Daesh et les apôtres du mal: Abou Hamza al-Mouhajer (1/4)

par Hasna HUSSEIN, sociologue.
L’idéologie de Daesh commence à prendre forme peu de temps avant la création de son embryon iraquien sous le nom de l’«Etat islamique en Iraq » (« addawla al-islamiyya fi-l Irak »), le 12 juin 2006. Certains fondateurs de cette idéologie djihadiste takfiriste (« excommunicatrice ») sont moins connus que d’autres notamment en Occident, tels Abou Bakr Naji, Abou Anas al-Châmî, Abou al-Hassan al-Falastini ou encore Abou Hamza al-Mouhajer. En février 2016, les Editions Al-Himma (« L’effort ») de Daesh publient en arabe la deuxième édition d’un opuscule constitué de deux lettres (rasa’el) signé Abou Hamza al-Mouhajer. Elles ont été rédigées et mises en ligne sur le net initialement en septembre 2007 (pendant le mois de ramadan) sous le titre « Al-Wasiyyah al-thalathiniyya li ‘omara’ wa jounoud addawla al-islamiyya» (« Le trentième recommandation pour les émirs et les combattants de l’Etat islamique »). Leur première édition remonte au mois de novembre 2010, soit quelques mois après le décès de leur auteur en avril de la même année. Pour marquer symboliquement l’importance de leur auteur dans leur organisation, Daesh vient de créer un camp d’entrainement portant le nom d’Abou Hamza al-Mouhajer (image1). Qui était donc ce « moudjahid » gradé ? Quel était son rôle symbolique autant qu’opérationnel au sein de l’organisation ?
Screen Shot 2016-06-28 at 5.19.40 PM
Image de propagande du camp d’entrainement nommé « Abou Hamza al-Mouhajer », Dabiq, n°6.
D’Al Qaeda à l’EI : une carrière djihadiste
Abdelmen’em Ezzeddine Ali al-Badoui, surnommé Abou Hamza al-Mouhajer ou Abou Ayyoub al-Masri, est un égyptien né en 1968 dans la ville de Sohag située sur la rive gauche du Nil. Précoce, Abou Hamza al-Mouhajer s’engage dans les années 80 dans un groupe djihadiste fondé par Ayman al-Zawahiri et devient très rapidement son bras droit.  Plusieurs documents en langue arabe indiquent qu’il aurait ensuite rejoint le camp d’entrainement Al-Farouk, importante base d’Al Qaeda en Afghanistan en 1999, dont il devient l’un des meilleurs artificiers de l’organisation.
En 2004, le jordanien Abou Mousaab al-Zarqawi, fondateur du groupe al-tawhid wal- jihad («Unicité et djihad») fondé pour lutter contre l’occupation américaine en Irak prête allégeance à Al-Qaeda. Abou Soulayman al-Otaybi, le juge (« Qâdi ») de l’organisation en Afghanistan délègue à Abou Hamza al-Mouhajer la mission d’étendre l’influence d’Al-Qaeda dans le pays des deux fleuves (« bilâd al-râfîdayn »). C’est ainsi qu’Abou Hamza al-Mouhajer fonde le « Conseil consultatif des djihadistes » (« Majlis choura al moujahidin ») rassemblant au moins sept milices sunnites irakiennes : tanzim al-Qaeda, Saraya al-jihad, Ansar attawhid, Atta’efa al-mansoura, kata’eb al-ahwal et Jaysh al-sunnah wa-l jama’a.
A la suite du décès d’Abou Moussaab al-Zarqawi le 12 juin 2006, Abou Hamza al-Mouhajer va être nommé à la tête d’une milice nommée ‘Aicha oumm al-mou’minin (« Aicha, mère des croyants ») pour diriger la base (« qa’ida ») d’Irak. Abou Hamza al-Mouhajer va réussir à imposer son projet de création d’Etat (« dawla ») ou Emirat (« Imâra ») islamique en Iraq. Le « cheikh » va ensuite proposer Abou Omar al-Baghdadi -un ancien officier de l’armée de Saddam Hussein (à ne pas confondre avec l’actuel Abou Bakr al Baghdadi)- à la tête dudit « Etat » afin d’impulser ce qu’il voit comme

« une nouvelle phase importante de djihad  (…) pour inaugurer le projet du califat islamique et restaurer la gloire de la religion » (Conférence d’Abou Hamza al-Mouhajer sur le thème In-el hukm illa li’llah, « La gouvernance de Dieu », novembre 2006).

Cette décision deviendra le prétexte d’un conflit avec la direction d’Al-Qaeda, particulièrement avec le successeur d’Oussama Ben Laden l’égyptien Ayman al-Zawahiri, son ancien maître.
En réalité, Al-Qaeda n’a jamais été d’accord sur la tactique et la politique suivie en Irak par la branche d’Abou Moussaab al-Zarqawi et ses successeurs, jugée peu fidèle à l’idéologie mère. La direction d’Al-Qaeda reprochait notamment à cette politique de causer la mort de musulmans, de mener la bataille contre les chiites et les chrétiens ou encore de recourir à des opérations-suicides. Une méthode largement soutenue par Abou Hamza al-Mouhajer connu pour sa rudesse et même sa sauvagerie attestée en de multiples occasions. Il occupera ensuite le poste de ministre de la guerre (« wazîr al-harb ») dans le nouvel « Etat ». Abou Hamza al-Mouhajer décèdera finalement en compagnie d’Abou Omar al-Baghdadi en avril 2010 à la suite d’une frappe américaine dans la région de Tharthar, au sud-ouest de Tikrīt.
De l’étudiant à Médine au quasi-prophète djihadiste…
Abou Hamza al-Mouhajer est diplômé de l’Université islamique de Médine en Arabie Saoudite en sciences du hadith (« paroles et actes du prophète ») en 1985. Pendant cette période, le fondateur et idéologue de l’« Etat islamique en Iraq » travaillera à l’édition commentée d’un ensemble d’ouvrage sur la science du hadith dont une partie d’Ibn Taymiyyah. Marqué par la pensée salafiste (« salafîyya»), notamment celle du cheikh Nasser al-Din al-Albani (d’origine albanaise), nommé « Le lion de la sunnah » en raison de son attachement proclamé à la tradition prophétique, Abou Hamza al-Mouhajer va jusqu’à suivre son maître à Amman où celui-ci  assurait des conférences à l’invitation des Frères musulmans jordaniens. Al-Mouhajer deviendra imam de l’une des grandes mosquées de la capitale jordanienne. Il va ensuite passer par l’Egypte et le Pakistan où il poursuivra ses études en sciences du hadith pour obtenir un master de l’Université de Peshawar vers la fin des années 1980. Abou Hamza al-Mouhajer exportera son savoir traditionnaliste jusqu’en Asie du Sud-Est ; il enseignera la science du hadith dans de nombreux instituts islamiques indonésiens.
Cette trajectoire va laisser son empreinte sur la pensée d’Abou Hamza al-Mouhajer ainsi que dans ses dispositions orales (« khitâba ») de prédicateur. Il devient alors très rapidement le khatîb et le théoricien de l’« Etat islamique en Irak ». Entre 2006 et 2009, Abou Hamza al-Mouhajer va donner 14 conférences et rédiger 4 ouvrages, tous écris en arabe et édités principalement par Al-Forqân (les conférences sont aussi disponibles en enregistrement audio et en version écrite sur le net). Le nommé « ministre de la guerre » (« wazîr al-harb ») y aborde une variété de thématiques qui relèvent de la vie (« sîra ») du prophète, des bulletins de guerres, des communiqués de presse, ou conseils et recommandations pour « les émirs et les djihadistes » de ce qui n’est pas encore l’internationale djihadiste que l’on connaît. Parmi ses conférences, nous pouvons ainsi évoquer celle au titre explicite In-el hukm illa li’llah (« La gouvernance de Dieu »), prononcée en novembre 2006 à l’occasion de la restauration dudit califat ou encore celle sur le thème Ramadan chahr al-jihâd wal-ghofran (« Ramadan, le mois de jihâd et du pardon ») à l’occasion du mois sacrée en 2007, qui a pour objectif de motiver les djihadistes à mourir en « martyr ». Ses conférences se caractérisent, à l’instar des citations récurrentes de versets coraniques, de hadîth et de citations de savants médiévaux (dont Ibn Taymiyya, Ibn al-Qayyim, Al-Nawaoui), par un discours violent, excommunicateur, purificateur et agressif, voire même sanglant :

« La seule solution (réservée aux mécréants) est l’assassinat, la crucifixion ou la mutilation de leurs bras et leurs jambes » (extrait de la mal-nommée conférence Ramadan chahr al-jihâd wal-ghofran, « Ramadan, le mois de jihâd et du pardon », sic).

Al-Forqân va éditer certaines conférences d’Abou Hamza al-Mouhajer, notamment les Wasaya li omara’a wa jounoud al-dawlah al islamiyya (« La trentième recommandation pour les émirs et les militants de l’Etat islamique »), publiées en 2010 et republiées en 2016 (74 p.), par les éditions alhimma de Daesh, comme nous l’avons mentionné au début de cet article.
Screen Shot 2016-03-24 at 10.34.47 AM
Screen Shot 2016-03-24 at 10.37.39 AM
Première (2010) et deuxième édition (2016) de l’opuscule d’Abou Hamza al-Mouhajer.
Dans cet ouvrage, Abou Hamza al-Mouhajer s’érige en disciple du prophète tel qu’il l’imagine « prophète guerrier » – thème de son dernier ouvrage publié en 2010 – en livrant ses recommandations (« wasaya ») pour les émirs et les militants. Il s’agit ici d’une variété de recommandations sur les plans militaires, logistiques, éthiques, comportementaux, psychologiques, etc. Il s’appuie sur un corpus religieux médiéval assez vaste afin de légitimer son discours. En effet, le caïd de l’« Etat islamique en Irak » étale largement sa maîtrise de la théologie et de l’histoire musulmane dans ses écrits en citant des savants médiévaux peu connu du commun des musulmans tels Ibn al-Nahhâs, Ibn Qotaybah al-Daniyouri, Ibn Hajar al-‘Asqalâni, Ibn al-Azraq ou encore al-Nououîri. A partir de ces auteurs, il construit une image guerrière basée sur son éducation wahhabite reçue au sein de l’Université islamique de Médine.
En 2010, al-forqân publie l’opus magnum d’Abou Hamza al-Mouhajer Al-nabî al-qaed. Mabhath fi sarâya al-nabî wa ghazawateh (« Le prophète caïd. Enquête des brigades et des conquêtes du prophète »), qui cumule 436 pages serrées. L’œuvre en question repose, comme l’indique son auteur dès l’introduction sur un travail d’ijtihad  (effort de réflexion pour interpréter les textes fondateurs de l’islam). Il souhaite en fait créer chez le lecteur un imaginaire mimétique de l’époque du prophète :

« En fait, nous pensons que l’Etat islamique en Irak démarre du même point de départ de l’Etat prophétique, et nous avons vécu et nous sommes entrain de vivre dans un climat conforme avec cet Etat prophétique (…) » (p.8).

Ainsi s’assimile t-il à un quasi-prophète, en dressant une « continuité fictive » (pour reprendre l’expression d’Hobsbawn et Ranger qui a fait florès depuis la publication de L’Invention de la tradition en 1983…) entre l’époque de la prophétie de Muhammad et la situation dans laquelle se trouve l’organisation qu’il dirige.
En conséquence, nous pouvons dire après avoir collecté ces quelques éléments qu’Abou Hamza al-Mouhajer se place parmi les premiers et les plus influents idéologues de Daesh. Caïd, théologien et homme de guerre, il va rapidement se démarquer d’autres dirigeants de son époque, notamment Abou Musaab al-Zarqawi et Abou ‘Omar al-Baghdadi (ancien militaire) dépourvus d’éducation secondaire ou religieuse, par sa maîtrise de la théologie islamique et de la science du hadîth acquise en Arabie Saoudite, qu’il diffusera notamment au Pakistan et en Indonésie. Le théoricien de Daesh, très influencé par la doctrine djihadiste radicale de Muhammad Ibn Abd al-Wahhâb (1703- 1791), Ibn al-Qayyim (1292-1349) et Ibn Taymiyya (1263-1328), ajoute sa touche personnelle (ijtihâd) pour réaliser un projet qui lui tient à cœur, celui du « califat » ou « Etat islamique », et qui passera par l’imposition de la terreur.
*On peut notamment citer parmi ces ouvrages Al fatwa al mahmoudiya al kobra (« La plus importante fatwa mohammedienne ») ou Al-forqan bayna ‘awliya’ arrahman wa ‘awliya’ al chaytan (« La distinction entre les alliés du Miséricordieux et les alliés de satan »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *