, n° 5).

Les religieux musulmans « non-alignés » en prennent aussi pour leur grade : les « imams de l’égarement », « les imams hypocrites », « les savants du mal », « l’imam serpillère », etc. Dans son magazine francophone Dar al-islam, Daesh cible à plusieurs reprises (n° 6 et n° 9) Tareq Oubrou, le recteur de la mosquée de Bordeaux. Il y est désigné – photo et localisation géographique à l’appui – comme « une tête pensante de la mécréance qui appelle à l’égarement » sous la mention : « recherché mort » au motif qu’il a soutenu l’intérêt du principe de laïcité et de la démocratie.

Au nom du jihad fantasmé

La notion de jihad se situe au cœur de la propagande numérique de Daesh et de sa doctrine. Le jihad est aussi un outil pour inciter à la migration (hijra), deuxième pilier du projet global de Daesh : « Dâr al-islam n’est qu’un outil d’incitation à la Hidjrah et au Djihâd […] », Dar al-islam, n° 2. Cette notion est aussi détournée par Daesh pour justifier son recours à la violence extrême.

Comme dans toutes les thèses jihadistes, qu’il s’agisse de l’ancienne « théologie de guerre » mise au service de l’expansion impériale de l’islam et de la défense de ses territoires ou du jihadisme terroriste contemporain, il n’est jamais guère possible de mobiliser plus d’une dizaine de versets du Coran. Parmi eux, le célèbre « verset du sabre » que Daesh ne manque pas de brandir à tout bout de ligne. En voici la traduction par eux proposée : « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la prière et s’acquittent de la zakãt, alors laissez-leur la voie libre, car Allãh est Pardonneur et Miséricordieux. » [Sourate at-Tawba, v5]. Ce verset est classiquement interprété comme stipulant que les musulmans ont le devoir de combattre les « associateurs », c’est-à-dire les polythéistes, jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’Islam. Mais Daesh a pour spécificité d’étendre la notion de polythéisme à tous ceux qui ne croient pas aux mêmes principes qu’eux, notamment les juifs, les chrétiens, les chiites ou les minorités religieuses du Moyen-Orient, mais aussi les musulmans sunnites qui n’adhèreraient pas à leur doctrine salafo-wahhabite, califale et jihadiste, comme nous avons pu le signaler auparavant.

Pour autant, cette notion de guerre permanente et de conversion par la force est si contraire à l’esprit du Coran que les exégètes classiques ont dû déclarer que ce verset abrogeait à lui seul entre 120 et 140 autres versets prônant la tolérance religieuse et interdisant toute attitude belliqueuse à l’encontre des autres religions. Or, il n’est guère nécessaire d’être un grand exégète pour comprendre que le propos de ce verset est contingenté, limité historiquement ou circonstanciel. En effet, le texte est clair : « après que les mois sacrés expirent », cet énoncé suppose une datation et un délai. L’ensemble de l’exégèse classique précise qu’il s’agit de la rupture unilatérale par les polythéistes mecquois de la trêve de non-agression signée à Ḥudaybiyya en 627 entre ces derniers et les musulmans. Le segment « tuez les associateurs où que vous les trouviez » fait suite aux versets 1-4 de cette même sourate qui déchargent les musulmans de leur engagement vis-à-vis de ce traité du fait que les polythéistes l’avaient préalablement et unilatéralement rompu. Il leur est ainsi donné la possibilité, non pas d’attaquer, mais de répondre à l’agression et « où que vous les trouviez », c’est-à-dire ceux qui auront transgressé la trêve, qu’ils soient sur votre territoire ou le leur. Bien évidemment, le terme « associateurs » ne peut qualifier ici que les polythéistes mecquois et ceux des tribus du Hedjaz qui avaient contracté avec eux des alliances autour de ce fameux traité de Ḥudaybiyya. Autrement dit, il ne s’agit pas même de tous les polythéistes, mais uniquement de ces acteurs-là. Bien qu’il serait aisé de le démontrer, mais trop long dans le cadre de ce type de présentation, nous retrouverions exactement les mêmes biais pour la petite dizaine de versets accessoirement instrumentalisés par Daesh pour légitimer sa vision fantasmée du jihad permanent et global.

En détournant des textes religieux, en mobilisant certaines interprétations parmi les plus extrémistes et violentes d’un groupe d’idéologues et de savants médiévaux dont Ibn ‘Abd al-Wahhãb ou Ibn Taymiyya, ou encore en utilisant un discours propagandiste et manipulateur « assez bien construit » basé notamment sur les nouvelles techniques de l’imagerie, Daesh tente de « légitimer » son projet politique mais aussi meurtrière et « justifier » son recours à la violence extrême. D’où l’importance de mobiliser des efforts multidisciplinaires principalement en islamologie et sciences humaines et sociales afin de comprendre, déconstruire et contredire, voire même neutraliser ce corpus belliqueux sur lequel repose la doctrine dogmatique de Daesh et les mécanismes de sa propagande.

Bibliographie

Ben Ali Mohamed, The Roots of Religious Extremism : Understanding the Salafi Doctrine of Al-Wala’ wal Bara’, Londres, Imperial College Press, 2016.

Faye Jean-Pierre, Langages totalitaires, Critique de la raison et de l’économie narrative, Paris, Hermann, 2004

Hafez Mohammed, « Takfir and violence against Muslims » in A. Moghadam et B. Fishman, Fault Lines in Global Jihad : Organizational, Stratégic, and Ideological Fissures, Londres/New York, Routldge, 2011, pp. 25-46.

Hassan Hassan, « The Sectararianism of The Islamic State : Ideological Roots and Political Context, Carnegie Endowment for International Peace, 2016.

Moreno Al-Ajamî Cyrille, Que dit vraiment le Coran, Strasbourg, Éditions Zénith, 2011.

Mouline Nabil, Les Clercs de l’islam. Autorité religieuse et pouvoir politique en Arabie Saoudite, XVIIIe – XXIe siècle, PUF (Proche Orient), 2011.

Redissi Hamadi, « Le visage mutant du wahhabisme », in L’islam à la croisée des chemins. Tradition, réforme, djihad, OASIS, XI-N.21-Juin 2015.

« Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

Par Daniel Martin, directeur du Centre Régional de Verviers pour l’Intégration des personnes étrangères ou d’origines étrangères, CRVI

 crvi

Le défi de la lutte contre le radicalisme violent à caractère religieux consiste à condamner et sécuriser sans faiblesse, mais aussi construire, reconstruire sans cesse. Continuer la lecture de « Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

La place et le rôle des muhâjirât de Daesh

Cette analyse repose sur les principaux résultats d’un nouvel article sur le thème « Comprendre la place et le rôle des muhâjirât de Daesh », à paraître en décembre 2016 dans une revue spécialisée.

La féminisation du radicalisme djihadiste violent est devenu un phénomène social. L’engagement des jeunes femmes dans les rangs de Daesh ne cesse de croître. Ces femmes migrantes (muhâjirât) représentent 40 % des départs en Syrie et en Iraq selon les dernières statistiques de l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT) [1]. Les profils sont très diversifiés : toutes les catégories sociales, toutes les régions sont touchées, territoires urbains comme villes moyennes. On dénombre par ailleurs 30 % de femmes parmi les 9300 personnes signalées pour radicalisation violente. Continuer la lecture de La place et le rôle des muhâjirât de Daesh

« Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

Entretien réalisé par l’auteure avec le fils de la victime Ahmad, trentenaire, Tripoli, juillet 2016

La famille occupe une place centrale dans la propagande de Daesh et son projet social. Son imaginaire idéalisé du « califat » repose en partie sur l’obligation de la « hijra familiale » pour « se retrouver avec la meilleure des familles » ou « préserver la famille musulmane » car celle-ci est la « plus chère » au musulman « après sa religion », comme ressassé dans leurs différents supports écrits de propagande. Continuer la lecture de « Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Article publié le 4 juillet dans la revue Esprit. http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=459

La propagande officielle de l’« Etat islamique » (connu sous l’acronyme arabe « Daesh ») diffusée sur Internet est plus complexe que ce que laissent entendre les médias mainstream[1] et les résultats de certaines recherches francophones. L’étude critique de cette propagande à l’aide des approches sémantique, sémiologique et de l’analyse de discours[2] permet de comprendre les mécanismes, les logiques et les modalités du processus de radicalisation violente. Nous nous intéresserons dans le cadre de cette contribution plus particulièrement aux techniques d’attraction déployées par cette propagande pour recruter de nouveaux sympathisant-e-s. Ainsi, le corpus exploité est constitué de toutes sortes de productions médiatiques disponibles sur internet en trois langues: arabe, français et anglais : magazines, bulletins de guerres, images et vidéos de propagande, chants rituels (anasheed), brochures. Continuer la lecture de La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

enfantDaesh

Capture d’écran d’une mise en scène des enfants-soldats, Dabiq, n°11, août 2015.

Le dernier rapport de l’Unicef publié le 14 mars 2016 sur le thème No place for children révèle que les recrues des groupes et forces armés sont de plus en plus jeunes, jusqu’à 7 ans. Ces enfants reçoivent un entraînement militaire et participent aux combats, endossent des rôles qui menacent leur vie sur les lignes de fronts comme celui de porter et assurer l’entretien des armes, tenir les postes de contrôle, soigner les blessés de guerre, ou encore participer dans certains cas à des services sexuels comme esclaves. L’Unicef estime aujourd’hui que dix mille enfants participent à pas moins de 15 conflits armés de par le monde. Certains sont recrutés de force ou enlevés, d’autres s’enrôlent pour fuir la pauvreté, la maltraitance et la discrimination, ou pour se venger des auteurs d’actes de violence commis à leur encontre ou contre leur famille. Continuer la lecture de Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Avec  Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.

Ce n’est pas la première fois que Daesh met au cœur de sa propagande la figure d’une personne âgée, un cheikh ou un hâdj. La boîte de production arabophone Al-Khayr (« Le bien ») vient de publier une nouvelle vidéo autour de cette figure et dont le titre renvoie au fragment de verset coranique « Khifâfân wa thikâlâ » (« Légers ou lourds », selon la traduction du Coran dit du Roi Fahd), S9, V41. C’est un septuagénaire surnommé Abou Do’âa al-Maghribî qui appelle au djihâd et à la hijra en darija, dialecte marocain, avec un sous-titrage en arabe littéraire pour une réceptivité plus large du public arabophone non maghrébin. En face de lui, un adolescent syrien de 15 ans se présentant comme futur-kamikaze (istishâdî) que l’on verra monter dans une voiture piégée à la fin de la vidéo. Continuer la lecture de Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Abou al-Hassan al-Falestini est le surnom d’un jihadiste, cheikh et juge (qâdî) qui occupe une place importante parmi les théoriciens et idéologues de Daesh (à ne pas confondre avec le jeune djihadiste d’origine palestinienne, émir de la wilâya de Qalamoun en Syrie décédé en août 2014 dans le combat d’Irssal contre l’armée libanaise). Les éditions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en 2013 un nouvel opuscule d’al-Falestini sous le titre Roudoud wa talmihât ‘ala monkiri al-‘amaliyyat al-istishhadiyya (« Réfutations de ceux qui dénoncent les opérations martyrs », traduction non littérale, tnl). Cet opuscule de près de 60 pages fait suite à la polémique déclenchée par sa fatwa (« avis juridique ») pour légitimer ce qu’il appelle « les opérations martyrs » contre l’ennemi (l’armée, la police et l’ensemble des régimes politiques, considérés comme « impies ») et sa mise en application par l’EI. Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

L’idéologie de Daesh commence à prendre forme peu de temps avant la création de son embryon iraquien sous le nom de l’«Etat islamique en Iraq » (« addawla al-islamiyya fi-l Irak »), le 12 juin 2006. Certains fondateurs de cette idéologie djihadiste takfiriste (« excommunicatrice ») sont moins connus que d’autres notamment en Occident, tels Abou Bakr Naji, Abou Anas al-Châmî, Abou al-Hassan al-Falastini ou encore Abou Hamza al-Mouhajer. En février 2016, les Editions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en arabe la deuxième édition d’un opuscule constitué de deux lettres (rasa’el) signé Abou Hamza al-Mouhajer. Elles ont été rédigées et mises en ligne sur le net initialement en septembre 2007 (pendant le mois de ramadan) sous le titre « Al-Wasiyyah al-thalathiniyya li ‘omara’ wa jounoud addawla al-islamiyya» (« Le trentième recommandation pour les émirs et les combattants de l’Etat islamique »). Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

En France, la polémique sur la porosité entre le salafisme et l’idéologie djihadiste de Daesh prend de l’ampleur. Nous envisagerons à travers cet article d’étudier le rapport entre ce courant politico-religieux (le salafisme) et cette idéologie terroriste. Pour ce faire, nous nous sommes intéressés à la place des références des savants de tradition salafiste (Mohammed Ibn ‘Abd al-Wahhâb et Ibn Taymiyya en particulier) notamment dans les productions médiatiques écrites publiés par Daesh. Les éditions de celui-ci connues sous le nom Al-Himma (« L’effort ») viennent très récemment de republier quatre ouvrages du shaykh Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhâb parmi ses célèbres Lettres personnelles (« al-rasâ’il al-shakhsiyya») : Mokhtasar sirat al-rasûl ; Kashf al-shubuhât  (février 2016) ; al-wajibât et al-oussoul al-thalâtha (mars 2016). Continuer la lecture de Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh

2006, date de la restauration du « califat » par l’«Etat islamique »

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

Contrairement à ce que l’on peut lire dans la plupart des travaux de chercheurs francophones sur ledit « califat islamique », la restauration de cette instance politico-religieuse remonte au mois de novembre 2006 et non pas en juin 2014. L’analyse d’un ensemble de documents officiels de l’« Etat islamique en Iraq » (embryon de ce qui deviendra Daesh)  disponibles en arabe sur des sites djihadistes nous le confirme. Le présent article repose notamment sur l’analyse des conférences de l’ancien « Emir al-Mu’minîn » (« Commandeur des croyants ») et dirigeant Abou ‘Omar al-Baghdadi (à ne pas confondre avec son successeur, Abou Bakr al-Baghdadi) et celles de son bras droit Abou Hamzah al-Mouhajer qui va jouer un rôle important entre autres dans la mise en place dudit califat (sujet de notre prochain article, qui portera sur sa trajectoire, son rôle et son influence dans l’idéologie djihadiste). L’étude de ces documents nous permet de dire que la cérémonie du 29 juin 2014 s’inscrit plutôt dans un contexte de médiatisation internationale voulue par Daesh afin d’accroître sa stratégie d’attraction mais ne constitue pas la cérémonie inaugurale de restauration dudit califat. Continuer la lecture de 2006, date de la restauration du « califat » par l’«Etat islamique »

Daesh, langue du quatrième IVe Reich ?

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

Dans un article pour la revue américaine en ligne Aeon, l’anthropologue spécialiste du terrorisme Scott Atran, établit le lien entre le nazisme et l’« État islamique ». L’attractivité de ces deux doctrines populistes résident, selon lui, dans la nature de leur offre : « la lutte, le danger et la mort ». Ceci explique la détermination et le désir de combat et de sacrifice de leurs soldats. Nous tenterons ici de tester ce parallèle, notamment sur le plan de l’analyse des registres discursifs spécifiques qui les caractérisent. Continuer la lecture de Daesh, langue du quatrième IVe Reich ?

Quand les ménagères de DAESH se rebellent

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

L’engagement des femmes dans les rangs de Daesh constitue un véritable phénomène social. Les françaises représentent par exemple 35 % de la totalité des départs des nationaux en Syrie. En outre, le projet politique du califat autoproclamé par cette organisation terroriste repose en partie sur le rôle joué par les femmes dans sa promotion ainsi que le recrutement de nouvelles sympathisantes. Mais le rôle principal des femmes au sein de Daesh reste principalement celui de la procréation des futurs-moudjahidin ainsi que le maintien d’une certaine stabilité de sa structure sociale très hiérarchisée. Continuer la lecture de Quand les ménagères de DAESH se rebellent

La vengeance, mythe mobilisateur de Daesh

Hasna HUSSEIN, sociologue, avec Par Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.

Les derniers attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre 2015 ont suscité une avalanche d’explications par les experts du djihadisme qui ont tenté de sonder les motivations des auteurs et leur engagement pour une cause qu’ils présentent comme « sacrée ». Nous tenterons ici à travers une double approche critique, sémio-sociologique et enfin exégétique, autour de la notion de la vengeance, d’apporter un nouvel éclairage sur les techniques de manipulation de Daesh. Continuer la lecture de La vengeance, mythe mobilisateur de Daesh

La stratégie médiatique de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue. Extrait (2/2) d’une intervention sur La propagande numérique de Daesh: fondement idéologique, mécanismes et objectifs à la Sorbonne dans le cadre d’une conférence sur le thème « Daesh, idéologie et causes locales » organisée par l’Association Maydan, 5 février 2016.

 

La stratégie médiatique daeshienne , à l’instar d’autres régimes totalitaires,  constitue « un moyen de justifier sa raison d’être, d’exercer un contrôle politique et d’assurer sa survie », tel que l’ont signalé les politologues Carl Friedrich et Zbigniew Brzezinski (1965, p. 22). Cette stratégie repose sur plusieurs éléments dans l’objectif d’accroître son attractivité: Continuer la lecture de La stratégie médiatique de Daesh

Les origines idéologiques de la stratégie médiatique de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue. Court extrait (1/2) d’une intervention sur La propagande numérique de Daesh: fondement idéologique, mécanismes et objectifs à la Sorbonne dans le cadre d’une conférence sur le thème « Daesh, idéologie et causes locales » organisée par l’Association Maydan, 5 février 2016.

L’opuscule d’Abû Bakr Nâjî (pseudonyme d’un djihadiste probablement d’origine égyptienne) intitulé De l’administration de la sauvagerie : l’étape la plus critique que franchira la communauté des croyants (Idârat al-Tawahhush : akhtar marhala sa tamurru bihâ al-umma) rédigée entre 2002 et 2004, « pour la branche mésopotamienne d’Al-Qaîda qui allait devenir l’OEI » (Atran, 2016), constitue la principale référence pour l’OEI (Daood, 2015)[1]. L’ouvrage rédigé à l’origine en arabe et diffusé sur internet est depuis plusieurs années traduit dans de multiples langues. Malgré cela, si rares sont les responsables politiques ou leurs conseillers qui semble s’y intéresser (Atran, 2016). Continuer la lecture de Les origines idéologiques de la stratégie médiatique de Daesh

Daesh, de quel prophète parle-t-on ?

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

La propagande de Daesh veut à tout prix donner l’impression que son califat autoproclamé s’inspire de la « voie prophétique ». La promotion de ce projet politique repose principalement sur un registre discursif appuyé sur des actions et paroles attribuées au prophète c’est-à-dire les hadîth. Le recours à ce genre de contenu permet à Daesh de « légitimer », rendre « licite » les crimes qu’ils perpètrent. Nous tenterons ici, à partir d’une analyse de ce contenu, de déconstruire le discours de Daesh en démontrant ses profondes contradictions internes. Sans même nous positionner sur le terrain exégétique (contrairement à l’article précédent co-écrit avec l’islamologue C.MORENO-« Al Ajamî »), nous entendons montrer la fragilité logique de ce discours superficiel et belliqueux, par une simple approche inductive critique. Continuer la lecture de Daesh, de quel prophète parle-t-on ?

Le djihad fantasmé de Daesh

(Article publié sur le site Iqbal  le 4 février 2016)

Hasna HUSSEIN, sociologue, avec Par Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.

 

La notion de djihad se situe au cœur de la propagande numérique de Daesh et de sa doctrine. Le djihad est aussi un outil pour inciter à la migration (hijra), deuxième pilier du projet global de Daesh : « Dâr al-islam n’est qu’un outil d’incitation à la Hidjrah et au Djihâd […] » (Dar al-islam, n° 2). En effet, le nombre de djihadistes morts sous les bombardements de la coalition ou dans les combats contre le régime Syrien, son allié le Hezbollah, l’armée irakienne ou encore les soldats des peshmergas kurdes augmentent chaque jour. Daesh se doit donc de renforcer sa propagande en direction de l’extérieur afin d’attirer d’éventuels sympathisants à rejoindre sa cause. Continuer la lecture de Le djihad fantasmé de Daesh