Quand les ménagères de DAESH se rebellent

par Hasna HUSSEIN, sociologue.

L’engagement des femmes dans les rangs de Daesh constitue un véritable phénomène social. Les françaises représentent par exemple 35 % de la totalité des départs des nationaux en Syrie. En outre, le projet politique du califat autoproclamé par cette organisation terroriste repose en partie sur le rôle joué par les femmes dans sa promotion ainsi que le recrutement de nouvelles sympathisantes. Mais le rôle principal des femmes au sein de Daesh reste principalement celui de la procréation des futurs-moudjahidin ainsi que le maintien d’une certaine stabilité de sa structure sociale très hiérarchisée.

Screen Shot 2016-03-11 at 8.10.51 PM

Capture d’écran de la première page d’un article d’Umm Symayyah al-Muhâjirah publié par Dabiq, n° 11, septembre 2015.

Mais on assiste ces derniers mois à un phénomène croissant : le nombre des femmes repenties ne cesse d’augmenter. Les femmes de Daesh fuient non seulement la guerre à laquelle elles doivent faire face, mais aussi les conditions de vie spécifiques au « califat » qui leurs sont imposées : polygamie, esclavage, non mixité, restrictions dans l’espace public, contraintes liées au statut d’épouse de combattants etc. Aussi surprenant que cela peut paraître, on peut déceler des indices de « rébellion » féminine au sein même des productions écrites par des femmes de Daesh, principalement dans Dar-al-islam (magazine francophone) et Dabiq (magazine anglophone).

La loyauté féminine recherchée par Daesh

En réalité, ce que recherche Daesh ce sont des femmes volontaires pour contribuer à la construction de son projet « colossal » du « califat ». Car il ne table pas sur la loyauté des femmes esclaves capturés dans son territoire (yézidies, chiites, kurdes, chrétiennes, etc.) ou celles issues des familles sunnites syriennes ou irakiennes forcées à se marier avec des combattants dans le cadre de chantages très répandus par Daesh. L’anthropologue franco-américain Scott Atran évoque le recours par Daesh à ce genre de chantage dans son article traduit de l’anglais et paru récemment dans L’OBS (2 février 2016). Selon lui, Daesh peut demander à un père de famille ou à un cheikh local de donner des jeunes comme combattants (pour les garçons) ou fiancées (pour les filles) des moudjahidîn en échange de quoi ses troupes promettent de ne pas piller sa maison ou son village.

Daesh mobilise par ailleurs certaines de ses femmes précisément parmi les émigrées (mouhâjirât) dans l’objectif de recruter de nouvelles sympathisantes auprès de leurs réseaux féminins. Il semblerait que cette catégorie des femmes occupe une place importante dans l’hiérarchie sociale féminine de Daesh. Parmi elles, nous trouvons principalement des femmes de martyrs et des conseillères (wâ’izât). Ces femmes contribuent activement à la production médiatique de l’organisation destinée au public féminin. Nous avons pu recensé 9 articles écrits par celles-ci dans la totalité des numéros des magazines Dar-al-islam (8 numéros) et Dabiq (13 numéros). Nous pouvons ici donner l’exemple de la chroniqueuse et conseillère féminine de Dabiq connue sous le surnom (kunya) Umm Sumayyah al-Muhâjira (« Mère de Soumaya l’émigrante ») de culture anglo-saxonne ou celui d’Umm ‘Umar al-Firansiyah (« Mère d’Omar, la française »). Ces articles traitent des sujets tels que la polygamie, l’émigration des femmes, les rapports conjugaux, ou encore la condition des femmes dans le « califat » de Daesh. Ces thématiques constituent un outil privilégié notamment pour appréhender la place des femmes et leurs rôles dans les rangs de cette organisation terroriste. Nous nous limiterons dans cet article à l’étude de certains sujets révélateurs de l’émergence d’une ‘menace féminine’ à l’égard du projet sociétal de Daesh à l’endroit des femmes. Cette menace met donc en cause la loyauté féminine recherchée par Daesh en recrutant parmi les muhhâjirât (émigrantes).

La fitna des femmes et l’appel à la patience

L’analyse de discours féminin véhiculé par les productions écrites de Daesh révèle l’émergence de nouvelles voix féminines dénonçant la condition des femmes dans ledit « califat ». Il semblerait que cette nouvelle forme de « fitna » (« troubles » quand ce terme est appliqué aux femmes, « conflit » quand il est appliqué à deux factions rivales) gagne du terrain si l’on se fie à cet appel :

« Surtout, ne soyez pas une fitnah pour lui (le combattant) car, par Allah, ceci est très grave. Ne prétextez pas de faux soucis pour qu’il tarde à aller au combat et ne l’aidez pas à se trouver des excuses » (Dar-al-islam, n°8, février 2016).

Les recrues féminines de Daesh semblent de plus en plus leur mécontentement de leur condition imposée par le « califat » de Daesh. Umm Summayyah al-Muhâjira évoque dans ses chroniques ces formes de mécontentement chez ses homologues –pour les désapprouver–, notamment à propos de la polygamie. Son récit constitue une manne ethnographique très intéressante :

« J’ai même entendu une femme me dire : ‘Veux-tu de moi que je commette la mécréance et que j’apostasie ? Si je le vois avec une autre, je serai éprouvée dans ma religion et je sortirais de ma maison désemparée !’. Une autre demande à son amie : ‘Que préfères-tu ? Qu’Allah libère ton époux prisonnier depuis des années et qu’il épouse une seconde femme, ou qu’il reste prisonnier et qu’il ne remarie pas ?’. L’autre lui répond sans détours : Qu’il reste plutôt en prison, cela m’est moins pénible que de le voir se remarier !’ (…) Combien sont les femmes qui, dans les pays des musulmans, affichent leur ‘dégoût » pour la polygamie ! J’ai pu discuter avec certaines d’entre elle et les conseiller (…)» (Dabiq, n° 12 traduit de l’anglais et publié dans le n° 7 de Dar-al-islam, novembre 2015).

Ainsi, ce discours féminin tend à calmer la population féminine du« califat », au sein de laquelle semble poindre des manifestations de mécontentement quant à leur statut:

*« Quant à vous mes sœurs qui avez rendu vos maris au Tout Majestueux, je vous enjoins la patience, la belle patience, celle du prophète Ya’qûb » (Dar-al-islam,n° 8).

Cette volonté d’apaiser ce mécontentement qui sourd repose inévitablement sur un registre religieux, dont quelques verstes coraniques, des actes et paroles attribuées au prophète (hadîth) ou des références religieuses notamment de l’islam hanbalite (Ibn al-Qayyim, Ibn Taymiyah, etc.) ou aux « pieux ancêtres » (« as salaf as salîh ») :

« …le bienfait du bonheur nécessite que l’on patiente face à lui (son mari) dans l’obéissance, comme l’on dit certains salaf (…) » (Dar-al-islam, n°6, septembre 2015).

Ces conseillères (wâ’izât) adopte non seulement la même méthode de détournement des textes religieux mais aussi une rhétorique affective à connotation religieuse en ressassant les lignes du harâm (« illicite ») et la nécessité de l’ « obéissance ») toujours dans l’objectif de convaincre sa lectrice potentielle :

« Ô ma sœur, où est donc ta soumission à l’ordre de ton Seigneur et à Son décret, toi qui, à la base, n’a été appelé musulmane que pour ta soumission à Allah par le tawhîd et ton obéissance envers lui ? » (Dar-al-islam, n° 7)

Le djihad alternatif au féminin

Le discours féminin véhiculé par les productions écrites de Daesh se caractérise par sa stratégie visant à « légitimer » la condition des femmes dans le « califat » autoproclamé. Ce discours propose en effet de nouvelles formes de djihad alternatif conçu spécifiquement pour les femmes notamment le djihad « matrimonial », un djihad sans combat:

« Still the absence of an obligation of jihâd and war upon the Muslim woman-except in defense against someone attacking herdoes not overturn her role in building the Ummah, producing men, and sending them out to the fierceness of battle » (« A djihad without fighting », Umm Sumayyah al-Muhâjira, Dabiq, n° 11, août 2015).

Dans la même logique Umm ‘Umar al-Firansiyah insiste sur l’importance du djihad éducatif des mères dans la reproduction des futurs-combattants et de leurs futurs-épouses :

« Nous devons faire de nos enfants les combattants de demain, leur donner une bonne éducation, leur apprendre à obéir (…) Et pour nos filles, en faire des épouses et des mères des mujâhidîn si Allah le veut, pieuses, droites, gardiennes de leur maison, de leur chasteté mais surtout de tout ce qu’il se passera dans leur demeure. » (Dar-al-islam, n°8).

Ce discours fait aussi la promotion du « djihad contre soi-même » (jihâd annafs) auprès des femmes :

« Quant à toi, chère soeur dont le mari est polygame, voici mon conseil pour toi : je sais avec certitude qu’il n’y a de djihâd plus difficile que celui contre sa propre âme (…) » (Dar-al-islam, n° 6).

Malgré cela, il semblerait que ces nouvelles formes de djihad alternatif au féminin proposées par les idéologues féminines de Daesh ne répondent pas aux aspirations des femmes au sein du califat.

En regard de l’énergie et des trésors de justifications religieuses que déploient les idéologues féminines du« califat », il semble évident qu’une certaine forme de rébellion féminine est en train de poindre au sein du « califat » daeshien sur le sort qui leur est réservé. Cette nouvelle dynamique est bien entendu encore peu visible dans l’espace public (en dehors des témoignages, toutefois croissants des repenties de Daesh) mais de nouvelles voix féminines dissonantes se font entendre au sein même de ce« califat ». Même si des femmes ont pour rôle de contribuer à la régulation de ce système hyperpatriarcal et centré autour de la gloire et du repos du combattant, d’autres semblent néanmoins, tout en adoptant d’autres logiques d’action, remettre en cause sa « légitimité ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *