2006, date de la restauration du « califat » par l’«Etat islamique »

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
Contrairement à ce que l’on peut lire dans la plupart des travaux de chercheurs francophones sur ledit « califat islamique », la restauration de cette instance politico-religieuse remonte au mois de novembre 2006 et non pas en juin 2014. L’analyse d’un ensemble de documents officiels de l’« Etat islamique en Iraq » (embryon de ce qui deviendra Daesh)  disponibles en arabe sur des sites djihadistes nous le confirme. Le présent article repose notamment sur l’analyse des conférences de l’ancien « Emir al-Mu’minîn » (« Commandeur des croyants ») et dirigeant Abou ‘Omar al-Baghdadi (à ne pas confondre avec son successeur, Abou Bakr al-Baghdadi) et celles de son bras droit Abou Hamzah al-Mouhajer qui va jouer un rôle important entre autres dans la mise en place dudit califat (sujet de notre prochain article, qui portera sur sa trajectoire, son rôle et son influence dans l’idéologie djihadiste). L’étude de ces documents nous permet de dire que la cérémonie du 29 juin 2014 s’inscrit plutôt dans un contexte de médiatisation internationale voulue par Daesh afin d’accroître sa stratégie d’attraction mais ne constitue pas la cérémonie inaugurale de restauration dudit califat.
Les preuves scripturaires des leaders de Daesh
Abou Hamzah al-Mouhajer, nommé ministre de la guerre par le caïd spirituel de l’« Etat islamique en Iraq » (« ad-dawla al-islamiyyah fi-l ‘iraq »), annonce dans l’une de ses conférences sur le thème : Ini-l hukm illa lillah, (« La gouvernance de Dieu ») datant de novembre 2006, la restauration du « califat islamique » (voir la capture d’écran ci-dessous).
cap1
Dans la même conférence, le leader exécutif du nouvel « Etat » s’adresse aux musulmans monothéistes (« al-muslimûn al-muwahhidûn ») et aux djihadistes (« mujahidûn ») du monde entier :

« Aujourd’hui, nous annonçons la fin d’une phase de djihâd et la naissance d’une nouvelle phase importante dont nous posons un premier élément de sa structure afin d’inaugurer le projet du califat islamique et restaurer la gloire de la religion » (traduit de l’arabe par l’auteure, voir la capture d’écran ci-dessous)

cap2

Abou Hamzah al-Mouhajer y prête ensuite allégeance à son caïd « le cheikh bienfaisant et héro courageux al-Hachimi al-Qurashi al-Husayni, Emir des croyants d’origine ; Abou ‘Omar al-Baghdadi » (traduit de l’arabe par l’auteure, voir la capture d’écran ci-dessous)
Cap3
Dans une conférence prononcée en avril 2007 sur le thème « Ramadan chahr al-jihâd wal ghofrân » (« Ramadan, mois de djihâd et du pardon »), Abu Hamzah al-Mouhajer utilise à deux reprises la qualité d' »Emir al-Mu’minîn » pour désigner son chef Abou ‘Omar al-Baghdadi.
Ledit guide spirituel de l’« Etat islamique en Iraq » Abou ‘Omar al Baghdadi signait alors ses conférences –toutes disponibles sur internet en versions écrite et audio– de la manière suivante : « Votre frère Abou ‘Omar al-Husayni al-Qurashi al-Baghdadi ». Ces conférences débutent par une formule liminaire récurrente : « Mot d’Emir al-Mu’minîn Abi ‘Omar al-Baghdadi, que Dieu le préserve » (voir la capture d’écran en arabe ci-dessous). Cette formule est souvent précédée d’un verset coranique et d’un hadîth attribué au prophète afin de « légitimer » ses énoncés.
Cap4
Un autre exemple plus récent datant la restauration du califat est celui révélé par Daesh à l’occasion de la publication sur internet de la biographie d’« Emir al-Mu’minîn » Abou Bakr al-Baghdadi, leader actuel de l’organisation terroriste, en octobre 2014. Dans ce document officiel, Daesh fait l’éloge de son leader spirituel en précisant sa trajectoire et ses actions depuis son engagement dans l’idéologie djihadiste :

« Pendant cette période (la déclaration de l’« Etat islamique en Iraq ») -aussi- il (Abou Bakr al-Baghdadi) faisait le tour des tribus et des groupes djihadistes (…) leur demandant de prêter allégeance (« bay’a ») au Commandeur des croyants –à l’époque- Abi Omar al-Baghdadi (…) » (traduit de l’arabe par l’auteure, voir la capture d’écran ci-dessous).

Le deuxième paragraphe révèle le processus de succession entre les deux émirs évoqué par le porte-parole de Daesh Abou Muhammad el-Adnani.
Cap5
Le tryptique du « califat »
L’analyse des différentes conférences diffusées par Al-Forqan– la plus grande boîte de production de l’« Etat islamique en Iraq » à l’époque- met en évidence trois axes conceptuels : la ba’ya (« l’allégeance »), la notion de « dawla al-islam ‘ala al minhaj al-nabawi » («Etat islamique sur la voie prophétique»), et celle d’« annasab al-charif d’amir al-mu’minin min solalat ahl-l-bayt » (« un commandeur des croyants descendant de la famille du prophète »). Le processus d’allégeance est essentiel dans la doctrine djihadiste. Ce processus repose sur le principe d’al wala’ wal barâ’a (« l’alliance et la dénonciation*») détourné par Daesh afin de justifier sa violence non seulement vis-à-vis des non-musulmans (« kouffar », « mourtaddine », « moushrikine », etc.) mais aussi contre toute forme d’altérité. Dans cette logique, le mot Bara’ suppose l’extermination du non-aligné, pour Daesh. Ce dernier veut à tout prix montrer que son « Etat » se calque sur la voie prophétique (« Attentats sur la voie prophétique » pour parler des attentats de Paris…). Ses productions médiatiques ainsi que celles de ses idéologues ne manquent pas de tentatives de comparaisons décontextualisées entre deux époques séparées par 1400 ans. C’est aussi dans cette logique que Daesh veut attribuer une lignée « prophétique » ou « califale » (« al-Qurashi », « al-Hussayni » ou « Abou Bakr ») à ses leaders spirituels (voir ci-dessous la capture d’écran sur la lignée supposée d’Abou Bakr al-Baghdadi qui remonte selon Daesh au calife Ali Ben Abi-Taleb et son épouse Fatima, fille du prophète) ainsi qu’à l’appellation de ses sympathisants et sympathisantes qui rappellent celles de l’époque du prophète : « Abû Rayyân… », « Abû Basîr… », « Abû Qa’qâ’… », « ‘Ukâchah… », « Umm ‘Umar… »
Cap6
Ces trois concepts (allégeance/état dit prophétique/ascendance prophétique dudit calife) constituent un triptyque essentiel si l’on veut comprendre la doctrine de Daesh ainsi que de sa propagande. L’usage de ces concepts par les premiers idéologues du groupe terroriste depuis son implantation en Iraq à l’issue de l’invasion américaine ainsi que par ses productions médiatiques diffusées notamment en arabe permet de remonter aux origines de ce projet politico-religieux dans l’histoire contemporaine. En outre, l’analyse de ces données nous permet de confirmer que ledit califat existe depuis maintenant une décade ce qui permet de relativiser l’affirmation récurrente selon laquelle ils ont réussi à fonder le dit califat en très peu de temps.
  • Selon l’islamologue Rachid Benzine, la notion barâ’a renvoie à la  dénonciation,  par Allah et son messager, rasûl, à l’égard des associateurs, mushrikîn,  (ceux qui rendent culte à d’autres dieux que lui) avec lesquels vous aviez (conclu) un pacte, mu’âhada (de non agression mutuelle). Le verbe tabarra’a  renvoie donc à la dénonciation officielle d’un accord conclu. Cette dénonciation est licite pourvu qu’elle soit publique et annoncée à l’avance.  Cette dénonciation licite s’oppose au naqd, la rupture illicite des serments ou des contrats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *