« Mes sœurs ont justifié l’assassinat de notre père par al walâ’a wal-barâ’a » (Entretien avec le fils d’une victime de Daesh).

Entretien réalisé par l’auteure avec le fils de la victime Ahmad, trentenaire, Tripoli, juillet 2016
La famille occupe une place centrale dans la propagande de Daesh et son projet social. Son imaginaire idéalisé du « califat » repose en partie sur l’obligation de la « hijra familiale » pour « se retrouver avec la meilleure des familles » ou « préserver la famille musulmane » car celle-ci est la « plus chère » au musulman « après sa religion », comme ressassé dans leurs différents supports écrits de propagande.
La stratégie de recrutement de Daesh repose sur une idée centrale, en référence à un hadith attribué au prophète Muhammad et rapporté par Ibn Maja et al-Tabarani, selon laquelle un « martyr » ou moudjâhid fidèle à sa doctrine, en plus de se voir pardonner ses péchés à la première coulée de son sang, peut intercéder en faveur de 70 membres de sa famille lors du Jugement dernier. Pourtant, un écart important existe entre cette idéologie familialiste et la réalité. Le récit d’un homme dont les quatre frère et sœurs ont rejoint ledit « califat » et dont le père (qui a voulu les ramener) a été assassiné par Daesh peut nous permettre de confronter cette idéologie familialiste idéaliste à la réalité des pratiques du mouvement terroriste. Il permet également de poser plus précisément la problématique de la dé-radicalisation de certains individus.
En novembre 2015, le groupe terroriste exécute à Raqqa le Libanais Mahmoud al-Hussein après l’avoir incarcéré pendant plusieurs mois. Le quinquagénaire tripolitain d’origine modeste s’était rendu au fief de Daesh afin de ramener ses quatre enfants partis six mois plus tôt pour vivre au sein du « califat ». Selon le compte-rendu de la parodie de procès qui lui a été réservé, Daesh lui reprochait fallacieusement « d’insulter le prophète » et « d’entretenir des liens avec le gouvernement libanais » (voir les captures d »écran ci-dessous). Son fils aîné Ahmad, que nous avons rencontré dans le courant du mois de juillet 2016 à Tripoli au Nord-Liban, nous indique également que « des photos retrouvées sur son portable prises avec l’ancien premier ministre libanais » ont servi de chef d’inculpation.
يحيى الحسينhokm
Justifier l’exécution d’un père de famille…    par ses propres enfants
Fils aîné d’une fratrie de huit enfants, Ahmad nous a confié l’histoire de ses trois frères et sœurs, jeunes tripolitains partis, parmi plusieurs centaines, rejoindre le « califat ». Le jeune Yahya (voir la capture d’écran ci-dessus), 21 ans a fait le voyage en compagnie de ses deux sœurs, Riham (22 ans) et Marwa (23 ans). Quelques mois plus tard, leur grande sœur de 29 ans Intissar (diplômée en informatique, divorcée) vivant en Turquie les a rejoints avec son fils, mineur.
Le père de famille, Mahmoud, perdait ainsi la moitié de ses huit enfants. Après quelques mois, il décidait d’essayer de les ramener à la raison, pour éventuellement les convaincre de revenir dans le Nord-Liban. Il le paiera de sa vie. Formateur en développement personnel, Ahmad, le fils resté à Tripoli est encore choqué par les réactions de son frère et de ses trois sœurs, qui sont allés jusqu’à justifier l’assassinat de leur propre père :

« Yahya n’était pas d’accord sur le fait d’écrire le qualificatif « martyr » sur l’annonce du décès de notre père. Car Daesh n’a fait selon lui qu’appliquer la loi divine en exécutant notre père »

. Il ajoute :

« Mes sœurs sont allées jusqu’à justifier l’assassinat de notre père sur la base du principe salafiste d’al walâ’a wal-bara’a (« l’allégeance et la rupture ») ».

Riham et Marwa avaient suivi une formation en sciences religieuses dans un institut du quartier al-Qobbeh (à Tripoli, niveau lycée). Les deux jeunes se sont faites remarquées pour des propos jugés radicaux par rapport à la tendance de l’institut (pourtant déjà très conservatrice). Yahya et ses sœurs se seraient ensuite « embrigadés sur internet » et « étaient adeptes d’anasheed djihadistes et de vidéos de propagande de Daesh », toujours selon leur frère aîné. « Ils sont totalement imprégnés par l’idéologie daeshienne et son discours sur l’obligation du djihad, la gouvernance de Dieu (al-hukm bima anzal allâh), l’Etat mécréant (al-dawla al-kafira), le califat, la terre de rêve (ard al ahlâm) », rajoute Ahmad.
« Lavage » ou « substitution complète du cerveau » ?
L’influence de l’idéologie daeshienne sur certains individus semble très profonde, pour pouvoir ainsi défaire le sentiment filial. Nous avons ici affaire à ceux que Farhad Khosrokavar nomme les « endurcis », dans sa typologie des profils des djihadistes (à côté des « repentis », des « traumatisés » et des « indécis »). Cette catégorie est la plus dangereuse et difficile à rééduquer à une vision non violente du monde : « Ce n’est pas du lavage du cerveau mais plutôt une substitution du cerveau », affirme Ahmad.

« J’ai à plusieurs reprises essayé de les ramener à la raison mais sans succès. Ils sont totalement convaincus que le califat est le paradis sur terre. Ils vivent dans une sorte de sentiment d’extase comme s’ils étaient drogués. J’ai fini par abandonner l’idée de les convaincre », rajoute Ahmad.

Cette catégorie de personnes radicalisées est la plus active dans la diffusion de l’idéologie et la propagande daeshienne : « Yahya s’est fait arrêter plusieurs fois par les autorités libanaises avant son départ à Raqqa car il relayait la propagande de Daesh sur internet », affirme Ahmad. Des centaines de jeunes tripolitains sont toujours actifs sur les réseaux sociaux afin de continuer à jouer un rôle dans la diffusion de l’idéologie qui l’ont embrassé[1].
De l’idéologie familialiste de Daesh
Daesh attribue un statut privilégié aux mouhâdjirîn (« immigrés ») par rapport à d’autres combattants locaux syriens ou irakiens. Le vocabulaire de l’organisation terroriste, dispose du mot « Nouzzâ’ » pour désigner « ceux qui se sont détachés de leurs familles et de leurs maisons afin de renouveler l’Etat des mouwahhidîn au Châm » (Dabiq 3, juin 2014). On propose également aux jeunes candidats au djihad de fonder leur famille in situ, en leur facilitant la tâche (choix de la conjointe, rémunération, logement, véhicule…)[2]. Dans ce numéro, comme souvent, Daesh mobilise un ensemble de références religieuses de savants médiévaux afin de légitimer cette approche, tels Al-Harawî (Al-Qâbidoûna ‘ala-l-Djamr), Al-Baghawî (Charhou-al-Sounnah), Ibn al-Athîr (An-Nihâyah), ou encore Al-Sindî (Kifâyatou-l-Hâdjah).
La famille constitue l’un des moteurs de Daesh pour galvaniser ses sympathisants et légitimer son recours à la violence. La propagande de Daesh construit un discours affectif par le texte et l’image autour des « familles musulmanes exécutées », « tuées comme dommage collatéral’ » par les soldats américains pendant l’invasion en Irak ou plus récemment par la coalition.
La famille devient par ailleurs le sujet par excellence du discours complotiste daeshien :

« Il devient clair que les fonctionnaires de l’éducation nationale qui enseignent la laïcité tout comme ceux des services sociaux qui retirent les enfants musulmans à leurs parents sont en guerre ouverte contre la famille musulmane […] Lorsque les mécréants enlèvent des enfants musulmans à leurs familles pour les élever dans la mécréance, ils font comme Pharaon  […] » (Dar-al-islam 7, décembre 2015).

Daesh comme idéologie de rupture
Or, Daesh n’attribue pas le qualificatif de musulman à celui qui n’adhère pas à sa doctrine. Le discours daeshien se caractérise par son orientation takfirîste (excommunicatrice) qui rejette toute forme d’altérité dans les domaines de la « mécréance », de l’ « apostasie » ou de l’ « idolâtrie », comme nous avons pu le montrer dans nos précédents articles. Dans le huitième numéro de son magazine francophone Dar-al-islam paru en février 2016, le groupe terroriste mobilise un important dispositif argumentaire religieux sur une dizaine de pages afin d’exposer « la non sacralité du sang et des biens du mécréant, harbî » et « légitimer » les massacres du 13 novembre 2015 à Paris. Ils citent notamment Al-Qurtubî (théologien-juriste malékite médiéval, mort en 671 de l’Hégire) qui a dit : « Si le musulman rencontre un mécréant qui n’a pas de pacte avec les musulmans, il lui est permis de le tuer. S’il dit ‘il n’y a de divinité qu’Allah’, alors il n’est pas permis de le tuer, car il est préservé par la sacralité de l’islam qui interdit de s’en prendre à son sang, ses biens et sa famille ».
Ainsi, en principe, la vie des musulmans devrait donc être préservée. En réalité, Daesh appelle ses sympathisants à attaquer l’ensemble des ressortissants de leur pays d’origine puisque, les musulmans n’ayant pas rejoint le califat sont considérés comme « impies » ou « apostats ». Le fait de résider durablement en « dar al kufr » (« terre de mécréance ») fait d’eux des individus qui ont pactisé avec les « Etats croisés » ou « mécréants ». En octobre 2014, l’histoire de la jeune lycéenne de 17 ans convertie à l’idéologie daeshienne a fait la une de l’actualité française et internationale. La jeune fille envisageait de faire sauter le magasin de ses parents commerçants de confession juive. Daesh va même jusqu’à exécuter des membres des familles de ses propres combattants, comme nous avons pu le voir avec le cas du père de famille tripolitain venu récupérer ses enfants. Ahmad est d’ailleurs toujours menacé par son propre frère non seulement pour s’entêter à refuser de venir se joindre à la « cause », mais aussi pour avoir évoqué –en termes critiques– dans les médias libanais l’exécution de son père par Daesh.
Malgré les spécificités entre le djihad français et le djihad libanais, ce phénomène à vocation globale présente des traits communs principalement en matière de profils et de stratégies de recrutement. Cette réalité pointe la nécessité d’élaborer des politiques dans le cadre d’une coopération internationale en matière de lutte antiterroriste et de recherches académiques sur ce phénomène. Les réactions et justifications du frère et des sœurs d’Ahmad laissent par ailleurs entrevoir la difficulté et la complexité de toutes velléités de dé-radicalisation.
[1] Ahmad n’a pas souhaité nous communiquer les pseudonymes que son frère et ses sœurs utilisent sur les réseaux sociaux.
[2] Ce fût d’ailleurs l’un des arguments principaux du jeune muhajir Yahya pour tenter de convaincre son frère aîné Ahmad de le rejoindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *