« Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire

Par Daniel Martin, directeur du Centre Régional de Verviers pour l’Intégration des personnes étrangères ou d’origines étrangères, CRVI
 crvi
Le défi de la lutte contre le radicalisme violent à caractère religieux consiste à condamner et sécuriser sans faiblesse, mais aussi construire, reconstruire sans cesse.
 
  • Partage d’idée et d’expériences….
 Le CRVI [1], Centre régional de Verviers (Belgique) pour l’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère est une association dont les missions[2] par décret sont de participer à une politique cohérente d’intégration, d’égalité des chances et de respect de la diversité culturelle pour une cohabitation harmonieuse.
Notre équipe a entre autre mission la mise en œuvre du Parcours d’intégration obligatoire pour les primo arrivant.
Complémentairement, nous prenons en charge la mise sur pied de formations, de sensibilisations à l’interculturalité et à la lutte contre les discriminations.
Depuis 2015, nous avons aussi été mandatés par la Région wallonne pour l’organisation de journées d’études et de formations concernant la prévention du radicalisme violent et collaborons notamment à une formation ayant pour thème « radicalisme violent et travail social »[3].
Verviers est une ville très stigmatisée de par sa situation économique, sociale et politique et aussi depuis par une intervention policière « anti-djihadiste » et un nombre de jeunes partis en Syrie plus élevés. À tel point que Verviers est donc une ville dont la réputation négative est désastreuse.
Immanquablement, notre service social a été confronté à la fois aux tremblements de terre que constituent les attentats, mais aussi et peut-être plus par les répliques sociales incessantes.
Nous entendons par « répliques sociales », les multiples répercussions dans le corps social de ces actes terroristes.
Qu’il s’agisse :
  • d’une demande d’actes de contrition faite à toute la communauté musulmane,
  • de la culpabilisation de toutes les populations étrangères,
  • de l’augmentation exponentielle des actes islamophobes et racistes,
  • de l’inacceptable justification des discriminations,
  • de la libération outrancière d’une parole politique excluante, ségrégationniste et populiste,
  • de la stigmatisation d’une population entière sans aucun discernement ni besoin de justification,
ou encore :
  • de la justification de toutes les actions sécuritaires sans plus aucun frein démocratique,
  • de la « ringardisation » des associations ou des voix qui demandent une réflexion sur les causes sociales ,
l’espace public et médiatique a été submergé par la thématique de l’intégration au sens large, mais rarement au sens noble.
C’est donc dans ce cadre que le CRVI tente d’intervenir au cœur d’une problématique d’une exceptionnelle difficulté qui met en déséquilibre le concept même de démocratie pour en faire une EMOCRATIE, une société à fleur de peau où le moindre débat est conflictuel.
Les premiers mots qui viennent à l’esprit d’un travailleur social et de tout citoyen lorsque l’on évoque le terrorisme qui nous assaille depuis 2015 sont « horreur, stupéfaction et condamnation sans faille ».
De toute évidence, nos sociétés sont en proie à une vague de violence inouïe et qui semble vouloir quotidiennement confronter aux limites de notre fonctionnement sociétal.
Personne ne peut raisonnablement s’offusquer d’une volonté sécuritaire de se protéger, contre ces actes d’une violence totale, inouïe qui ne vise qu’à tuer des innocents au nom usurpé, mais questionnant d’une religion planétaire comme l’Islam.
C’est un devoir fondamental pour nos sociétés de protéger tous les citoyens afin de permettre une vie libre dans tous les espaces privés et publics. C’est incontestable et saluons toutes celles et ceux qui s’y emploient quotidiennement avec vigueur et courage.
Pour autant, la seule réponse sécuritaire démontre rapidement les limites d’une réponse à court terme.
Qui plus est, l’utilisation d’une rhétorique guerrière utilisant des termes aussi « ronflants » qu’inappropriés, recèle en son sein la division, la séparation, le « eux et nous » qu’il est inconcevable d’exacerber…sauf à penser qu’il s’agisse d’un projet de ségrégation sociale volontaire.
C’est au nom de ce même courage, de cette même volonté qu’il nous faut aussi tenter d’analyser , de comprendre les raisons de cette violence .
Après, la stupéfaction et la réparation, nos démocraties doivent inévitablement se remettre en question faute de mourir anéanties sous les amalgames, les discriminations et étouffées par les populismes.
Dès lors, quel rôle peut avoir une association comme le CRVI, dans une lutte préventive contre le radicalisme violent ?
  • Définir, comprendre, analyser, agir…
  1. Définir : une conception claire pour une vision de l’intégration
 « L’intégration est un processus dynamique à double sens, dans notre société multiculturelle. Elle nécessite des compromis. Elle doit permettre à chacun de participer de manière égale à la vie en société, de voir ses droits fondamentaux garantis et d’être créateur de sa propre existence.»
Le CRVI dans le cadre d’un Plan Local d’intégration (PLI)[4] a construit avec ses partenaires locaux une définition de l’intégration. Cette définition est le socle de l’action et résonne comme un projet.
Elle est à la fois l’identité du CRVI, mais aussi le projet de société que nous défendons
Cette définition nous engage, définit notre vision sociopolitique de l’intégration et cadre de fait l’ensemble de nos actions.
Notre vision de l’intégration est fondamentalement inscrite dans le principe de l’interculturalité. C’est-à-dire le principe de l’enrichissement réciproque et du « two-way-process »[5] qui comporte autant d’exigences pour le primo-arrivant que pour la société d’accueil.
Nous refusons catégoriquement le concept de l’intégration par l’assimilation qui demande à la population arrivante un processus d’acculturation et de conformisme qui chaque jour démontre ses limites par les sources de conflits intra, mais aussi extra communautaires qu’elle contient.
Nous pensons non sans ironie qu’accepter « l’étranger qui nous ressemble » est une simplification sociale porteuse de simplismes et d’amalgames.
Le CRVI définit la multiculturalité comme un fait, une observation et en aucun cas comme un projet. Nous vivons depuis toujours dans des sociétés multiculturelles. Prétendre à la multiculturalité comme un objectif revient à une forme de rejet implicite de la diversité comme un constat.
L’accès aux droits fondamentaux[6] dont le CRVI propose de mettre en exergue le principe d’Égalité (égalité en droit, non-discrimination, diversité culturelle, religieuse et linguistique).
In fine, nous considérons que l’intégration est un mécanisme social qui ne peut en aucun cas reposer sur les épaules individuelles d’une personne, sans dédouaner chacun d’une participation personnelle.
Jamais le mot français à double d’ « hôte »[7] n’aura trouvé un sens aussi profond que dans cette définition de l’intégration.
  1. Comprendre : tenter d’analyser le radicalisme violent sans éluder la complexité, mais dans son contexte socio-économique politique.
« Comprendre, c’est être complice ? » (par contre comprendre n’est en aucun cas excuser)
Le CRVI refuse cette assertion disqualifiante pour le secteur associatif et les milieux académiques qui œuvrent au quotidien aux mécanismes de l’intégration sociale.
Chercher les causes, les mécanismes sociaux qui ont conduit des individus souvent jeunes, tous nés ou ayant vécus en Europe à commettre des actes d’une barbarie totale aux mépris de la vie humaine en ce compris la leur, est le devoir de tout travailleur social.
Il est fondamental de placer le terrorisme et le radicalisme violent à connotation religieuse dans son contexte actuel. Si l’on refuse, une réponse sécuritaire univoque et à coup sûr incomplète, alors les questions sociales surgissent dans toute leur brutalité et sans fard.
Certaines d’entre elles sont plus des évidences que des questionnements :
  • Comment imaginer que la construction urbanistique de nos pays comportant une évidente ségrégation sociale serait sans conséquence ?
  • Comment penser que l’accumulation et une telle concentration de difficultés sociales envers des catégories aussi ciblées que nos populations d’origines étrangères n’ouvriraient pas la voie à des « guérisseurs malfaisants » utilisant à leur tour une rhétorique identitaire, pour le coup, religieuse ?
  • Comment croire que l’installation progressive d’une discrimination institutionnelle, d’un racisme d’état ne serait pas une faille abyssale dans la cohésion sociale ?
  • Comment appréhender la place ambigüe laissée ou prise par la religion musulmane en Europe ?
  • Comment entendre cette forme de « parole libérée » autorisant amalgames entre jeunes radicalisés, islam, musulmans, migrants et étrangers ?
Ces seules questions/causes à la fois endogènes et exogènes à nos sociétés démontrent rapidement l’indignité vers laquelle nous glissons et les tendances populistes actuelles en sont à la fois le résultat et les vecteurs.
Entamer un questionnement le plus holistique possible est une urgence faute de sombrer dans la réduction simpliste et la fabrication aisée d’une population de boucs émissaires.
Au contact de criminologues, de psychologues, de sociologues, d’économistes, d’islamologues, de théologiens, de politiques, d’éducateurs, nous comprenons que le radicalisme violent touche à toutes ces disciplines.
Tous les praticiens, chercheurs ou acteurs de terrain s’accordent à dire que le radicalisme violent est un processus individuel et collectif protéiforme.
Tout pose question quant à ces jeunes terroristes et à leur profil ou du moins ce que nous en savons :
  • l’origine sociale ,
  • l’origine ethnique,
  • les lieux de vie,
  • les passés souvent délictueux des jeunes en question,
  • le rôle de l’incarcération,
  • le rôle des fratries,
  • les parcours scolaires,
  • le rôle des pairs,
  • la place du fait religieux,
  • la place de l’Islam et la pratique de la religion musulmane,
  • la place d’internet auprès des jeunes et de la population en général,
  • l’impact des médias et leur contribution aux phénomènes actuels,
  • les enjeux économiques entre sécurité, prévention, protection…
  • les enjeux politiques et la relation au pouvoir,
  • les enjeux géopolitiques encore plus complexes
Cette simple énumération de champs de réflexion démontre à quel point notre société est bouleversée, fragmentée, profondément remise en question sur ces fondamentaux démocratiques.
Le CRVI se refuse à abreuver la fontaine des clichés sans éluder les questionnements.
Refuser les clichés, c’est précisément refuser les notions de « radicalisation express », de « déradicalisation » de « détection » qui ont des connotations cliniques, symptomatiques totalement inappropriées à la complexité.
La lutte ne doit pas aller vers le radicalisme, mais contre le passage à l’acte violent, la volonté délibérée de détruire ses concitoyens, la haine et le rejet de sa propre société.
Notre point de vue est de dire que « déradicaliser » n’est ni plus ni moins que socialiser !
Comme si, le sentiment d’exclusion de non-appartenance à notre société servait de moteur, d’adjuvant à des projets funestes de réalisation personnelle.
Comme si les prédicateurs, pour fins manipulateurs qu’ils sont servaient de phare funèbre dans le labyrinthe psychosocial des ces jeunes.
Il ne peut non plus être question d’essayer de voir en quoi la religion et en particulier l’Islam est le chemin, le prétexte, l’huile dans cet engrenage dévoyé.
À peine ce très modeste tour d’horizon des questionnements entamé, que force est de constater les bouleversements et cette tempête dans laquelle nous entraîne le radicalisme violent.
L’embrasement actuel, l’emballement politico-médiatique entraîne une série de changements et de décisions qui fragmentent la société jusqu’à l’émiettement. La réponse ultra sécuritaire s’autorise toutes les dérives :
  • abaissement des frontières de la vie privée,
  • abolition du secret professionnel pour les travailleurs sociaux,
  • décloisonnement des pouvoirs exécutifs et judiciaires,
Au nom de l’État d’urgence, la démocratie vacille sur ses bases au profit de sociétés dont le projet est le rejet …des élites, des politiciens, des étrangers, des musulmans…et qui benoîtement, vote pour des élites déguisées en chefs de guerre se drapant de vertu dans une posture de sauveurs.
C’est pour cela que le CRVI préfère le doute, le questionnement, la confrontation des idées comme préalable à l’action plutôt que la brutale certitude trop souvent entendue depuis 2015 qui conduit à une fracture sociétale sans pareille et à une réponse sécuritaire qui emporte avec elle une partie entière de nos concitoyens.
  1. Agir : de là où nous sommes avec ce que nous sommes , le CRVI
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, nous avons fait de ce séisme social une opportunité : celle de la remise en question, de la rupture
Le CRVI n’est partisan d’aucune vision doctrinaire, nous pensons simplement que le radicalisme violent et la vague d’attentat ne trouvent leurs explications, leurs sources et leurs causes que dans la combinaison complexe de l’ensemble des facteurs énumérés brièvement ci-dessus.
Les réponses ou les tentatives de réponses doivent être le reflet de cette extrême complexité.
La nuance des réponses et les risques de stigmatisation des assertions et des prêts-à-penser sont les balises de notre action.
L’éloge du risque comme philosophie d’action…
L’associatif, CRVI compris, doit entamer de toute urgence une autocritique sans concession et pour redevenir un acteur incontournable et légitime en matière d’intégration.
L’époque actuelle est la défiance des institutions, des politiques, des élites…mais sommes nous sûrs dans les associations que nous échappons à cette perte de confiance ?
L’émergence des mouvements alternatifs citoyens nous démontre que la société civile ne se satisfait pas de la réponse politique et sociale actuelle.
Nous qui sommes les chantres de la décentration, devrions-nous adresser notre premier regard décalé à nous-mêmes ?
Avant de poser des questions aux autres acteurs sociopolitiques, posons-nous aussi des questions et soyons aussi revendicatifs avec nos associations que nous le sommes parfois dans nos interpellations et recommandations.
Le secteur associatif a de longue date un rôle d’adjuvant social, de tissage de lien, mais au nom de cela , ne sommes nous pas devenus au fil des ans et de la course aux subventions des gardiens de la paix et de la reproduction sociale ?
En effet, nombre de travailleurs sociaux sont-ils devenus des « mécaniciens sociaux » en lieu et place d’artisans du lien sociétal ?
Comment participer au débat, à la vie sociale, à la reconstruction de l’espace public et d’une justice sociale sans prendre de risque ?
Nous prenons le risque de nous former d’informer, de partager, de prendre position, de poser toutes les questions sans tabou et d’interpeller médiatiquement et publiquement.
Fidèle à notre définition de l’intégration nous définissons notre rôle comme à la fois celui d’accueillir et de soutenir les populations de toutes origines que comme celui d’être à la fois défenseur de justice sociale, pourfendeur d’inégalités et aiguillons des décideurs.
Les valeurs que le secteur associatif défend à longueur de textes, de demandes de soutiens entre autres financiers ne doivent pas être des ornements, mais des actes.
Osons parler haut et fort de nos expériences et faisons valoir notre point de vue !
L’impertinence au service de plus de justice sociale est une compétence !
En pratique…
Depuis 2015, le CRVI a donc organisé son équipe de 25 personnes autour de cette double flèche qu’est notre définition de l’intégration.
Nous avons organisé des journées d’étude en trois actes autour du thème :
  1. « Prévention du radicalisme violent…osons le débat » :
Ces journées adressées aux professionnels du secteur non marchand, mais aussi des représentants politiques, académiques, institutionnels se composent comme suit :
  1. Distribution d’une documentation sur les termes les plus utilisés et d’un portefeuille de lecture :
objectif : avoir une base lexicale et une biblio commune pour préciser les termes utilisés.
  1. Phase d’information de personnes ressources , experts : criminologue, sociologue, islamologue,
objectif construction d’un socle informatif commun sur la matière
  1. Débats par tables rondes de maximum 10 personnes avec des animateurs professionnels, des criminologues et des études de cas.
Ces séances sont organisées pour maximum 70 professionnels à la fois et fin 2017 nous aurons rencontré plus ou moins 1000 professionnels.
  1. Mise en place de formations avec des partenaires académiques : CERSO[8] (centre de ressources pour le social)
Certificat interdisciplinaire: radicalisation violente et travail social
Cycle de formation longue multidisciplinaire pour professionnels avec les personnes ressources (experts) parmi les plus reconnus sur la matière pour d’une part avoir un maximum d’informations, mais aussi un regard le plus complet possible criminologue, spécialiste des média, islamologue, psychologue, spécialiste du droit des jeunes, historiens …)
  1. Le CRVI a aussi de fait décidé d’aller  » à la conquête de l’espace »…médiatique et public.
Organisations d’actions de sensibilisation dans l’espace public, campagnes d’animations au sein de manifestations festives, commémorations de journées symboliques conjuguées avec des prises de paroles et des écrits dans les médias locaux sont des axes de plus en plus investis par notre association.
En guise de conclusions …(car conclure sur ce sujet est une ineptie)
La période actuelle est un « tsunami social »certes et il est n’est pas question de minimiser la portée cruelle, inacceptable et en tous points condamnable des attentats perpétrés depuis 2015.
Pour autant, n’apporter qu’une seule réponse sécuritaire dans un cadre d’état d’urgence revient à traiter les symptômes de ce phénomène complexe et élude la nécessaire et profonde remise en question de nos sociétés et de nos dispositifs d’inclusion.
La situation actuelle entraîne des effets collatéraux désastreux sur nos sociétés qu’il s’agisse d’une parole raciste, de discriminations à tous niveaux, de refus des migrants…ces effets seront rapidement dévastateurs pour nos constructions sociales.
Les expériences et rencontres que nous avons la chance et l’opportunité de conduire , nous confirment que passé l’effroi, la stupéfaction, tous les professionnels des milieux associatifs, mais aussi académiques et institutionnels conviennent qu’il faut absolument lier le radicalisme violent au fonctionnement sociétal au sens large.
Faute de faire l’exercice de l’analyse, de la compréhension, le radicalisme violent échappera à toute solution à moyen et long terme !
Il appartient au secteur associatif acteur de proximité par excellence, de prendre à bras le corps un rôle fort de recommandations, d’interpellations politiques et surtout de prendre en charge la pédagogie politique, terrain abandonné par les politiques au profit d’une communication simpliste, sans nuance et stigmatisante (volontairement ou non) pour les communautés étrangères d’Europe.
C’est en tous cas l’engagement pris par le CRVI et ses partenaires.
Daniel Martin
directeur CRVI
[1] http://www.crvi.be/
[2] http://socialsante.wallonie.be/?q=action-sociale/integration-personne-origine-etrangere
[3] http://www.helha.be/HELHa/wp-content/uploads/2016/11/Certificat-radicalisation-Programme-d%C3%A9taill%C3%A9-agenda-et-conditions-1.pdf
[4] http://crvi.be/index.php/143-crvi/accueil/78-plidoc
[5] en education notamment : Trust is a two-way thing.   »  La confiance ne vaut que si elle est réciproque »
[6] La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (CDFUE) a été adoptée sous la forme d’une déclaration lors du Conseil européen de Nice du 7 décembre 2000. · Dignité Liberté Égalité Solidarité, Citoyenneté, .Justice
[7] Littré : 1 Celui, celle qui reçoit et traite quelqu’un sans rétribution, qui lui donne l’hospitalité, par humanité, par amitié, par bienveillance. 2 Celui, celle qu’on reçoit et qu’on traite bien. Régaler ses hôtes.
[8] CERSO : http://cerso.helha.be/

Une réflexion au sujet de « « Don quichotte chez les djihadistes  » ou l’inefficacité de l’unique réponse sécuritaire »

  1. Bonjour,

    Très intéressant de disséquer ce climat tempétueux. Mais je n’arrive pas à comprendre ou se trouve l’énumération dans vos écris?
    Vague d’attentat et explications.
    Enumérer ci-dessus, je ne trouve pas la réponse. Pas quelle ne soit pas écrite, juste que je ne la comprends pas.
    Pourriez-vous m’éclairer d’avantage.
    C’est naturellement la question que tout le monde se pose et qui donne envie de comprendre, de réfléchir, d’agir.

    Le CRVI n’est partisan d’aucune vision doctrinaire, nous pensons simplement que le radicalisme violent et la vague d’attentat ne trouvent leurs explications, leurs sources et leurs causes que dans la combinaison complexe de l’ensemble des facteurs énumérés brièvement ci-dessus.

    Merci et surtout bravo pour vos efforts ainsi que l’équipe du CRVI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *