Daesh et les apôtres du mal : Abou al-Hassan al-Falestini (2/4)

Abou al-Hassan al-Falestini est le surnom d’un jihadiste, cheikh et juge (qâdî) qui occupe une place importante parmi les théoriciens et idéologues de Daesh (à ne pas confondre avec le jeune djihadiste d’origine palestinienne, émir de la wilâya de Qalamoun en Syrie décédé en août 2014 dans le combat d’Irssal contre l’armée libanaise). Les éditions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en 2013 un nouvel opuscule d’al-Falestini sous le titre Roudoud wa talmihât ‘ala monkiri al-‘amaliyyat al-istishhadiyya (« Réfutations de ceux qui dénoncent les opérations martyrs », traduction non littérale, tnl). Cet opuscule de près de 60 pages fait suite à la polémique déclenchée par sa fatwa (« avis juridique ») pour légitimer ce qu’il appelle « les opérations martyrs » contre l’ennemi (l’armée, la police et l’ensemble des régimes politiques, considérés comme « impies ») et sa mise en application par l’EI.
Felastini
La couverture de la réponse d’al-Falestini publiée par Daesh en 2013
Disciple de l’ « imam du jihâd »:
Il existe très peu d’information sur les origines de celui qui apparaît comme le mufti al-char’i («jurisconsulte») de l’« Etat islamique en Iraq ». Mais une recherche approfondie principalement sur des sites djihadistes arabes nous permettent de reconstituer une partie de la trajectoire de ce personnage hautement gradé dans la structure hiérarchique et idéologique de l’«Etat islamique » depuis sa création en Irak en 2006.
Abou al-Hassan al-Falestini est probablement un jihadiste de la branche palestinienne d’Al-Qaida comme le montre son surnom. Il est difficile de préciser la date et le lieu de sa naissance, car c’est un homme discret, contrairement à ses confrères djihadistes souvent très médiatisés. Ce qui semble plus certain, c’est qu’il appartient au groupe d’Abou Mossa’ab al-Zarqawi. Abou al-Hassan al-Falestini avait donc fait un passage par la Jordanie avant de rejoindre l’Irak à la suite de l’invasion américaine en 2003. C’est là où il fit probablement la connaissance d’autres dirigeants et savants religieux particulièrement son concitoyen Abou Anas al-Châmî, fondateur du comité législatif (hay’a char’iya) de l’« Etat islamique » en Irak dont il devient membre. En Jordanie, Al-Falestini fut marqué par les idées du palestinien et « imam du jihâd » Abdallah Azzam qu’il cite à plusieurs reprises dans ces écrits. Sa conception du « jihâd globalisée » s’inspire directement de celle de son maître Azzam :

« Le jihâd […] est un mouvement non pas seulement globalisé (‘alamî) mais universel (kaounî)… » (extrait de son ouvrage Limaza al-jihâd ? Al-daroura al-mûlihha/Pourquoi le jihâd ? L’obligation nécessaire, publié par Al-Fajr en septembre 2011, p.10, traduit par l’auteure).

Il est donc probable que les deux théoriciens du jihâd se soient rencontrés en Jordanie ou en Afghanistan.
Les écritures d’Abou al-Hassan al-Falestini toutes disponibles sur le net en arabe fournissent d’autres informations à propos de leur auteur. Dans la présentation de son ouvrage Al-Bochrâ al-mahdiyya li-monafithi al-‘amalîyât al-istichhâdiyya (« La bénédiction des auteurs des opérations martyrs, tnl ») cumulant 101 pages serrées et publié en août 2010, les éditions Al-Fajr révèle qu’« il s’agit d’un manuscrit rédigé par le cheikh avant sa migration (hijra) en Iraq et avant sa mort ». Le « responsable juridique » dans l’organisation Al-Qaida dans les pays de deux rives (mas’oûl char’î bi tanzîm al-qaeda fi bilâd al-râfidayn) serait mort « en déclenchant sa ceinture explosive dans un guet-apens américain ». Nous retrouvons le même récit à propos de l’auteur dans l’introduction d’un autre ouvrage rédigé probablement par le même auteur sans qu’il soit signé par lui et publié en 2006 par Al-Forqân sur le thème : I’ilâm al-anâm bi-milâd dawlat al-islâm. Bahth fi nachat dawlat al-irâq al-islâmiyya wa dawafi’i iqâmatiha wa irtibâtiha bi ma’aîlât al- masira al-jihâdiyya wa adwârihâ al-siyyâssiyya al-mohimma (« La naissance de l’Etat de l’Islam. Enquête sur les conditions de la création de l’Etat islamique en Irak et ses principaux rôles politiques », tnl). Les deux ouvrages d’Abou al-Hassan al-Falestini constituent une fatwa (« avis ») juridique pour légitimer la création d’un « Etat islamique »- fortement contesté par les milieux salafistes djihadistes notamment Al-Qaida- et les principaux moyens de son établissement (les opérations suicidaires).
Ces ouvrages révèlent une maitrise des connaissances religieuses classiques, multipliant les références coraniques, les hadîth et de savants médiévaux, principalement Ibn Taymiyya dont il reprend à son compte la notion d’al wala’a wal Barâ’a («l’alliance et la rupture »). Cette maîtrise de la théologie et des sciences islamiques se traduit également par une connaissance élargie des travaux d’autres savants et juristes musulmans médiévaux notamment Al-Mâwardi (977-1058). Ce juriste et diplomate pendant la période abbasside inspire notre cheikh notamment par son œuvre Al-ahkâm al-soltâniyya (« Les statuts gouvernementaux ») mobilisé pour tenter de légitimer le statut de l’«Etat islamique » en Irak. L’héritage le plus important d’Abou al-Hassan al-Falestini est, sans conteste, sa contribution à la pensée et à la doctrine djihadiste radicale notamment à travers sa nouvelle conception du « djihâd glocal » de l’«Etat islamique ».
Le « djihâd glocal » d’al-Falestini
Certes la pensée d’Abou al-Hassan al-Falestini est largement inspirée par celle d’Abdallah Azzam, mais elle diffère de celle de son maître en certains points importants.
Al-Falestini déplace l’objectif du combat contre l’ennemi extérieur vers celui du combat contre l’ennemi intérieur, local et proche. Pour lui, le combat le plus urgent et important est celui contre l’ennemi proche :

« les murtaddîn (« apostats ») sont nos pères, nos fils, nos frères, nos oncles, nos tribus, et les âmes ne s’apaisent et ne surmontent pas le combat et le conflit proche car les liens de sang sont très fusionnels et solides ce qui rend difficile de les déconstruire par le combat […] Une telle guerre ne peut être faite que par une communauté de sincère (ahlu al-sidq) loyale à l’unicité (al-tawhîd) […] et croyante comme il faut pour désagréger les restes de tribalisme (‘asabiyya), de généalogie (nassab) et de liens de sang (rahem) […] » (extrait traduit par l’auteure de son ouvrage Limaza al-jihâd ? Al-daroura al-mûlihha/Pourquoi le jihâd ? L’obligation nécessaire, p. 26).

Cette salve de 45 pages est construite autour de quatre courts chapitres martelant l’obligation (supposée) du jihâd : « obligation religieuse » (chI), « obligation rationnelle » (chII), « obligation éthique » (chIII) et enfin « obligation historique » (chIV). L’auteur conclut son œuvre par une définition claire de son « idéologie, qui repose sur des fondements (usûl) islamiques juridiques et se base sur le tawhîd et la notion d’al wala’a wal-barâ’a et sa méthode (tarîqa) est le jihâd et la violence (‘unf) qui supprime l’autre et établit la gouvernance (al-hukm) et le commandement (amr) et le jugement (qada’a) de Dieu » (p. 43).
Al-Falestini développe ainsi une nouvelle stratégie du djihâd militaire en reprenant certaines idées centrales dans la pensée de son maître, particulièrement celle de « base solide (al-qâ’ida al-sulba). Cette base repose non seulement sur « une portion de territoire » sur laquelle s’appuyer et à partir de laquelle lancer le djihâd mais aussi sur une idéologie sanglante et purificatrice  visant principalement l’ennemi proche. Un thème central des oeuvres du cheikh est ainsi « le takfîr »  afin de « légitimer » ses appels récurants à l’extermination de toute forme d’altérité. Le champ sémantique de ce concept s’étale pratiquement  dans tous les écrits d’al-Falestini.
L’héritage d’Azzam se traduit également dans l’importance que donne Al-Falestini au culte du martyr et « les divines faveurs accordées aux martyrs, karâmât al-chuhadâ' » (Azzam). Le disciple va encore plus loin que son maître en théorisant un nouveau concept, celui de l’inghimâs. Sachant que les opérations suicides étaient l’une des tactiques les plus utilisées par Al-Qaida depuis les années 1990.
Le théoricien du concept «inghimâs »
En 2015, Daesh crée une Katîbat (« brigade ») al-inghimâsiyyin d’une importance majeure dans sa structure militaire. Ces soldats hautement gradés seront sélectionnés parmi les plus qualifiés dans le combat, l’engagement idéologique, ou encore les plus expérimentés militairement. Cette brigade est spécialisée dans les assauts des prisons et des unités militaires ainsi qu’à l’assassinat des dirigeants. Daesh s’est appuyé sur cette tactique dans la prise de Mossoul, Kobané et d’une partie du Sinaï. Cette méthode permet à Daesh, selon le chercheur jordanien Mo’ammar Faysal Khouli, « de compenser la carence quantitative en termes de combattants par rapport à l’ennemi ».
L’inghimâs est une technique de guerre très utilisée par Daesh dans l’objectif d’infiltrer l’ennemi et faciliter son attaque. Le concept d’inghimâs apparaît pour la première fois dans une encyclopédie militaire djihadiste pendant la guerre d’Afghanistan en 2001. C’est Al-Qaida qui va initier cette tactique de guerre contre les forces de commandos américaines, de manière expérimentale, sans l’élaborer, la théoriser et la systématiser, ce que fera donc al-Falestini. Cette technique fut réutilisée par la branche irakienne d’Al-Qaida en 2003 puis donc érigée en principe cardinal par Daesh dans sa guerre globalisée.
Dans Al-Bochrâ al-mahdiyya li-monafithi al-‘amalîyât al-istichhâdiyya, al-Falestini distingue deux sortes d’inghimâs : l’inghimâs bel iltihâm qui n’est selon l’auteur qu’une technique d’infiltration de l’ennemi afin de lui causer un maximum de dégâts (tahsîl nikâya) avant de se laisser tuer par celui-ci. C’est précisément la technique adoptée par Mohammed Merah, les frères Kouachi ou encore Amédy Coulibaly  à la suite des assassinats qu’ils ont perpétré en 2012 (pour Merah) et janvier 2015 (pour les autres).
La deuxième technique selon al-Falestini serait l’inghimâs bel-talghîm wal tafkhikh principalement à travers une infiltration explosive (ceintures, voitures, avion) causée par le moudjahîd. Cette technique a été récemment adoptée par une partie des auteurs des attentats meurtriers en France et en Belgique respectivement dans les attentats du 13 novembre et 22 mars 2015.
La publication de cet ouvrage a suscité un débat au sein des courants salafistes pour dénoncer cette technique en la délégitimant, menant son auteur à répliquer avec l’ouvrage sus-cité, publié en 2013 par les éditions de Daesh. Des arguments sur lesquels se base toujours l’organisation terroriste dans la propagande qu’elle continue de diffuser.
Pour approfondir
Kepel Gilles et Milelli Jean-Pierre (dir.), Al-Qaida dans le texte, Presses universitaires de France, coll. « Proche Orient », 2005.
Faysal Khouli Mou’ammar , «Al-Inghimâssi… al-qowwa al-dâriba fi tanzîm al-dawla » (Al-Inghîmâssi… La force destructive de l’organisation ‘Etat islamique’), Markaz al-rawâbit lil- bouhoûth wal-dirasât al-istratîjîyya (Centre Al-rawâbit pour les recherches et les études stratégiques), 30 octobre 2015, http://rawabetcenter.com/archives/14327

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *