Daesh, langue du quatrième IVe Reich ?

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
Dans un article pour la revue américaine en ligne Aeon, l’anthropologue spécialiste du terrorisme Scott Atran, établit le lien entre le nazisme et l’« État islamique ». L’attractivité de ces deux doctrines populistes résident, selon lui, dans la nature de leur offre : « la lutte, le danger et la mort ». Ceci explique la détermination et le désir de combat et de sacrifice de leurs soldats. Nous tenterons ici de tester ce parallèle, notamment sur le plan de l’analyse des registres discursifs spécifiques qui les caractérisent.
L’analyse de discours des productions médiatiques de Daesh révèle le détournement de certains concepts islamiques et parfois le recours à une langue spécifique semblable à celle utilisé par le IIIe Reich. De la même manière que la novlangue fabriquée par le IIIe Reich révèle le contenu de l’idéologie nazie comme l’a montré Victor Klemperer (LTI. La langue du IIIe Reich, 1975), le langage dont Daesh fait usage devrait pouvoir révéler les fondements de son idéologie. (Ré) inventer une langue, en créant des mots, en modifiant leur sens initial, ou encore en empruntant à la langue ordinaire des expressions qui deviendront des slogans constitue une méthode et une tactique pour ces idéologies démagogiques. Nous avons pu distinguer plusieurs catégories communes aux idéologies et lexiques nazi et daeshien que nous présenterons ici.
Volk/Ûmma, Herrenvolk/Jama’ah, Volskanzler/Calife
Le mot Volk (« peuple ») et tous ses dérivés : herrenvolk (« peuple des Seigneurs »), volksgemeinschaft (« communauté du peuple »), volkskanzler (« chancelier du peuple »), ont été, on le sait, récurrents dans la langue du troisième IIIe Reich. Ces vocables donnent une grande importance à l’ethnicité. Sont considérés comme citoyens à part entière les seuls Allemands « de sang allemand ». Ces Allemands appartenant à la « race aryenne » sont selon l’idéologie nazie « les plus aptes à diriger le monde » (Klemperer, voir « Pour approfondir »).
Dans la langue de Daesh, le mot Ûmma islamiyya (« communauté musulmane ») et son champ sémantique; ahlus-Sunnah (« peuple sunnite »), jama’a nâjia (« groupe sauvé »), ou mu’min community (« communauté des croyants »), khalifa al muslimîn (« calife des musulmans ») etc., sont détournés pour désigner seulement ses adeptes et son guide. Dans la doctrine daeshienne, ce n’est pas la race qui détermine l’identité mais l’appartenance à un groupe spécifique (al-Firqâ) ou le « groupe sauvé » (jama’a al-nâjia). Pour ce faire, il suffit de prêter allégeance (bay’a) au calife autoproclamé des musulmans Abu Bakr al-Baghdadi. Le lien du sang exalté dans le nazisme et sa charge symbolique se rapproche de l’usage du mot « frère » dans le vocabulaire daeshien, un usage plus restrictif et spécifique que celui d’usage courant dans le monde arabe (« akhi« , « khuya« ). La langue de Daesh utilise dans le meilleur des cas le mot muwahhid (celui qui croit en l’Unicité de Dieu) pour désigner l’autre musulman qui n’adhère pas à son Califat, plutôt que « muslim » (musulman). Pour Daesh, est considéré comme « ennemi du peuple » (volksfeind dans la LTI) tout musulman qui ne se plie pas à la procédure de l’allégeance.
Autre point commun, « le juif » est déshumanisé dans les deux idéologies : « parasiten » (« parasite »), « saujude» (« cochon de juif ») dans le vocabulaire nazi comme dans le vocabulaire daeshien, où ils sont souvent désignés comme « khanzîr » (« porc ») ou « qird » (« singe »).
La langue de Daesh dépasse même en occurrence celle du nazisme dans l’anathème de l’altérité: « les croisés mécréants », « les mécréants juifs », « les apostats », « les idolâtres », « the drunkards », « the druggies », « les juifs blasphémateurs et assassins des Prophètes » sont constamment ciblés par les publications belliqueuses de Daesh. Les religieux musulmans « non-alignés » en prennent aussi pour leur grade:  les « imams de l’égarement », « les imams hypocrites », « les savants du mal » etc.
Hymnes hitlériens/anasheeds daeshiens
Les hymnes sur la Germanie et le Rhin, dans lesquels le nazisme joue sur la fibre identitaire et le sentiment national occupent une place importante dans le cérémonial du IIIe Reich. Ces hymnes reposent sur un vocabulaire « idéaliste » du « caractère » (charakter) et de la « détermination » (entschlossenheit) qui appartient à l’éthique du surhomme (übermenschen) dans le nazisme. C’est une forme d’exaltation d’un héroïsme (oharakterich) militaire et viril exaltant la guerre éclaire (blitzkrieg) à travers des métaphores guerrières:

« La jeunesse marche en chantant gaiement, sous le soleil et              sous la pluie, la jeunesse marche avec la volonté de vaincre, vers le but suprême, A l’assaut du monde nous marcherons d’un pas sûr, le jeune se joint à nous bien sûr, aucun sentier n’est trop raide pour la jeunesse, oui marche vers la victoire » (fragment d’un hymne nazi, V.Klemperer, La langue ne ment pas, op.cit.)

fait un curieux écho à travers le temps à :

« Dans le sentier d’Allah nous marcherons vers les portes du paradis […] Nous sommes des hommes, qui aimons la mort comme vous aimez votre vie. Nous sommes des soldats, qui combattons de jour comme de nuit […] mais les soldats d’Allah sont plus que prêts […] le temps est venu pour gagner les batailles » (nasheed daeshien, Dans le sentier d’Allah)

La propagande de Daesh repose sur un champ lexical (et visuel) centrés sur ces combattants présentés comme « modèles » à suivre: « les cavaliers du califat », « les lionceaux du califat », etc. La figure du « héro » daeshien est souvent associée à son lien fusionnel avec le groupe (jama’a), de sorte que personne ne peut être valeureux s’il n’en fait pas partie, comme nous avons pu le mentionner ci-dessus.
De la même manière que le nazisme dans les cérémonies officielles (Saatsakt), Daesh fait l’éloge de la conduite héroïque de ces « shuhada » (« martyrs ») tombés sur les lignes des fronts : « istishhâd », « shahîd ». Dans le nazisme, il s’agit, selon Klemperer, de tirer profit de la défaite, pour l’héroïsme à venir, en disant qu’ils « avaient fidèlement résisté jusqu’à la mort » pour exalter leur héroïsme et ainsi attirer le plus de jeunes gens possibles à devenir eux-mêmes ces héros (et mourir). Or cet héroïsme est parfois démenti par les faits. Dans l’article de Scott Atran cité en incipit, l’auteur évoque une conversation surprise par un talkie-walkie kurde entre deux combattants de Daesh :

« Mon frère a été tué, je suis encerclé. Aidez-moi à emporter son corps ! » La réponse à cette supplique fût : « Parfait, tu iras bientôt au paradis. » Le combattant rétorqua sans hésiter « Venez me chercher. Le paradis, je n’en veux pas ! ».

Daesh exécute ceux qui reculent et qui essaient de fuir son territoire, selon la même source.
Körperliche Ertüchtigung (endurcissement physique)/al-tarbiya al-islamiya (éducation religieuse)
Klemperer explique que dans Mein Kampf,  quand Hitler présente sa politique en matière d’éducation, l’endurcissement physique (körperliche Ertüchtigung) vient largement en tête de la liste de Ses recommandations. De la même manière, Daesh fait l’éloge de l’« éducation islamique » ou « Diwân de l’éducation » et MET spécifiquement en avant son programme « les lionceaux du califat » conçue particulièrement pour les enfants dès l’âge de 10 ans. Dans l’acception daeshienne, l’éducation n’est pas purement morale et religieuse, elle est également physique et s’inscrit dans un programme d’endurcissement des enfants soldats. Ce genre d’éducation s’effectue principalement dans des camps d’entraînement en Iraq ou en Syrie.
Ce programme procède à un vrai lavage de cerveau de ces enfants en faisant l’éloge de « djihadistes-modèles » tels que Ben Laden, les frères Kouachi ou Coulibaly et en leur inculquant des notions de « martyr » (shahîd), l’obligation de « défendre la cause » et de « sauver les musulmans » comme le montre le documentaire de Vice News, L’Etat islamique, diffusé en août 2014. Le journaliste filme une conversation entre un migrant (muhajir) d’origine belge nommé Abdallah al-Balgiqi et son fils âgé de 10 ans. Le père inculque à son fils les réponses à annoner à ses questions morbides : « Qu’est ce que tu veux faire ? Devenir ‘martyr’ ou djihadiste ? ».
enfantDaesh
Captures d’écran d’une mise en scène des enfants-soldats, Dabiq 11 (août 2015)
capturelionceau
Capture d’écran d’une partie du testament d’Abdelhamid Abaoud sur le sujet de l’éducation, probablement destiné à son petit frère Younès Abaoud nommé Abû Mansûr et de ses tuteurs, Dar-al-islam, 8, février 2016.
Parmi les dénominateurs communs entre Daesh et le nazisme nous pouvons aussi relever la notion d’aspect éternel de l’empire : Ewiges Deutschland (« l’Allemagne éternelle ») qui correspond à la notion de l’«ad dawla al ‘islamiyya baqiyah » (« l’Etat islamique reste ») ; celle de la festivité de la guerre : Volksfest (« Fête du peuple ») qui correspond à la notion de « joie » ou de « célébration » qui accompagnent souvent les opérations suicidaires de Daesh ou encore de la glorification du territoire et de l’attachement au sol : Heim ins Reich (« Maison dans l’Empire ou retour à l’Empire ») qui correspond à Dar- al-islam (« la terre de l’islam ») pour désigner le Châm, fief de Daesh.
Enfin, les idéologies daeshienne et nazie partagent non seulement le sectarisme, la violence, l’usage massif de la propagande, le rôle du décorum, l’obsession d’un « complot juif » et l’animalisation de celui-ci, mais aussi des objectifs communs tels que l’« économie réorganisée » dans laquelle l’État joue le rôle déterminant par le moyen de l’impôt (« al-Jîzya ») et d’une banque d’État (battre monnaie, « le dinar islamique ») ou encore la réforme de l’enseignement (Daesh conçoit en ce moment même de nouveaux manuels scolaires) afin de se poser en alternative d’une éducation (allemande d’avant le Reich ou « occidentale ») jugée « décadente » et « dégénérescente ».
A travers cette langue, Daesh prétend créer un «État d’exception », une « Totalité de la force », un totale Staat, sur le modèle hitlérien. L’un comme l’autre sont des totalitarismes, l’un est fascisme, l’autre néofascisme, et il y a fort à apprendre en comparant de manière plus  systématique encore que nous venons de le faire ici le langage de ces deux idéologies distantes de huit décades, qui se disent en des langues différentes mais partagent de nombreux points communs.
Pour approfondir :
-Atran Scott, « L’État islamique est une révolution », L’OBS, 02-02-2016. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160129.OBS3681/l-etat-islamique-est-une-revolution-par-scott-atran.html
– Baylocq Sassoubre Cédric, « Roel Meijer, (ed.), Global Salafism. Islam’s New Religious Movement », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 152 | octobre-décembre 2010, document 152-86, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 08 février 2016. URL : http://assr.revues.org/22533. Au terme de cette note de lecture, l’auteur propose de comparer le langage du salafisme avec celui du IIIe Reich. Nous avons préféré nous concentrer sur le cas particulier de Daesh…
– Faye Jean-Pierre, Langage totalitaires, Herman, Paris, 1972.
– Klemperer Victor, LTI, la langue du IIIe Reich, traduit de l’anglais par Sonia Combe et Alain Brossat, Albin Michel, Paris, 1975.
– « La langue ne ment pas », documentaire de Stan Neuman sorti en 2004 et inspiré du journal secret de Victor Klemperer (1933-1945).

5 réflexions au sujet de « Daesh, langue du quatrième IVe Reich ? »

    1. Je ne suis pas sûre de bien comprendre votre commentaire. Il s’agit d’une analyse de discours radical véhiculé par les productions médiatiques de Daesh notamment ses magazines francophone (Dar-al-islam), anglophone (Dabiq) et arabophone (annabaa) ainsi que certaines vidéos de propagande. C’est moi qui traduit directement de l’arabe ou de l’anglais au français quand cela est nécessaire.

      1. Ma remarque portait sur Scott Atran. Je n’avais pas noté que les analyses étaient vôtres, désolé pour cette remarque trop rapide.

  1. Je découvre votre travail depuis le site de Pierre Assouline, et je suis très frappé. Ce que vous faites est extraordinaire, réellement. — Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *