La délinquance serait-elle un passage obligatoire vers la radicalisation des jeunes ?

Entretien avec Séraphin ALAVA, professeur des universités en sciences de l’éducation de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, coordinateur du projet européen PRACTICIES sur la prévention de la radicalisation et membre de l’équipe scientifique « Radicalités et régulations » (MSH-Toulouse).
Propos recueillis par Hasna HUSSEIN, Mai 2017 (A paraître dans la revue Les Cahiers des Discriminations). 

Vous êtes spécialiste des phénomènes de radicalisation chez les jeunes et éducateurs, comment abordez vous la question de la radicalisation ?
Oui il est parfois étonnant de voir un professeur des sciences de l’éducation s’intéresser à ces questions. Elles sont souvent abordées sous l’angle des sciences politiques ou de la sociologie mais pour moi la radicalisation est un échec de l’éducation dans sa globalité. En effet la citoyenneté et les valeurs de la république sont mises à rude épreuve aujourd’hui face à ce phénomène double de cristallisation de la pensée et de rupture fondamentale du lien social. Lorsqu’un jeune considère que ses croyances, certitudes, analyses sont essentielles dans sa vie alors il s’ancre dans son existence et l’engagement moral ou politique est un marqueur de la personnalité. Mais quand ce jeune ne peut plus supporter d’autres pensées, d’autres croyances, d’autres engagements, alors il est en rupture avec le « vivre ensemble » et l’ensemble des éducateurs se sent en échec.

Bien sûr, il y a des raisons, des éléments qui vont expliquer ces ruptures, ces déchirures qui poussent le jeune à ne plus désirer la paix et le dialogue mais la mort et la guerre. Souvent, quand on dialogue avec des jeunes en voie de radicalisation, je suis étonné de constater combien ils semblent certain de leurs arguments, combien, dans la complexité de la vie, il semble posséder la clé qui explique tout. Dommage que cette clé de lecture du monde soit discriminante et exclusive. L’autre devient pour eux (je parle là de toutes les radicalisations) l’ennemi, le négatif qui justifie leurs engagements. La mort la violence plutôt que la parole et la conviction, n’est-ce pas là un échec de l’éducation humaine ?

Peut-on alors parler d’un lien entre discrimination et radicalisation ?
Ce lien apparait avec plusieurs facettes, et souvent la discrimination est au cœur du processus. Je m’explique. Dans un premier temps n’oublions pas comme le dit Olivier Roy (2016) qu’il y a souvent un sentiment de discrimination qui est au cœur des radicalisations et que même si la discrimination n’est pas la cause principale, elle apparait fortement dans le discours des jeunes. La rupture de ces jeunes avec la société est réactive et apparaît alors comme une défense face aux discriminations subites (racisme, islamophobie, discriminations ethniques, de quartiers). Face à cette discrimination « le jeune marginalisé, discriminé, devient le maître et le sauveur du monde » (Roy, 2016)[1]. Mais si nous nous arrêtions là, notre propos serait partial. En effet, la radicalisation en elle-même se construit sur une triple discrimination qui structure et justifie les actes violents. Que ce soit dans la radicalisation djihadiste, la radicalisation xénophobe et raciste, la radicalisation ethnique ou identitaire, l’autre est toujours identifié au mal à combattre. Le mécréant, le juif, l’étranger est placé dans le discours radical comme un catalyseur à la fois de la haine et de la cause du combat. Deuxièmement, le processus de radicalisation se structure autour d’un rejet de la famille d’origine et d’une adhésion à la famille morale (la communauté). L’une est alors parée de tous les maux et la communauté porte toutes les valeurs au point de permettre un total oubli de soi, de son libre arbitre, de sa raison pour adhérer aux valeurs et aux décisions de l’unicité pensante (le chef ou la foi). Troisièmement, la discrimination morale la plus forte porte sur la valeur de la vie de l’autre ou de l’ennemi que l’on peut enlever pour garantir la victoire à son camp. L’autre, le plus anonyme qu’il soit, est alors sans valeur du fait même qu’il ne soit pas membre du groupe et donc exclu du droit à la vie.
Vous avez participé à la rédaction d’un rapport international de recherche sur les liens entre radicalisation et médias sociaux, qu’en est-il pour les liens entre radicalisation et délinquance ?
S.A. : Nos recherches sur ce point montrent qu’il n’existe pas de lien causal entre la délinquance et la radicalisation menant à la violence. On doit toutefois rappeler qu’il existe plusieurs facteurs communs responsables de la fragilité de la jeunesse et qui favorisent le basculement dans la délinquance ou la radicalisation violente :
  • La jeunesse est une période de crise et donc d’opposition nihiliste.
  • La jeunesse est plus sensible aux injustices et à la détresse.
  • La jeunesse est sensibles aux idées simples et refuse les complexités.
Ces éléments sont à prendre en compte pour mieux comprendre l’attrait des jeunes pour des discours radicaux ou complotistes ; les réseaux sociaux sont devenus rapidement l’espace privilégié de la jeunesse où elle retrouve ses codes et ses quêtes. C’est aussi devenu le lieu de la contre-information, de l’hameçonnage idéologique et donc de l’embrigadement. Je ne veux pas dire par là que dans le cyberespace nous ne trouvions que des « Fake news » et des dangereux anonymes mais je veux dire que nos sociétés doivent construire d’autres formes de régulation civique qui s’adaptent au monde numérique.
Enfin, un facteur important dans le basculement dans la délinquance ou la radicalisation est la banalisation de la violence. Les jeux vidéo, le cinéma, et les différentes ressources qui ciblent la jeunesse usent et abusent de cette violence dénuée d’émotion. Certains jeux vidéo et certaines pratiques vidéastes des jeunes eux-mêmes construisent un mode virtuel totalement détaché d’un regard critique et laissent penser que les valeurs et les droits humains ne sont que des vieilles idées. La tolérance, le respect de la vie humaine, le refus de l’agressivité, la recherche du consensus sont des valeurs spécifiques de l’âge adulte et non de la jeunesse. Pris dans ces idéologies, les jeunes peuvent passer à l’acte sans prendre conscience du caractère inhumain de leurs actes. A nous à relever le défi d’une éducation ouverte sur le monde et donc formatrice positivement et négativement. A nous de construire les nouveaux espaces d’apprentissage citoyens.
Comment définissez-vous la radicalisation menant à la violence ?
S.A. : La radicalisation n’est pas un processus d’endoctrinement, mais de conversion et d’adhésion. En effet, il ne faut pas la penser comme un processus passif pour le jeune où des recruteurs hypnotisent des jeunes victimes impuissantes. Non, la radicalisation numérique est une démarche à deux d’accroche, de demandes, de convictions et de doutes. La démarche de radicalisation ne commence pas par la présence sur l’Internet de sites terroristes ou de médias développant des discours raciaux ou terroristes. Elle commence par des conversions s’appuyant sur de réelles préoccupations des jeunes exposant leurs opinions, leurs questionnements au sein des réseaux sociaux. Si nous mesurons la possibilité statistique qu’un jeune tombe par hasard sur un site radical (religieux ou politique), la probalité est de moins 1 pur 1000. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun danger mais que nous devons nous concentrer sur la tâche essentielle qui consiste à comprendre pourquoi et comment notre jeunesse est en quête de réponses existentielles, contre les injustices de notre monde. Nous devons nous centrer sur une approche éducative des processus de radicalisation qui, en partenariat avec les dispositifs de sécurité, puissent prévenir plus que guérir ce mal.
Comment lutter contre la radicalisation numérique?
S.A. : La radicalisation violente des jeunes interroge notre société et l’émergence d’une société de plus en plus numérique donne le sentiment que notre monde ne peut plus maîtriser la violence et l’embrigadement terroriste sur le Net. Les recherches scientifiques ne démontrent pas une causalité directe entre usages numériques et radicalisation. L’Internet et les réseaux sociaux ne sont donc pas coupables en tant que tels, mais il existe pourtant des dangers que notre société et les entreprises du Net doivent prendre en compte. Le cyberespace est devenu, aujourd’hui, un espace de diffusion des discours de haine, de la xénophobie et des appels à la violence. Notre société doit alors agir pour développer au sein des réseaux des discours, des valeurs, des actions favorisant le vivre ensemble. Si le Net n’est pas coupable, il est en revanche responsable du développement dans ces canaux de valeurs de paix, d’égalité et de respect mutuel.
 Quels sont les profils de ces jeunes qui basculent dans la radicalisation ?
S.A. : Aujourd’hui Il existe quatre grands types de processus qui permettent de construire une intelligibilité du phénomène. Tout d’abord, le profil dit de l’islam radical porte son attention sur le processus d’obéissance à une doctrine religieuse violente (salafisme djihadiste), avec la volonté de respecter les règles religieuses, d’agir dans une guerre contre les mécréants et de défendre sa communauté en danger. Ce courant explique aussi la position des jeunes convertis, relevant souvent d’une emprise psychologique ou d’une démarche existentielle de quête volontaire d’identité perdue. Le deuxième profil dit de l’emprise sectaire porte son regard sur les processus d’embrigadement ou d’endoctrinement qui, à l’insu de la volonté explicite du jeune, vont provoquer la séparation du jeune avec sa vie antérieure afin de les faire adhérer à la voie de renaissance. Ici, dans ce processus, nous percevons combien le recruteur doit agir pour isoler la personne, construire avec elle un dialogue privé et dominant. Le jeune recruté est alors en adhésion avec son guide et le suit aveuglement. Le troisième profil touche les jeunes en rupture sociale qui vont trouver dans le discours radical (de droite ou de gauche, laïque ou religieux) des raisons de comprendre leur révolte. Le jeune va donc islamiser sa radicalité sans vraiment maîtriser les codes et les règles de sa conversion. Le quatrième profil correspond à certains jeunes avec des problèmes d’identité, victimes de violences parentales, de décrochage scolaire ou autre. Ce profil plus intra subjectif permet de comprendre les raisons des engagements solitaires avec une volonté explicite de se construire une image de soi idéale même par la mort.
Parmi ces deux derniers profils, le croisement avec la délinquance est le plus présent, sans pour autant tomber dans la sur-radicalisation uniquement à partir de conditions socio-économiques dégradées. Loin de trouver une détermination qui pousse systématiquement le jeune défavorisé délinquant à la radicalisation islamiste violente, nous n’isolons qu’une petite fraction de délinquants qui basculent dans la radicalisation islamiste violente.
Les gains économiques constituent souvent une des motivations principales d’un délinquant alors que, pour un radicalisé islamiste, il existe une dimension idéologique qu’on néglige souvent en France dans l’analyse de son parcours. Qu’en pensez-vous ?
 S.A. : Cette dimension économique n’est pas totalement absente en Europe même si elle est plus présente ailleurs dans le monde. Mais si, dans le sens de Bourdieu, on considère que le capital n’est pas financier mais culturel et symbolique, alors, oui, il y a une dimension économique à l’engagement radical. Paradoxalement, le jeune, en s’engageant dans des démarches violentes, gagne la vie. Il devient martyr, sa famille est soi-disant sauvée et son identité n’est plus individuelle mais collective. Pourtant, il y a beaucoup plus une dimension idéologique à l’engagement radical et le propre de la radicalisation c’est bien d’être porté par une rationalisation du discours de mort. Dans la délinquance, on pourrait dire « Business is business », et, a part cela, il n’y a pas de loi. Dans la radicalisation djihadiste, c’est le contraire car la participation à un projet plus ample que soi est construit autour d’un corpus idéologique à construit et assumé. La radicalisation djihadiste est donc bien une démarche idéologique même si nous devrions relativiser la notion même de radicalisation. Il y a en effet une différence notable entre un jeune converti à la radicalité et un jeune faisant la démarche de partir sur les terrains de guerre, d’un jeune terroriste participant à un attentat. Chacune des étapes n’est pas en continuité avec l’autre et doit être analysée distinctement.
 On sait que la construction d’un noyau délinquant ne va pas de soi et qu’il faut compter sur ses copains, ses frères et ses sœurs pour y arriver. Pour l’idéologie radicale violente, on parle aussi de fratrie dans le basculement. Peut-on donc parler d’un même modus operandi dans le recrutement ?  
S.A. : Toute démarche clandestine qu’elle soit militaire ou civile, terroriste ou délinquance suit les mêmes modalités et la police connait bien ces phases. La rupture dans les comportements publics, la mise en veille d’activité numérique, la difficulté à connaître les parcours et les lieux de présence du jeune sont autant de signes d’un passage à la clandestinité. La gestion des déplacements, des communications, des hébergements, des identités, des armes, des lieux d’actions sont des modalités de la clandestinité où délinquance et radicalisation peuvent s’entrecroiser sans vraiment se mélanger.
Vu les profils des assaillants des dernières actes terroristes en France, peut-on donc parler des « noyaux sur actifs délinquants » parmi les radicalisés islamistes ?
 S.A. : Je ne pense pas même si la prison reste un des lieux privilégiés des rencontres entre ces milieux. Nous ne sommes pas dans le terrorisme islamique dans la configuration des périodes noires du terrorisme indépendantiste aux démarches parfois mafieuses. Par contre, il me semble évident que nous devons croiser les informations, les procédures et les équipes qui travaillent sur ces deux domaines pour être efficace.
 Les recruteurs utilisent un discours « moralisateur » pour convaincre les jeunes. Peut-on sur cette base parler de la radicalisation islamiste violente comme une fin de carrière délinquante ?
S.A. : Oh non, car cela voudrait dire trois choses qui sont parfaitement erronées. Premièrement, comme je l’ai dit plutôt, il n’y a pas de logique de coopération entre les milieux délinquants et les milieux djihadistes et, même s’ils obéissent dans la clandestinité aux mêmes codes, ils ne se mêlent pas. Deuxièmement, il n’y a surtout pas une logique de continuité dans ces deux phénomènes dont l’un conduirait à l’autre, bien au contraire, et même si certains terroristes ont été aussi des délinquants, ce n’est pas la majorité. Enfin la délinquance de par la loi est « le comportement d’un individu qui, ne se conformant pas aux dispositions de la loi, se rend coupable d’un délit ». Donc, tout terroriste est délinquant et tout jeune souhaitant partir ou partant sur les terrains de guerre est délinquant car il se met en infraction avec la loi.
[1] Roy, O & AOUES, S. (2016). Quelle responsabilité de l’islam dans la radicalisation ? Propos recueillis par sabelle de Gaulmyn, Anne-Bénédicte Hoffner et Flore Thomasset, le 03/04/2016 à 19h20. La Croix

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *