L’idéologie takfîrîste et la légitimation de la violence par Daesh

Par Hasna Hussien et Dr. Moreno al Ajamî

Les dimensions idéologiques de Daesh, assez souvent négligées dans l’étude de ce phénomène global, constituent des facteurs cruciaux pour comprendre cette nouvelle mouvance jihadiste violente qui fonde sa « légitimité » sur sa propre interprétation de l’islam. L’étude de la doctrine daeshienne et sa position sur la carte idéologique du salafisme et du fascisme permet de mieux saisir ses origines, ses fondements et ses stratégies qui constituent une base importante pour justifier son recours à la violence extrême.

Le Takfir et l’héritage wahhabite

Les références des savants de tradition salafiste, principalement Mohammed Ibn ‘Abd al-Wahhãb, Ibn Taymiyya et Ibn al-Qayyim occupent une place prépondérante dans la propagande et l’idéologie de Daesh. Les principaux écrits du premier viennent très récemment d’être republiés par les éditions de Daesh, connues sous le nom L’effort (al-Himma), notamment quatre ouvrages parmi son célèbre ouvrage Les lettres personnelles (ar-rasã’il as-shakhsiyya) : Mokhtasar sirat al-rasül Kashf ash-shubuhãt  (février 2016) ; al-wãjibãt et al-ossül aalãtha  (mars 2016).

L’analyse d’un ensemble de productions médiatiques écrites par Daesh en arabe, français (Dar al-islam) et anglais (Dabiq) révèle la place importante de l’idéologie et de la doctrine de Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhãb ainsi que d’autres idéologues du salafisme dont Ibn Taymiyya et Ibn al-Qayyim. Ces productions sont abondamment émaillées de citations de l’imam de Najd sous la forme : « Cheikh Mouhammad ibn ‘Abd-il-Wahhãb a dit… ». Le dernier numéro de Dar al-islam, par exemple, le cite 13 fois. Par ailleurs, les auteurs de Dabiq citent de manière récurrente le « Shaykhul-islãm Ibn Taymiyyah (rahimahullah) » notamment sur sa conception de « l’alliance et le désaveu (walã’a wal-barã’a) ».

Daesh renvoie aussi ce concept crucial dans son idéologie et qui constitue son « code légal » (Hassan, 2016) au wahhabisme. Ce concept fournit, selon Mohamed Bin Ali (2016), les bases sur lesquelles construire une position de rejet absolu de tout ce qui est différent. Cela permet à Daesh de pratiquer le Takfir, c’est-à-dire de déclarer comme « mécréants » (kuffãr) les non-musulmans (chrétiens, juifs, yézidis, etc.), ou « apostats » (murtaddin) ou « hérétiques » (mubdi’in) ou « polythésites » (mushrikin) pour les musulmans (sunnites, chiites, alaouites, etc.) qui n’adhèrent pas à sa conception de l’Islam. En s’appuyant sur le concept d’al-Walã’ wal-Barã’, Daesh distingue ceux qu’ils considèrent comme des « vrais croyants » (Hafez, 2011) de ceux qui ne le sont pas afin de « légitimer » leur extermination.

Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhãb exige du musulman qu’il nomme muwahhid/unitariste, car il refuse d’utiliser la notion de la croyance, itiqãd, qu’il considère comme une sorte d’innovation blâmable (bida) de respecter à la lettre son interprétation de l’Islam sans quoi il devrait « craindre pour sa vie et ses biens (halãl ad-dam wal mãl/sont sang et ses biens sont licites, c’est-à-dire que l’on est en droit de s’en emparer) », extrait, traduit de l’arabe par l’auteure, tiré de Kashf ash-shubuhãt, ouvrage lui aussi republié récemment par les éditions de Daesh.

L’idéologue najdi, comme Daesh, pensait que chaque musulman est tenu à faire serment d’allégeance à un chef unique (un calife) ». L’historien Nabil Mouline écrit à ce propos qu’« Ibn ‘Abd al-Wahhãb affirme que seule la religion qu’il professe est le véritable islam […] Dans ce cas, l’exclusion est la règle d’or et l’interaction avec les autres groupes n’est envisageable que dans le cadre de la conversion ou de l’affrontement » (2011 : 79). La liste des apostats (murtaddin) selon le shaykh du Najd s’étend ainsi aux chrétiens, juifs et soufis (Redissi, 2015), ou encore aux chiites.

L’héritage takfiriste wahhabite dans la pensée de Daesh se traduit également par l’usage d’autres notions fondamentales, dont le tawhid, la hijra et le jihad. Dans la conception de Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhãb, reprise par Daesh : « La hijra est le déplacement du pays de mécréance (al-shirk) au pays de l’Islam, et c’est une obligation pour cette communauté (umma) […] et le restera jusqu’à la fin des temps », extrait tiré de l’ouvrage al-usûl ath-thalãtha republié récemment par Daesh et traduit de l’arabe par l’auteure.

Daesh tient non seulement à montrer son alignement à la doctrine wahhabite et salafiste originelle mais aussi à sa mise en application réelle dans les différents domaines de la vie.

La violence et le langage néofasciste

Le langage totalitaire (Faye ; 1972) de Daesh dépasse même en occurrence celle du nazisme en termes de violence d’anathémisation de l’altérité: « les croisés mécréants », « les mécréants juifs », « les apostats », « les idolãtres », « the drunkards », « the druggies », « les juifs blasphémateurs et assassins des prophètes » sont constamment ciblés par les publications belliqueuses de Daesh. Il s’agit non pas uniquement de viser cette altérité à travers un discours de haine et déshumanisation, mais aussi d’une incitation à son extermination. En outre, Daesh tente dans ses productions médiatiques de « légitimer » l’exécution de ceux qu’il désigne comme « impurs » en construisant des arguments « coranique » ou « prophétique » sur l’obligation de combattre les « mécréants » (kuffãr) et les « apostats » (murtaddin) : « Les mécréants apostats doivent être combattus avant les mécréants de base » (Dar-al-islam, n° 4). L’on s’appuie par exemple sur le fait que selon Al-Boukhãri, hadith n° 6802, que le Prophète aurait ordonné à ses combattants de « couper les mains et les pieds » des membres de la tribu ‘Okl accusés d’apostasie, et de leur « crever leurs yeux et de ne pas les cautériser jusqu’à ce qu’ils meurent ». Ce faisant, l’image du Prophète véhiculée par la propagande de Daesh est bâtie sur des attributs antinomiques et paradoxaux : « Nous témoignons que Muhammad est le serviteur d’Allâh (sur lui la prière et la paix) celui qui rit en tuant (nous soulignons), celui que son Seigneur a envoyé avant l’heure avec l’épée jusqu’à ce qu’Il soit adoré Seul sans associés […] » (Dar al-islam, n° 5).

Les religieux musulmans « non-alignés » en prennent aussi pour leur grade : les « imams de l’égarement », « les imams hypocrites », « les savants du mal », « l’imam serpillère », etc. Dans son magazine francophone Dar al-islam, Daesh cible à plusieurs reprises (n° 6 et n° 9) Tareq Oubrou, le recteur de la mosquée de Bordeaux. Il y est désigné – photo et localisation géographique à l’appui – comme « une tête pensante de la mécréance qui appelle à l’égarement » sous la mention : « recherché mort » au motif qu’il a soutenu l’intérêt du principe de laïcité et de la démocratie.

Au nom du jihad fantasmé

La notion de jihad se situe au cœur de la propagande numérique de Daesh et de sa doctrine. Le jihad est aussi un outil pour inciter à la migration (hijra), deuxième pilier du projet global de Daesh : « Dâr al-islam n’est qu’un outil d’incitation à la Hidjrah et au Djihâd […] », Dar al-islam, n° 2. Cette notion est aussi détournée par Daesh pour justifier son recours à la violence extrême.

Comme dans toutes les thèses jihadistes, qu’il s’agisse de l’ancienne « théologie de guerre » mise au service de l’expansion impériale de l’islam et de la défense de ses territoires ou du jihadisme terroriste contemporain, il n’est jamais guère possible de mobiliser plus d’une dizaine de versets du Coran. Parmi eux, le célèbre « verset du sabre » que Daesh ne manque pas de brandir à tout bout de ligne. En voici la traduction par eux proposée : « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la prière et s’acquittent de la zakãt, alors laissez-leur la voie libre, car Allãh est Pardonneur et Miséricordieux. » [Sourate at-Tawba, v5]. Ce verset est classiquement interprété comme stipulant que les musulmans ont le devoir de combattre les « associateurs », c’est-à-dire les polythéistes, jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’Islam. Mais Daesh a pour spécificité d’étendre la notion de polythéisme à tous ceux qui ne croient pas aux mêmes principes qu’eux, notamment les juifs, les chrétiens, les chiites ou les minorités religieuses du Moyen-Orient, mais aussi les musulmans sunnites qui n’adhèreraient pas à leur doctrine salafo-wahhabite, califale et jihadiste, comme nous avons pu le signaler auparavant.

Pour autant, cette notion de guerre permanente et de conversion par la force est si contraire à l’esprit du Coran que les exégètes classiques ont dû déclarer que ce verset abrogeait à lui seul entre 120 et 140 autres versets prônant la tolérance religieuse et interdisant toute attitude belliqueuse à l’encontre des autres religions. Or, il n’est guère nécessaire d’être un grand exégète pour comprendre que le propos de ce verset est contingenté, limité historiquement ou circonstanciel. En effet, le texte est clair : « après que les mois sacrés expirent », cet énoncé suppose une datation et un délai. L’ensemble de l’exégèse classique précise qu’il s’agit de la rupture unilatérale par les polythéistes mecquois de la trêve de non-agression signée à Ḥudaybiyya en 627 entre ces derniers et les musulmans. Le segment « tuez les associateurs où que vous les trouviez » fait suite aux versets 1-4 de cette même sourate qui déchargent les musulmans de leur engagement vis-à-vis de ce traité du fait que les polythéistes l’avaient préalablement et unilatéralement rompu. Il leur est ainsi donné la possibilité, non pas d’attaquer, mais de répondre à l’agression et « où que vous les trouviez », c’est-à-dire ceux qui auront transgressé la trêve, qu’ils soient sur votre territoire ou le leur. Bien évidemment, le terme « associateurs » ne peut qualifier ici que les polythéistes mecquois et ceux des tribus du Hedjaz qui avaient contracté avec eux des alliances autour de ce fameux traité de Ḥudaybiyya. Autrement dit, il ne s’agit pas même de tous les polythéistes, mais uniquement de ces acteurs-là. Bien qu’il serait aisé de le démontrer, mais trop long dans le cadre de ce type de présentation, nous retrouverions exactement les mêmes biais pour la petite dizaine de versets accessoirement instrumentalisés par Daesh pour légitimer sa vision fantasmée du jihad permanent et global.

En détournant des textes religieux, en mobilisant certaines interprétations parmi les plus extrémistes et violentes d’un groupe d’idéologues et de savants médiévaux dont Ibn ‘Abd al-Wahhãb ou Ibn Taymiyya, ou encore en utilisant un discours propagandiste et manipulateur « assez bien construit » basé notamment sur les nouvelles techniques de l’imagerie, Daesh tente de « légitimer » son projet politique mais aussi meurtrière et « justifier » son recours à la violence extrême. D’où l’importance de mobiliser des efforts multidisciplinaires principalement en islamologie et sciences humaines et sociales afin de comprendre, déconstruire et contredire, voire même neutraliser ce corpus belliqueux sur lequel repose la doctrine dogmatique de Daesh et les mécanismes de sa propagande.

Bibliographie

Ben Ali Mohamed, The Roots of Religious Extremism : Understanding the Salafi Doctrine of Al-Wala’ wal Bara’, Londres, Imperial College Press, 2016.

Faye Jean-Pierre, Langages totalitaires, Critique de la raison et de l’économie narrative, Paris, Hermann, 2004

Hafez Mohammed, « Takfir and violence against Muslims » in A. Moghadam et B. Fishman, Fault Lines in Global Jihad : Organizational, Stratégic, and Ideological Fissures, Londres/New York, Routldge, 2011, pp. 25-46.

Hassan Hassan, « The Sectararianism of The Islamic State : Ideological Roots and Political Context, Carnegie Endowment for International Peace, 2016.

Moreno Al-Ajamî Cyrille, Que dit vraiment le Coran, Strasbourg, Éditions Zénith, 2011.

Mouline Nabil, Les Clercs de l’islam. Autorité religieuse et pouvoir politique en Arabie Saoudite, XVIIIe – XXIe siècle, PUF (Proche Orient), 2011.

Redissi Hamadi, « Le visage mutant du wahhabisme », in L’islam à la croisée des chemins. Tradition, réforme, djihad, OASIS, XI-N.21-Juin 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *