Tous les articles par HASNA HUSSEIN

Hiérarchisation ethnique et extrémisme violent au centre du Mali Vers une nouvelle rébellion dans un contexte d’insécurité généralisée

Par Aly TOUNKARA, docteur en Sociologie de l’université Paris Descartes, la Sorbonne. Enseignant-chercheur à l’Université de Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (Mali) et membre du Laboratoire de Sciences Sociales (2L2S) de l’université de Lorraine,(France). Ses recherches portent sur l’extrémisme violent, l’islam politique et le genre,. Il est également consultant indépendant et a eu à conduire plusieurs études sur les questions de l’extrémisme violent pour des Organisations Non Gouvernementales Nationales et Internationales intervenant en Afrique.
Le présent article a pour point de référence les évènements de 2012, avec l’éclatement de la rébellion dans la région de Kidal, puis progressivement les autres régions nord du Mali, les printemps arabes( surtout avec la chute du régime libyen, les Touaregs libyens, d’origine malienne qui combattaient auprès des troupes régulières du colonel Kadhafi vont retourner au bercail avec armes et bagages à la suite de l’assassinat de ce dernier) et le coup d’Etat militaire, conduit par un groupe de jeunes officiers,[1] bouleversent le cadre habituel et les solutions traditionnelles apportées aux rébellions antérieures. Cette crise multidimensionnelle provoque la psychose chez les populations des localités concernées.
Avec l’occupation des régions Nord du Mali (Kidal, Gao, Tombouctou, ) et une partie du centre(Mopti et Ségou) par le Mouvement de libération de l’Azawad (MNLA)[2], les groupes extrémistes violents d’Ansar Dine (qui se réclament d’un islam « rigoriste », déclarent la guerre aux trafics et à l’immoralité, et revendiquent l’application de loi divine « la charia ») le Mouvement pour l’unicité du djihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), le Front de Libération de Macina ( voit le jour en 2015) et la présence d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI).
Les régions de Mopti et Ségou, stratégiquement situées au centre du Pays, ont fait l’objet de convoitise des groupes extrémistes violents (djihadistes) dont certains ont pu se faire des bases (préciser la date). Les deux régions seront fortement sévies par les occupants avant le début de l’intervention Serval, menée par l’armée française à partir de janvier 2013, et la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), puis la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali, (MINUSMA) .
Bien avant l’intervention française, des éléments factuels pouvaient soulever des craintes quant à la présence d’une sorte de hiérarchisation ethnique, les clivages inter et intra ethniques et les relais opérationnels pour des formes de l’extrémisme violent.
En effet, dans un contexte économique et géopolitique tendu et incertain, les stratégies identitaires de certains acteurs locaux voire nationaux, peuvent devenir source de conflit et de violence entre les communautés et / ou l’Etat.
Nous avançons l’hypothèse que l’identité est une forme particulière de capital collectif, la hiérarchisation et la différenciation ethnique, sont fondamentales dans la saisie de la recrudescence des soulèvements dans les régions de Mopti et de Ségou avec pour dénominateur commun, le référent ethnique. De plus, la chefferie traditionnelle joue un rôle important dans l’organisation d’un accès différentiel aux ressources du terroir. La réapparition rapide des hiérarchies ethniques s’explique en grande partie en raison de l’absence de l’Etat pendant l’occupation des différentes localités par les groupes extrémistes violents et l’émergence des griefs judiciaires. Ces contextes ont permis ou permettent à certains acteurs de jouer sur les différences identitaires, qui se révèlent efficaces pour élargir le champ de domination et rendre congruents les conflits entre éleveurs (majoritairement peuhls) et sédentaires.
Aujourd’hui le centre du Mali reste très vulnérable face à la menace de l’extrémisme violent en raison de la prédominance des hiérarchisations identitaires, ou des facteurs incitatifs (griefs judiciaires, gestion des couloirs de transhumance, préjugés entre les communautés) qui alimentent le risque d’une nouvelle rébellion dans le pays. A cela s’ajoute, d’autres facteurs sous-jacents, tels que la corruption endémique de représentants de l’Etat , l’impunité de certains chefs coutumiers et religieux; de facteurs sociaux liés aux frustrations face aux attentes populaires non comblées( accès aux infrastructures socioéconomiques de base).
Enfin, contrairement à une idée répandue, la violence ne se justifie pas seulement par une faible présence de l’Etat.[3] Au contraire, l’Etat s’appuie souvent sur certains groupes ethniques au détriment des autres afin d’asseoir sa légitimité.
Cet article pose les questions fondamentales suivantes : Quel lien peut-on établir entre la hiérarchisation ethnique et l’ampleur de l’extrémisme violent au centre du Mali aujourd’hui ? Quelles sont les origines de l’extrémisme violent ou ses racines probables ? Quels sont les rapports entre l’ethnie et la hiérarchie entre groupes ?
Pour répondre à ces questions, nous avons entrepris une vaste recherche documentaire et, surtout, un travail sur le terrain avec des entretiens approfondis (50), des réunions de groupes de discussion (10) rassemblant une large diversité d’acteurs (associations des femmes, leaders religieux, chefs traditionnels, forces de sécurité et de défense, associations des jeunes) dans les localités concernées par l’analyse, et la collecte d’un volume important de données originales (témoignages des anciens et/ ou proches des djihadistes). [4] Les premiers résultats de cette enquête feront l’objet de ce court article. Nous y aborderons en premier temps, les tensions inter et intracommunautaires. Dans un second temps, nous nous intéresserons au passage à l’action violente. Enfin, nous conclurons avec quelques recommandations.
De la différenciation ethnique à l’extrémisme violent
L’analyse des différents discours recueillis auprès de nos enquêtés a révélé la présence et l’implication d’individus appartenant à toutes les sensibilités ethniques de la localité. Parmi ces extrémistes violents, on retrouve en effet les Peulhs, les Dogons, les Sonrhaï, les Bella, les Touaregs, les Tamasheqs. Mais, les peuls sont signalés comme étant les plus nombreux. Cette importance numérique des peulhs peut s’expliquer à la fois par leur proximité anthropologique (ils sont tous majoritairement de nomades) avec les éléments du MNLA et par le fait qu’ils sont ceux qui ont surtout porté le projet politique du MNLA et massivement adhéré à l’idéologie extrémiste de MUJAO.
En février 2015, dans les régions de Mopti et de Ségou (centre du Mali),[5] nous assistons à une apparition brutale et violente des milices d’autodéfense d’obédience peulh avec une radicalité inouïe. Leur discours reste similaire à celui des autres groupes extrémistes violents qui sévissent dans les régions nord du Mali.
Il est à noter que les historiens reconnaissent la difficulté et la complexité avec lesquelles, ils font l’objet pour situer avec précisions les origines des Peulhs du Mali. Beaucoup affirment qu’ils seraient originaires de l’Egypte ou de Yémen. Les peulhs sont présents dans toutes les régions du Mali. Cependant, la région de Mopti représente l’un des principaux bastions de résidence des Peulhs du Mali[6]. C’est à partir de XIXème siècle que les Peulhs vont instaurer dans le Delta du Niger, l’empire théocratique (un empire qui était régi par les lois coraniques ou la dina) du Macina, avec le prédicateur Peulh, Cheickhou Hamadou, qui accueillera une adhésion massive des Peulhs desdites localités à son idéologie. Cet empire s’intéressa à l’activité agropastorale (essentiellement occupée par les Peulhs jusqu’aujourd’hui) et confia la gestion des ressources naturelles à certains chefs coutumiers, propriétaires de terres (Jowro).
A partir de 2015, le nom du prédicateur controversé et influent peulh, Hmadoun Kouffa se trouve sur toutes les lèvres aujourd’hui à travers son mouvement, le Front de libération de Macina. Il fait parler de lui, par des attaques perpétrées contre les forces de sécurité et de défense du Mali ( Nampala, Ténenkou, Boulkessi)
De nombreux interlocuteurs attribuent l’insécurité dans les régions de Mopti et de Ségou à un groupe armé désigné comme étant affilié au Front de Libération du Macina (FLM)[7]. Ce mouvement semble avoir créé un sentiment de panique et d’angoisse chez les habitants. Les noms des extrémistes peuhls circulant sur des motos de marque Sanili et se réclamant du prédicateur Hamadoun Kouffa, reviennent sur toutes les lèvres, même si, aucun habitant des différentes localités concernées, n’a aperçu le prédicateur depuis 2012.
Il faut rappeler que Hamadoun Sangaré alias Hamoudon Kouffa est né vers 1961 à Niafunké( région de Toubouctou)[8]. Il commence ses études coraniques à Diallasssgou(région de Mopti)[9], fréquentant plusieurs oulémas de la région ; il est crédité d’une mémoire et d’une intelligence exceptionnelles . Sollicité et admiré pour son éloquence. On ne le reconnaît plus que par son sobriquet de Hamadon Kouffa et a prêté allégeance à Ansar Dine du terroriste malien Iyad Ag Ghali(un touareg et fondateur du Mouvement populaire pour la Libération de l’Azawad, crée en 1988, après avoir quitté l’armé libyenne).
C’est ainsi qu’un enquêté dans la commune de Mondoro (cercle de Douentza, région de Mopti) affirme ceci, à propos des attaques perpétrées contre les forces de sécurité dans la région (de janvier 2012 à juin 2017, on enregistre officiellement plus de 510 militaires maliens tués à la suite des attaques perpétrées par les terroristes et/ou les indépendantistes du MLNA. Généralement dans le centre du Mali, les extrémistes débarquent dans les camps militaires ou les postes de contrôle des forces de sécurité et de défense avec comme moyens logistiques, des motos, marque SANILI).
« Toutes les attaques commises depuis le départ des djihadistes sont sans doute l’œuvre de Peulhs qui se réclament de FLM. Demandez aux autorités de la région, elles vous diront que toutes les arrestations faites jusqu’ici, il n’y a aucun dogon, ce sont des peulhs qu’on arrête partout ».
Jihad et ascension sociale
Il est à noter que même entre peulhs, nous assistons à une stratification sociale,[1] dans la commune de Boni (cercle de Douentza, région de Mopti) par exemple[2], les Diallobé ( dérivés de nom de famille Diallo) qui sont des bergers par excellence et gouvernés par les Yiraîbé ou Wewebé (Dicko). Il semble que beaucoup de Diallobé ont adhéré aux différents mouvements djihadistes en espérant acquérir un statut social plus valorisant[3]. Un enquêté témoigne en ces termes :
« Beaucoup d’esclaves peulhs ont été enrôlés par les djihadistes, parce qu’ils voulaient se venger de leurs maîtres qui n’ont aucune estime à leur égard. C’est le cas par exemple, d’un jeune Tamboura, ex djihadiste, qui s’est vu conféré un statut social beaucoup plus valorisant sous l’occupation djihadiste dans la région ».
Présentation da la carte de Mopti
En effet, dans la région de Mopti, lorsqu’arrivent les différents groupes extrémistes violents, la majorité de la population enrôlée n’est ni salafiste ni djihadiste, mais simplement passive et en quête d’une identité sociale beaucoup plus valorisante, ou avait un sentiment de supériorité à l’égard des autres groupes ethniques de la localité. Il faut rappeler que les peulhs sont fortement taxés par les autres groupes ethniques, d’avoir un sentiment de supériorité vis -à -vis d’eux. Un enquêté l’exprime en ces termes :
«  Les peuhls, même, s’ils sont minoritaires dans une localité, ils ne cherchent jamais à parler la langue dominante de ladite localité. Vous prenez la commune de Mondoro, les dogons sont majoritaires, mais les peulhs qui y habitent ne parlent jamais le dogon. Ce sont les dogons qui sont obligés de parler leur langue. Cela dénote qu’ils ont un sentiment de supériorité »
Dans l’imaginaire collectif dogon[4], les peulhs sont caractérisés par la faiblesse physique et mentale et sont considérés comme des traîtres aussi. Ce sont ces préjugés qui rythment souvent le quotidien des groupes ethniques. Pour rappel, peu avant les évènements de 2012, un conflit sanglant qui a fait plus d’une centaine de morts entre peulhs et dogons éclata dans le village de Sari, cercle de Koro, région de Mopti à la suite d’un vol de bétail.
Certes, tant les groupes extrémistes que l’Etat malien sont tout à fait conscients du caractère versatile de la hiérarchisation ethnique, des préjugés, et de la complicité de certaines notabilités locales quant à l’enrôlement des acteurs par les différents groupes extrémistes violents.
L’accès à la gouvernance locale et les droits coutumiers peuvent constituer des véritables facteurs d’engagement des acteurs dans les groupes extrémistes violents. Beaucoup d’enquêtés rencontrés disent avoir vu et écouté les prêches de Kouffa à travers des cassettes ou dans des mosquées. Dans ses prêches, il remettait en cause l’organisation sociale existante, dénonçait les tares de l’Etat dans la distribution des services sociaux de base (éducation, eau, santé) et inciter les fidèles à s’affranchir du joug de l’oppression de la chefferie traditionnelle.
Aujourd’hui, le Macina, cette région qui s’étend de la frontière mauritanienne à la frontière burkinabè et dont l’épicentre se situe autour de Mopti, est l’un des principaux théâtres des violences qui minent le Mali. Et ceux qui le peuplent majoritairement, sont des Peulhs et qui sont entre le collimateur des autorités maliennes et des forces de sécurité étrangères présentes sur le territoire national. Il apparaît ici important, de saisir aussi les tensions liées au pâturage.
Du pastoralisme aux revendications identitaires
Le pastoralisme malien est soumis à des perturbations d’ordre climatique, économique, sanitaire, social et politique, rendant davantage incertaines la problématique de production et la question des profils de consommation[5]. Dans le centre du Mali (Ségou et Mopti), l’élevage pastoral y est prépondérant tant parmi les populations sédentarisées que parmi les pasteurs nomades dont les familles se sédentarisent de plus en plus.
La recrudescence de rébellion touarègue (nous assistons depuis l’indépendance du Mali, à la cinquième rébellion, celle de 2012) qui frappe le centre, des épisodes d’aggravation alternant avec les revendications d’ordre identitaire. Cette insécurité chronique gêne la mobilité des troupeaux, seuls moyens efficaces de la subsistance de la population pastorale constituée essentiellement de peulhs. La transhumance se trouve heurtée à des difficultés qui aboutissent à tes tensions meurtrières entre éleveurs et paysans.
En outre, les perturbations climatiques, de plus en plus récurrentes se traduisant, entre autres, par des déficits pluviométriques et débouchant sur des tensions entre les populations pastorales (Peulhs) et les sédentaires (Bambara et dogons). Dans ce climat de suspicion et de méfiance, est né un mouvement dénommé, l’Alliance Nationale pour la Sauvegarde de l’Identité Peuhle et la Restauration de la Justice (ANSIPRJ) par Oumar Aldjana.[6]. Ce mouvement estime que la justice est rendue dans le centre à géométrie variable, ce sont les peulhs qui sont toujours lésés dans leurs droits. C’est ainsi que beaucoup de nos enquêtés peulhs dans les deux régions affirment que :
«  Les forces de sécurité et de défense n’arrêtent que des peulhs dans le cadre de lutte contre l’extrémisme violent, et la justice n’a jamais donné raison à un peulh contre une autre personne non peuhle »
Beaucoup de peulhs dénoncent les exactions et les arrestations arbitraires dont ils font l’objet. C’est ainsi que sur les antennes de la Radio France Internationale (RFI), que l’ancien président de l’assemblée nationale du Mali, le professeur Ali Nouhoum Diallo, coordinateur de toutes les associations peulhs du Mali soutient que :
« Certains éléments de nos forces armées et de sécurité qui n’ont pas été suffisamment bien éduqués militairement, politiquement, pour un oui, pour un non tombent sur les Peuls, les ramassent ! Ils sont enfermés ! Spoliés de leurs biens ! Il faut reconstruire la colonne vertébrale de tout l’Etat : les forces armées et de sécurité »[7].
Malgré des dispositions législatives et réglementaires en faveur du pastoralisme (Charte pastorale, 2001), les éleveurs se disent confrontés à des problèmes liés à leur insertion sur des espaces non affectés officiellement en zones agricoles et zones de pâturage et par conséquent, non sécurisés. Ils sont amenés à utiliser des pâturages parfois très éloignés des marres ou des points d’eau dédiés à cet effet. Il semble important à ce niveau de s’intéresser à certaines pratiques non orthodoxes de certains agents publics.
De la corruption des agents d’Etat à la gronde sociale
Après plus de cinquante ans d’indépendance, on se demande si la corruption des fonctionnaires du Mali n’est pas en passe de devenir quelque chose de légitime. L’argent est devenu la référence et le symbole de l’exemplarité, et l’investigation reste peu réactive dans la poursuite des délits de ce type et la prévention totalement absente[8]. Pour comprendre l’ampleur du phénomène, beaucoup de nos enquêtés décrient l’attitude des magistrats, gendarmes, agents des eaux et forêts et policiers qui passent le plus clair de leur temps à racketter les populations. Ce qui fait dire à un enquêté peulh de Ségou que :
« Les agents de l’Etat dans la brousse ne font que s’enrichir sur le dos des populations. Dans tous les postes de contrôle, les gendarmes ne font que racketter les passagers et font subir toutes sortes d’atrocité à ceux qui refuseraient de leur donner de l’argent ».
La corruption n’est pas un problème du droit pénal seulement, mais un problème de sociologie criminelle et de criminologie[9]. Elle témoigne à suffisance le manque d’intégrité et d’honnêteté dont fait preuve un agent public. La corruption est un phénomène généralisé au Mali. Les fonctionnaires n’ont pas échappé à cette règle. Il est important qu’on mette le doigt sur ce phénomène qui gangrène la société, et l’amène à assister à ses propres funérailles.
En effet, certains officiers de l’armée régulière,[10] même s’ils ne sont pas forcément amis avec certains terroristes, et bandits armés, n’apparaissent pas non plus comme des ennemis irréductibles[11]. Face à cette énigme, une enquêtée à Douentza (région de Mopti) tente d’apporter des éléments d’explication :
« Parfois, les forces de sécurité possèdent des contacts téléphoniques de certains bandits armés. Ils les appellent pour les prévenir de patrouilles militaires. Contre le payement d’une somme d’argent. Alors, ils prennent la tangente ».
Plus personne ne semble comprendre le traitement privilégié accordé aux bandits au détriment et au grand dam de leurs victimes.
L’élite politique malienne doit faire preuve de courage en s’attaquant à ce fléau et à l’immoralité de certains fonctionnaires quant à leur gestion des biens publics. Il se trouve encore qu’après tant d’années d’indépendance, des fonctionnaires qui continuent à soustraire de l’argent ou des biens mobiliers et/ou immobiliers aux usagers des services publics et à les arnaquer sans crainte aucune d’une quelconque sanction qui pourrait leur être infligée. Livrer sans pitié à la justice, tous les agents publics peu soucieux de l’intérêt général, tel doit être le rôle du ministère public dans un État de droit. Ce manque d’intégrité et du sérieux dans la gestion de biens publics constitue un réel frein au développement économique et social du pays, mais surtout un sérieux facteur d’instabilité politique et institutionnelle que connaît le centre du Mali.
En effet, l’image qu’ont les citoyens de l’État est étroitement liée aux réalités politiques et économiques dont le pays fait l’objet. Tout comportement contre le devoir d’intégrité entraîne des conséquences néfastes quant aux rapports qu’entretiennent les citoyens vis-à-vis de l’État.
Il n’y a aucune forme d’équivoques que le peuple se réfère à la classe dirigeante : si les dirigeants sont conçus comme étant « réactionnaires », « malhonnêtes », « égoïstes » et « corrompus » ; le peuple sera découragé et manquera certainement d’esprit d’initiative[12]. La conséquence en est que, le peuple perd confiance dans son élite, qu’il juge « incapable » et « corrompue » et sera prêt à suivre les extrémistes violents qui lui promettent un avenir meilleur et serein. N’a-t-on pas constaté, en effet, entre autres causes de la crise militaro-sécuritaire au Mali en 2012 que le pays était terriblement affligé par la corruption.
Les différentes rébellions que connait le septentrion malien, imputent la crise sécuritaire à la corruption des institutions politiques, civiles, militaires, l’insouciance de l’élite au pouvoir et refusent par conséquent, les solutions de sortie de crise à travers l’accord pour la paix et la réconciliation.
L’analyse des entretiens que nous avons réalisés dans les régions de Ségou et Mopti, a révélé que l’insécurité, qu’elle soit le fait des revendications identitaires ou du Front de Libération du Macina (FLM), constitue la principale préoccupation des populations de ces localités. Aussi, a-t-elle montré l’articulation entre l’ethnie et la violence qui pose inévitablement le problème de la faiblesse de l’Etat. Plus l’Etat weberien, défini comme « organe », entre en symbiose avec des forces qui lui sont extérieures et passe par une fragmentation interne, plus il devient un champ militarisé et se transforme, malgré la présence de l’armée et les forces internationales, en un Etat incapable de créer de la légitimité en assurant ses fonctions régaliennes.
L’Etat malien n’a qu’une emprise limitée sur la situation (mauvaise gestion des conflits communautaires, mauvaise gouvernance, griefs judiciaires, demandes sociales non satisfaites et insuffisance de perspectives professionnelles pour les populations jeunes). Donc, le lien entre l’extrémisme violent et le marquage religieux  n’est pas, en occurrence, évident ici.
Un Mali prospère et émergent, passera par une refonte de son système judiciaire et une résolution des conflits inter et intra communautaires.
[1] . Les nomes de famille, Diallo et Sow sont essentiellement reconnus pour des bergers et commerçants. Quant au nom de famille, Barry et/ou Sangaré, se sont des marabouts par excellence. Lorsqu’un Barry ou Sangaré exerce la fonction de l’imamat, il est appelé Cissé.
[2] . Aly TOUNKARA, Institut d’Etude de Sécurité, rapport sur les facteurs d’engament des jeunes dans les différents groupes extrémistes dans la région de Mopti, Juillet, 2016.
[3] . Généralement, dans le milieu peulh, tous les noms de famille à consonance Bambara, tels que Coulibaly et Traoré, sont des hommes de caste. Il n’est pas aussi rare, qu’un esclave prenne le nom de son maître.
[4] . Les Dogons sont majoritairement présents dans le delta intérieur du Niger et la zone exondée avec une histoire marquée par la volonté et l’obstination de demeurer authentiques. Ils sont majoritairement des agriculteurs.
[5] . Rapport sur le Projet Régional d’Appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS), février 2015.
[6] . Le 18 juin, 2016, Oumar Aldjana passe un coup de fil auprès de l’Agence France Presse et annonce la création de son mouvement, après avoir quitté une autre association peuhle, Kawral Pulaaku. Oumar Aldjana, est originaire du cercle de Niafounké (région de Tombouctou), fils d’un touarègue et d’une peuhle.
[7] . Cette déclaration du 11 septembre 2016, sur les antennes de RFI a suscité beaucoup de commentaires, tant chez les politiques, civils que militaires.
[8] . Noêl Pons, (2012), La corruption des élites. Expertise, lobbying, conflits d’intérêts, Paris, Odile Jacob.
[9] . Sarassoro Yyacinthe, (1980), la corruption des fonctionnaires en Afrique. Etude de droit pénal comparé, Paris, Economica.
[10] . L’assassinat en 2009, du colonel Lamana Ould Bou à Tombouctou par des commandos appartenant à la nébuleuse terroriste de la région, a suscité beaucoup de commentaires et d’interrogations, quant à une quelconque complicité entre la hiérarchie militaire et les extrémistes violents.
[11] . Serge Daniel, (2012), AQMI. L’industrie de l’enlèvement, Paris, Fayard.
[12] . Sarassoro Yyacinthe, (1980), La corruption des fonctionnaires en Afrique. Etude de droit pénal comparé, Paris, Economica.
[1] Alexander Thurston et Andrew Lebovich, « A Handbook on Mali’s 2012–2013 Crisis », Institute for the Study of Islamic Thought in Africa Working Paper Series, n° 13-001 (02 September 2013), http://www.bcics.northwestern.edu/documents/workingpapers/ISITA-13-001
[2] . Un mouvementindépendantiste, crée en 2010, essentiellement composé de Touaregs et qui est responsable des rébellions de 2006, 2009 et 2012.
[3] . Gilles Dorronsoro et Olivier Grejean, (dir), (2014), Identités et politique. De la différenciation culturelle au conflit, Paris, Presses de sciences Po.
[4] . C’est grâce au soutien de l’Agence Française pour la Promotion de l’ Enseignement Supérieur, l’Accueil et la Mobilité Internationale que le présent article est produit à la suite d’un séjour scientifique de six semaines à l’université de Lorraine Metz (France).
[5] . Jeune Afrique, 25/08/2015 : le Front de Libération de Macina, un nouveau Boko Haram ?
[6] . Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat du Mali (RGPH, 2009, dernier recensement) ne donne pas des chiffres à caractère ethnique.
[7] . Crée dans la foulée en 2015, par Hamadoun Kouffa.
[8] . Thiam, A., (2017), Centre du Mali : dangers et enjeux d’une crise négligée, Bamako, la Sahélienne..
Bibliographie
Daniel D., (2012), AQMI. L’industrie de l’enlèvement, Paris, Fayard.
Dorronsoro G. ; et Grejean, O., (dir), (2014), Identités et politique. De la différenciation culturelle au conflit, Paris, Presses de sciences Po.
Keita F., (2014), Crise sécuritaire et violences au nord du Mali, Bamako, Editions la Sahélienne.
Pons N. (2012), La corruption des élites. Expertise, lobbying, conflits d’intérêts, Paris, Odile Jacob.
Thiam, A., (2017), Centre du Mali : dangers et enjeux d’une crise négligée, Bamako, la Sahélienne.
Thierry Perret T.,(2014), Mali. Une crise au Sahel, Paris, Broché.
Trévidic M., (2013), Terroristes, les 7 piliers de la déraison, Paris, Editions Jean-Claude Lattès.
Yacinthe S., (1980), la corruption des fonctionnaires en Afrique. Etude de droit pénal comparé, Paris, Economica.

La délinquance serait-elle un passage obligatoire vers la radicalisation des jeunes ?

Entretien avec Séraphin ALAVA, professeur des universités en sciences de l’éducation de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, coordinateur du projet européen PRACTICIES sur la prévention de la radicalisation et membre de l’équipe scientifique « Radicalités et régulations » (MSH-Toulouse).
Propos recueillis par Hasna HUSSEIN, Mai 2017 (A paraître dans la revue Les Cahiers des Discriminations). 

Vous êtes spécialiste des phénomènes de radicalisation chez les jeunes et éducateurs, comment abordez vous la question de la radicalisation ?
Oui il est parfois étonnant de voir un professeur des sciences de l’éducation s’intéresser à ces questions. Elles sont souvent abordées sous l’angle des sciences politiques ou de la sociologie mais pour moi la radicalisation est un échec de l’éducation dans sa globalité. En effet la citoyenneté et les valeurs de la république sont mises à rude épreuve aujourd’hui face à ce phénomène double de cristallisation de la pensée et de rupture fondamentale du lien social. Lorsqu’un jeune considère que ses croyances, certitudes, analyses sont essentielles dans sa vie alors il s’ancre dans son existence et l’engagement moral ou politique est un marqueur de la personnalité. Mais quand ce jeune ne peut plus supporter d’autres pensées, d’autres croyances, d’autres engagements, alors il est en rupture avec le « vivre ensemble » et l’ensemble des éducateurs se sent en échec. Bien sûr, il y a des raisons, des éléments qui vont expliquer ces ruptures, ces déchirures qui poussent le jeune à ne plus désirer la paix et le dialogue mais la mort et la guerre. Souvent, quand on dialogue avec des jeunes en voie de radicalisation, je suis étonné de constater combien ils semblent certain de leurs arguments, combien, dans la complexité de la vie, il semble posséder la clé qui explique tout. Dommage que cette clé de lecture du monde soit discriminante et exclusive. L’autre devient pour eux (je parle là de toutes les radicalisations) l’ennemi, le négatif qui justifie leurs engagements. La mort la violence plutôt que la parole et la conviction, n’est-ce pas là un échec de l’éducation humaine ?
Peut-on alors parler d’un lien entre discrimination et radicalisation ?
Ce lien apparait avec plusieurs facettes, et souvent la discrimination est au cœur du processus. Je m’explique. Dans un premier temps n’oublions pas comme le dit Olivier Roy (2016) qu’il y a souvent un sentiment de discrimination qui est au cœur des radicalisations et que même si la discrimination n’est pas la cause principale, elle apparait fortement dans le discours des jeunes. La rupture de ces jeunes avec la société est réactive et apparaît alors comme une défense face aux discriminations subites (racisme, islamophobie, discriminations ethniques, de quartiers). Face à cette discrimination « le jeune marginalisé, discriminé, devient le maître et le sauveur du monde » (Roy, 2016)[1]. Mais si nous nous arrêtions là, notre propos serait partial. En effet, la radicalisation en elle-même se construit sur une triple discrimination qui structure et justifie les actes violents. Que ce soit dans la radicalisation djihadiste, la radicalisation xénophobe et raciste, la radicalisation ethnique ou identitaire, l’autre est toujours identifié au mal à combattre. Le mécréant, le juif, l’étranger est placé dans le discours radical comme un catalyseur à la fois de la haine et de la cause du combat. Deuxièmement, le processus de radicalisation se structure autour d’un rejet de la famille d’origine et d’une adhésion à la famille morale (la communauté). L’une est alors parée de tous les maux et la communauté porte toutes les valeurs au point de permettre un total oubli de soi, de son libre arbitre, de sa raison pour adhérer aux valeurs et aux décisions de l’unicité pensante (le chef ou la foi). Troisièmement, la discrimination morale la plus forte porte sur la valeur de la vie de l’autre ou de l’ennemi que l’on peut enlever pour garantir la victoire à son camp. L’autre, le plus anonyme qu’il soit, est alors sans valeur du fait même qu’il ne soit pas membre du groupe et donc exclu du droit à la vie.
Vous avez participé à la rédaction d’un rapport international de recherche sur les liens entre radicalisation et médias sociaux, qu’en est-il pour les liens entre radicalisation et délinquance ?
S.A. : Nos recherches sur ce point montrent qu’il n’existe pas de lien causal entre la délinquance et la radicalisation menant à la violence. On doit toutefois rappeler qu’il existe plusieurs facteurs communs responsables de la fragilité de la jeunesse et qui favorisent le basculement dans la délinquance ou la radicalisation violente :
  • La jeunesse est une période de crise et donc d’opposition nihiliste.
  • La jeunesse est plus sensible aux injustices et à la détresse.
  • La jeunesse est sensibles aux idées simples et refuse les complexités.
Ces éléments sont à prendre en compte pour mieux comprendre l’attrait des jeunes pour des discours radicaux ou complotistes ; les réseaux sociaux sont devenus rapidement l’espace privilégié de la jeunesse où elle retrouve ses codes et ses quêtes. C’est aussi devenu le lieu de la contre-information, de l’hameçonnage idéologique et donc de l’embrigadement. Je ne veux pas dire par là que dans le cyberespace nous ne trouvions que des « Fake news » et des dangereux anonymes mais je veux dire que nos sociétés doivent construire d’autres formes de régulation civique qui s’adaptent au monde numérique.
Enfin, un facteur important dans le basculement dans la délinquance ou la radicalisation est la banalisation de la violence. Les jeux vidéo, le cinéma, et les différentes ressources qui ciblent la jeunesse usent et abusent de cette violence dénuée d’émotion. Certains jeux vidéo et certaines pratiques vidéastes des jeunes eux-mêmes construisent un mode virtuel totalement détaché d’un regard critique et laissent penser que les valeurs et les droits humains ne sont que des vieilles idées. La tolérance, le respect de la vie humaine, le refus de l’agressivité, la recherche du consensus sont des valeurs spécifiques de l’âge adulte et non de la jeunesse. Pris dans ces idéologies, les jeunes peuvent passer à l’acte sans prendre conscience du caractère inhumain de leurs actes. A nous à relever le défi d’une éducation ouverte sur le monde et donc formatrice positivement et négativement. A nous de construire les nouveaux espaces d’apprentissage citoyens.
Comment définissez-vous la radicalisation menant à la violence ?
S.A. : La radicalisation n’est pas un processus d’endoctrinement, mais de conversion et d’adhésion. En effet, il ne faut pas la penser comme un processus passif pour le jeune où des recruteurs hypnotisent des jeunes victimes impuissantes. Non, la radicalisation numérique est une démarche à deux d’accroche, de demandes, de convictions et de doutes. La démarche de radicalisation ne commence pas par la présence sur l’Internet de sites terroristes ou de médias développant des discours raciaux ou terroristes. Elle commence par des conversions s’appuyant sur de réelles préoccupations des jeunes exposant leurs opinions, leurs questionnements au sein des réseaux sociaux. Si nous mesurons la possibilité statistique qu’un jeune tombe par hasard sur un site radical (religieux ou politique), la probalité est de moins 1 pur 1000. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun danger mais que nous devons nous concentrer sur la tâche essentielle qui consiste à comprendre pourquoi et comment notre jeunesse est en quête de réponses existentielles, contre les injustices de notre monde. Nous devons nous centrer sur une approche éducative des processus de radicalisation qui, en partenariat avec les dispositifs de sécurité, puissent prévenir plus que guérir ce mal.
Comment lutter contre la radicalisation numérique?
S.A. : La radicalisation violente des jeunes interroge notre société et l’émergence d’une société de plus en plus numérique donne le sentiment que notre monde ne peut plus maîtriser la violence et l’embrigadement terroriste sur le Net. Les recherches scientifiques ne démontrent pas une causalité directe entre usages numériques et radicalisation. L’Internet et les réseaux sociaux ne sont donc pas coupables en tant que tels, mais il existe pourtant des dangers que notre société et les entreprises du Net doivent prendre en compte. Le cyberespace est devenu, aujourd’hui, un espace de diffusion des discours de haine, de la xénophobie et des appels à la violence. Notre société doit alors agir pour développer au sein des réseaux des discours, des valeurs, des actions favorisant le vivre ensemble. Si le Net n’est pas coupable, il est en revanche responsable du développement dans ces canaux de valeurs de paix, d’égalité et de respect mutuel.
 Quels sont les profils de ces jeunes qui basculent dans la radicalisation ?
S.A. : Aujourd’hui Il existe quatre grands types de processus qui permettent de construire une intelligibilité du phénomène. Tout d’abord, le profil dit de l’islam radical porte son attention sur le processus d’obéissance à une doctrine religieuse violente (salafisme djihadiste), avec la volonté de respecter les règles religieuses, d’agir dans une guerre contre les mécréants et de défendre sa communauté en danger. Ce courant explique aussi la position des jeunes convertis, relevant souvent d’une emprise psychologique ou d’une démarche existentielle de quête volontaire d’identité perdue. Le deuxième profil dit de l’emprise sectaire porte son regard sur les processus d’embrigadement ou d’endoctrinement qui, à l’insu de la volonté explicite du jeune, vont provoquer la séparation du jeune avec sa vie antérieure afin de les faire adhérer à la voie de renaissance. Ici, dans ce processus, nous percevons combien le recruteur doit agir pour isoler la personne, construire avec elle un dialogue privé et dominant. Le jeune recruté est alors en adhésion avec son guide et le suit aveuglement. Le troisième profil touche les jeunes en rupture sociale qui vont trouver dans le discours radical (de droite ou de gauche, laïque ou religieux) des raisons de comprendre leur révolte. Le jeune va donc islamiser sa radicalité sans vraiment maîtriser les codes et les règles de sa conversion. Le quatrième profil correspond à certains jeunes avec des problèmes d’identité, victimes de violences parentales, de décrochage scolaire ou autre. Ce profil plus intra subjectif permet de comprendre les raisons des engagements solitaires avec une volonté explicite de se construire une image de soi idéale même par la mort.
Parmi ces deux derniers profils, le croisement avec la délinquance est le plus présent, sans pour autant tomber dans la sur-radicalisation uniquement à partir de conditions socio-économiques dégradées. Loin de trouver une détermination qui pousse systématiquement le jeune défavorisé délinquant à la radicalisation islamiste violente, nous n’isolons qu’une petite fraction de délinquants qui basculent dans la radicalisation islamiste violente.
Les gains économiques constituent souvent une des motivations principales d’un délinquant alors que, pour un radicalisé islamiste, il existe une dimension idéologique qu’on néglige souvent en France dans l’analyse de son parcours. Qu’en pensez-vous ?
 S.A. : Cette dimension économique n’est pas totalement absente en Europe même si elle est plus présente ailleurs dans le monde. Mais si, dans le sens de Bourdieu, on considère que le capital n’est pas financier mais culturel et symbolique, alors, oui, il y a une dimension économique à l’engagement radical. Paradoxalement, le jeune, en s’engageant dans des démarches violentes, gagne la vie. Il devient martyr, sa famille est soi-disant sauvée et son identité n’est plus individuelle mais collective. Pourtant, il y a beaucoup plus une dimension idéologique à l’engagement radical et le propre de la radicalisation c’est bien d’être porté par une rationalisation du discours de mort. Dans la délinquance, on pourrait dire « Business is business », et, a part cela, il n’y a pas de loi. Dans la radicalisation djihadiste, c’est le contraire car la participation à un projet plus ample que soi est construit autour d’un corpus idéologique à construit et assumé. La radicalisation djihadiste est donc bien une démarche idéologique même si nous devrions relativiser la notion même de radicalisation. Il y a en effet une différence notable entre un jeune converti à la radicalité et un jeune faisant la démarche de partir sur les terrains de guerre, d’un jeune terroriste participant à un attentat. Chacune des étapes n’est pas en continuité avec l’autre et doit être analysée distinctement.
 On sait que la construction d’un noyau délinquant ne va pas de soi et qu’il faut compter sur ses copains, ses frères et ses sœurs pour y arriver. Pour l’idéologie radicale violente, on parle aussi de fratrie dans le basculement. Peut-on donc parler d’un même modus operandi dans le recrutement ?  
S.A. : Toute démarche clandestine qu’elle soit militaire ou civile, terroriste ou délinquance suit les mêmes modalités et la police connait bien ces phases. La rupture dans les comportements publics, la mise en veille d’activité numérique, la difficulté à connaître les parcours et les lieux de présence du jeune sont autant de signes d’un passage à la clandestinité. La gestion des déplacements, des communications, des hébergements, des identités, des armes, des lieux d’actions sont des modalités de la clandestinité où délinquance et radicalisation peuvent s’entrecroiser sans vraiment se mélanger.
Vu les profils des assaillants des dernières actes terroristes en France, peut-on donc parler des « noyaux sur actifs délinquants » parmi les radicalisés islamistes ?
 S.A. : Je ne pense pas même si la prison reste un des lieux privilégiés des rencontres entre ces milieux. Nous ne sommes pas dans le terrorisme islamique dans la configuration des périodes noires du terrorisme indépendantiste aux démarches parfois mafieuses. Par contre, il me semble évident que nous devons croiser les informations, les procédures et les équipes qui travaillent sur ces deux domaines pour être efficace.
 Les recruteurs utilisent un discours « moralisateur » pour convaincre les jeunes. Peut-on sur cette base parler de la radicalisation islamiste violente comme une fin de carrière délinquante ?
S.A. : Oh non, car cela voudrait dire trois choses qui sont parfaitement erronées. Premièrement, comme je l’ai dit plutôt, il n’y a pas de logique de coopération entre les milieux délinquants et les milieux djihadistes et, même s’ils obéissent dans la clandestinité aux mêmes codes, ils ne se mêlent pas. Deuxièmement, il n’y a surtout pas une logique de continuité dans ces deux phénomènes dont l’un conduirait à l’autre, bien au contraire, et même si certains terroristes ont été aussi des délinquants, ce n’est pas la majorité. Enfin la délinquance de par la loi est « le comportement d’un individu qui, ne se conformant pas aux dispositions de la loi, se rend coupable d’un délit ». Donc, tout terroriste est délinquant et tout jeune souhaitant partir ou partant sur les terrains de guerre est délinquant car il se met en infraction avec la loi.
[1] Roy, O & AOUES, S. (2016). Quelle responsabilité de l’islam dans la radicalisation ? Propos recueillis par sabelle de Gaulmyn, Anne-Bénédicte Hoffner et Flore Thomasset, le 03/04/2016 à 19h20. La Croix

 

Le djihadisme : mélange explosif entre narcissisme et vengeance

Par Silvia Pierantoni Giua, chercheuse en psychanalyse diplômée de l’Université de Paris Diderot VII- La Sorbonne en 2016 (Master sous la direction de Fethi Benslama). Silvia Pierantoni est aussi titulaire d’un Master en langue et culture arabe-islamique de l’Université La Statale de Milan (2015). Elle s’intéresse actuellement au sujet de la prévention de la radicalisation par la culture.

 

Plutôt qu’une conversion à la religion d’Allah, le djihadisme est un processus qui amène l’individu à l’accomplissement de ce que nous appelons « identité au négatif ». Avec cette définition, nous nous référons à une opération qui voit se croiser et s’imbriquer deux éléments : l’abdication de la pensée critique en faveur d’une adhésion totalisante à une idéologie. Continuer la lecture de Le djihadisme : mélange explosif entre narcissisme et vengeance

Prévention contre la radicalisation en Suède : Quand la religion devient une solution

Par Kamel SOUIG, doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication. Université Aix-Marseille et consultant en communication chez Founder Family.

Andréas Schönström, photo prise par Kamel SOUIG
Rencontré une première fois en marge du sommet «  Villes européennes contre la radicalisation » à Bordeaux en mai 2016, Andréas Schönström est la figure de proue en matière de prévention contre la radicalisation. Il nous reçoit chez lui à Malmö, une ville de 300 000 habitants, souvent citée comme ville pilote en matière de prévention contre la radicalisation. Selon son expérience et celle des responsables locaux, la lutte contre le phénomène de la radicalisation passe par l’intégration de la communauté musulmane et la lutte contre tous les mouvements extrémistes et sectaires.
Dans cet entretien Andréas Schönström élu à la mairie de Malmö nous livre son expérience d’élu et son regard de citoyen en matière de lutte et de prévention contre la radicalisation. Continuer la lecture de Prévention contre la radicalisation en Suède : Quand la religion devient une solution

Menace et persuasion dans le discours extrémiste

par Laura Ascone, étudiante en doctorat à l’Université de Cergy-Pontoise en Sciences du langage et spécialiste de l’expression des émotions, en particulier, dans la façon dont elles sont exprimées dans une conversation via un ordinateur. Elle concentre actuellement ses recherches doctorales sur l’étude des émotions dans la radicalisation islamiste sur Internet.
Suite à la réinstauration du soi-disant Califat, le 29 juin 2014, et aux attaques terroristes menés par Daesh dans les dernières années, une attention particulière a été portée sur le phénomène de la radicalisation islamiste et, plus particulièrement, sur ce qui amène des jeunes, qui très souvent n’ont grandi dans un milieu ni arabe ni musulman, à adhérer à l’idéologie djihadiste violente, voire à passer à l’acte au nom de cette idéologie. Continuer la lecture de Menace et persuasion dans le discours extrémiste

Les vierges (hûr ‘în), fantasme de Daesh

Le 16 novembre 2016, la société de production de Daesh, Al-Hayat Media Center, publiait un nouveau nasheed, chant rituel, intitulé « Les Éternelles ». Ce n’est pas la première fois que le groupe terroriste exalte cette forme de ‘récompense’ (au paradis) à ses fidèles, à travers des poésies chantées principalement en arabe. Il existe au moins plusieurs dizaines d’anasheed (pl. de nasheed) sur le thème des vierges, comme nous allons le voir dans cette contribution. L’analyse de ce corpus constitué d’un échantillon de deux nasheed en français et de trois nasheed en arabe révèle un usage récurrent de cette notion comme moyen de motivation des guerriers et perspective eschatologique d’un paradis orgiaque. En outre, cette analyse vient confirmer les résultats de plusieurs enquêtes qui ont décelé une écoute intensive des anasheed par les djihadistes. Le nombre de vues des vidéos de nasheed sur Youtube dépasse en effet les milliers, voire mêmes les dizaines de milliers pour certains. Continuer la lecture de Les vierges (hûr ‘în), fantasme de Daesh

L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

Par Hasna Hussien et Dr. Moreno al Ajamî
Les dimensions idéologiques de Daesh, assez souvent négligées dans l’étude de ce phénomène global, constituent des facteurs cruciaux pour comprendre cette nouvelle mouvance jihadiste violente qui fonde sa « légitimité » sur sa propre interprétation de l’islam. L’étude de la doctrine daeshienne et sa position sur la carte idéologique du salafisme et du fascisme permet de mieux saisir ses origines, ses fondements et ses stratégies qui constituent une base importante pour justifier son recours à la violence extrême.
Continuer la lecture de L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

« Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

Par Daniel Martin, directeur du Centre Régional de Verviers pour l’Intégration des personnes étrangères ou d’origines étrangères, CRVI
 crvi
Le défi de la lutte contre le radicalisme violent à caractère religieux consiste à condamner et sécuriser sans faiblesse, mais aussi construire, reconstruire sans cesse. Continuer la lecture de « Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

L’Islam : des sources aux usages contemporains ; genèse du jihad global

Par Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.
I. Les sources scripturaires de l’islam
Comme toute religion, l’Islam est un système de croyances et de valeurs d’où découlent des normes et des rites. L’islam repose sur trois sources scripturaires : le Coran, le Hadîth, le Consensus. D’un point de vue historico-critique, l’Islam est principalement bâti sur le Hadîth puis sur le Consensus des ulémas. Le Coran donné comme source principale est ainsi devenu dans les faits une source secondaire. Continuer la lecture de L’Islam : des sources aux usages contemporains ; genèse du jihad global

Appel à Contribution

 

(EXTENSION DU DÉLAI D’ENVOI DE CONTRIBUTIONS JUSQU’À LA FIN DU MOIS DE FÉVRIER 2017)

Dans le cadre du projet « Comprendre, sensibiliser et contrer la propagande djihadiste violente », soutenu par l’Association de Recherches et d’Etudes sur la Santé, la Ville et les Inégalités (ARESVI), le carnet de recherche  cdradical.hypotheses.org lance un appel à contribution afin d’approfondir, amplifier et multiplier les approches critiques et académiques de la propagande djihadiste violente. Il s’agira d’analyser ses mécanismes et réfuter les contenus (discursifs, visuels etc.) de cette propagande. Continuer la lecture de Appel à Contribution

La place et le rôle des muhâjirât de Daesh

Cette analyse repose sur les principaux résultats d’un nouvel article sur le thème « Comprendre la place et le rôle des muhâjirât de Daesh », à paraître en décembre 2016 dans une revue spécialisée.
La féminisation du radicalisme djihadiste violent est devenu un phénomène social. L’engagement des jeunes femmes dans les rangs de Daesh ne cesse de croître. Ces femmes migrantes (muhâjirât) représentent 40 % des départs en Syrie et en Iraq selon les dernières statistiques de l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT) [1]. Les profils sont très diversifiés : toutes les catégories sociales, toutes les régions sont touchées, territoires urbains comme villes moyennes. On dénombre par ailleurs 30 % de femmes parmi les 9300 personnes signalées pour radicalisation violente. Continuer la lecture de La place et le rôle des muhâjirât de Daesh

« Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

Entretien réalisé par l’auteure avec le fils de la victime Ahmad, trentenaire, Tripoli, juillet 2016
La famille occupe une place centrale dans la propagande de Daesh et son projet social. Son imaginaire idéalisé du « califat » repose en partie sur l’obligation de la « hijra familiale » pour « se retrouver avec la meilleure des familles » ou « préserver la famille musulmane » car celle-ci est la « plus chère » au musulman « après sa religion », comme ressassé dans leurs différents supports écrits de propagande. Continuer la lecture de « Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Article publié le 4 juillet dans la revue Esprit. http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=459
La propagande officielle de l’« Etat islamique » (connu sous l’acronyme arabe « Daesh ») diffusée sur Internet est plus complexe que ce que laissent entendre les médias mainstream[1] et les résultats de certaines recherches francophones. L’étude critique de cette propagande à l’aide des approches sémantique, sémiologique et de l’analyse de discours[2] permet de comprendre les mécanismes, les logiques et les modalités du processus de radicalisation violente. Nous nous intéresserons dans le cadre de cette contribution plus particulièrement aux techniques d’attraction déployées par cette propagande pour recruter de nouveaux sympathisant-e-s. Ainsi, le corpus exploité est constitué de toutes sortes de productions médiatiques disponibles sur internet en trois langues: arabe, français et anglais : magazines, bulletins de guerres, images et vidéos de propagande, chants rituels (anasheed), brochures. Continuer la lecture de La stratégie d’attraction de la propagande de Daesh

Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

enfantDaesh
Capture d’écran d’une mise en scène des enfants-soldats, Dabiq, n°11, août 2015.
Le dernier rapport de l’Unicef publié le 14 mars 2016 sur le thème No place for children révèle que les recrues des groupes et forces armés sont de plus en plus jeunes, jusqu’à 7 ans. Ces enfants reçoivent un entraînement militaire et participent aux combats, endossent des rôles qui menacent leur vie sur les lignes de fronts comme celui de porter et assurer l’entretien des armes, tenir les postes de contrôle, soigner les blessés de guerre, ou encore participer dans certains cas à des services sexuels comme esclaves. L’Unicef estime aujourd’hui que dix mille enfants participent à pas moins de 15 conflits armés de par le monde. Certains sont recrutés de force ou enlevés, d’autres s’enrôlent pour fuir la pauvreté, la maltraitance et la discrimination, ou pour se venger des auteurs d’actes de violence commis à leur encontre ou contre leur famille. Continuer la lecture de Les « enfants soldats » de Daesh. De la nécessité de prendre en charge les mineurs en danger et en souffrance

Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Avec  Dr. Moreno al Ajamî, Médecin, Docteur en Littérature et langue arabes, Islamologue, Théologien, Spécialiste de l’exégèse du Coran.
Ce n’est pas la première fois que Daesh met au cœur de sa propagande la figure d’une personne âgée, un cheikh ou un hâdj. La boîte de production arabophone Al-Khayr (« Le bien ») vient de publier une nouvelle vidéo autour de cette figure et dont le titre renvoie au fragment de verset coranique « Khifâfân wa thikâlâ » (« Légers ou lourds », selon la traduction du Coran dit du Roi Fahd), S9, V41. C’est un septuagénaire surnommé Abou Do’âa al-Maghribî qui appelle au djihâd et à la hijra en darija, dialecte marocain, avec un sous-titrage en arabe littéraire pour une réceptivité plus large du public arabophone non maghrébin. En face de lui, un adolescent syrien de 15 ans se présentant comme futur-kamikaze (istishâdî) que l’on verra monter dans une voiture piégée à la fin de la vidéo. Continuer la lecture de Abou Do’âa al-Maghribî, doyen de Daesh

Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Abou al-Hassan al-Falestini est le surnom d’un jihadiste, cheikh et juge (qâdî) qui occupe une place importante parmi les théoriciens et idéologues de Daesh (à ne pas confondre avec le jeune djihadiste d’origine palestinienne, émir de la wilâya de Qalamoun en Syrie décédé en août 2014 dans le combat d’Irssal contre l’armée libanaise). Les éditions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en 2013 un nouvel opuscule d’al-Falestini sous le titre Roudoud wa talmihât ‘ala monkiri al-‘amaliyyat al-istishhadiyya (« Réfutations de ceux qui dénoncent les opérations martyrs », traduction non littérale, tnl). Cet opuscule de près de 60 pages fait suite à la polémique déclenchée par sa fatwa (« avis juridique ») pour légitimer ce qu’il appelle « les opérations martyrs » contre l’ennemi (l’armée, la police et l’ensemble des régimes politiques, considérés comme « impies ») et sa mise en application par l’EI. Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
L’idéologie de Daesh commence à prendre forme peu de temps avant la création de son embryon iraquien sous le nom de l’«Etat islamique en Iraq » (« addawla al-islamiyya fi-l Irak »), le 12 juin 2006. Certains fondateurs de cette idéologie djihadiste takfiriste (« excommunicatrice ») sont moins connus que d’autres notamment en Occident, tels Abou Bakr Naji, Abou Anas al-Châmî, Abou al-Hassan al-Falastini ou encore Abou Hamza al-Mouhajer. En février 2016, les Editions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en arabe la deuxième édition d’un opuscule constitué de deux lettres (rasa’el) signé Abou Hamza al-Mouhajer. Elles ont été rédigées et mises en ligne sur le net initialement en septembre 2007 (pendant le mois de ramadan) sous le titre « Al-Wasiyyah al-thalathiniyya li ‘omara’ wa jounoud addawla al-islamiyya» (« Le trentième recommandation pour les émirs et les combattants de l’Etat islamique »). Continuer la lecture de Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
En France, la polémique sur la porosité entre le salafisme et l’idéologie djihadiste de Daesh prend de l’ampleur. Nous envisagerons à travers cet article d’étudier le rapport entre ce courant politico-religieux (le salafisme) et cette idéologie terroriste. Pour ce faire, nous nous sommes intéressés à la place des références des savants de tradition salafiste (Mohammed Ibn ‘Abd al-Wahhâb et Ibn Taymiyya en particulier) notamment dans les productions médiatiques écrites publiés par Daesh. Les éditions de celui-ci connues sous le nom Al-Himma (« L’effort ») viennent très récemment de republier quatre ouvrages du shaykh Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhâb parmi ses célèbres Lettres personnelles (« al-rasâ’il al-shakhsiyya») : Mokhtasar sirat al-rasûl ; Kashf al-shubuhât  (février 2016) ; al-wajibât et al-oussoul al-thalâtha (mars 2016). Continuer la lecture de Le terreau salafiste commun du wahhabisme et de Daesh

2006, date de la restauration du « califat » par l’«Etat islamique »

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
Contrairement à ce que l’on peut lire dans la plupart des travaux de chercheurs francophones sur ledit « califat islamique », la restauration de cette instance politico-religieuse remonte au mois de novembre 2006 et non pas en juin 2014. L’analyse d’un ensemble de documents officiels de l’« Etat islamique en Iraq » (embryon de ce qui deviendra Daesh)  disponibles en arabe sur des sites djihadistes nous le confirme. Le présent article repose notamment sur l’analyse des conférences de l’ancien « Emir al-Mu’minîn » (« Commandeur des croyants ») et dirigeant Abou ‘Omar al-Baghdadi (à ne pas confondre avec son successeur, Abou Bakr al-Baghdadi) et celles de son bras droit Abou Hamzah al-Mouhajer qui va jouer un rôle important entre autres dans la mise en place dudit califat (sujet de notre prochain article, qui portera sur sa trajectoire, son rôle et son influence dans l’idéologie djihadiste). L’étude de ces documents nous permet de dire que la cérémonie du 29 juin 2014 s’inscrit plutôt dans un contexte de médiatisation internationale voulue par Daesh afin d’accroître sa stratégie d’attraction mais ne constitue pas la cérémonie inaugurale de restauration dudit califat. Continuer la lecture de 2006, date de la restauration du « califat » par l’«Etat islamique »